Montréal: L’élection municipale la plus captivante de tous les temps !

La plus captivante de tous les temps ?
Bah !  Avouons-le, une telle affirmation est probablement le signe d’une mémoire courte, mais bon.  La prochaine élection à la mairie de Montréal se fait tout de même dans un contexte assez «exceptionnel» !

Deux élus montréalais ont été aspirés vers le fond par les remous de la commission Charbonneau.  Ils étaient soit naïfs, soit purs, ou peut-être hypocrites ou inqualifiables.   Qui sait ?  Cependant, chose sûre, on les a obligés à tirer leur révérence.

Déjà, avec ces éléments en tête, on sent un certain piquant pour la prochaine élection.  Le temps des enveloppes brunes ou autres est-il vraiment révolu ?
Il est malheureusement impossible de répondre à cette question.

Pour nous faciliter l’esprit, tenons pour acquis que ces histoires de collusion et de corruption soient un accident du passé et que nos futurs candidats seront des incorruptibles pleins de bonnes intentions et ayant un dévouement exemplaire pour leur ville et leurs concitoyens.

Autre élément captivant: La brochette des candidats !

Une fournée ayant toutes les qualités pour rendre la lutte électorale palpitante.

En premier, le gros morceau, ce «Kid Kodak» [1] Denis Coderre.  Un personnage coloré, volubile voire même «grande gueule» ayant la corpulence du bon vivant et l’entregent remarquablement sympathique.  Et pour chapeauter toutes ces qualités, une expérience «politique» notable.  Bref, le genre à ne jamais tomber de sa monture, même si sa selle se retrouve sur le ventre de celle-ci plutôt que sur son dos (on peut facilement imaginer la caricature).

Il serait trop long et ennuyeux de décrire avec autant de détails les autres candidats.  La tâche de devoir leur trouver autant de qualités (!) serait un exercice trop ardu.  C’est malheureux pour eux, on en convient !

Mentionnons tout de même qu’en plus de l’Équipe Denis Coderre pour Montréal, il y a:

Marcel Côté avec sa Coalition Montréal. « Homme d’affaires » de 70 ans, appuyé par Louise Harel et ayant à leur côté un candidat vedette, Guy Ryan, ancien policier de la SPVM et surtout fils du légendaire Yves Ryan (frère du non moins légendaire Claude) qui fut maire de Montréal-Nord pendant 38 ans, élu dix (10) fois de suite. À  54 ans, le fils a peu d’espoir d’avoir une telle longévité politique.

Ensuite vient la jeunesse incarnée par Mélanie Joly, une jeune avocate de 34 ans qui porte bien son nom.  Une femme de projet, dit-elle, qui a une grande admiration pour Margaret Thatcher !  En plus, son modèle féminin en politique est l’ex-secrétaire d’État américaine Hillary Clinton !  Des caractéristiques qui la situent « un peu » dans l’arc-en-ciel de la politique.

Puis le dernier, celui qui n’a pas le talent «Kid Kodak», celui qui manque de corpulence et qui a une portée de voix limitée, Richard Bergeron.
Richard Bergeron, à défaut de contenant, a du contenu.

La lutte de cette élection excitante risque de se faire entre le contenant et le contenu.  Deux contenants affronteront deux contenus.  Le contenant Coderre et le contenant affaires (M. Côté) seront en lutte contre les contenus de la jeunesse et celui de l’expérience municipale.

Il faut espérer une chaude lutte.  Trop souvent le contenant l’emporte facilement sur le contenu. On peut même dire que pratiquement toujours le contenant sort gagnant.  Espérons que les Montréalais pour cette élection captivante s’attardent un peu plus au contenu.

Serge Charbonneau

P.S.:  Bon, bon, bon… avant de recevoir une mise en demeure
Il ne faut pas oublier le plus que dernier, Michel Brulé qui comme Mme Joly porte bien son nom (ce type d’humour est-il conforme à la rectitude politique?).
Trait spécial de M. Brulé; il affirme parler huit langues.  Avec le Montréal multiethnique, c’est un atout indéniable.

[1] «Kid Kodak» terme fréquemment employé en télévision pour qualifier les personnes qui ont le talent de toujours se foutre « par inadvertance » (sic) devant une caméra.

 

 

5 pensées sur “Montréal: L’élection municipale la plus captivante de tous les temps !

  • avatar
    18 août 2013 à 8 08 53 08538
    Permalink

    La seule chose qui me semble intéressante tout en étant importante à mes yeux est cette idée véhiculée par Coderre à savoir qu’il n’y aura pas de « partis politiques » à la ville de Montréal.

    Si cela se produit, je crois que ce serait une transformation capitale de notre démocratie municipale et j’espère qu’elle atteindra rapidement les niveaux provincial et fédéral.

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    18 août 2013 à 9 09 14 08148
    Permalink

    Je serais curieux de savoir quelles « cotes » les preneurs aux livres du Royaume Uni donneraient aux candidats…

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    18 août 2013 à 13 01 13 08138
    Permalink

    Et que fait-on de Denis McCready ? Ce qu’il nous propose est plus qu’intéressant et révolutionnaire en matière de politique. Une manière de redonner le pouvoir au peuple et de le faire participer aux plus importantes décisions par l’intermédiaire de référendums. En politique c’est du jamais vue. On y perd normalement ce pouvoir décisionnel le jour où on va voter.

    Répondre
  • avatar
    18 août 2013 à 20 08 39 08398
    Permalink

    @Serge Charbonneau

    Bonsoir Serge,

    En peu de mots, vous avez su simplifier ce qui définit un candidat d’un autre.

    Je savoure votre image de contenant et de contenu …

    Il était temps que quelqu’un ait cette perception.

    Merci, Serge, pour votre inestimable apport aux 7 du Québec.

    Carolle Anne

    Répondre
  • Ping :Être honnête ou s’excuser de ne pas l’être | Les 7 du Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *