L’euthanasie pour les démunis et les ouvriers retraités

 

 ROBERT BIBEAU :

La bourgeoisie prépare notre lit d’euthanasie. Il y aurait trop d’humains sur terre, déblatèrent les thuriféraires du grand capital impuissant à réamorcer la pompe de la prospérité pour le banquier.

Qu’à cela ne tienne, Jacques Attali, conseiller du président «socialiste» François Mitterrand, et des suivants, grand poncif du capitalisme «humaniste», propose d’euthanasier tous les habitants invalides et improductifs (sic) qui dépassent l’âge de la retraite légale. Pendant que l’abominable «gauche» française, diffamatoire, mène une chasse aux sorcières contre Dieudonné, pour crime de lèse-majesté envers les patrons et les scorpions sionistes, le parangon du «social-fascisme» déclarait ce qui suit :

« Dès qu’il dépasse 60-65 ans l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis pour ma part, en tant que socialiste, contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures.» (1).

Sans aucune honte, la grande bourgeoisie nous annonce le sort qu’elle réserve aux ex-ouvriers et aux salariés retraités (des bouches superflues à nourrir). Nul «gauchiste» pédant n’a trouvé à redire devant ce plan – ce projet – digne du régime Nazi; alors que les coolies des médias et les petits inquisiteurs ravageurs hantent les spectacles de Dieudonné afin de le surprendre à asticoter  Bedos, DSK, Bruel ou Valls.

Notez que l’euthanasie, ce meurtre facile et inutile, nous est présenté, hypocritement et complaisamment, comme une aide médicale au patient pour l’aider à mourir soi-disant dignement. Cette société capitaliste, qui n’a jamais aidé l’ouvrier ni le salarié à vivre dans la dignité, voudrait aujourd’hui s’en débarrasser dans l’indignité. Vite que l’on chasse cette petite bourgeoisie demanderesse de l’euthanasie pour les démunis et les ouvriers retraités.

(1)  Source :   http://www.bvoltaire.fr/pierremylestin/les-prophetes-sont-parmi-nous-et-attali-est-le-plus-grand,46072

16 pensées sur “L’euthanasie pour les démunis et les ouvriers retraités

  • avatar
    24 janvier 2014 à 9 09 04 01041
    Permalink

     » Je suis pour ma part, en tant que socialiste, contre l’allongement de la vie….  » La réplique facile est qu’en tant que vivant il vaut mieux être contre l’allongemnet du socialisme. Trop bête pour ne pas être voulu et donc un sabotage… Attali en veut désormais au socialisme ! Il a sucé le noyau et maintenant il le crache.

    Je rappelle à tout le monde qu’il est permis par la loi de detester Attali; il suffit d’ajouter une note précisant qu’on ne le déteste pas parce qu’il est un Juif. Il faudrait d’ailleurs créer un smiley pour faciliter l’expression de cette mise en garde; on sauverait du temps.

    Je note une tendance à mettre de plus en plus en évidence les horreurs que font des Juifs et leurs énoncés les plus choquants. Je ne crois pas que ce soit un hasard. Je prévois donc une recrudescence de l’antisémitisme et je tente de découvrir à qui cette fois, juif ou gentil, le pogrom profitera.

    PJCA

    • avatar
      24 janvier 2014 à 10 10 28 01281
      Permalink

      Attali est juif ? O_O
      Mais ils sont partout ! C’est comme les Bretons.

    • avatar
      24 janvier 2014 à 15 03 07 01071
      Permalink

      Moi non plus PJCA je ne crois pas que ce soit un hasard.

      Cette nouvelle date quand même de 1981, pourquoi la sortir maintenant?

      Il s’agit d’un livre écrit il y a 33 années, d’un livre de prospective de Michel Salomon « L’Avenir de la Vie » (Seghers, 1981). Une série d’entretiens portant sur le futur millénaire, l’après 2000. Dans le cadre de cet ouvrage, on pose la question à Attali : est-il souhaitable et possible de vivre cent vingt ans ? Attali se place dans « la logique même de la société industrielle » : « dès qu’on dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. etc etc»
      L’attaque avait commencé dès 1981, alors qu’Attali venait d’entrer à l’Élysée. S’appuyant sur cette réponse, la revue Profils médicaux sociaux l’accuse de préconiser le génocide des vieux. Le Quotidien de Paris et Le Figaro reprennent l’accusation. Cependant, quatre ans plus tard, le tribunal de Paris condamnera la revue pour diffamation. ( Depuis ce montage est utilisé par les cathos intégristes, riposte Laique et l’extrême droite…)
      la technique qui consiste à reprendre des propos d’anticipation au 2ème degré est vieille comme le monde…

      Déjà en septembre 2014 au soixante-dixième anniversaire de Attali on reprenait encore et titrait:
      Retraites : faut-il euthanasier Jacques Attali ?

      Cette blague, plus récente, n’est pas une HOAX par contre:
      Jacques Attali et la blague du pantalon:
      http://www.youtube.com/watch?v=H-VXWX-_CuM

      DG

      St-Jacques d’Attali et St-Bernard de Lévy priez pour Vous.

      • avatar
        24 janvier 2014 à 15 03 27 01271
        Permalink

        Oui mais, Denis, le problème c’est que ses petits copains sont en train de mettre en oeuvre ses bavardages légers d’il y a 30 ans.

        Il faut se méfier des rêveries de socialistes en roue libre…

  • avatar
    24 janvier 2014 à 12 12 08 01081
    Permalink

    J’adore ta réplique Pierre JC
    Je suis pour ma part tout aussi contre «l’allongement du socialisme à la Mitterrand – Hollande et Attali ce néo-NAZI»
    Veuillez prendre note que je déteste ATTALI parce qu’il est un néo-nazi et pas du tout parce qu’il professe la religion juive me dit-on (peuple juif et nation juive n’existent pas – nation israélienne cela existe malheureusement de puis 50 ans environ).
    Mais dis-moi, un pratiquant de la religion juive qui serait un NÉO-NAZI Est-ce que je ne risque pas de finir en prison avec une telle assertion Pierre JC ????

    • avatar
      24 janvier 2014 à 13 01 21 01211
      Permalink

      Mais, mon pauvre ami (si vous me permettez), en Israël même, il y a des juifs qui se conduisent comme des petits nazis. Les citoyens lambda de ce pays compliqué ont été complètement affligés de découvrir cela, en plus de tout ce qui leur pèse dessus quotidiennement – croyez-moi, être biologiste non créationniste dans ce pays, ça commence à devenir parfois un peu rude ; et écrivain de gauche là-bas c’est affreux : que dire, comment le dire pour ne pas finir dans la défroque d’un « ami des terroristes » ?

      Un lien qui a survécu au tourbillon des archivages :
      http://libertesinternets.wordpress.com/2007/09/22/neo-nazis-en-israel-la-pointe-de-liceberg/

      La mode est à la confusion de tout, les saints sont comme des bêtes, les animaux déclament des alexandrins, il fait nuit en plein midi, et on ne sait plus ce que les mots veulent dire. C’est la fin du monde.

    • avatar
      24 janvier 2014 à 13 01 35 01351
      Permalink

      Heureusement, Attali, on s’en fout en Corée ou en Mongolie. Ils ont d’autres chats à fouetter. Il va piquer une grosse crise de nerfs d’enfants gâté, le génie des thanatopracteurs, et on passera à autre chose genre qu’est-ce qu’on mange ce soir (on = 6 milliards d’individus). 😀

  • avatar
    24 janvier 2014 à 17 05 16 01161
    Permalink

    Ce qui m’alerte dans cet article, c’est la possibilité qu’un jour l’État se charge d’euthanasier une certaine catégorie d’individus, ce qui serait totalement inhumain et inacceptable. Personne ne devrait décider qu’une personne doit mourir. C’est un choix personnel et indiscutable. Évidemment, des cas existent où « on trouve humain » de permettre à un père, une mère, un conjoint, de mettre fin à la vie d’un être proche réduit à l’immobilité vivant des souffrances extrêmes… mais pour éviter les dérives, une ligne directrice est nécessaire.

    L’euthanasie est considérée comme un homicide. En Suisse, on parle « d’assistance au suicide » afin d’abréger les souffrances d’une personne en lui permettant de mourir dans la dignité. Une des conditions est « d’avoir une maladie » ; les demandeurs doivent fournir des documents médicaux. Donc, un suicide encadré. Ce n’est pas une partie de plaisir. Qui en plus coûte cher, pas loin de 10 000 euros.

    De plus en plus de pays s’ouvrent à de nouvelles voies pour adoucir la vie de personnes en grande souffrance, tel l’arrêt des traitements à la demande d’un patient, cesser l’acharnement thérapeutique.

    L’objectif est d’accompagner des personnes à mourir dans la dignité.

    Carolle Anne Dessureault

    • avatar
      24 janvier 2014 à 17 05 49 01491
      Permalink

      « Qui en plus coûte cher, pas loin de 10 000 euros. »

      La marchandisation de la mort au prétexte de la dignité est certainement un objectif pour les gens d’or, d’argent et de pierreries. C’est un aspect qu’il ne faut pas négliger dans cette polémique autour d’une réflection sociale.

      On écartera d’emblée les philosophes sérieux de l’éthique médicale, tel un Ricoeur, pour faire place à des bouffons populaires pour noyer l’opinion dans la contreverse.

      « Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente.
      Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dés la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

      Ensuite on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que le savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe: on diffusera massivement via la télévision des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon dans un bavardage et une musique incessante d’empêcher l’esprit de penser.

      On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté, de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. »

      Aldous Huxley, Le meilleur des Mondes » publié en 1939

      DG

      • avatar
        24 janvier 2014 à 19 07 26 01261
        Permalink

        Je trouve que notre époque ressemble de plus en plus a cette description, ne trouvez vous pas ?

      • avatar
        24 janvier 2014 à 19 07 36 01361
        Permalink

        Intéressant que vous ayez mentionné Aldous Huxley car j’ai justement consulté cet après-midi des extraits de son livre.

        Les riches peuvent se payer des infirmières privées et des soins de haute qualité, ils meurent déjà plus dignement.

        Ce sont les démunis et les pauvres qui ont besoin d’assistance.

        CAD

  • Ping : L’euthanasie pour les déminos et les ouvriers retraités* | hda-geronto

Commentaires fermés.