Une révolution, son humanité, sa solidarité (Partie 2)

fidelh

OSCAR FORTIN :

Le premier janvier 2015 marquera les 55 ans de cette grande victoire sur le dictateur Batista, mais aussi et surtout sur un régime social, politique et économique qui asservit la personne humaine et en fait une marchandise. Ce sera sur ce dernier point que l’esprit de la révolution cubaine se révèlera progressivement tout au long de ses 55 ans de marche vers une manière nouvelle d’être toujours plus humain. Vu du dehors, c’est comme assister à la naissance d’une humanité nouvelle qui se fait dans les douleurs de l’enfantement. Un enfantement que les puissances de ce monde ont tout fait qu’il n’arrive pas à terme.

Après toutes ces luttes dont il se serait passé, le peuple cubain est toujours là avec Fidel et Raoul Castro comme guides et témoins d’un monde nouveau à naître et à faire grandir.

Cuba pueblo_PL_MGR03On ne peut pas parler du présent de la Révolution cubaine sans avoir à l’esprit cette histoire de harcèlements qui se poursuit toujours, sous de multiples formes, de la part des Etats-Unis. En dépit de tous les obstacles placés sur sa route, ce Peuple est parvenu à faire des pas de géants dans de nombreux secteurs dont ceux de la santé, de l’éducation et, plus que tout, de la solidarité. C’est à travers cette solidarité que se révèlera le plus l’esprit de cette révolution. 

Les acquis fondamentaux de cette révolution

La solidarité internationale de ce peuple en a fait un des pays les plus solidaires de la planète. L’ex-président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Miguel D’Escoto, déclarait que Fidel était l’homme le plus solidaire qui lui ait été donné de connaître. Dans une entrevue, accordée à Culture et Foi, il a ces paroles en réponse à la question de savoir comment il jugeait ce réveil des nations latino américaines.

« Je crois que nous sommes en train de voir les fruits de l’exemple et de la lutte de Fidel, diabolisé par l’Occident pour avoir prêché la solidarité. Fidel ne l’a pas seulement prêchée, il a prêché par l’exemple. Pour moi, et cela je le dis aux Nations Unies, il est le héros mondial de la solidarité. Comme je voudrais pouvoir dire que mon Église est celle qui a porté la flamme de la solidarité ! Mais je ne peux le dire, parce que ce n’est pas vrai. Les plus hauts représentants de notre Église viennent aux Nations Unies et rien! Il n’y a pas de souffle, pas de passion, pas de feu, tout est éteint et l’Esprit se sert des laïcs, même certains qui se disent agnostiques et non croyants. »

Cette solidarité s’illustre de nouveau avec ces centaines de médecins partis en Afrique pour y contrer l’épidémie de l’Ébola. Ce fut également le cas pour Haïti suite au terrible tremblement de terre qui fit des milliers de morts et des centaines de milliers de blessés. Je vous invite à lire sur ce sujet cet excellent article. Il va sans dire que les articles sur le sujet ne manquent évidemment pas. Je me permets toutefois de relever celui du New York Times, daté du 20 novembre 2014 sous le titre Cuba : de l’étoile solitaire à l’étoile solidaire.

Cette solidarité, exprimée de diverses manières, allant du soutien militaire à la lutte contre l‘apartheid en Afrique, de la formation de médecins par milliers en passant par l’éducation, l’alphabétisation et les opérations miracles à travers l’ensemble de l’Amérique latine, trouve sa source et son inspiration dans l’esprit de cette révolution, lancée, en 1953, par ces jeunes barbus aux idéaux humanistes élevés. Pendant que d’autres s’acharnent à produire des bombes, Cuba s’ingénue à ouvrir les esprits aux connaissances, à former par milliers des médecins pour servir là où leur présence est nécessaire. La solidarité est sans calcul et l’esprit en est un de service.

Fidel qui a survécu à plus de 635 tentatives d’assassinat est toujours là pour écrire avec lucidité sur les grandes questions de notre époque et pour accueillir dans sa résidence toute simple, les principaux leaders du monde qui souhaitent le rencontrer

 Montage Oscar

Sur ces photos nous reconnaissons la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, le Président chinois, feu Hugo , président du Venezuela, le président de la Bolivie, Évo Morales, le pape Benoit XVI et le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutin. 

Il faut mettre au compte de Cuba et des pays émergents de l’Amérique latine les grandes institutions d’intégration des pays de l’Amérique latine, faisant du rêve de Bolivar une réalité toujours plus accessible. L’ALBA et la CELAC comptent au nombre de ces initiatives.

L’homme qui fut diabolisé plus que tout autre et que ses ennemis ont tout fait pour le faire disparaître de la surface de la Terre est toujours là, célébrant cette fois-ci une autre des grandes victoires du peuple cubain : le retour à la raison de son plus grand ennemi, les États-Unis. Il y a évidemment la libération des trois antiterroristes Cubains et la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays, mais plus que tout, cette reconnaissance par le président Obama de la faillite d’une politique qui n’a su avoir raison du peuple cubain pas plus que de ses leaders. 

« Bien que cette politique ait été dictée par de bonnes intentions, elle n’a donné que très peu d’effet, car à présent, tout comme en 1961, les Castro et le Parti communiste gouvernent Cuba. »

Je me garderai de commenter les « bonnes intentions »pour justifier un blocus criminel qui a privé le peuple cubain, pour toutes ces années, de près de 100 milliards de dollars. Ce n’est pas rien pour un pays en développement, témoin d’autant de solidarité dans le monde.  

Ceux et celles qui cherchent quelque chose qui puisse se rapprocher de l’humanisme à visage humain peuvent regarder en cette direction. 

Maintenant que les premiers pas ont été donnés, il est plus qu’urgent que Washington donne suite à la volonté internationale des peuples qui votent à très forte majorité, année après année, pour que soit mis fin à ce blocus économique inhumain et criminel. 

Je me joins à la joie de tous les peuples pour célébrer cette victoire morale d’un peuple qui a su se révéler au monde avec un visage humain qui devrait nous inspirer tous et toutes. Je salue par la même occasion l’intervention discrète du pape François qui y a mis la main. 

 

Oscar Fortin

Le 1er janvier 2015

 

http://humanisme.blogspot.com

https://fr-ca.actualites.yahoo.com/américain-libéré-échange-trois-cubains-162131169.html

 

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l’humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d’une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu’en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l’écoute des évènements et de ce qu’ils m’inspirent.

5 pensées sur “Une révolution, son humanité, sa solidarité (Partie 2)

  • avatar
    22 décembre 2014 à 20 08 51 125112
    Permalink

    Sans doute suis-je trop pessimiste (ma femme me le dit souvent), mais je n’ai pas vraiment l’impression que « le retour à la raison de son plus grand ennemi » soit vraiment un bien pour Cuba. Les investisseurs américains avaient le nez collé à la porte de l’embargo, comme un chien enfermé devant sa gamelle. L’ouverture d’Obama est une double victoire pour lui:
    Primo, il restera dans l’histoire comme le troisième libérateur de Cuba (après José Marti contre les espagnols, et le Che, avec tous ses barbudos, dont font partie les deux derniers présidents, contre les américains).
    Et secundo, sa deuxième victoire totalement américaine, car, il s’affirme en pompier pyromane, qui ré-offre des allumettes. Les investisseurs américains, que la révolution a eu tant de mal à chasser pour retrouver une souveraineté, vont pouvoir revenir, grâce à ce merveilleux geste de Monsieur Obama.
    Tout comme la chute du mur de Berlin, la fin de cet embargo, n’est pour moi qu’un leurre de démocratie, ultra-calculé.
    Mais, j’espère me tromper …

    Répondre
  • avatar
    23 décembre 2014 à 15 03 42 124212
    Permalink

    C’est évidemment un point de vue. C’est également prendre le peuple cubain pour un peuple prêt à se vendre pour n’importe quoi. S’il a su résister pendant 50 ans, ce ne sera pas pour prendre n’importe quoi.

    Mon point de vue est qu’Obama fait ses derniers gestes de survie. Il n’a ni crédibilité internationale, ni crédibilité morale. J’ai lu quelque part que Poutine ne lui retournait même plus ses appels. En Amérique latine, il agit comme une véritable girouette. À peine avait-il déclaré que les États-Unis s’étaient trompés avec l’embargo économique contre Cuba, qu’il déclarait le lendemain des sanctions économiques contre le Venezuela et qu’il en rajoutait contre la Russie. L’histoire retiendra d’Obama ceci: L’homme qui a fait rêver le temps d’un couronnement, le monde, mais aussi l’homme qui s’est agenouillé devant ses maîtres financiers et militaires, faisant de ses promesses un feu de paille.

    Il ne faut pas oublier que l’Amérique latine d’aujourd’hui n’est plus celle du siècle dernier. Il y a des leaders qui ne se laissent pas corrompre et des peuples qui ont pris conscience de ce qu’ils sont et où ils vont. L’avenir nous dira bien ce qu’il en sera vraiment.

    Entre temps, attendons de voir si Obama aura le courage de déclarer caduc et illégal le blocus économique contre Cuba, comme le réclame la Communauté internationale depuis des décennies.

    Merci pour votre commentaire et j’en profite pour vous souhaiter un Joyeux Noël et une Bonne et Heureuse Année.

    Répondre
  • avatar
    23 décembre 2014 à 18 06 46 124612
    Permalink

    Oscar, je ne prend pas le peuple cubain pour un peuple prêt à se vendre pour n’importe quoi ; par contre, s’il a su résister, comme tu le dis, c’est aussi par obligation. Et c’est là que ma crainte nait : les supermarchés vont se remplir de produits auparavant inaccessibles, et il est inévitable qu’une grande partie du peuple, « privé » de tout ça, pendant plus de 50 ans, trouve la chose à minima « intéressante », voire, chez les plus jeunes « géniale ».
    Ensuite, il sera très facile aux américains de sournoisement remettre la main sur le pays (bienvenue dans le paradis de la mondialisation !).
    Et dans quelques années, le peuple cubain risque de se rendre compte qu’il a été duppé, après être passé de supermarchés aux rayons vides, alors qu’ils avaient les moyens d’acheter, à des rayons pleins de produits qu’ils ne pourront s’offrir.
    Ce fut le cas, à l’identique (fin du communisme), pour les allemands de l’est, il y a 25 ans, et également à Mayotte (devenu département français il y a 5 ans).
    Ceci dit, je ne déconsidère pas la lucidité du peuple cubain, et encore moins son courage et son enthousiasme, mais une phrase d’une chanson de Fakoly me vient régulièrement à l’esprit : « quand on est nu, même au diable, on souhaite la bienvenue » ; phrase qu’il a formulée au sujet du peuple africain, et qui j’espère ne s’appliquera pas au peuple cubain. Le peuple africain avait été dénudé par l’impérialisme (dont les USA qui ont fait semblant de les délivrer plus tard) ! Le peuple cubain a été dénudé par les USA, qui vont venir les « délivrer » ?
    Lire les paroles de la chanson de Fakoly « tonton d’america » : http://forget.e-monsite.com/pages/content/dossier-afrique-spoliee/africom-controle-de-l-afrique.html
    Merci pour ta réponse Oscar, et à mon tour, je te souhaite, ainsi qu’à tes proches de joyeuses fêtes

    Répondre
  • avatar
    24 décembre 2014 à 7 07 54 125412
    Permalink

    Merci pour vos bons souhaits et pour la suite de l’histoire nous verrons ce qu’il en résultera. Tout peut devenir possible, seuls les faits nous diront au quotidien ce qu’el en sera.

    Merci et que 2015 soit pour vous et vos proches une année de santé et de paix

    Répondre
  • avatar
    24 décembre 2014 à 7 07 59 125912
    Permalink

    Nous en sommes au point où seule l’histoire nous dira ce qu’il en sera de ce dégel des relations entre Cuba et les États-Unis. Pour le moment, je vous réitère mes meilleurs voeux pour l’année 2015 que je vous souhaite en santé et en paix avec tous vos êtres chers.

    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *