LES SCEPTIQUES ET LA CHINE NATIONALISTE

stories.Numero.aa107news_dernier_numero

Nombre d’analystes agités, d’économistes en goguette et d’experts patentés, demeurent sceptiques à l’effet que la Chine soit devenue une grande puissance économique impérialiste, candidate à l’hégémonie capitaliste mondiale. Pourtant, les statistiques attestent par elles-mêmes. La Chine est le premier pays exportateur et le deuxième pays importateur au monde. La Chine est le premier producteur de ciment, de fer, d’acier, de métaux, de verre, de charbon, de textiles, etc. Des matériaux primaires servant à produire les marchandises que l’Occident consomme abondamment. Le prolétariat chinois compte maintenant quelques centaines de millions d’individus hommes et femmes surexploitées, davantage que les pays de l’Union européenne et ne parlons pas des États-Unis en déclin.

 

Voici que l’ère de ne pas y porter attention, la Chine qui possède déjà son propre programme de laboratoire spatial en orbite géostationnaire autour de la Terre; qui possède déjà son propre programme d’envolées de cosmonautes; qui possède déjà son propre programme d’exploration spatiale et ambitionne d’expédier des astronautes vers la Lune en 2020; vient d’annoncer la mise en fonction prochaine d’un accélérateur de particules super-géant (80 kilomètres de circonférence), deux fois plus grand que celui de Genève qui deviendra le deuxième en importance dans le monde.

 

Les puissances impérialistes de l’alliance de l’OTAN observent le déclin de l’impérialisme américain et la montée en puissance du géant chinois, qui sans tambour ni trompette s’apprête à déloger «Captain America», déchu, de son estrade. Les ouvriers du monde entier ont raison de s’inquiéter de ce qui se trame derrière ces paravents et ces oriflammes nationalistes chauvins.

 

Voici deux textes qui rendent compte de ces avancées technologiques de l’impérialisme chinois.

Physique des particules : les pas de géant de la Chine

Par : Afrique Asie, publié le : 26/09/2014

«Les scientifiques chinois sont sur le point d’achever les plans d’un accélérateur de particules super-géant, deux fois plus grand que celui de Genève. Avec ses 80 kilomètres de circonférence, ce futur « collisionneur circulaire électron-positron » pourrait sans problème encercler toute l’île de Manhattan. Il sera surtout le symbole de l’accession de la Chine au rang de superpuissance en matière de recherche scientifique pure dans le domaine de la physique expérimentale des particules. L’engin devrait être capable de recréer les conditions d’hyperénergie consécutives au Big Bang et permettre d’explorer les origines de la matière, de l’énergie et de l’espace-temps et, peut-être, de découvrir une nouvelle gamme de particules tout en permettant d’approfondir la compréhension du boson de Higgs. Le Pr Gao Jie, qui dirige le projet, estime que cette machine est un « projet mondial » et que les chercheurs du monde entier seront invités à venir y travailler. Elle signera, en tout cas, la fin de la suprématie des États-Unis en matière de construction d’accélérateurs de ce type.»

Source : http://www.afrique-asie.fr/component/content/article/68-afrique-asie-confidentiel/8290-physique-des-particules-les-pas-de-geant-de-la-chine.html

76050_01_01

PROGRAMME SPATIAL CHINOIS

Dernières avancées du programme spatial chinois

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/76050.htm

«Le programme spatial chinois est ambitieux et avance à grands pas, aussi bien au niveau des lanceurs que du vol habité ou encore du programme lunaire. Les projets à venir ont été confirmés et précisés au cours de la douzième conférence consultative politique du peuple chinois.

Pour mettre en oeuvre ses grands projets spatiaux et être plus compétitive sur le marché des lancements commerciaux de satellites, la China Academy of Launch Vehicle Technologya conçu un nouvel étage à propergol liquide (Yuanzheng-1, « Expédition » n°1) pour les lanceurs Longue Marche 3C et 3B. En outre, une nouvelle gamme de lanceurs devrait à terme s’ajouter aux capacités chinoises actuelles. Ainsi, Longue Marche 5,6 et 7 devraient être employés à partir de 2015. Les lanceurs actuels utilisent des ergols N204/UDMH qui sont à la fois chers et dangereux ; l’objectif est de les remplacer par un système oxygène liquide/kérosène. Conçus à Tianjin et transportés par voie maritime sur l’île de Hainan, ils partiront du nouveau centre de lancement à Wenchang. Ce fonctionnement permettra de baisser les coûts et les contraintes imposées par un transport terrestre et d’améliorer les performances grâce à la proximité du centre avec l’équateur.

La Longue Marche 5 aura une capacité d’emport allant de 1,5 tonne à 25 tonnes en orbite terrestre basse et de 1,5 tonne à 14 tonnes pour une orbite de transfert géostationnaire. Il s’agira d’une première pour la Chine qui n’a pas de lanceur de cette catégorie. Ces capacités sont comparables à celles des lanceurs actuels Ariane 5, Delta-4 ou Falcon 9. La Longue Marche 6 se rangera dans la catégorie des lanceurs légers et devrait mettre en orbite des objets de moins d’une tonne. Le premier envoi de la Longue Marche 7 a été confirmé pour 2015. Elle aurait la même structure que l’actuelle Longue Marche 2F et serait capable de mettre 5,5 tonnes de charges d’emport en orbite héliosynchrone.»

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *