PAS DE PERCEE ELECTORALE POUR WILDERS – PAYS-BAS – QUI STAGNE

MAUVAIS SIGNAL DES PAYS-BAS POUR LE PEN : PAS DE PERCEE ELECTORALE POUR WILDERS QUI STAGNE …
Par Luc MICHEL pour PCN-INFO.  Le 16.03.2017.
Elections aux Pays-Bas : « Rutte défait Wilders, les Verts pavoisent, les socialistes s’écrasent » (dixit l’AFP). Les libéraux de Rutte en tête devant 3 partis à égalité dont Wilders, qui stagne électoralement et rate sa percée « annoncée ». !
On ne sabrera pas le champagne chez les « châtelains de Montretout » ce soir. Car l’échec de Wilders est un très mauvais signal pour les peroxydés français, comme l’inverse, une victoire de Wilders, aurait été un signal fort pour Le Pen …
Le parti libéral du Premier ministre néerlandais Mark Rutte est arrivé en tête des élections législatives ce mercredi, devançant trois partis ex-aequo dont le Parti pour la liberté du député (PVV) anti-islam Geert Wilders. Les estimations créditaient les libéraux de 31 sièges sur les 150 de la chambre basse du parlement, et attribuaient 19 sièges aux chrétiens-démocrates du CDA, aux progressistes de D66, et au PVV de M. Wilders (qui gagne 4 sièges mais en espérait 30 !), avec lequel les principales formations ont d’ores et déjà exclu de gouverner.
« LE SOUFFLE WILDERS EST RETOMBE » (AFP)
« Quoi qu’il en soit, l’effet Wilders, encore redouté aux Pays-Bas et dans le reste de l’Europe il y a quelques semaines, est retombé comme un soufflé », commente l’AFP. « Le trublion de la politique néerlandaise passe assez largement à côté de l’objectif d’être le parti ayant récolté le plus de suffrages. Certes, le PVV est donné en progrès de quatre sièges par rapport à 2012, mais il fait moins bien qu’aux élections de 2010, où il avait remporté 24 sièges. De plus, si l’on excepte le Socialistische Partij (SP, gauche radicale), qui perd un siège, le PVV est celui qui progresse le moins, parmi les principaux partis d’opposition : le CdA, D66 et les écologistes de Groenlinks ont respectivement gagné 6, 7 et 12 sièges. Geert Wilders pourra tourner le résultat dans tous les sens, il a connu la défaite ».
L’EFFONDREMENT DES SOCIAUX-DEMOCRATES
Pour le reste, le piège électoral a fonctionné et a limité l’abstention, le seul vote réellement alternatif aux Pays-Bas comme ailleurs (*).
A noter enfin un autre très mauvais signal pour Hamon et les restes du PS. Qui sonne comme un avertissement : l’effondrement électoral des socialistes néerlandais du PVDA, « laminé, après cinq ans de coalition avec le VVD : il passerait de 38 à… 9 sièges », n’étant plus que la troisième formation de gauche derrière le SP (gauche radicale) et Groenlinks. Hamon est un garçon un peu naïf (il n’est pas le seul dans la course à la Présidentielle française), qui n’a pas compris que le jeu est sous influences et que les parrains (au sens mafieux) de la Sociale-démocratie française (le PS n’a plus rien de « socialiste » depuis la grande trahison de’août 1914 et le ralliement aux bourgeoisies nationales) ont fait le choix de Macron, candidat de la Finance et de l’Establishment …
LM
_____________________________
ALLEZ LIKER LES PAGES MEDIAS DU PCN :
* PCN-SPO (Service de Presse du PCN)
* PCN-TV (Télévision communautaire du PCN)
avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant ouvrier depuis 40 années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *