Un Prix Nobel pour la guerre ?

 

 

Il peut vous paraître insensé de dire que le Prix Nobel de la Paix attribué à l’OIAC (l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques) est un Prix Nobel pour la guerre.

Ce Prix Nobel servira probablement dans quelques semaines à alimenter la propagande anti syrienne.  
Il serait surprenant que la destruction des armes chimiques de Syrie aille bon train et que le gouvernement syrien ne soit plus harcelé politiquement et diplomatiquement. 

Les prédateurs qui veulent prendre le contrôle de la Syrie et y placer un pion servile et complaisant n’ont sûrement pas abandonné leur guerre.  Ces prédateurs n’abandonnent jamais.  Ils peuvent faire une pause, mais vont revenir à la charge.  C’est alors que servira le prestige du Prix Nobel de la Paix pour accentuer la propagande anti-syrienne visant à faire accepter une nouvelle guerre d’invasion.  L’attribution de ce Prix Nobel à cet organisme jouant un rôle dans le scénario syrien sera probablement mis à contribution lors de la prochaine campagne de conditionnement médiatique pour justifier la guerre.

Ce n’est pas l’OIAC qui contribue à la Paix, mais bien la puissance de la Russie et de la Chine qui a réussi et qui, espère-t-on, continuera d’empêcher cette guerre d’invasion voulue depuis la fin du massacre libyen et de l’assassinat de son président, sa famille, ses amis et ses partisans.

En octroyant ce jadis digne Nobel de la Paix à ce groupe, c’est tout simplement de mettre en banque du carburant à propagande future. 

Le Prix Nobel de la Paix aurait dû être conjointement attribué à la Chine et à la Russie, car ce sont eux qui ont empêché la guerre tout au long de 2013. 

Combien de fois les prédateurs ont menacé d’envahir unilatéralement la Syrie  ?   Combien de fois n’ont-ils pas tenté d’obtenir le feu vert du conseil de sécurité (sic) de l’ONU ?
Grâce à leurs fermes vétos, la Chine et la Russie ont empêché la guerre.
Grâce au déploiement de sa force militaire, la Russie a maintenu la Paix.
Grâce à sa force économique, la Chine a su refroidir les faucons qui peinent peut-être à trouver des sous (peinent-ils vraiment à trouver des sous ?  Possible lorsqu’on voit le cirque de la Crise budgétaire US!)

On constate que ce Prix, jadis pour récompenser ceux qui travaillent pour la Paix, ne sert plus qu’à promouvoir la propagande et l’hypocrisie.
 
Serge Charbonneau

P.S.:  Ce texte clairement éditorial ne représente nullement une quelconque ligne éditoriale des 7 du Québec et n’engage que l’auteur.

Liens éloquents

L’excellente conférence de  François ASSELINEAU du 15 février 2013 à Toulouse.
« La Tromperie par l’imposture »
Son premier thème : « L’attribution du Prix Nobel de la Paix »

À 3 minutes 50 secondes du début:
« Mais qui donc attribue le Prix Nobel de la Paix ? »
Un peu long, mais très détaillé. 
Cependant à 13 min. 15 sec. nous découvrons Geir Lundestad, c’est celui qui «conduit» depuis 23 ans le choix du Prix Nobel de la Paix.
Une entrevue avec ce Monsieur Lundestad

À 23 min. M. Asselineau parle du Prix à Obama.   Ses observations sont intéressantes.

Concernant ce Prix de 2009
Le Prix Nobel de la Paix : « Une décoration prématurée »
(Réflexion de l’auteur en 2009)

Armes chimiques:

Les États-Unis et la Russie propriétaires d’un important arsenal

Sur les 189 pays signataires, sept ont déclaré posséder des armes chimiques, parmi lesquels les États-Unis, la Russie, l’Inde et l’Irak. Au total, cela représente 71 196 tonnes d’agents chimiques hautement toxiques. Au 31 juillet 2013, seul 81,1% des ces stocks avaient été éliminés. Certains pays, comme l’Inde ou l’Albanie ont complètement détruit leurs stocks, mais d’autres, comme les États-Unis et la Russie, possèdent encore des armes chimiques.

Enfin, treize pays possèdent des installations capables de produire des armes chimiques, dont la France.

« Les États-Unis vont nettoyer les armes chimiques qu’ils ont illégalement laissées au Panama»

« La condamnation par les États-Unis de l’usage des armes chimiques ne s’applique pas à Israël »

« La France et les armes chimiques »

 

 

3 pensées sur “Un Prix Nobel pour la guerre ?

  • avatar
    13 octobre 2013 à 8 08 19 101910
    Permalink

    La guerre est l’activité économique la plus rentable d’entre tous les activités économiques. La guerre est un produit marchand et l’idée de la destruction de l’adversaire comme mode promotionnel de la guerre en est la publicité marchande.

    Humain, trop humain.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *