Toujours le fascisme et le voile

Aujourd’hui,  La Presse titre:
«Pire que la France! »  Lysiane Gagnon nous dit:

« Dans le feu du débat sur la charte, un élément fort troublant est passé inaperçu [quel élément?] : saviez-vous qu’avec ce projet, le Québec est en train de dépasser la France? La France, qui s’est pourtant dotée de la législation antireligieuse la plus répressive en Occident?
Cette distinction peu enviable ira au Québec s’il n’en tient qu’au gouvernement Marois… mais veut-on vraiment que le Québec soit reconnu comme la société la plus intolérante du monde démocratique
? »

Mme Gagnon ouvre en parlant «d’un élément fort troublant» qui nous rend « pires » que la France ! Cette France qui est «la plus répressive» !

Elle nous dit que Mme Marois veut rendre le Québec comme étant la société la plus intolérante du monde démocratique !

Peut-on avouer que d’entrée de jeu, en deux paragraphes, aucune information ne figure et que le ton intensément émotif a pour objectif non pas d’informer, mais bien de dire aux bons sentiments des gens où le mal et où le bien se situe.  Le concept de laïcité est mal et le concept de laisser l’ingérence religieuse est bien.

Mme Gagnon nous décrit bien la législation française depuis 2004.  Elle dit:

« En 2004, la France a interdit le «voile» (vaste catégorie qui va du léger foulard à la burka afghane) dans les écoles publiques primaires et secondaires. L’interdiction touche les élèves autant que les enseignantes. »

Sur ce point, on peut affirmer que le projet de loi québécois est nettement moins « répressif ».  Il n’est aucunement question d’interdire aux élèves le port de l’hijab, le signe religieux islamiste, ni de tout autre signe religieux.

Mme Gagnon dit concernant la France:

« Les autres signes religieux sont également interdits, mais la loi visait essentiellement l’Islam. »

Il faudrait vraiment savoir.  Les autres signes religieux sont-ils également interdits ou si la loi ne vise que l’islam ?  C’est un ou l’autre, mais pas les deux.

Mme Gagnon dit:

« En 2010, la France a interdit le port du voile intégral (niqab ou burka) dans l’espace public. »

Rien dans le projet de loi québécois ne parle d’interdire ces cages à femmes dans l’espace public.  On parle que pour donner ou recevoir des services de l’État, le visage doit être découvert, bref aucun masque n’est permis. Bien sûr que vous ne pourrez pas étudier avec un masque.  Le masque intégral noir du niqab ou le bleu grillagé de la burka seront bien évidemment interdits dans les salles de cours et dans les écoles publiques.  Concernant la rue, les parcs et les espaces publics, rien n’est interdit sauf concernant les manifestations qui doivent se faire à visage découvert depuis que la loi répressive a été mise en vigueur contre les manifestants du printemps érable.
«Port du masque; La loi est entrée en vigueur»
« Une peine allant jusqu’à six mois de prison et des amendes pour des protestataires masqués lors d’une manifestation illégale. »

Mme Gagnon après nous avoir clairement décrit que la loi française va nettement plus loin que notre projet de charte déclare:

« Voilà pour la législation française. On le voit, elle englobe beaucoup moins de domaines que le projet péquiste »

Elle vient pourtant nous démontrer que c’est faux !

Richard Martineau dit de son côté:

« En France leurs lois sur la laïcité vont beaucoup plus loin que notre charte. »

Il faudrait encore une fois faire le travail des journalistes.  C’est-à-dire simplement sortir les points de la loi française et les mettre en parallèle avec les points englobés dans les 5 thèmes précis de notre projet de loi visant à garantir la non-ingérence religieuse dans la politique.  Un boulot journalistique méthodique qui sert l’information et permet au citoyen de faire fonctionner non pas son émotivité, mais bien son cerveau afin d’en arriver à son propre jugement et non celui de ces chantres médiatiques qui nous disent quoi penser.

Il est plus difficile de bien informer que d’aiguiller le sentiment.
Pour aiguiller le sentiment, il ne suffit que de quelques mots ayant un poids émotif chargé de valeurs bien inculquées par l’endoctrinement pour atteindre son but.
Concernant l’information il faut procéder de façon méthodique en éliminant tout émotivité, tout sentiment et en mettant clairement sous la lumière les faits, les lois, les situations et les événements ainsi que leur chronologie.

Le journalisme d’aujourd’hui se fout complètement des faits et aiguille le sentiment avec des déclarations reposant sur des interprétations, des demies-vérité et même sur carrément des faussetés.

Peu de reportages expliquant les lois sont faits.  Concernant la laïcité en France, quelques articles journalistes existent. Le Figaro a livré un article intéressant disant ce que dit la loi au sujet des signes religieux et de la mission des services publics.

Mme Gagnon déclare donc que

« Le but ultime [de la charte] est d’interdire les signes religieux dans l’ensemble du secteur public et parapublic sans exception. »

Cette déclaration est premièrement fausse et deuxièmement tellement imprécise qu’elle sème totalement la confusion.

Que veut dire «l’ensemble du secteur public».  Est-ce les rues, les parcs, les épiceries, les centres d’achat, est-ce « l’espace » public, comme en France ?
Et qu’entend-on par le «parapublique» ?  Et comment peut-on affirmer qu’il n’y a pas d’exception alors qu’un des points litigieux est justement ce droit de retrait alloué à certaines institutions, entre autres, les hôpitaux, voire les municipalités ?

Mme Gagnon fait clairement preuve de malhonnêteté intellectuelle.

Elle déclare:
  
« En France, la situation est évidemment plus complexe que ce que dit la loi. »

Ici, elle sème la confusion. La loi française ne dirait pas ce que la loi fait.
Elle ajoute:

« La jurisprudence issue des décisions des tribunaux rend pratiquement impossible l’accès d’une personne affichant un signe religieux à un poste dans la plupart des services publics, mais il reste bien des zones grises, les garderies par exemple. »

 Bien sûr, ici, elle parle du cas de la crèche Baby-Loup qui renvoya une employée voilée.  Ici, un reportage nous décrivant assez bien la situation.
Et là une décision récente nous est expliquée à travers un reportage de France 24.

Mme Gagnon qui ouvre son éditorial en disant que le Québec est «pire» que la France nous dit:

« Le Haut Conseil à l’intégration (sic) vient de recommander l’exclusion du voile à l’université… une proposition incroyable » !

En extrapolant, Mme Gagnon nous dit que cela sera la même chose chez nous:

« Une fois échue la période de dérogation, nos universités passeraient à la moulinette! »

La moulinette !
Le terme est démagogique et subtilement bien choisi (il plait à la masse qui est aiguillée pour combattre le mal).
En information chacun des mots a son poids.

Il est clair qu’ici, on cherche à émouvoir et aiguiller le jugement plutôt qu’informer.

Mme Gagnon déclare:

« Les lois punitives, en France, n’ont pour résultat que d’engendrer de la colère et du ressentiment, et de renforcer le sentiment d’aliénation des immigrés. »

Ce qui est faux.  Ce ne sont pas les lois « punitives » (toutes les lois le sont, «punitives»), mais bien la propagande médiatique exacerbant les émotions et les sentiments qui crée des tensions, des conflits, voire des affrontements. 

Si ce n’était de cette campagne médiatique féroce contre cette charte visant à maintenir les acquis de notre évolution sociale, c’est-à-dire, la non-ingérence religieuse dans la politique et l’égalité entre les hommes et les femmes, le sentiment populaire n’aurait jamais été à l’affrontement.  Aujourd’hui, nous en sommes à l’invective, aux accusations des pires mauvaises intentions, racisme, xénophobie, islamophobie et même fascisme et haine.

Le débat se dirige vers l’affrontement, on attise la haine.  La réalité est perdue de vue et on nous baigne dans une sorte de virtualité médiatique qui n’a rien à voir avec notre société québécoise.

Le dossier de la laïcité est un dossier traité comme tous les dossiers internationaux.  On oublie les faits pour attiser le sentiment afin de clairement aiguiller le jugement.
On nous fait haïr.  Oui, on haït la Marois ou le machiavélique Drainville (oui «Machiavélique», rien de moins!).
La haine nous fait perdre la raison, nous fait oublier notre Histoire, nous fait oublier que nous sommes un des peuples les plus ouverts et les plus accueillants sur terre, nous fait aussi oublier qu’à travers le monde, surtout depuis 2001, on utilise allègrement la religion pour créer des conflits et même justifier des guerres.  On oublie qu’il y a effectivement et de façon indéniable un islamisme politique.  On oublie aussi qu’il y a effectivement et de indéniable un islamisme intégriste fanatique qui veut imposer dans bien des endroits la loi d’allah.

«allah wakbar», «allah wakbar», «allah wakbar» !

Ne me dites pas que vous ne l’avez jamais entendu; «allah wakbar» !
Cette remarque est-elle raciste ou tente-t-elle de mettre en lumière un fait réel et indéniable ?
Nos gouvernements recrutent, financent et arment ces gens en Syrie.  Ce sont pour eux des «libérateurs».
Peut-on faire un lien entre eux et la campagne de promotion du port du voile islamique ?

 
Serge Charbonneau

Note IMPORTANTE
Les propos tenus dans cette chronique d’actualité spécialement sur ce dossier chaud et passionnel de la laïcité (confondu avec la xénophobie, l’identité et l’immigration) ne reflètent que la position de l’auteur et non celle de l’ensemble des auteurs des 7 du Québec.  

Pour vous en convaincre, je vous invite à lire les textes suivants:

Une fois pour toute: le voile n’est pas un signe religieux

MACHIAVEL DRAINVILLE ET LES « CHARTISTES »

Athée, rationaliste et… solidaire de ma compatriote voilée

Laïcité ouverte ou laïcité définie? Laïcité ouverte ET laïcité définie!

Charte des valeurs québécoises. Parlons en

 

9 pensées sur “Toujours le fascisme et le voile

  • avatar
    19 septembre 2013 à 15 03 42 09429
    Permalink

    En effet, cette dame est vraiment très mal renseignée! A-t-elle ne serait-ce qu’interrogé des Français, musulmans ou non, sur la question? On dirait que non.

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2013 à 17 05 02 09029
    Permalink

    Madame Gagnon est certainement la voix que je trouve la plus irritante dans nos médias, car elle n’a que rarement l’excuse d’une pensée originale à ajouter au débat qui justifierait les énormités qu’elle énonce. Cela dit, il faut la supporter et je ne trouverais aucun plaisir ni gloire à engager un débat avec elle.

    Je lui tiens si peu rancune d’être ce qu’elle est que je me souviens même d’un article ou d’un commentaire où je la félicitais bien sincèrement d’avoir ce jour-là incarné le simple bon sens. Je cherche cet article et je vous l’envoie. En attendant il suffit de la lire pour comprendre quelle n’a pas fait sa thèse sur la laïcité en France et qu’elle n’apportera sans doute pas la lumière sur notre propre débat sur la tolérance ici au Québec.

    Je pense que c’est sur les lèvres de Lisée qu’il faut lire. Si quelqu’un connait la stratégie d’ensemble du PQ dans ce dossier et peut transformer l’essai en victoire électorale, c’est sans doute lui plus que Drainville. Comme c’est sans doute Legault plus que Couillard qui tient l’autre bout de la corde à danser.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2012/07/12/jean-francois-…califat-marois/

    À suivre

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      19 septembre 2013 à 17 05 42 09429
      Permalink

      MRD!!! Nous sommes encore d’accord!

      Est-ce que cela va cesser un jour????

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    19 septembre 2013 à 17 05 56 09569
    Permalink

    Salut M.Charbonneau
    Sur cette tribune, j’ai évoqué un reportage de Frédéric Arnould (RDI) en provenance de Vancouver qui suit le même modus operandi que celui de Lysiane Gagnon cité ci-haut.
    Suite à ma montée de lait sur d’autres blogues, j’ai reçu beaucoup d’appui de gens outrés par la démagogie employée par le clan fédéral pour lutter contre la volonté des québécois de se protéger contre le multi-culturalisme canadien inventé par Trudeau pour noyer notre identité québécoise.

    Sophisme de la semaine

    Le fonctionnaire qui dit que sa religion et son turban n’ont jamais été un problème à son lieu de travail.
    « Les québécois sont une minorité, ils devraient comprendre »

    Le reportage de Frédéric Arnould
    http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/6830402

    Répondre
  • avatar
    19 septembre 2013 à 21 09 52 09529
    Permalink

    Bonjour monsieur Charbonneau. Je lis régulièrement vos commentaires sur l’incompétence de plusieurs journalistes et je trouve parfois que vos questions
    en amène plus que de réponses. Enfin! Sur la Charte je trouve que vous avez un peu le même discours. Je trouve que le couverture journalistique a été assez bien faite jusqu’à présent et que s’il y a un élément qui sème la confusion et l’huile sur le feu c’est la Charte elle même et son présentateur qui n’a pas pu s’empêcher de dire que le Crucifix était à l’assemblée nationale pour y rester et que le sapin aussi y serait et s’appellerait Noël…le tout avec les échappatoires plus ou moins temporaires, les signes plus ou moins ostentatoires. Et, pour terminer, l’incapacité du présentateur de nommer une étude ou des cas où les signes religieux avaient porté atteinte à la neutralité de l’état (plainte d’un côté comme de l’autre). Finalement, M. Rainville a donné un coup de pied sur un nid de guêpes…qui ne nuisaient pas à notre société.

    Répondre
    • avatar
      20 septembre 2013 à 10 10 47 09479
      Permalink

      M. Marois (sans lien de parenté avec Mme).

      Je suis d’accord avec vous.
      De ne pas toucher au crucifix du Salon bleu est une aberration.
      Ce geste est sûrement électoraliste.
      Que voulez-vous, il y a plusieurs de nos concitoyens qui, même s’ils ont délaissé l’église, restent attaché à «leur» crucifix, surtout depuis qu’on leur dit qu’il est «patrimonial».

      Par contre, je trouve que la présentation de la charte en 5 points a été assez bien faite.

      Ce qui mêle les cartes et sème une confusion intense, ce sont des textes comme celui que j’analyse plus haut.

      Mme Lysiane Gagnon, comme plusieurs de ses collègues, nous livre de la confusion à fortes doses. En plus, au lieu d’informer, elle dicte la pensée en utilisant l’émotion et le sentiment.
      Des phrases comme
      « Veut-on vraiment que le Québec soit reconnu comme la société la plus intolérante du monde démocratique ? »
      sont éloquentes.

      Le traitement médiatique que reçoit cette charte est du même type que le traitement médiatique utilisé sur les dossiers de laïcité à travers le monde.
      Le même type de traitement avait été accordé au référendum sur les minarets en Suisse.

      Dans peu de temps, on va probablement nous sortir la notion «d’extrême-droite» pour dénigrer ceux qui font la promotion du maintien de la non-ingérence religieuse dans les affaires de l’État.
      Lorsque les attaques accusant les gens de racistes et le « nationalistes fermés » seront moins efficaces, on sortira la notion «extrême-droite» pour bien mettre dans la boîte des « méchants » ces gens qui parlent de laïcité.

      Si vous voyez de la confusion dans mes propos, je crois que c’est parce que vous lisez trop rapidement sans prendre le temps de saisir les points que je soulève. C’est souvent le cas lorsque l’on devient trop habitué aux idées superficielles et rapides que l’on trouve sur twitter (moins de 144 caractères).

      Êtes-vous un adepte de twitter ?

      Salutations
      et merci pour votre commentaire.

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
    • avatar
      20 septembre 2013 à 10 10 54 09549
      Permalink

      M. Marois, lorsque vous dites:
      « je trouve parfois que vos questions en amène plus que de réponses. »

      C’est exactement mon objectif.
      Je ne suis pas là pour vous dire quoi penser, mais pour vous donner des éléments de réflexions et vous offrir des questions favorisant votre opinion «personnelle».

      Nos médias de masse ne nous offrent plus ces opportunités de questionnement. On vous met l’opinion et le jugement clef-en-main dans le cerveau. Vous n’avez aucune question à répondre et vous ne sentez même pas le besoin si essentiel du questionnement.

      Le questionnement est salutaire pour la santé de notre fonction cérébrale.

      Continuez à vous questionner et à partager vos questionnements.

      La lumière jaillit de la discussion, de la réflexion et du questionnement.

      Salutations,

      Serge Charbonneau
      Québec

      Répondre
  • avatar
    19 septembre 2013 à 22 10 31 09319
    Permalink

    Mme Gagnon travaille pour l’oligarchie, elle reflète la pensée que l’oligarchique canadienne ressent envers la classe populaire quel que soit l’ethnie, la langue parlée ou la religion pratiquée. Ce sentiment oligarchique canadien, surtout anglo-saxon, est le mépris totale de l’intelligence des immigrants nouveau-venus et des classes populaires. Le dernier texte de Mme Gagnon l’a prouvé car son texte est truffé de contradictions et d’affirmations non-prouvée ce qui est une insulte à toute logique élémentaire. Mme Gagnon prend les même techniques que ceux de la propagandes Hitlérienne anti-sémitique mais l’emploi contre les québécois. Elle devrait angliciser son nom par mesure de sécurité car certains non-québécois, fous et fanatiques pourraient se dire en eux-même « Tiens une québécoise, on va la violer et la tuer pour se venger de tous ces québécois fascistes.

    Elle aurait sans doute préféré naître dans une famille anglo-saxonne de la haute bourgeoisie et qui sait être un homme politique très puissant, malchanceuse qu’elle est! En réalité ce n’est qu’une vielle québécoise à son déclin et aigrie par les résultats de la vie qu’elle a menée, elle avait tant rêver vivre autrement. Elle n’a qu’à s’en prendre à elle-même, et non aux québécois, car ce sont ses choix personnelles qui ont servis à construire sa vie. Agir de façon responsable ne semble plus être dans son vocabulaire.

    Répondre
  • avatar
    20 septembre 2013 à 9 09 20 09209
    Permalink

    Monsieur Charbonneau,

    Je vous remercie pour votre article dénonçant les propos pernicieusement mensongers de Lysiane Gagnon. Il s’agit bien de la même Lysiane Gagnon qui était follement amoureuse de Pierre-Elliott Trudeau, au point d’avoir déblatéré alors autant d’inepties mensongères pour soutenir toutes les attaques haineuses et malveillantes de cet énergumène à l’endroit d’un Québec qui visait l’indépendance. Cette dame est toujours pitoyablement subordonnée à ses maîtres.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *