USA vs Corée «Quand on est dépassé, on menace de tout faire sauter»

(Voici ci-dessous un échantillon du type « d’analyse » surfaite et biaisée, mystificatrice, que propage les médias à la solde à propos de la politique internationale. Il est évident que le prolétariat mondial ne peut se fier à ces analystes qui font comme si la guerre et la paix dépendait des « humeurs » de politiciens fous ou hors contrôle. Une marionnette politique est toujours sous contrôle de ses patrons des conseils d’administration.  Non évidemment, contrairement à ce que prétend cet article, les États-Unis d’Amérique ne sont pas démunis de diplomates capables de donner le change et de faire croire qu’ils négocient avec leurs pires ennemis et concurrents. Il y a d’autres raisons pour expliquer la guerre permanente (depuis 1950) que les USA mènent à la petite Corée du Nord qui ne s’en laisse pas imposer. Elle vocifère histoire de faire comprendre aux États-Unis que leur projet de créer le chaos dans cette région d’Asie afin de provoquer son concurrent et ennemi chinois, ne sera pas de tout repos. On aimerait que Pyongyang baisse le ton et comprenne que de trop en faire, est pire que de ne rien faire. Les USA font la-bas ce qu’ils font partout ailleurs – prolonger leur chant du cygne – ce que ne dis pas l’article de RT. Bonne lecture.  Robert Bibeau  http://www.les7duquebec.com)

**********

Par RT. Entrevue Diana Johnstone. Le 11.08.2017. Sur  https://francais.rt.com/opinions/41929-usa-vs-coree-nord-depasse-evenements-menace-faire-tout-sauter

 

Les fanfaronnades des dirigeants étasuniens expriment surtout l’incapacité du régime américain à faire de la diplomatie et la frustration qui en résulte, estime l’écrivain politique Diana Johnstone.

RT France : Le secrétaire d’Etat à la Défense James Mattis a menacé la Corée du Nord de mettre fin à son régime et de «détruire» son peuple. Cela veut-il dire qu’on est à la veille d’une guerre ? 

Diana Johnstone (D. J.) : On peut espérer que ces fanfaronnades expriment surtout l’incapacité du régime américain à faire de la diplomatie et la frustration qui en résulte. Quand on est dépassé par les événements, on menace de faire tout sauter. C’est tout de même très inquiétant, en montrant l’arrogance démesurée et stupide d’une hyperpuissance en dégringolade intellectuelle et morale. Son seul argument : nous sommes les plus forts, nous pouvons tuer tout le monde !

Puisque les Etats-Unis n’ont pas de diplomatie, mais seulement des menaces, ils semblerait qu’en brandissant le danger de l’Apocalypse, Washington veut effrayer les puissances adultes, la Chine et la Russie, suffisamment pour les inciter à faire de la diplomatie à sa place en persuadant Pyongyang de modifier son projet de dissuasion nucléaire. Mais plus les Américains menacent «le feu et la fureur», moins Pyongyang sera incité à se désarmer.

Accusé par l’establishment clintonien de complicité criminelle avec Moscou, Trump peut vouloir montrer qu’il est «dur» en tapant sur le petit pays le plus isolé du monde

RT France : Pourquoi c’est la Corée du Nord qui est dans le viseur cette fois ?

D. J. : Difficile d’analyser une politique plutôt incohérente. Bloqué au Moyen-Orient, on se tourne vers l’Asie ?

La politique intérieure peut jouer un rôle. Accusé par l’establishment clintonien de complicité criminelle avec Moscou, Trump peut vouloir montrer qu’il est «dur» en tapant sur le petit pays le plus isolé du monde.

La seule solution de cette crise qui dure depuis plus de soixante ans serait de retirer les forces américaines de la Corée et de permettre aux deux moitiés de ce peuple divisé de trouver leur propre modus vivendi. Jusque là, les tensions persisteront.

Les dirigeants américains donnent l’impression de croire que tout ce qui bouge dans le monde représente un danger pour les Etats-Unis

RT France : Pensez-vous que la Corée du Nord, après les déclarations sur l’attaque contre l’île de Guam représente un vrai danger pour les Etats-Unis ?

D. J. : En se vantant de pouvoir larguer une bombe nucléaire sur la base militaire américaine sur l’île de Guam en plein océan Pacifique, il est parfaitement clair que la Corée du Nord veut se montrer prête à riposter à l’agression plutôt que de la déclencher.

Les dirigeants américains donnent l’impression de croire que tout ce qui bouge dans le monde représente un danger pour les Etats-Unis. Qu’un petit Etat à l’autre bout du monde veuille créer les moyens de dissuader une attaque américaine, Washington se sent menacé. D’une certaine manière c’est vrai, car le régime étasunien aspire à un règne planétaire absolutiste, au nom de la «démocratie» – système qui se trouve très mal en point aux Etats-Unis mêmes en ce moment.

Il faut espérer que dans ce cas, la rhétorique se montre vide et que la tempête précède le calme.

LIRE AUSSI : Tensions Corée du Nord-Etats-Unis : la Russie s’inquiète des risques «très élevés» de conflit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *