Première manifestation «pour» la charte

Hier, 22 septembre 2013, à Montréal, a eu lieu la première manifestation pour la charte de la laïcité.  Cette charte malencontreusement « baptisée », charte des valeurs « québécoises ».

Certaines personnes présenteront sans doute cette marche comme étant un rendez-vous de racistes xénophobes en mal d’identité.  Il n’en était rien.  Ni dans les slogans, ni dans les affiches, ni dans les propos et ni dans les cœurs.  C’était un rendez-vous de gens nés ici unis à ceux venus d’ailleurs qui criaient au même rythme, avec la même force et la même conviction: «La religion à la maison»;  «On avance, on avance, on ne recule pas».  Bref un cri disant un OUI OUI clair net et précis à la charte québécoise de la laïcité.

Des néo-Québécois et surtout des néo-Québécoises étaient au rendez-vous (à 2 min. du début).  D’un même souffle les Québécois et Québécoises de toutes origines criaient haut et fort NON à l’ingérence religieuse dans nos institutions étatiques et dans nos politiques. 

La séparation de la religion et de l’État et l’égalité entre tous les Humains qu’ils soient Hommes ou Femmes étaient les valeurs que tous défendaient. Des « pures laines » jusqu’aux « importés » marchaient d’un même pas pour les mêmes valeurs.  Ces valeurs non pas uniquement « québécoises », mais bien universelles.

L’instigateur de cette manifestation «improvisée», M. Daniel Roy, a bien dit que ce n’était qu’une manifestation de réchauffement. Une plus grande marche devra avoir lieu dans quelques semaines. 

Il est dommage que ce projet de charte visant à préserver l’égalité Homme-Femme et la non-ingérence des religions dans l’État nous soit présenté par certains intellectuels tordus et dans certains grands médias entre autres à Radio-Canada, la Presse et le Devoir, comme une sorte de menace laïque.  Comme s’il s’agissait d’un projet raciste basé sur des « valeurs » ethnocentristes !

Pour bien prendre conscience que l’on présente de façon dénigrante cette charte, somme toute, normale pour une société ayant eu une évolution comme la nôtre (nous avons, depuis quelques décennies, cessé d’enseigner le créationnisme pour enseigner Darwin), vous êtes invités à relire calmement ce texte paru il y a un mois.  Le 22 août dernier alors qu’une « fuite » nous annonçait la charte, nous pouvions déjà entrevoir à ce moment-là le scénario du mois que nous avons vécu.  Avec l’expérience médiatique que nous avons subie, ce texte a encore plus de saveur et de signification. Son acidité et son ironie mordante se comprennent mieux.  La maturité de nos réflexions favorisée par les discours et déclarations entendus mêlés aux débats orageux que nous avons eue permet sûrement de mieux saisir le texte.

La menace laïque ! 

Serge Charbonneau

P.S.:  Cette chronique d’actualité qui parfois a des saveurs éditoriales, n’engage que l’auteur et ne représente nullement une quelconque ligne éditoriale des 7 du Québec.
Post Scriptum

Quel est le plus grand danger ?
Offrir une société où tous vivent avec un dénominateur commun ou avoir des gouvernements qui tantôt sont réceptifs au lobby juif, tantôt au lobby musulman, tantôt au lobby chrétien, catholique etc.

Le défi est de se donner des outils pour «favoriser» une société «homogène» «malgré les différentes croyances»  des citoyens.

 

22 réflexions au sujet de « Première manifestation «pour» la charte »

  1. C’est une question de bon sens : favoriser une «société homogène» tout en reconnaissant les différences individuelles. Homogène dans le sens de travailler pour le bien de l’ensemble.

    CAD

  2. Une médecin voilée? Pas un problème, révèle un sondage SOM

    Pour ceux qui doutaient de l’impartialité de Radio-Canada dans ce débat, il n’y a plus de doute maintenant.
    Quelle question biaisée?
    Vu la difficulté à rencontrer un médecin et les délais insoutenables pour une personne malade pour obtenir un médecin et qu’il s’agit de sa survie: le costume ou le déguisement du médecin passe loin derrière les accommodements raisonnables.
    J’invite Radio-Canada à poser la même question dans son sondage en changeant un médecin par un policier, un garagiste ou une caissière dans une banque par exemple.

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/09/23/005-sondage-charte-valeurs-quebecoises-som-web.shtml

    • Sondage à Radio-Canada.

      Votre maison est en feu.
      Accepteriez-vous qu’un pompier musulman avec un kirpa sur la tête vienne l’éteindre ou qu’on la laisse brûler?

        • M.Charbonneau
          Malgré les commentaires majoritairement en défaveur de ce sondage bidon, observez comment Radio-Canada va s’y prendre pour en faire la promotion dans ses prochains bulletins de nouvelle.
          Même patern que les reportages sur le conflit en Syrie avec ses spécialistes de la Chaire Raoul -Dandurand.

          • A RDI, le sondeur en entrevue expliquait à Céline Galipeau lorsque le résultat d’une réponse ne penchait pas en faveur de « Radio-Canada », c’est que les répondeurs n’avaient pas bien compris la question, qu’ils ne possédaient pas de diplômes universitaires ou qu’ils venaient des régions loin des grands centres.

          • Oui, j’ai fait le même constat que vous concernant la présentation du « sondage » sur RDI.

            Quelle condescendance !

            Serge Charbonneau
            Québec

  3. Les commentaires ont été fermés toute la journée sur mon article bien que j’aie essayé les trucs proposés pour les ouvrir. Dommage car, le même article sur Agoravox a reçu a date 72 commentaires cet après midi dont certains ne sont pas sans rapport avec la problématique de notre Charte québécoise.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/dessine-moi-un-monstre-141249

    Pierre JC

    [Je viens de les ouvrir selon la procédure habituelle. M’écrire personnellement si cela se reproduit – P.L.]

    • @ PL

      Merci. Tu as raison. J’ai mélangé des fruits et de légumes. L’information sur la belle carrière du post en France aurait dû être ici, mais la remarque d’intendance concernant le problème d’ouverture des commentaires n’a rien a y faire. Je présume que le bon canal pour ces remarques est désormais de t’écrire personnellement via le « Exprimez-vous » (en haut à gauche), dont la mise en service vient corriger une lacune qui date de ma « régence » et que j’avais négligée.

      Pierre JC

  4. La charte des valeurs Québécoise est présentée comme nécessaire, tout comme là été le besoin d’éliminer l’affichage de l’appartenance politique à la fonction publique au début des années 1970 au Québec… le problème est que les deux ne se comparent pas : au Québec entre 1960 et 1975 les gens se tapaient dessus en raisons de leurs opinions politiques : mes parents nous interdisaient formellement de dire pour quels partis ils pensaient voter, de peur d’avoir du vandalisme ou de se faire agresser… Nous sommes très loin de cela avec les signes religieux, du moins jusqu’ici!

    • Aujourdhui ya les sondages qui font ce travail.

      Parlez donc de la religion, en ’60, au Québec…ciboire !

  5. Dans la grande région de Toronto, il y a plusieurs millions d’immigrants venus au cours des 20 dernières années, et personne ne se tape sur la tête. En plus, on ne voit pas des voiles ou d’autres signes religieux ‘ostentatoires’ plus qu’ailleurs. Les gens sont plutôt occupés à travailler, gagner leur vie et élever leurs enfants. Les enfants de ceux qui sont arrivés 20 ans plus tôt sont parfaitement intégrés, même s’il existe des différences culturelles. On peut avoir de convictions religieuses sans être fanatiques ou sentir le besoin de partager cela avec d’autres. J’ai l’impression que beaucoup ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas.

    • Hé bien si vous admirez tant les Ontariens…que faites vous ici ? Libre a vous de vous y installer ! Essayez tout de même de ne pas avoir d’accent ~frog ~

      • Mario,
        Pas souvent et surtout pas Jessica.

        Peephole,

        Donc. si je comprends bien, on n’aime pas les Ontariens parce qu’ils parlent anglais. On n’aime pas les Américains parce qu’ils sont des Américains. On n’aime pas les Allemands, les Italiens, les Portugais et les Espagnols et tous les autres parce qu’ils ne parlent pas français et on aimera les musulmans qui parlent francais lorsqu’ils s’habilleront comme on le désire.

        Mais on aime les Québécois, parce qu’ils parlent comme nous et s’habillent comme nous et mangent comme nous.

        On est très tolérant au Québec, mais on s’attend à ce que vous soyez comme nous, pour le bien commun évidemment. Les droits collectifs, c’est important vous savez. Les droits individuels, c’est très dangereux. Tout le monde pareil ou rien du tout. Et vive la démocratie. Amen!

    • @ A.L

      Distinction importante: Toronto est et se VEUT une ville multiculturelle. Montreal, à tort ou a raison, se veut une ville de langue et de culture française. Ça se discute, mais il faut mettre les moyens en harmonie avec nos objectifs. Ce qui me fatigue présentement, c’est le manque de transparence. Si on fait cuire un homard, il ne faudrait pas lui dire qu’on lui fait prendre un bain.

      j’ai tenté de vous rejoindre personnellement il y’a quelques semaines, mais sans succès. Si vous êtes d’accord pour que nous communiquions, passez moi un mail a pierrejcallard@gmail.com

      PJCA

      • Cher Pierre,

        J’espère que vous allez bien. C’est toujours un plaisir de vous lire.

        Toronto est multiculturelle et je dirais même que les anglais (de souche anglo-saxonne) sont pas mal minoritaires dans la ville. Je ne suis pas si certain que ceux qui étaient là il y a 30 ans voulaient autant d’immagration que ça.

        Mon point est plutôt que, maintenant que c’est fait, et que les immigrants sont parmi nous, il faudrait trouver le moyen de vivre ensemble, de façon paisible.

        C’est surtout ça le but de mon propos. Essayons de vivre en harmonie les uns avec les autres.

        • @PJCA,

          Je vais rajouter que lorsque vous quittez la ville et que vous allez vers la campagne et les plus petites villes ontariennes, la population est très majoritairement blanche et anglo-saxonne.

          Je ne sais pas si c’est parce que Toronto se VEUT multiculturelle. C’est un phénomème mondial dans les pays de l’ancien G8. Tous les pays démocratiques qui avaient une classe moyenne bien établie (ce qui était le G8) ont été soumis aux mêmes politiques d’immigration massive. Je me souviens quand on parlait de Montréal la ‘cosmopolitaine’. Au début, personne ne voulait d’immigration massive, moi inclus. Le public n’a jamais été consulté à ce sujet.

          Le fond de l’histoire, c’est que les gens ordinaires ne contrôlent rien. Leur vote ne signifie à peu près rien. Les politiques sont dictées par d’autres, à un autre niveau.

          Mon opinion purement personnelle est qu’ on a nuit aux Québécois et à l’évolution de la pensée des Québécois en les enfermant dans la langue française (qui est une langue magnifique) et en ne les incitant pas à apprendre l’anglais.

          Ce seul fait a placé une bonne partie de la population dans une situation de vulnérabilité économique, surtout dans le contexte de la mondialisation.

          Les unilingues francophones ont accès à des ressources éducatives beaucoup plus limitées que les unilingues anglophones. Il n’y a aucune comparaison possible. C’est comme comparer une souris et un éléphant.

          Au Québec, on aurait dû être plus sévère dans l’application des lois linguistiques pour les entreprises commerciales, et en même temps encourager les Québécois unilingues à apprendre l’anglais.

          Les gens arrachent leur chemise pour défendre le français et la culture, mais ils ne semblent pas voir comment les fonds publics sont mal gérés, de façon systémique.

          Pour plusieurs, la chose la plus importante, c’est ‘l’identité culturelle’. Ce sentiment est amplifié par la la situation de faiblesse et de vulnérabilité que l’on a créé en limitant l’accès aux connaissances, ce qui fut accompli en privilégiant le français (mais pas les connaissances) et en présentant l’anglais comme une menace à l’identité culturelle, plutôt que comme une source de savoir.

          P.S….J’ai bien noté votre courriel.

  6. M. Charbonneau,

    Le taux de bilinguisme des francophones est plus élevé que celui des anglophones. Par contre, je suis certain que le taux d’uniliguisme français est plus élevé dans les régions qu’à Montréal, et les attitudes sont différentes à Mtl. par rapport aux régions.

    L’éducation piblique est minable. Voilà une grande partie du problème à mon avis.

    Srappons les commissions scoliares et laissons les écoles déterminer le contenu pédagogique. Moins de fonctionnaires et plus d’éducateurs qui ont quelque chose d’utile à enseigner aux enfants. Même commentaire pour le réseau de la santé. Dehors les bureaucrates, dehors les associations médicales, dehors big pharma et bienvenus les vrais médecins et infirmières.

    Politique… dehors les politiciens professionnels, dehors les parties politiques, tous les candidats devraient être indépendants et sujet à être rappelés en cours de mandat par référendum de leur circonscription.

    Médias… dehors Gesca… morcellement de l’empire et vente des médias à des intérêts locaux.

    TVA… cessez d’abrutir le peuple avec vos émissions stupides, sinon, même solution que Jessica.

Les commentaires sont fermés.