L’anglomania chinoise

Chinese childrens

Je publiais dimanche dernier sur mon blogue un petit billet au sujet des langues, que je terminais comme suit :

ce sont de bonnes petites raisons, avec celles plus grandes culturelles, pour espérer que jamais la planète se contente d’une seule langue, que ce soit l’anglais ou le mandarin ou toute autre.

En commentaire, moi et Tym Machine nous discutions du taux de pénétration de l’anglais dans le monde. Il m’avait écrit :

l’anglais a pas mal atteint son niveau de pénétration maximal de nos jours et que si le mandarin était aussi facile à apprendre que l’anglais, ce serait la dernière chose “red hot”, le buzz de l’heure, tout le monde voudrait apprendre le mandarin parce que les chinois, économiquement parlant, tiennent les États-Unis et bien d’autres pays par les couilles. Le monde leur appartient quasiment à toute fin pratique.

Et je tombe, via un gazouillis (Twitter) de @altuslogic, sur une partie de conférence de l’entrepreneur Jay S. Walker qui explique que 2 milliards de personnes dans le monde apprennent en ce moment l’anglais. Mais le plus étonnant c’est quand il explique la situation chinoise, qui est en train de devenir, et par loi, la plus grande nation parlant anglais. Et il nous montre des cours d’anglais en plein air, avec des milliers de personnes qui répètent des trucs comme : i wanna speak perfect english! I wanna change my life!

Inutile d’écrire que cela serait pratiquement impossible au Québec, même si cela se passe, mais autrement, par la proximité. Et sur le web, nous sommes tous virtuellement proches. Je me demande aussi comment les Français voient la situation. Est-ce qu’il y en a pour avoir peur de la pénétration de l’anglais en France?

Pour ma part, et je le répète encore, c’est de l’unilinguisme anglophone dont j’ai peur, étant donné que le statut de l’anglais comme langue commune mondiale est une bonne raison pour un anglophone unilingue de ne pas apprendre la langue de la majorité, comme il y en a au Québec. Et quand la totalité (enfin, la presque…) du globe parlera anglais, gageons que les langues extra-anglophones seront de plus en plus folkloriques…si ce n’est pas déjà commencé.

22 pensées sur “L’anglomania chinoise

  • Ping : L’anglomania chinoise « Renart L’éveillé / Carnet résistant

  • avatar
    27 mai 2009 à 15 03 41 05415
    Permalink

    Qu’il y ait une langue « internationale » ne me dérange pas vraiment. Par contre, ce qui me dérange est que cette langue soit associé à une nation ou à un peuple spécifique et qu’elle soit « imposé » au reste du monde soit par la force ou par d’autre moyens plus subtil tel l’économie, le commerce.

    Je n’aurai aucun problème avec une langue tel que l’esperanto, qui n’est associé à aucun pays ou peuple. C’est une langue qui fut créé pour faciliter les échanges entres les pays et les représentants de l’ONU. Pour moi, c’est l’idéal! Une langue neutre!

    Répondre
  • avatar
    27 mai 2009 à 16 04 15 05155
    Permalink

    En France on craint en effet de se faire penetrer par des Anglais … ils ont une sale reputation. Mais on a rien contre la penetration des Anglaises ceci-dit.

    Tu devrais lire le bouquin sur l’imperialisme de la langue anglaise ecrit par un Quebecois, j’ai croisé ca sur les tablettes de Renaud-Bray y a quelques jours, ca avait l’air amusant.

    Ce n’est pas l’anglais qui va tuer toutes les cultures de ce monde, c’est plutot l’economie et les systemes federalistes, tant en europe qu’ici. La raison de la perte de dizaines de culture, ce n’est pas à cause d’une langue dominante, mais simplement parce qu’on investit plus dans la sauvegarde de nos valeurs et traditions… quand on n’en a pas tout simplement honte !

    Répondre
  • avatar
    27 mai 2009 à 16 04 17 05175
    Permalink

    Je trouverais ça vraiment dommage que toute la planète parle la même et unique langue ou qu’une langue populaire (lire internationale) telle que l’anglais finisse par remplacer, voire éradiquer, les langues nationales et locales.

    J’aime la différence, pas celle qui divise, stratifie et éloigne, mais celle qui colore la vie, qui élargit les esprits, qui donne un sens aux voyages et aux relations sociales, culturelles, humaines.

    Répondre
  • avatar
    27 mai 2009 à 19 07 03 05035
    Permalink

    En fait la langue structure la pensée, une langue qui meurt fait mourir une forme de pensée. La richesse des idées en est affectée.

    Une langue universelle est la pire chose qui pourrait arriver à l’humanité, ça nous rendrait bête à pleurer….

    Les essais comme l’espéranto n’ont pas marché et je crois que c’est une chance, ça s’est limité de façon très restreinte au domaine des scientifique, mais même là, ça aurait pu limiter le monde des idées. Je suis plutôt heureuse de cet échec.

    Il y a toujours eu une langue dominante, l’histoire nous apprend que d’autres langues ont déjà dominé sans s’imposer dans les foyer de tous les pays, alors selon moi, ce n’est pas une menace si grande que ça.

    Répondre
  • avatar
    27 mai 2009 à 19 07 28 05285
    Permalink

    Bonjour. Je trouve votre site formidable. Mais quand je veux ouvrir la page sur « le nouvel ordre mondial », elle apparait couverte d’un tramé de gris, comme si elle était censurée. Les commentaires en bas de page sont bien lisibles mais pas l’article. La censure sur le net ou sur votre site est-elle possible? Et si oui, par qui? Qui contrôle? Merci.

    Répondre
  • avatar
    27 mai 2009 à 19 07 40 05405
    Permalink

    @ Koval:
    « Une langue universelle est la pire chose qui pourrait arriver à l’humanité, ça nous rendrait bête à pleurer….. »

    Je trouve que tu exagères beaucoup, Koval. Au contraire, je trouve qu’une langue universelle est bénéfique car plus il y a de monde qui la parle, plus il y a d’échange d’idée possible.

    Je vois ça un peu comme l’histoire de la tour de Babel. Si tout le monde parle une langue différente , bonjour la confusion et l’incompréhension!

    Mais s’il y a une langue « universelle », tout le monde se comprend et si par la même occasion, cette langue est totalement neutre, je ne vois vraiment pas le problème.

    Répondre
  • avatar
    27 mai 2009 à 19 07 42 05425
    Permalink

    *En passant, je ne suis pas en train de dire qu’une langue universelle doit faire disparaître toute les langues locales. Les deux peuvent très bien « cohabiter » et se compléter.

    Répondre
  • avatar
    27 mai 2009 à 22 10 09 05095
    Permalink

    Évidemment Redge, je pensais à une langue comme par exemple l’espéranto, apprise à tous les humains, donc de façon universelle. De surcroît faire croire à tous que l’apprentissage de cette langue puisse changer leur vie pour le mieux, constituerais à coup sûr un mouvement vers l’extinction des langues d’origine.

    Ce qui serait un désastre à mon sens, car comme je disais, tuer une langue c’est tuer un monde d’idée. La diversité des idées est importante pour la survie de l’Homme.

    C’est ce que je crois….c’est invérifiable bien entendu.

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2009 à 1 01 32 05325
    Permalink

    Koval, je ne suis pas certain de te suivre.

    Dans un sens, et je crois que tous ici vont être d’accord avec ça, la langue qui se rapproche le plus d’une langue internationale (ou universelle) est l’anglais. Des millions de gens l’apprennent chaque année.

    À ce que je sache, ces gens n’ont pas renié leur langue maternelle en apprenant l’anglais.

    On est porté à l’oublier, mais quand on regarde les choses dans l’ensemble, nous ne sommes qu’un seul et même peuple: les humains. Nous formons un tout, mais ce « tout » est éparpillé sur des territoires imaginaires qu’on appelle pays et parle des langues différentes….

    Cela étant dit, je suis 110% pour la diversité culturel, mais soyons réaliste, on ne gagne rien à s’isoler dans notre petit coin en nous limitant à notre petit monde. S’unir, ça ne veut pas dire oublier qui on est, ni « tuer » quelque langue que ce soit.

    Tu dis  » La diversité des idées est importante pour la survie de l’Homme. ». Ben justement! Imagines si tous les hommes pouvaient se comprendre entre eux! En s’unissant, on est plus fort qu’en restant chacun dans notre coin. Il me semble que c’est évident!

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2009 à 7 07 21 05215
    Permalink

    Redge le modèle de l’apprentissage pour l’anglais comme le décrit Renart pour les chinois ne prévaut pas ici et ailleurs.

    Oui, tous ont des cours obligatoires ici, mais personne ne fait un lavage de cerveau aux jeunes pour leur expliquer que l’anglais est vraiment un truc important qui fait que la vie est meilleure….en tout cas, mes parents ne m’ont jamais écoeurée avec ça et je n’ai jamais dis cela à mon fils….c’est plus relaxe qu’avec les chinois.

    Pour le Chinois, c’est de l’endoctrinement quand on fait répéter aux jeunes

    « i wanna speak perfect english! I wanna change my life! »

    Ben quand tu prônes un modèle d’enseignement de ce genre, il y a des risques pour que les gens abandonnent leur langue puisque dans ce genre de mantra, on sous-entend que l’anglais une langue plus importante que la tienne.

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2009 à 12 12 08 05085
    Permalink

    Koval, je suis d’accord avec toi. Il y a une façon de faire les choses et l’endoctrinement n’est vraiment pas la solution. Tout le monde doit avoir le choix.

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2009 à 14 02 38 05385
    Permalink

    Les chinois apprennent l’anglais non pas pour se débarasser de leur culture mais au contraire, pour l’utiliser à leur avantage. Ils se servent de cette langue de commerce internationale pour communiquer avec le monde extérieur qui justement trouve trop difficile et laborieux l’apprentissage du mandarin (ou du cantonnais, la langue de certains districts plus régionnaux de Chine mais possédant les mêmes symboles). Cependant, entre eux, dans leur gang, je ne crois pas qu’on brandisse le spectre de perdre sa langue, sa culture et son héritage parce qu’on baragouine l’anglais.

    Les juifs ont ressuscité une langue morte, l’hébreu. Alors ceux et celles qui croient dur comme fer à la disparition éminente du français se gourrent royalement. Elle mourrait qu’elle ressusciterait immédiatement de ses cendres encore plus forte qu’avant.

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2009 à 14 02 52 05525
    Permalink

    Et je reviens à la logique du désir de mondialité. C’est donc pour moi (et pour tout les francophones) tellement futile dans cette optique d’écrire en français, puisque la totalité de l’humanité (qui connaîtra l’anglais) n’aura pas accès au sens de ce que j’écris… La même chose pour toutes langues extra-anglophones.

    Si le web devient, comme on le voit, le moyen principal de communication, cette logique rendra de plus en plus ces autres langues inutiles. Et une langue inutile est une langue morte.

    Répondre
  • avatar
    28 mai 2009 à 18 06 19 05195
    Permalink

    @Roblechon :
    « Ce n’est pas l’anglais qui va tuer toutes les cultures de ce monde, c’est plutot l’economie et les systemes federalistes, tant en europe qu’ici.  »

    Précise ta pensée svp par rapport à la manière dont le fédéralisme va tuer toutes les cultures. Je crois être en désaccord, mais je veux d’abord connaître ta pensée avant de la réfuter. 😉

    Répondre
  • Ping : Où va le monde? «

  • avatar
    28 mai 2009 à 23 11 11 05115
    Permalink

    @Renart,

    Je trouve que vous exagérez nettement mais ça c’est mon humble avis.

    Comme je l’ai déjà dit et je le répète ici, rien ne me fait croire que l’anglais n’ait pas déjà atteint son apogée et que la situation ira en empirant.

    On capote pour la langue, mais pas un chat ne s’en soucie quand les gens de différentes nationalités s’entremêlent pour former des mélanges ethniques et peu de gens se soucie de l’avenir des religions aussi. Quelle sera la religion dominante du 21e siècle, est-ce que l’humanité se raliera avec l’Islam, le Christianisme ou le Boudhisme de la même manière que l’Anglais semble ralier les gens?

    C’est la mondialisation à son meilleur. Ceci étant dit, il y aura toujours une place pour les autres langues.

    Et à part de ça, je ne vois pas ce qu’on pourrait y faire de plus. Il n’y a pas de coups de baguette magique qui va forcer les gens à décider à leur place quelle langue ils veulent parler et avec qui ils veulent s’entremêler.

    Répondre
  • avatar
    29 mai 2009 à 0 12 01 05015
    Permalink

    Tym Machine,

    « Je trouve que vous exagérez nettement mais ça c’est mon humble avis. »

    ah! bon… ça me surprend! 😉

    Et aussi, on se tutoie?

    Peut-être que j’exagère, mais je ne fais que pointer le danger hypothétique. Je dis danger, mais ça n’en est qu’un en se référant à la réalité actuelle de toute façon.

    Il n’y a que quelqu’un qui a perdu un membre pour le sentir encore…

    Répondre
  • avatar
    29 mai 2009 à 11 11 30 05305
    Permalink

    Pour ta question de savoir si en France on s’inquiète d’un unilinguisme anglais… Je répondrais tout simplement, facilement, que non.

    Il y a beaucoup de personnes pour se plaindre de la domination de l’anglais comme langue d’échange (avec le débat déjà vu qui va avec: américano-phobie, proposition de l’espéranto, argument que la langue n’est pas facile…). Je trouve cela davantage aigri que constructif en général.

    En revanche, je ne vois pas trop d’inquiétude sur le fait que l’anglais devienne un jour la langue unique, tout simplement car les gens ne prennent pas cela au sérieux. Les anglophones sont en effet dans l’immense majorité touristes plutôt que nos voisins en France, au contraire du Québec.

    Ca n’empêche pas ici les gens d’être attachés au français (même si c’est pour mal le parler ;)).

    Une petite idée :
    Si les gens sont tellement attachés à leur langue natale, n’est-ce pas, justement, parce qu’elle est natale? Parce que leurs souvenirs sont dans cette langue. Parce que leurs idées sont dans cette langue. En somme: tout ce qui leur est le plus intime.

    Si l’on va un jour vers une langue unique, je pense que cela sera progressif, se jouant sur des générations… Par la même, l’attachement à la langue se fera.

    Je ne dis pas vive les langues mortes. Juste que l’on s’attache naturellement à la langue que l’on parle. Davantage pour des raisons émotionnelles que linguistiques.

    Répondre
  • avatar
    29 mai 2009 à 12 12 07 05075
    Permalink

    Apprendre,

    « Ca n’empêche pas ici les gens d’être attachés au français (même si c’est pour mal le parler 😉 ). »

    Si tu parles des Québécois, je ne la trouve pas si drôle… chacun nos lacunes. Quand la presque totalité des sons en « an » sonne « on », il y a eu dérape solide de la prononciation.

    Sinon, le commentaire est intéressant.

    Répondre
  • avatar
    1 juin 2009 à 8 08 51 06516
    Permalink

    En fait renartleveille, je pensais aux Français de France. Je trouve qu’ici (en France), les gens les plus réac’ face à la langue anglaise ne l’utilisent pas forcément bien.

    Et… Comment dire… Ca ne reste que mon impression mais je trouve que les gens les plus « anti-anglais » en France le sont pour des motifs chauvins (cette arrogance à la française, « la France emmerde le reste du monde »). Ce qui n’apporte pas grand chose.

    A l’inverse, j’ai deux sœurs au Québec et, à discuter avec elles, la défense du Français au Québec semble due à des raisons identitaires et culturelles. Ce qui me semble une base constructive.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *