Trois-millions de nouveaux réfugiés en Europe !

(L’article ci-dessous permet de comprendre que les vagues de migrations qui convergent  vers l’Europe impérialiste ne sont pas liées qu’au conflit syrien – beaucoup s’en faut.  Les migrants les plus nombreux viennent de Syrie, mais aussi, d’Afghanistan, d’Érythrée, d’Afrique subsaharienne, du Pakistan, de Somalie, du Nigeria, d’Irak, d’Albanie, du Soudan. Bref, des pays où sévissent la guerre, la misère, la pauvreté, et que les puissances impérialistes ont envahis et saccagés ; soient qu’elles les ont abandonnés aux mains des bourgeoisies locales puisque ces contrées ne recélaient aucune ressource importante, ni aucun prolétariat abondant à surexploiter.

 

Ces populations affamées, terrorisées se sont mises en marche vers les régions où elles espèrent trouver la tranquillité, la sécurité, des emplois et de quoi manger, se loger et obtenir des soins de santé. Pour faire cesser ces flots de migrants, il faudra donc que ces conditions économiques et sociales soient réunies dans leur pays d’origine. Sous le mode de production capitaliste, en crise économique systémique depuis 2008, cela ne risque pas d’arriver. Au contraire, les perspectives économiques sont alarmantes.

 

On doit toutefois se consoler – ces vagues de migration participent aux préparatifs de la révolution sociale mondiale qui se prépare et qui ne manquera pas de survenir au terme de cette transhumance de millions de victimes de l’économie-politique capitaliste dégénérée dans un système déglingué.   Robert Bibeau, directeur. Les7duQuebec.com)

**********

Titre original :  Selon Frontex, l’afflux de migrants en Europe n’a pas atteint son aroxysme.

refugiessyriens

Source http://www.lefigaro.fr/international/2015/11/04/01003-20151104ARTFIG00194-selon-frontex-l-afflux-de-migrants-en-europe-n-a-pas-atteint-son-paroxysme.php

 

 

« La situation n’a jamais été aussi alarmante. Alors que plus de 800.000 «entrées illégales» dans l’Union européenne ont été dénombrées depuis le début de l’année 2015, la crise ne fait que commencer. La Commission européenne a prédit ce jeudi l’arrivée dans l’UE d’ici à 2017 de trois millions de migrants fuyant la guerre et la pauvreté, alors que les effets de la crise migratoire n’avaient jamais été évalués à un tel niveau. L’afflux de réfugiés en Europe devrait avoir «un impact sur la croissance économique qui serait faible mais positif pour l’Union Européenne dans son ensemble», a toutefois indiqué Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques.

 

«Les États européens doivent se préparer à l’idée qu’une situation très difficile nous attend dans les prochains mois», avait déjà alerté mercredi Fabrice Leggeri le patron de l’agence Frontex, rappelant que Frontex est chargée de la «surveillance» des frontières mais n’a pas le pouvoir de refouler les migrants. Il a jugé que les «hotspots», centres d’accueil et d’enregistrement prévus sur les îles grecques et en Sicile, ne permettraient pas de résorber l’afflux de demandeurs d’asile, puisqu’ils ne permettent pas un «séjour prolongé» sur place.  En outre, «celui qui est entré illégalement et n’a aucun droit à l’asile doit être rapidement renvoyé dans son pays», a insisté le patron de Frontex, estimant que l’UE a besoin «de structures d’accueil» où les migrants «doivent au besoin être enfermés». Ce dernier appelle donc les Etats européens à «faire usage de manière plus conséquente» de leur droit, prévu par les textes européens, de placer en rétention «jusqu’à 18 mois» un étranger en situation irrégulière pour «organiser son retour».

 

Trois routes principales

 

Pour rallier l’Europe, trois routes sont principalement empruntées par les migrants. Celle de la Méditerranée orientale, la plus fréquentée, celle des Balkans, qui rencontre un essor grandissant sur les cinq dernières années et enfin celle de la Méditerranée centrale, en nette baisse par rapport à 2014. Mais globalement le nombre de migrants arrivant en Europe est en constante évolution. Selon Frontex, «il y a plusieurs raisons à cette hausse spectaculaire – une situation dramatique en Syrie, en Érythrée, au Soudan du Sud, en République démocratique du Congo, en Irak combinée au fait que la Libye est de facto un État défaillant où la loi n’est pas appliquée» (À qui la faute ? Robert Bibeau).

 

 

Une pensée sur “Trois-millions de nouveaux réfugiés en Europe !

  • avatar
    12 novembre 2015 à 8 08 20 112011
    Permalink

    Je me trouve plongé dans un cauchemar, incapable de me réveiller. La plupart des gens se sentent impuissants et ne veulent pas accepter la triste vérité: nous avons été trahis par ceux à qui nous avions confié notre sécurité et nos espoirs pour l’avenir. Même si la fin de l’économie mondiale, dans sa forme actuelle, me semblait déjà acté, ce genre de trahison avec tout ce que ça implique de mauvaise intention, tout cela m’a pris par surprise. Parmi la vingtaine de mes interlocuteurs à qui j’ai parlé de ce sujet en confiance, absolument tout le monde est convaincu que l’on se dirige vers une guerre civile et rapidement!

    Nous ne sommes qu’à un accident majeur du chaos absolu. J’ai entendu plusieurs personnes liées aux milieux de la sécurité européenne indiquant que le marché des armes illégales est complètement épuisé, avec de nombreux concessionnaires gardant leurs armes pour leur propre usage personnel. Ceci est une rumeur, mais depuis que nous sommes forcés de compter sur le ouï-dire pour toute information réelle maintenant, j’ai tendance à le croire.

    Le divorce entre le gouvernement et le peuple est presque consommé maintenant. Aucune personne saine d’esprit ne croit plus la presse ou les politiciens. Ceux qui y croient encore se retranchent dans des fantasmes de haine et de haine de soi. Jamais auparavant n’a été plus visible pour moi que cette société est complètement détruite, avec chaque élément clé, agissant contre les intérêts à la fois individuels et collectifs, apparemment suivant des ordres, tout en creusant leurs propres tombes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *