Samuel Borg au conseil national palestinien

SAMUEL BORG AU CONSEIL NATIONAL PALESTINIEN : « ADIEU AU SIONISME ET À ISRAËL » !

OSCAR FORTIN :

Le chef de la communauté juive Samuel Borg, petit-fils du président de  israélienne Abraham Borg a reconnu que les juifs « ont échoué », et que « la lutte pour la survie menée par les juifs pendant 2000 ans n’a engendré qu’un Etat de colonies dirigé par un groupe immoral parmi les corrompus qui violent la loi et qui fait la sourde oreille face aux appels de leur  et de leurs ennemis à la fois ».

Borg s’exprimait dimanche à l’ouverture de la première séance du conseil national palestinien (), nouvellement élu et reconnu internationnalement.

Devant les dirigeants de l’autorité palestinienne, ce descendant de l’institution  et l’un des témoins sur la politique israélienne pendant des décennies a considéré qu’Israël, « en tant qu’Etat, manque de justice et est incapable de survivre. Ce ne sont pas mes propos, mais ceux de mon grand-père prononcés il y a plus d’un demi-siècle. Mais le peuple n’a pas voulu le croire. Nous avons trahi les principes humains. Pour cette raison, nous nous sommes perdus et nous avons perdu les autres », a-t-il lancé devant les participants à cette séance.

Et de poursuivre : « Je vous le dis maintenant, nous étions la catastrophe pour vous et pour nous-mêmes aussi. Nous étions la dernière génération sioniste. Il y a des décennies, nous avons entendu ces propos sans les comprendre : Il existe une possibilité que nous soyons la dernière génération. Il se peut qu’il y ait toujours un Etat juif en Orient, mais ce serait un Etat étrange, odieux. La nation israélienne est fondée sur l’injustice, la  et l’oppression. Pour cette raison, les prémices de la fin du projet sioniste se font voir à l’horizon. Ce ne sont pas mes propos à moi, ce sont toujours les propos de mon grand-père ».

« Il avait cette vision humaine, non basée sur une appartenance religieuse ou politique étroite ou fanatique. Il l’a dit clairement : Adieu au sionisme. Nous étions les maitres de la force. Nous étions les prophètes menteurs : La Palestine est une terre sans peuple pour un peuple sans terre. Nous étions les génies de l’élimination de l’Autre. Nous avons nié l’existence du peuple palestinien alors qu’il était devant nous et avant nous même ».

Et Borg d’insister : « Une structure fondée sur la dureté humaine ne peut réussir, elle est vouée à l’effondrement. Le sionisme a commencé à s’effondrer … nous étions des fous. Nous avons donné la priorité aux armes au lieu des hommes. Nous sommes devenus une caserne et des fils barbelés et des prisons permanente. Nous incarnons la violence dans toutes ses formes et ses couleurs ».

Déplorant les exactions et les  sionistes à l’encontre des peuples arabes, notamment palestinien et libanais, Samuel Borg a conclu : « Le sionisme nous a détruit. C’est un projet infernal dont les premières victimes sont les juifs. Ils nous ont trompés. Ils nous ont fait venir en Palestine et commis une double  : contre nous et contre les Palestiniens. La Palestine ne fut pas un pays aux juifs, mais un camp militaire »…

Traduit à partir du site assafir

Source : www.almanar.com.lb

4 pensées sur “Samuel Borg au conseil national palestinien

  • avatar
    15 juin 2014 à 21 09 58 06586
    Permalink

    P-ÊTRE que cela explique le rapprochement des US avec l’Iran qui conjointement parle de faire front commun contre les forces Sunnites -soutenues et financées par les états du golfe- a ce stade, j’en perd les 2 ou 3 mots de latin que je connait. 🙂

    J’ai bien hâte de vous lire sur le chambardement aux finances, effectué par le pape, dernièrement.

    Bonne journée

    Répondre
  • avatar
    16 juin 2014 à 9 09 19 06196
    Permalink

    @Peephole
    Il y a effectivement de quoi en perdre son latin.
    Pour comprendre tous ces revirements sionistes-israéliens-palestiniens-iraniens-étatsuniens-britanniques-français-turcs-syriens-irakiens il faut posséder la clé de voute qui seule permet d’expliquer l’invraissemblable -l’inexplicable- l’incompréhensible.
    Une fois munie de cette clé de voute tout devient limpide.
    Je vous la donne cette clé. Le monde est dirigé par une classe sociale internationale les capitalistes monopolistes. Un conglomérat de banquiers, financiers, grands industriels, multimilliardaires brasseurs d’actions de toute nationalité. Leur nationalité leur chaut peu entre eux. Les batailles de clans, d sunnites, de chiites, de palestiniens, de sionistes, d’israéliens, d’iraniens, etc. ca c’est pour les petites gens – ceux d’en bas qui s’entretuent sous la supervision de leur majordome politique ou militaire ou djihadistes ou tribaux, ou nationaleux. Le capital sans odeur est leur seule religion – leur seul lien d’appartenance – leur seule foi.
    Ces potentats pas très nombreux mais extrêmement puissants – sont regroupés-divisés en alliance impérialiste ennemi ( l’alliance du BRICS, L’OTAN, CHINE-RUSSIE-CEI).
    Ce que vous observez superficiellement – du dehors c’est le résultat des tractations en haut lieux – du remaniage des alliances.
    Ainsi les USA en fort mauvaise posture économique tente de bloquer la route à la Chine le prétendant au titre de roi des rois. L’épicentre de la collision des plaques tectoniques se déplace du Proche-Orient vers l’Orient… d’où Israël ce petit état croupion comme je l’ai toujours dit (124 milliards de PIB annuel je crois) n’a plus l’importance stratégique qu’il avait précédemment – il est donc abandonné par son tuteur (petit à petit comme je l’ai toujours dit) et les USA tente un rapprochement avec l’IRAN car ce pays est sur la route vers la Chine – Les USA ont d’abord tenté de l’intimider et de détruire son allié la Syrie mais ils ont échoué alors ils tentent d’amadouer les mollahs (qu’ils reniaient auparavant pour djihadisme) ces reniements ne sont que du vent pour écervelé insignifiant.
    Les USA tente une nouvelle tactique pour séparer l’Iran de la Chine le leader du clan – Ils font la même chose en Ukraine vis-à-vis de la Russie – Un petit coup de terreur suivit d’une accalmie et la main tendu
    La clé de tout ceci c’est la rivalité inter-grands – inter-impérialiste le reste n’étant que distracteur (Boko haram et consorts) pour amateurs complaisants.

    Dans le cas de la Palestine la bande à Abbas et à Hamas se dépêche de rameuter tout ce qui traine dans le paysage sioniste en détresse de la perte de leur tuteur afin de se faire enfin concéder un État bantoustan de misère qu’ils appelleront frauduleusement L’État «libre» de Palestine croupion sous mandat de l’État impérialiste israélien mandataire. Israël aura remplacé le feudataire britannique à la fin de cette comédie.

    Répondre
    • avatar
      16 juin 2014 à 13 01 40 06406
      Permalink

       »Ces potentats pas très nombreux mais extrêmement puissants – sont regroupés-divisés en alliance impérialiste ennemi ( l’alliance du BRICS, L’OTAN, CHINE-RUSSIE-CEI). »

      C’est ici que ça devient compliqué, dans ce : regroupés/divisés. Es-ce que ca ne devient pas une guéguerre entre oligo/monarchie qui au final ne nous concerne que très peu et que nous subissons impuissants ?

      Comment en finir avec cette domination des puissances de l’argent sur des milliards d’êtres humains ? Il doit bien y avoir une facon.

      Bonne journée

      Répondre
  • avatar
    16 juin 2014 à 17 05 07 06076
    Permalink

    Robert, ce n’est pas une clef que tu as, c’est un véritable passe-partout. Il permet d’ouvrir bien des portes qui donnes à leur tour sur un monde qui comporte également de nombreuses portes. Il est indéniable que nos analyses doivent prendre morceau par morceau les pièces du puzzle pour bien le reconstituer. En ce sens le dernier commentaire de Peephole qui est une interpellation, prend tout son sens.

    Merci pour ouvrir les portes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *