L’information existe encore, mais pas chez nous

 

Voyez ceci.
C’est en español bien sûr, mais vous pouvez tout de même traduire les titres et voir les images.
C’est Telesur (télésour) ou TéléSud.

Telesur (Télésour), ce canal d’information continue d’Amérique latine dont le siège social est à Caracas au Venezuela. Et pour cause, c’est le regretté Hugo Rafael Chávez Frias qui en a été le principal instigateur.  En 2005, la chaine est née un jour symbolique, le jour anniversaire de Simón Bolívar, soit le 24 juillet. 

Hier sur la page d’accueil de Telesur, 80% de la Une était en relation avec les discours se déroulant au siège des Nations Unies à New York.  Les gens du Sud savent ce qui se passe et se dit à New York pendant cette semaine de grand rendez-vous des dirigeants des Pays souverains du monde entier.

Les gens du Sud entendent les déclarations fracassantes et sont conscients de cette lutte pour en arriver à un monde multipolaire.  Ils ont la chance de voir tous les côtés de la médaille.  Leur information est un contraste marqué à la nôtre.  Chez-nous on nous sert du cirque médiatique.
En voici un exemple.  Écoutez la converse que l’animateur Jean-Sébastien Bernatchez a avec le jeune journaliste Yanik Dumont-Baron.
On nous livre du scénario, de la mise en scène, du vrai théâtre.  Cette fois-ci, c’est la scène du théorique rapprochement entre l’Iran et les États-Unis.   Un jeu médiatique théâtral depuis l’élection d’un nouveau président iranien.  Un jeu servant à classer dans l’Histoire Ahmadinejad comme étant «LE» méchant et Rohani, le nouveau plus ouvert, plus conciliant, plus coopératif.  On nous joue de la fausse réalité pour tenter de mettre en place une ambiance soit pour sauver la face, soit pour préparer un prochain coup médiatique de dénigrement d’un dirigeant ou d’un Pays en particulier.   

Il faut bien écouter ce journaliste (sic) scénariste Dumont-Baron (et il n’est pas le seul, tout le bataillon médiatique nous a joués la scène et continue de nous la jouer) et voir la suite de la réalité.  En effet, «Une rencontre Rohani-Obama «pas à l’ordre du jour», «La rencontre entre Rohani et Obama n’aura pas lieu».

Ce n’est qu’un exemple.  Celui qui a cours présentement.  Ces saynètes sont constantes.  On nous offre toujours une déformation de la réalité.  On nous « l’adapte » afin de faire ressortir soit le leadership US ou la détermination (sic) du «grand bien» occidental ou encore la méchanceté folle des dirigeants de l’axe du mal ou des désignés dictateurs sanguinaires. 
Nous n’avons jamais une image «OBJECTIVE» de la situation. On nous sert du maquillage d’information et parfois même de grossiers mensonges ou d’odieuses diffamations.  Notre information (sic) est en fait, très généralement, une intoxication servant à nous faire percevoir une réalité déformée.  Ce qui nous entraîne à accepter des guerres dites «humanitaires», des assassinats de «méchants» (sic) dirigeants, etc. etc..

Prendre un peu de temps pour écouter les dirigeants du monde que l’on n’entend jamais est un exercice salutaire pour resituer la réalité réelle du monde (pléonasme volontaire).

Pour la survie de la démocratie et pour parvenir à se doter de gouvernements au service des Êtres Humains plutôt qu’au service d’un système économique dont seulement quelques privilégiés profitent, il faut remettre en fonction le quatrième pouvoir qui a été neutralisé (acheté).  Il faut démolir cette arme de manipulation massive que sont nos médias de masse.

Hugo Chávez était un homme brillant de la trempe du Général de Gaulle.  Il savait voir les choses, les situations et les rouages mettant en péril les principes démocratiques. La création de Telesur n’est pas anodine.  C’est grâce à cette arme de communication qu’il a pu sensibiliser et «INFORMER» sa population.  Il a su réveiller les gens et leur faire prendre conscience de la réalité qu’il subissait.  Nous devons trouver le moyen de parvenir à nous faire un Telenord pour nous informer de la réalité du monde et nous soustraire à cet endoctrinement quotidien que nous subissons.

Serge Charbonneau

22 pensées sur “L’information existe encore, mais pas chez nous

  • avatar
    27 septembre 2013 à 10 10 58 09589
    Permalink

    Ceux qui nous font la nouvelle sont en bonne place parmi les mercenaires du pouvoir. Ce sont les commandos du consensus.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/14-les-troupes-du-capitalisme/

    On pourrait changer cette situation et faire un pas vers plus de démocratie…

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2006/11/14/regie-autonome-de-linformation/

    Mais n’espérez pas que que le lion acceptera qu’on lui lime les dents….. et celui qui n’a pas le pouvoir, n’a pas le pouvoir de le prendre. La seule action efficace de celui qui ne l’a pas, hélas, est une destruction car il est illusoire de penser qu’on construira du neuf sans avoir fait table rase.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2010/06/28/france-le-passage-a-lacte/

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    27 septembre 2013 à 11 11 14 09149
    Permalink

    M. Charbonneau, votre présence sur ce site est un baume dont le parfum est porteur de démocratie, de vérité, d’honnêteté, de partage respectueux d’une information qui décontamine le cerveau. Je vous suis depuis un certain temps et votre trajectoire va toujours là où ça fait mal pour les mandarins du pouvoir de l’information, mais aussi là, et surtout, où l’esprit retrouve de cet oxygène qui apporte vie et espoir.

    Ces propos ne se veulent pas un encensement intéressé, mais l’expression de ce que m’inspirent vos interventions, tout particulièrement, vos deux dernières.

    C’est également, pour moi une manière de saluer tous ces artisans de l’information alternative qui n’ont de cesse de faire tomber les voiles et ouvrir à une réalité toujours en mouvance et porteuse d’espoir.

    Encore une fois, un gros merci à toute l’équipe des 7 du Québec. Je suis fier d’y être associé bien humblement à travers mes quelques interventions. Il y a là un élan qui ne saurait régresser.

    Répondre
  • avatar
    27 septembre 2013 à 11 11 43 09439
    Permalink

    Un TéléNord… En diffusion sur le web, pourquoi pas…

    Il est passé assez de gens avec le désir franc d’informer sur la toile du Québec pour en constituer une équipe. Avec le temps les lecteurs ont pu faire la différence entre ceux qui cherchent à renseigner à savoir à connaitre à diffuser et ceux qui cherchent la « gloire » ou une forme d « éternité » par l’écrit. (les doctes ratés du système)

    On lit tout de suite la sincérité d’un Charbonneau, Fortin, Marginean…

    Ne manque que les « sponsors » ou « mécènes ».

    à réfléchir…

    DG

    Répondre
    • avatar
      27 septembre 2013 à 12 12 05 09059
      Permalink

      Attention; car alors les « sponsors » ou les « mécènes » voudront dire quoi écrire.

      je préfère l’anarchie actuelle sur le web.

      André Lefebvre

      Répondre
        • avatar
          29 septembre 2013 à 6 06 59 09599
          Permalink

          Ne jamais mélanger le corporatif et la liberté car seul le profit en sera le guide du mensonge véridique. Nous en avons la preuve du résultat de part notre système étatique corporisé de ses décisions et non du jugement d’un état socialisé aux profit de son peuple. Le capitalisme étatique est le cancer de notre ère moderne. Viva Chavez!!

          Répondre
    • avatar
      27 septembre 2013 à 21 09 11 09119
      Permalink

      M. Gélinas, un TéléNord ne saurait être efficace sur internet. Il y a déjà plusieurs TéléNord et ceux qui les visitent n’ont nullement besoin de les visiter.

      C’est là le drame !
      Écire ou diffuser de l’information pour ses amis ou pour des gens déjà informés!

      C’est un média de masse que TéléNord doit avoir. Un média incontournable. Pas un média «alternatif», mais bien un média grand public. C’est presque illusoire d’y penser.
      Le seul moyen d’y parvenir c’est d’avoir un gouvernement ayant cette volonté politique d’être en premier totalement transparent et en second de vouloir vraiment que leurs électeurs soient totalement bien informés.

      D’opter pour une population informée c’est faire le choix de lui laisser le pouvoir.
      Quel de nos dirigeants veut vraiment que la population ait le dernier mot ?

      Serge Charbonneau
      Québec

      P.S.: Même les RIP (Référendum d’initiative populaire) étaient trop extravagants !

      Répondre
      • avatar
        28 septembre 2013 à 1 01 20 09209
        Permalink

        Je suis aussi de votre avis et celle de M.Fortin au sujet de la diffusion de masse.

        De nouvelle idées émergent pourtant sur le web et changent progressivement la manière de s’informer.
        Je pense aussi à la jeunesse, celle qui se limite au courts messages twitter et qui s’y habituent. Les jeunes ont tendance à s’informer à partir du visuel, youtube est un exemple et Personne a fait une démonstration poétique assez percutante avec son court video « Terroristique »

        Je dis ça et je dis rien, tout comme on ignorait l’effet des blogs et des journaux citoyens au début du WEB 2.0 . Ce sont les jeunes qui y ont ammenés les plus vieux vers ce type de média, par l’attrait plutôt que la réclame.

        On se croisera peut-être sur ces nouveaux médias qui pointent, comme un iceberg que les vieux capitaines pour gagner une course aux buzz ne veulent pas voir.

        DG

        Créer c’est résister, résister c’est créer.

        Répondre
        • avatar
          28 septembre 2013 à 1 01 35 09359
          Permalink

          Oui, je partage totalement votre opinion, tant pour la limite du 144 caractères que pour les messages imaginatifs et percutants de Personne qui révolutionne l’écrit éditorial.

          Serge Charbonneau
          Québec

          Répondre
  • avatar
    27 septembre 2013 à 12 12 53 09539
    Permalink

    Je pense que l’indépendance et la passion de la vérité en mouvance continuelle constituent une bonne base suffisante pour permettre l’expression de tous ceux et celles qui ont quelque chose à dire. Personne, en ces domaines, n’a le monopole de la vérité en sa totalité. En ce sens, la formule actuelle, sans être anarchique, permet une information alternative des plus diversifiées et complémentaire.

    Ceci dit, cela n’exclut pas la possibilité d’autres plateformes de communication, comme celle d’une télévision, qui opérerait sur la base de ces mêmes principes. Pour ma part, j’écoute régulièrement telesur.tv du Venezuela et j’y trouve une information que nos médias officiels n’arriveront jamais à transmettre, dépendants qu’ils sont des mandarins du pouvoir économique et politique. L’idée est que l’information alternative arrive au plus grand nombre de personnes. Une formule n’excluant pas l’autre.

    Répondre
    • avatar
      27 septembre 2013 à 21 09 14 09149
      Permalink

      Vous dites, M. Fortin ce que j’essayais de dire dans mon commentaire précédent.

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
  • avatar
    27 septembre 2013 à 13 01 52 09529
    Permalink

    Un sevrage.

    Je n’écoute plus la télé ni la radio depuis le 1er mai 2013.

    Je me couche tôt, me lève tôt et mon hémisphère droit se repose enfin.

    L’Internet, ce site et d’autres de même qualité m’alimente sainement.

    Affectivement.

    Répondre
    • avatar
      27 septembre 2013 à 21 09 21 09219
      Permalink

      Je ne suis pas sûr que de ne pas écouter ce qui influence la majorité de nos concitoyens soit la meilleure solution.

      On peut se reposer de ces attaques à notre intelligence, mais force est de constater que son ravage reste intact.

      À mon avis, il faut plutôt écouter, bien écouter et les combattre. Il faut les dénoncer avec toutes les armes que nous avons à notre disposition (c’est bien peu par rapport à celles qu’ils possèdent),

      Il faut envahir leurs commentaires et faire en sorte d’entrainer de notre mieux les auditoires vers des sites (comme les 7) où l’on tente de remettre le fonctionnement cérébral en activité.

      Les médias de masse sont une arme de manipulation massive efficace et donnant des résultats probants.

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
      • avatar
        28 septembre 2013 à 9 09 21 09219
        Permalink

        Bonjour Serge,

        Je suis d’accord avec votre commentaire.

        Vous faites un excellent travail en ce sens.

        J’ai réalisé que c’est perdre mon énergie et mon temps que de les consacrer aux « effets ». Ça peut être divertissant.

        Il ne sert à rien de tenter de bien faire ce qu’il ne faut pas faire.

        C’est l’humain qui est le facteur limitant. Qui créent les humains sans permis, sans qualification, sans bon sens, sans même l’intention de les procréer ou afin de parasiter avec son aval la Société ?

        L’usine fabrique des bazous, sauf exception, dans la plus pure tradition malthusienne. Comme les crabes ou autres qui se nourrissent de leurs déjections.

        Affectivement.
        Effectivement @Robert Huet

        Répondre
  • avatar
    27 septembre 2013 à 22 10 30 09309
    Permalink

    M. Charbonneau,

    ‘Il faut démolir cette arme de manipulation massive que sont nos médias de masse.’

    Oui, monsieur. C’est en plein ça.

    Au Québec, les médias sont trop concentrés. Ce n’est pas acceptable. Il faudrait songer à démanteler et interdire les cartels de l’information.

    La liberté de presse, voilà une valeur qui pourrait rallier beaucoup de gens.

    Tant qu’à faire des commisions d’enquêtes, pourquoi pas en faire une sur les grands médias d’information?

    En attendant, les médias traditionnels paniquent et éliminent les sections de commentaires :

    http://www.youtube.com/watch?v=DOnTuYJEBE0

    Répondre
  • avatar
    28 septembre 2013 à 1 01 42 09429
    Permalink

    « Tant qu’à faire des commisions d’enquêtes, pourquoi pas en faire une sur les grands médias d’information? »

    Ah! Ça, André (Allain?), si vous saviez comment j’y pense depuis des années !
    Parce que pour moi, que mes anciens collègues soient devenus des propagandistes flagrants, c’est un mystère totalement incompréhensible.

    J’en viens parfois à conclure qu’ils sont sous hypnose. Je ne peux admettre qu’il renie à ce point leur éthique. L’éthique était toujours présente lorsque nous construisions l’information pendant les années où j’œuvrais au service de «l’Information» à RC (de 78 à 97).

    Serge Charbonneau
    Québec

    Répondre
  • avatar
    28 septembre 2013 à 2 02 13 09139
    Permalink

    Encore concernant la censure des opinions et l’abandon des sections commentaires, j’aimerais souligner l’abandon il y a déjà deux ans d’une des meilleures émissions radio de Radio-Canada, la tribune du midi.

    Une émission où les citoyens pouvaient s’exprimer en direct sur les ondes de notre radio d’État. On a remplacé le citoyen par de nombreux «Zexperts».

    L’opinion du citoyen visiblement dérange. De plus, l’émission est devenue en partie « régional » (de 12h30 à 13h00) avec un zouf régional qui nous joue le jeu de l’écoute du citoyen. La disparition de cette émission est une perte incroyable pour le citoyen. C’était un des rares endroits sérieux où celui-ci pouvait s’exprimer en onde.

    Aussi, à l’époque où je faisais de l’information télé, nous utilisions fréquemment le Vox Pop. On se plantait au coin d’une rue pour demander l’opinion des gens. C’est aujourd’hui pratiquement totalement disparu. Lorsqu’on donne le micro c’est pour utiliser quelques bribes bien choisies servant à crédibiliser le propos du ou de la journaliste. Ce n’est plus pour entendre l’opinion du citoyen.

    L’opinion citoyenne est constamment dénigrée. On utilise les «Zexperts», les «Zuniversitaires» triés sur le volet et conformes au message qu’on veut pousser.
    Au niveau économique,
    Les Léopold Lauzon ne sont pas interviewés souvent. On préfère des gens de l’institut Fraser.

    Au niveau international,
    Les Michel Collon ou Allain Jules ne sont pas trop invités, on préfère les Jocelyn Coullon (ou couillon) et les «chercheurs» (sic) des chaires universitaires ayant des titres parlant de Paix ou de démocratie ou de développement « durable » (!).

    Nous subissons un endoctrinement quotidien intense et les démagogues les moins subtiles utilisent allègrement et efficacement ces doctrines qu’on nous inculque.

    Serge Charbonneau
    Québec

    Répondre
  • avatar
    28 septembre 2013 à 13 01 47 09479
    Permalink

    @ Serge Charbonneau

    Le contrôle de l’opinion publique est INDISPENSABLE à une gouvernance se présentant comme démocratique. On peut dont s’amuser à proposer de meilleures structures d’information et d’échange d’idées, mais ce ne sont pas des outîls pour le changement, car le Pouvoir ne le permettra pas. Ce sont des changements qu’on ne pourra apporter pour aller de l’avant que quand le Pouvoir aura été abattu… ou convaincu de jeter du lest et d’en laisser un peu plus au monde ordinaire, faisant baisser la pression sous la barre de danger…

    Voici ce que j’aimerais qu’on fasse… mais ne pensez pas qu’il suffirait d’être d’accord et de le voter pour que ça arrive…

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    28 septembre 2013 à 20 08 41 09419
    Permalink

    J’en profite pour signaler un de mes commentaires refusé par « Le Devoir ». Voici leur raison:

    Votre commentaire n’a pas été retenu puisqu’il ne respecte pas un ou plusieurs éléments de notre politique de participation aux commentaires. Nous vous invitons à la consulter et à nous soumettre votre commentaire à nouveau si vous le désirez.

    Détail du commentaire :
    « Hier à Radio Canada on annonçait que le Président des USA avait appelé le Président Iranien. Don « gratuit » de la « belle image » à Barack Obama.

    Cependant, c’est tout à fait faux. C’est le Président Iranien qui a créé le lien et a appelé Obama; et c’est lui qui doit en tirer le mérite.

    Ce qui est plus dans la logique des choses quand on voit la politique internationale « agressive », pour ne pas dire plus, des USA.

    André Lefebvre »

    Y a-t-il quelque chose de faux dans ce que j’ai écris?

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      28 septembre 2013 à 21 09 11 09119
      Permalink

      Le Devoir, que je lisais, pour me rendre compte qu’il n’est pas mieux que les autres journaux.

      D’ailleurs, Le Devoir a un journaliste fait une propagande de tous les instants sur le réchauffement climatique ou les changements climatiques, au choix.

      Dans l’intérêt de la vérité, regardez ce vidéo qui montre comment HAARP est utilisé.

      http://www.youtube.com/watch?v=isG6V7RcF7E

      Répondre
  • avatar
    30 septembre 2013 à 11 11 32 09329
    Permalink

    @Serge Charbonneau
    Encore une fois, Serge, votre article modifie nos points de vue sur l’information et nous oblige à mesurer l’urgence d’un changement.
    J’aimerais bien, moi, une TéléNord.
    J’aimerais bien qu’on cesse de nous passer des antiquités mièvres (pas que je les écoute, mais il m’arrive de consulter l’horaire); hier, il y avait LA BELLE ANGÉLIQUE!. On trouve l’argent pour créer des émissions stériles, «nivellement vers le bas» – où les gens s’invitent à souper, et qui aura le meilleur menu? Même chose pour des présentations de jeunes beautés à des millionnaires! Et les petites Miss …

    Respecter le peuple serait de lui servir plus de qualité. Pourquoi la Commission Charbonneau a-t-elle remporté un si grand succès dans les cotes d’écoute, du moins dans sa première partie? Parce que les gens avaient l’impression que «c’était vrai», ils écoutaient les témoignages et après ils se faisaient une petite idée de la situation, même si la présentation en direct avait été au préalable organisée.

    Merci pour votre travail,

    Carolle Anne

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *