Trump nomme un super faucon comme conseiller à la sécurité

Titre original :  DONALD TRUMP NOMME UN SPECIALISTE DE LA REPRESSION, LE GÉNÉRAL HERBERT RAYMOND MCMASTER, CONSEILLER À LA SÉCURITÉ NATIONALE.  Par  Luc Michel.  Le 21.02.2017.

.
Donald Trump a annoncé ce lundi la nomination de  H.R. McMaster, un général de 54 ans en exercice, comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine. Le président américain a fait cette annonce devant les journalistes  dans sa résidence de Mar-a-Lago en Floride. Il a qualifié le général McMaster  d’homme de formidable talent et de formidable expérience ».
.

MCMASTER EST UN SPÉCIALISTE DE LA  CONTRE-INSURRECTION !  MAIS QU’EST-CE QUE CETTE DOCTRINE MILITAIRE?
.

McMaster est un spécialiste de la répression, qui a  sévit en Irak …Herbert Raymond « H.R. » McMaster est un spécialiste
de la contre-insurrection, notamment en Irak où il été déployé pendant la guerre de 1991 et deux fois après l’invasion américaine de 2003, de 2004 à 2006, puis de de 2007 à 2008. Il a également servi en Afghanistan. La «contre-insurrection» est issue des théories des colonels français des guerres de décolonisation d’Indochine et d’Algérie. Sous le nom de «doctrine de la guerre révolutionnaire» (sic), la DGR est évidemment contre-révolutionnaire et a débouché sur deux guerres sanglantes : celle d’Algérie et la Guerre du Cameroun (1952-1971). Les généraux américains sont aujourd’hui les meilleurs disciples de la DGR.
.

Lors de son second déploiement irakien, il a en effet été l’un des contributeurs à la réflexion sur la « contre-insurrection » qui « avait permis aux États-Unis de reprendre le contrôle de la situation » (dixit l’AFP), sous l’autorité du général David Petraeus, au cours du second mandat de George W. Bush. En fait, le résultat a été l’élimination de la résistance nationaliste (dirigée par le parti Ba’ath passé dans la clandestinité) et l’émergence des djihadsistes …
.
UN SUPER-FAUCON PARTISAN DE RENFORCER LA MACHINE DE GUERRE U.S
.
Autant Michael Flynn était réputé pour « son action sur les terrains irakien et afghan », autant H.R. McMaster est considéré comme un théoricien. Il dirigeait d’ailleurs jusqu’à présent un centre de planification, baptisé Army Capabilities Integration Center, chargé de préparer l’institution aux futurs conflits. Ce général plaide depuis longtemps pour son renforcement. Il assurait en avril lors d’une audition au Sénat que l’armée américaine prenait le risque d’être « trop petite pour protéger la nation ». Ce renforcement constitue une promesse de campagne de Trump (pas du tout « isolationniste », là aussi les experts se sont trompés) qu’il a encore rappelée lors de son meeting en Floride, le 18 février.
.
H.R. McMaster est passé par le CENTCOM, le centre de commandement américain chargé du Proche-Orient et notamment de l’Irak, où il s’est distingué en 1991, lors de la première intervention américaine, puis treize ans plus tard, en 2004, à Tal Afar, retombée dans le camp des terroristes de Daech en 2014.
.
On notera encore que « parmi les candidats en lice figurait l’actuel directeur intérimaire du NSC Keith Kellogg, 72 ans, général à la retraite peu connu à Washington. Il en restera le secrétaire général ». Un général conservateur septuagénaire sous les ordres du plus vieux président américain jamais élu ! Après cela on critique encore les leaders africains âgés restés actifs au pouvoir …
.
Luc Michel
.
* Lire sur LLB :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *