Le Mexique est en train d’institutionnaliser le meurtre de migrants

Titre originalLe Mexique est « en train d’institutionnaliser la violence avec la loi dite de sécurité intérieure »: Caravane des mères centraméricaines.  Publié le 16 Décembre 2017.  Sur  Magnanville.

 

Ville de México/Desinformémonos- « Aujourd’hui, dans le processus d’institutionnalisation de la violence par la loi dite de sécurité intérieure, les affaires policières sont placées entre les mains des militaires et la démocratie est foulée aux pieds », ont déploré les membres de la Caravane des mères centraméricaines, qui ont rejeté l’approbation du Sénat de la décision, affirmant que les forces armées ont causé la mort et la disparition de milliers de migrants au Mexique.

Selon la Caravane, »les politiques de » sécurité « qui sont clairement reflétées dans le nouveau projet de loi sur la sécurité intérieure au Mexique, ainsi que les politiques xénophobes et anti-migrants des États-Unis, reproduites dans l’Initiative de Mérida et le Plan de la frontière sud, ont créé une situation de violence, de déshumanisation et de risque très élevé pour les migrants.

Les données fournies par les familles de la Caravane indiquent qu’il y a plus de 100 000 personnes disparues en transit à travers le Mexique, ce qui représente « les dégâts collatéraux de la militarisation du pays ».

« Malgré les nombreux rapports et enquêtes nationales et internationales qui concluent que la militarisation du pays a conduit à une augmentation des violations des droits de l’homme, des disparitions forcées et de l’impunité, le gouvernement mexicain a décidé de poursuivre cette politique », ont-elles déclaré.

Elles ont affirmé que les principales victimes sont « les plus vulnérables » et ont placé les journalistes, les défenseurs des droits de l’homme parmi eux « et, en raison de leur dimension numérique, les migrants en transit à travers le Mexique ».

Face à la menace que la loi sur la sécurité intérieure fait peser sur les droits de l’homme, en particulier des migrants, elles ont exhorté les gouvernements mexicain et américain « à cesser d’utiliser leurs vastes ressources pour persécuter les migrants et s’attaquer aux racines des déplacements forcés » et à mieux investir dans la lutte contre la violence et le manque de débouchés économiques « créés par l’échec catégorique et irréfutable des politiques néolibérales au Mexique et en Amérique centrale.

La caravane est composée de parents de migrants guatémaltèques, honduriens, salvadoriens et nicaraguayens qui ont disparu alors qu’ils se rendaient aux États-Unis en passant par le territoire mexicain.

Traduction carolita d’un article paru dans Desinformémonos le 15 décembre 2017

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétaire depuis 40 années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *