LES RICHES S’ENRICHISSENT

etude-publiee-oxfam-montre-part

(Nous avions promis de vous présenter l’analyse du mirage du REVENU MINIMUM GARANTI (RMG) et voilà que nous publions le mirage du communiqué de l’ONG accrédité OXFAM – co-présidente du sommet des capitalistes de Davos-2015 dans la Suisse des banquiers. C’est que ces deux campagnes de propagande des médias à la solde s’arc-boutent et se complètent, et visent toutes les deux un seul et même objectif. Nous vous convions à lire ce papier sur les inégalités ahurissantes générer par le mode de production et les rapports de production capitalistes en vous demandant – comment on pourrait empêcher ces inégalités de se perpétuer et de s’approfondir tout en demeurant sous la botte des capitalistes ? NDLR).

Source : http://oxfam.qc.ca/communiques/2015-01-19_les-1-les-plus-riches-poss-deront-plus-que-le-reste-de-la-population-mondiale

«En amont de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, Oxfam a calculé que l’an prochain, le patrimoine cumulé des 1 % les plus riches du monde dépassera celui des autres 99 % de la population, à moins de freiner la tendance actuelle à l’augmentation des inégalités.

L’organisation internationale de développement, dont la directrice générale, Winnie Byanyima, coprésidera l’édition 2015 de Davos, souligne aujourd’hui que l’explosion des inégalités entrave la lutte contre la pauvreté dans le monde, alors qu’une personne sur neuf ne mange pas à sa faim et que plus d’un milliard de personnes vivent avec moins de 1,25 dollar par jour.

En sa qualité de coprésidente, Winnie Byanyima lancera un appel pressant à l’action pour enrayer la montée des inégalités, à commencer par des mesures énergiques contre l’évasion fiscale des multinationales, ainsi que pour accélérer les avancées vers la conclusion d’un accord mondial sur le changement climatique.

L’étude « Insatiable richesse : toujours plus pour ceux qui ont déjà tout », publiée aujourd’hui par Oxfam, montre que la part du patrimoine mondial détenu par les 1 % les plus riches est passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014, et dépassera les 50 % en 2016. En 2014, les membres de cette élite internationale possédaient en moyenne 2,7 millions de dollars par adulte.

La majeure partie (46 %) des 52 % restant du patrimoine mondial se trouve entre les mains du reste du cinquième le plus riche de la population mondiale. Les autres 80 % de la population mondiale ne se partagent que 5,5 % et possédaient en moyenne 3 851 dollars par adulte, soit 700 fois moins que le patrimoine moyen des 1 %.

(Question: Comment une telle situation a-t-elle pu se produire, se reproduire et s’approfondir ? Cette tendance à l’accumulation du capital  est inscrite dans le code  génétique du capitalisme et nul ne peut l’inverser sans tuer le patient et le médecin. Malheureusement, la présidente d’OXFAM joue les courroies de transmission et les chiens de garde du capital en laissant croire qu’il suffit de signaler les inégalités aux milliardaires rassemblés pour inverser cette tendance inéluctable du capitalisme. NDLR)

« Voulons-nous vraiment vivre dans un monde où 1 % possèdent plus que le reste d’entre nous, s’interroge Winnie Byanyima (OUI, répondirent du fond du coeur le choeur des milliardaires rassemblées dans le coeur du sanctuaire. NDLR) L’ampleur des inégalités mondiales est tout simplement vertigineuse et, malgré les questions brûlantes qui font l’actualité, le fossé entre les grandes fortunes et le reste de la population se creuse rapidement.

« Au cours des douze derniers mois, les dirigeant-e-s du monde ont, à l’instar du président Obama et de Christine Lagarde, de plus en plus évoqué le besoin de réduire les inégalités extrêmes. Mais pour beaucoup, nous attendons encore qu’ils joignent le geste à la parole. Il est temps que nos dirigeant-e-s s’attaquent aux intérêts particuliers des poids lourds qui font obstacle à un monde plus juste et plus prospère. » (sic)

Et Winnie Byanyima d’ajouter : « Le statu quo a un coût. Si les affaires continuent comme si de rien n’était pour les élites, notre incapacité à réduire les inégalités pourrait retarder la lutte contre la pauvreté de plusieurs dizaines d’années (Ridicule, la dame menace les riches que s’ils n’y prennent garde, les pauvres vont encore s’appauvrir. Mais de qui se moque-t-elle ? NDLR).  Les populations pauvres souffrent doublement de la montée des inégalités : non seulement leur part proportionnelle du gâteau économique se réduit, mais comme les inégalités extrêmes nuisent à la croissance, le gâteau lui-même devient plus petit. » (Ceci est exact, mais la classe capitaliste n’y peut rien. Elle voudrait ardemment que le gâteau s’agrandisse mais elle n’y parvient pas en respectant les lois du développement capitaliste – et elle ne peut changer les lois de ce système économique. Les riches sont des spectateurs de leur dégénérescence tout autant que les pauvres. La seule différence c’est que le premiers juchés au balcon s’effondreront les derniers dans une grande guerre mondiale cataclysmique. NDLR).

Lynn Forester de Rothschild, PDG de la société E.L. Rothschild et présidente de la Coalition for Inclusive Capitalism (sic), qui prend la parole aujourd’hui à un événement organisé conjointement par Oxfam et l’université d’Oxford, a appelé les chefs d’entreprise qui se réuniront à Davos à contribuer également à la lutte contre les inégalités extrêmes.

Elle a expliqué que « le rapport d’Oxfam n’est que le dernier d’une longue liste d’éléments établissant que les inégalités ont atteint des extrêmes scandaleux et continuent d’augmenter (La bourgeoisie se scandalise ainsi de ses propres crimes et en pleure amèrement, puis, le lendemain elle poursuit son chemin d’ornières obligataires. NDLR). Il est temps que les grandes pointures du capitalisme moderne, ainsi que nos responsables politiques, s’emploient à changer le système pour qu’il devienne plus équitable, plus durable et s’ouvre plus largement à toutes et tous (Si au moins cette homélie était sincère, elle nous réconforterait à défaut de nous rassasier. NDLR).

« Les inégalités extrêmes ne constituent pas seulement un préjudice moral. Elles sapent la croissance économique et pèsent sur les profits du secteur privé. Les participant-e-s à la réunion de Davos qui aspirent à un monde stable et prospère devraient faire de la lutte contre les inégalités leur priorité absolue. »

L’an dernier, Oxfam a créé l’événement à Davos en révélant que les 85 personnes les plus riches possédaient autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Elles sont aujourd’hui 80 à posséder autant que 3,5 milliards de personnes, ce qui représente une baisse spectaculaire, si l’on considère que ce chiffre s’élevait à 388 en 2010. En termes nominaux, le patrimoine des 80 personnes les plus riches du monde a doublé entre 2009 et 2014. (Question aux bobos de l’ONG accrédité oxfamiste. Cette constante dans la concentration du capital est-il le fruit du hasard ? Une tendance de la providence ou

Oxfam appelle les États à adopter un plan en sept points pour lutter contre les inégalités :

  • Mettre un frein à l’évasion fiscale des entreprises et des grandes fortunes
  • Investir en faveur de la gratuité et l’universalité de services publics comme la santé et l’éducation
  • Répartir équitablement la charge fiscale, l’allégeant du côté du travail et de la consommation tout en taxant davantage le capital et les richesses
  • Instaurer un salaire minimum et œuvrer à un salaire décent pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs
  • Instaurer une législation en faveur de l’égalité salariale et promouvoir des politiques économiques assurant le traitement équitable des femmes
  • Mettre en place une protection sociale suffisante pour les plus pauvres, notamment la garantie d’un revenu minimum
  • Adopter l’objectif commun de lutter contre les inégalités à l’échelle internationale

(Demander vous chers lecteurs pourquoi les  larbins politiciens n’ont jamais appliqué ces remèdes magiques proposés par OXFAM et d’autres ONG de la charité et pourquoi ils ne feront jamais? Vous pensez sûrement que c’est parce que les riches s’y opposent. Vous vous trompez. Le motif véritable c’est que ces solutions ne sont pas des contre-poisons mais des placebo. NDLR).  L’étude publiée aujourd’hui, qui fait suite au lancement de la campagne « À égalité ! » d’Oxfam en octobre dernier, met en lumière la façon dont l’extrême richesse se transmet de génération en génération et le fait que les élites mobilisent leurs ressources considérables pour s’assurer que les règles internationales favorisent leurs intérêts. Plus du tiers des 1 645 milliardaires recensés par Forbes ont hérité d’une partie ou de l’ensemble de leur fortune.

20 % des milliardaires ont des intérêts dans le secteur de la finance et de l’assurance (deux secteurs économiques non-productifs disait Marx. NDLR), et le patrimoine nominal de ce groupe a augmenté de 11 % en douze mois, de mars 2013 à mars 2014 (Voilà la conséquence et la cause de la baisse tendancielle du taux de profit, et la prothèse économique qu’a imaginé le système capitaliste – faire gonfler le crédit et la monnaie de singe improductive – pour retarder sa chute. NDLR). En 2013, ces secteurs avaient dépensé 550 millions de dollars pour faire pression sur les responsables politiques à Washington et à Bruxelles. Rien que pendant les élections américaines de 2012, le secteur financier a financé les campagnes à hauteur de 571 millions de dollars (Et que peut faire OXFAM contre ce phénomène qui correspond parfaitement aux tendances inéluctables du développement capitaliste ? NDLR).

L’ensemble du patrimoine net des milliardaires ayant des intérêts dans le secteur pharmaceutique et de la santé a augmenté de 47 %. Eux aussi avaient dépensé 500 millions de dollars pour faire pression sur les responsables politiques à Washington et à Bruxelles, en 2013.

Oxfam craint que la force de lobbying de ces secteurs ne soit un obstacle majeur à la réforme du système fiscal international et n’impose des règles de propriété intellectuelle qui empêchent les plus pauvres d’accéder à des médicaments vitaux (Sur quelle planète les bobos de l’ONG-OXFAM vivent-ils ? Ils laissent croire que les politiciens sont indépendants de ces lobbys des multinationales multimilliardaires. Ce sont elles qui les ont portés au pouvoir. Les sommes engagées quotidiennement par les lobbyistes ne sont que le transfert du salaire des thuriféraires mis en place par leurs bons soins. Cessez de tout mystifier chers employés bien payés de l’ONG. NDLR).

Les données du Fonds monétaire international (FMI), notamment, établissent de plus en plus clairement que les inégalités extrêmes sont préjudiciables aux personnes au bas de l’échelle, mais aussi à la croissance économique.

En association avec l’université d’Oxford, Oxfam organise aujourd’hui un symposium sur l’accroissement des inégalités dans les pays du Sud, au cours duquel interviendront Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, et Lady Lynn Forester de Rothschild.

-30-

Notes :
Les patrimoines des 1 %, 50 %, 80 % et 99 % sont tirés du Global Wealth Datebook (2013 et 2014) publié par Credit Suisse https://www.credit-suisse.com/uk/en/news-and-expertise/research/credit-suisse-research-institute/publications.html La projection du patrimoine des 1 % pour 2016 a été calculée par Oxfam sur la base de ces données.

Le patrimoine des 80 personnes les plus riches a été calculé sur la base de la liste des milliardaires établie par le magazine Forbes http://www.forbes.com/ Données annuelles tirées de la liste publiée en mars.

Credit Suisse a modifié sa méthodologie entre 2013 et 2014. Avec cette nouvelle méthodologie, le chiffre de 85 aurait été 90. Cela signifie que le nombre de milliardaires possédant autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale est passé de 90 à 80 au cours des douze derniers mois.

Pour plus d’informations sur la campagne « À égalité ! » d’Oxfam, voiroxfam.org//fr/campagnes/egalite

5 pensées sur “LES RICHES S’ENRICHISSENT

  • avatar
    26 janvier 2015 à 20 08 05 01051
    Permalink

    Comme le disait Tony Soprano,

    « This thing is a pyramid, since time immemorial. Shit runs downhill, money goes up. It’s that simple.»

    (Cette chose est une pyramide, depuis des temps immémoriaux. la merde descend, l’argent monte. C’est aussi simple que cela.)

    Croire qu’on peut régler une pyramide pour distribuer la richesse c’est mal connaitre l’esprit humain et le principe pyramidal…

    La nature comme la vie est symbiotique et fractale, pas pyramidale.

    it’s that simple 😉

    Répondre
  • avatar
    27 janvier 2015 à 11 11 53 01531
    Permalink

    Bonjour, Je détecte de la poudre aux yeux dans cette initiative d’Oxfam…

    J’essaie de découvrir comment la richesse du 1% a été calculée (brute ou nette). Votre hyperlien d’Oxfam dirige vers un fichier pdf qui procure deux hyperliens qui apporterait la réponse, en note 1 et note 5 mais ils ne mènent nulle part!

    Lors d’une entrevue, M. Jean Coutu des pharmacies du même nom répondait à la question de l’interviewer sur sa richesse qu’en fait il n’était pas pratiquement milliardaire car ses possessions sont en actions à la bourse. La valeurs des actions à la bourse acquièrent une valeur intrinsèque lorsqu’elles sont vendues.

    Ce qui m’amène à me demander : est-ce que la richesse du 1% inclue les actions à la bourse? Si oui alors les données sont faussées.

    Si M. Coutu vend toutes ses actions, il sera milliardaire. Mais les autres milliardaires qui achèteront ces actions ne le seront pas, tant qu’elles ne seront pas vendues.

    Pour que les soit disant milliardaires qui possèdent des actions le deviennent réellement, il faudrait que les actions qu’ils possèdent soient rachetées par la compagnie, mais on sait que c’est impossible, aucune compagnie ne possède assez de capital pour racheter toutes ses actions (du moins la majorité).

    Donc, si les actions sont considérées dans l’actif des ‘milliardaires’, ce ne sont pas de vrai milliardaires.

    La question est alors: Pourquoi ce rapport et cette poudre aux yeux?

    Tentative de réponse: À force de déclarer une situation, le peuple fini par se faire à l’idée que c’est une réalité qu’il ne peut changer et doit accepter. J’ai donc l’impression que nous sommes une fois de plus manipulés.

    Répondre
    • avatar
      27 janvier 2015 à 12 12 11 01111
      Permalink

      Bonjour, Finalement, les hyperliens du document pdf d’Oxfam en note 1 et 5 fonctionnent en cliquant directement sur ceux-ci. Copier-coller n’avait pas fonctionné. Je vais vérifier s’il est question de valeur brute ou nette.

      Répondre
    • avatar
      27 janvier 2015 à 12 12 48 01481
      Permalink

      Bonjour, le Global whealth databook du Crédit Suisse utilisé pour le rapport d’oxfam stipule : ‘we are interested in the distribution within and across nations of individual net worth, defined as the marketable value of financial assets plus non-financial assets (principally housing and land) less debts.’

      En résumé, le rapport inclut les actions à la bourse (financial assets) et calcule la valeur nette – moins les dettes (là-dessus je n’ai pas de doute pour le calcul de la richesse familial, mais j’ai un doute pour celle des magnats de la finance, car leur dette est transférée à la population par les actions des banques centrales par les mesures d’assouplissement quantitatif).

      Répondre
  • avatar
    28 janvier 2015 à 23 11 21 01211
    Permalink

    @ M. Gilles H

    Vous avez raison dans votre raisonnement sur les richesses (ou le patrimoine) des riches -. Mais je crois également que vous fignoler inutilement dans le détail. L’idée étant bien de montrer que la richesses s’accumule en haut de la pyramide des classes sociales = ce qui est indubitable.

    Rassurez-vous cependant – dans la mesure ou ces avoirs sont des actions en bourse – une bonne partie de cette richesse de pacotille s’envolera en fumée lors du prochain crash boursier – ce que j’ai écrit en commentaire dans l’article sur le communiqué de OXFAM. monde.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *