Les nouvelles routes de la soie

images

Source :  http://comaguer.over-blog.com    Bulletin n° 277 – semaine 46 – 2014.

Un éclairage  très concret sur la puissance du projet des nouvelles routes de la soie

L’article qui suit fait écho à la récente visite en Italie du premier ministre chinois et qui avait donné l’occasion à l’agence de presse officielle chinoise de publier la carte reprise dans le bulletin n°276 de COMAGUER.

Publié sur deux sites Internet italien : MARX XXI et CONTROPIANO, il administre  la preuve que  l’aboutissement dans un port italien  de la nouvelle route maritime de la soie n’est pas un simple coup de pinceau sur une carte mais la concrétisation d’une opération de grande envergure déjà bien avancée.

A en juger par les milliards d’Euros déjà investis par la Chine en Italie  et par l’entrée massive de la Banque centrale de Chine – qui à l’inverse des banques centrales occidentales « indépendantes »  du pouvoir politique selon les canons de l’économie capitaliste ultralibérale  n’est pas indépendante  – au capital de la CASSA DE DEPOSITI E PRESTI ,équivalent italien de la CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS  française,  c’est-à-dire de la banque des investissements d’Etat  et au capital de l’équivalent italien d’ERDF réseau national de distribution électrique, l’Italie se trouve d’ores et déjà partagée entre sa soumission maintenue voire accrue à l’appareil militaro-industriel étasunien ( voir les derniers achats de matériel militaire et les engagements otanesques amplifiés  italiens tels qu’ils sont décrits régulièrement par MANLIO DINUCCI dans ses chroniques du MANIFESTO)  et sa dépendance vis-à-vis de son principal bailleur de fonds la Chine, seule à même de tirer le pays hors de la  profonde dépression économique dans laquelle il est enfoncé.

Pasquale Cicalese ne s’insurge pas contre cette nouvelle dépendance puisqu’il  y voit la façon d’échapper au joug financier destructeur imposé par la dictature de l’Euro  qu’il qualifie d’ « austro-monétarisme allemand » faisant référence à un passé pas si lointain où l’Italie désunie vivait en partie sous la botte des Habsbourg. Cette dénonciation très typiquement italienne ne doit pas faire oublier qu’ « austro monétarisme allemand » ou pas, la dictature financière de l’UE et la dictature monétaire de la BCE  a déjà produit les mêmes effets dévastateurs en Grèce, en Irlande, en Espagne et au Portugal et dans la plupart des pays de l’Europe centrale et orientale,  que le tour de la France de la Belgique approche à grands pas et que le gouvernement réactionnaire de Kiev veut offrir 45 millions de victimes supplémentaires à la machine européenne à appauvrir.

L’article replace la « faille «  italienne , on pourrait préférer le « grand écart italien » dans le débat classique des géopoliticiens  sur le contrôle de la plaque centrale eurasiatique (théorie de MACKINDER reprise par BRZEZINSKI et toujours à l’œuvre en Afghanistan) et son encerclement maritime (théorie de l’amiral étasunien MAHAN) et fait comprendre qu’avec les deux nouvelles routes de la soie la CHINE a pris l’initiative sur les deux fronts :  le front MACKINDER  sur terre et le front MAHAN sur mer.

Pour mémoire d’autres interventions chinoises dans la région méditerranéenne : le TGV Ankara Istanbul  construit par la Chine est un maillon de la route terrestre et fonctionne déjà,  le port du Pirée, principal port grec  et maillon important de la nouvelle route maritimes  est contrôlé par des capitaux chinois…

Demain la suite ******************************

La Chine et la position géostratégique de l’Italie

À SUIVRE

 

Une pensée sur “Les nouvelles routes de la soie

  • avatar
    27 novembre 2014 à 3 03 00 110011
    Permalink

    Et depuis que la Chine a racheté la moitié du port du Pirée tout va pour le mieux !!!!!
    Les ritals auraient tort de se priver de la générosité des bons chinois ………. ils pourraient meme leurs refiler Lampedusa tant qu’ils y sont , les bridés règleraient vite le problème .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *