Écrire dans l’action

Par lutopium – J’ai accepté l’invitation de Pierre JC Allard de publier un billet tous les vendredis, jusqu’au retour de Pierre Schneider qui a décidé de prendre une pause bien méritée. J’aimerais à mon tour vous souhaiter une bonne année 2010, en espérant que le déroulement des choses saura combler vos attentes.

Pour ceux qui me connaissent, je n’aurai pas besoin de vous présenter mon point de vue politique ni de vous mettre en garde contre la naïveté qui me colle encore et toujours au cul. Je ne prétends pas tout savoir, loin de là. L’idée d’avoir toujours raison ne fait pas partie de ma réalité et je me réserve le droit de me contredire en tout temps. Y’a que les idiots qui ne peuvent changer d’opinion, n’est-ce pas? Ceci étant dit, j’aimerais tout de même rappeler certaines choses en ce qui concerne mon entêtement à bloguer sur la politique québécoise, ce qui vous aidera peut-être à formuler vos commentaires et réactions au cours des prochaines semaines :

  • Je suis de gauche. Avec des tonnes de nuances. Je ne veux pas abolir le système capitaliste et le libre-marché. Je ne suis pas communiste. Ni socialiste. Utopiste, sans doute. Je suis tout simplement de gauche: du côté des travailleurs et de ceux qui aspirent à le devenir, tout en étant solidaire de ceux et celles qui n’ont pas la chance d’avoir un boulot – pour quelque raison que ce soit. Pour moi, un boss c’est un boss. Ça ne veut pas dire la guerre mais je me tiens sur mes gardes.
  • Les compagnies privées ne me causent généralement aucun problème. Cependant, celles qui ont opté pour l’actionnariat semblent être plus vulnérables aux mensonges, aux manigances et à la corruption. Je les garde donc à l’œil et je dénoncerai avec virulence tout dérapage de leurs hauts-dirigeants. Je crois que les citoyens et les petits actionnaires doivent les tenir en laisse, quitte à étrangler l’appât du gain qui coule dans les veines de certains opportunistes en cravate. Je n’ai rien contre l’ambition en autant qu’elle ne soit pas démesurée.
  • Je suis persuadé que l’économie doit être mixte, qu’elle doit permettre l’épanouissement des bonnes idées tout en protégeant les services publics essentiels. Je refuse que la recherche du profit ronge les systèmes d’éducation et de la santé.
  • Je crois en la démocratie et à la recherche du consensus. À mes yeux, l’Assemblée nationale du Québec et la Chambre des Communes ne respectent pas leur « mission » démocratique et leurs obligations envers TOUS les citoyens. Je crois sincèrement que les québécois peuvent améliorer le fonctionnement de ces institutions. Par exemple, on pourrait commencer par une réforme du mode de scrutin, une révision de la loi sur le financement des partis politiques et – pourquoi pas – une assemblée constituante qui pourrait nous pondre un nouveau mode de vivre-ensemble. La bureaucratie gouvernementale doit être gérée efficacement. Les impôts et les taxes des citoyens doivent être utilisés avec efficacité, décence et transparence. Les syndicats doivent être responsables et intègres.
  • Je vis dans mon époque. Je n’en ai rien à foutre des ratés et des erreurs des siècles derniers. Tout en respectant les écrits des grands penseurs qui nous ont précédés, je crois qu’il faut agir dans son présent. Y’a plein de trucs qu’on peut faire à court-terme. Si tout ceux qui pensent à peu près comme moi se mobilisent et font sentir leur présence et leur désespoir, je crois qu’on peut changer quelque chose. Écrire sur les blogues est une chose. Mais rien ne vaut l’action directe. Les révolutionnaires en pantoufles ne m’impressionnent plus.

Je vous invite donc à débattre à tous les vendredis. Je vous offrirai quelques réflexions sur l’actualité politique québécoise. C’est ce qui m’intéresse car c’est dans cet espace que nous pouvons, vous et moi, influencer les réflexions et les décisions – si nous y investissons l’énergie et le temps nécessaires, évidemment.

52 pensées sur “Écrire dans l’action

  • Ping : Écrire dans l’action « Jeanne Émard

  • avatar
    8 janvier 2010 à 7 07 43 01431
    Permalink

    Qui êtes-vous au juste, monsieur Lutopium ?

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 7 07 51 01511
    Permalink

    @Garamond: Un citoyen québécois qui a décidé de s’impliquer en politique et de bloguer afin de court-circuiter le message de la droite politique. Je demeure dans la région de Montréal, j’ai la chance d’avoir un bon emploi et je suis l’heureux papa de deux filles de 12 et 14 ans. Ça va comme ça?

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 8 08 46 01461
    Permalink

    Bonjour Lutopium:

    Je vous remercie d’être venu à la rescousse, au moment où nous avons plus que jamais besoin de relancer les débat entre tous ceux qui veulent un changement.

    Votre retour au bercai,l qui coïncide avec l’arrivée dans nos rangs du Minarchiste, nous permet de couvrir un éventail plus large que jamais des options politiques qui s’offrent aux Québécois. L’ennemi fondamental, c’est l’immobilisme

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 9 09 28 01281
    Permalink

    @Pierre JC et Luto

     » L’ennemi fondamental, c’est l’immobilisme »

    Oui, et aussi l’ignorance.

    La connaissance est source de liberté. En ce sens, j’aime l’attitude de Lutopium quand il dit:

    « Je ne prétends pas tout savoir, loin de là. (…) Y’a que les idiots qui ne peuvent changer d’opinion, n’est-ce pas? »

    …sauf quand il dit ça:

    « Je n’en ai rien à foutre des ratés et des erreurs des siècles derniers. »

    Le passé est plein de leçons non-retenues qu’il ne faut pas répéter…

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 9 09 31 01311
    Permalink

    ….Einstein disait:

    « Insanity is doing the same thing over and over again and expecting different results. »

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 11 11 20 01201
    Permalink

    Tiens donc!

    Je crois que PJCA a raison. Ça va brasser! 🙂

    “Je ne prétends pas tout savoir, loin de là. (…) Y’a que les idiots qui ne peuvent changer d’opinion, n’est-ce pas?”

    Ne t’inquiète pas. On doit tous essayer d’apprendre et d’évoluer. Quand je relis mes vieux billets, je ris moi-même de la naïveté de certaines de mes positions passées. Je rirai sans doute de certains de mes écrits actuels un jour s’ils se révèlent erronés.

    Mais je crois justement que c’est en débattant ses idées avec des gens qui ne sont pas nécessairement d’accord qu’on peut arriver à voir les failles dans notre propre raisonnement.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 12 12 30 01301
    Permalink

    @Pierre: ça me fait plaisir! Je crois que tout le monde s’entend pour dire que les débats sont importants. Mais il ne faut pas oublier l’action sur le terrain, sinon, il ne se passera jamais rien!

    @minarchiste: j’ai écrit « Je n’en ai rien à foutre des ratés et des erreurs des siècles derniers. Tout en respectant les écrits des grands penseurs qui nous ont précédés… » – nuance! Vous savez ce que je veux dire par là. On ne peut pas accuser les militants de la gauche d’aujourd’hui des erreurs de parcours de ce courant politique. De la même façon, on ne peut pas rejeter le commerce et le libre-marché parce que des industriels ont appuyé Hitler, parce que des industries chimiques sont responsables de milliers de morts ou que des arnaqueurs ont volé des millions d’actionnaires…

    @Philippe: je crois aux petits gestes. L’élection d’un parti de gauche ou d’un parti libertarien au Québec, c’est pas pour demain. Mais les citoyens peuvent faire entendre leur voix. S’agit de se rallier. Quelques bons exemples: le Suroit, le Mont-Orford et le développement de Pointe St-Charles…

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 12 12 31 01311
    Permalink

    Lutopium,

    Tu écris :  »celles qui ont opté pour l’actionnariat » en parlant des compagnies privées, alors qu’une compagnie, par définition, est une société par actions.

    Certaines sociétés sont privées (dans le sens que le capital actions n’est pas transigé sur les marchés publics et est réservé à quelques actionnaires) et certaines sont publiques (cotées en bourse et n’importe qui peut devenir actionnaire).

    Par ailleurs, tu parles de démocratie.

    Le Canada et le Québec sont dans un système  »démocratique ». Trouves-tu que ça fonctionne bien? Ne crois-tu pas qu’il est justement là le problème, le règne de la majorité (qui en fait est une minorité), au dépend des libertés individuelles des autres (qui sont en fait une majorité).

    Tu dis que tu n’es pas socialiste, ni communiste, mais tu crois que les systèmes de santé et d’éducation sont des services  »essentiels ».

    L’éducation fournie par l’état est justement un des points du programme du parti communiste.

    Quant au système de santé, ça fait dur pas à peu près et on serait certainement mieux servi en traitant directement avec les médecins et en payant de notre poche.

    Tu es certainement un bon gars, animé de bonnes intentions, alors on verra bien ce que tu as à dire.

    Pour l’instant, il y a beaucoup de trous dans ton discours.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 14 02 17 01171
    Permalink

    @M. Laliberté: Ah… il faut être communiste ou socialiste pour appuyer une école ou un hôpital public que l’on juge essentiels? Vous me l’apprenez… Alors, y’en a des rouges par icitte…

    Si vous croyez qu’un système de santé privé est mieux – tant au niveau de la qualité, de l’accessibilité et des coûts – vous pouvez toujours aller aux USA… Vous m’en reparlerez.

    Beaucoup de trous dans mon discours? Et oui, que voulez-vous, j’adore le mental. La pognes-tu mon Aimé?

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 14 02 54 01541
    Permalink

    Je ne peus pas croire qu’encore aujourd’hui en 2010 les gens sont encore croyant dans le paradigme de droite//gauche.

    Je n’aime pas le mot révolution dans le sens ou celui-ci et également un paradigme, un centre émotionnel, un renouvellement d’idées et d’idéaux et une ré-appropriation de l’individu et de ces libertés personnel.

    Et cela mes amis n’arriveras jamais tant et aussi longtemps que les gens ne changerons pas leurs perception de la vie et de la société en générale.

    Autrefois comme mentionner dans les textes plus haut nous avions la possibilité d’écouter de grand philosophe de lire des traités écrit par de grand penseurs , qu »il est raison ou pas n’est pas important. L’importance de cette époque étais le choix, le libertarianisme et le réveil de la masse oppresser( ie:la rennaissance).

    Aujourd’hui , les grands penseurs de ce monde et les sois disant philosophe pour la plupart sortent de notre système d’éducation avec des citation et des textes appris par coeur bien que le sens fondamentale leur échappent. Je ne peux les en blâmer considérant notre système d’éducation ultra déficient.

    Bref je crois que je m’écarte de beaucoup du message que je voulais apporter. Tant que les gens resterons diviser que se soit a cause de la religion , de la race , ou autres paradigme comme la gauche//droite ,qui sommes toute sont totalement insignifiante considérant que nous sommes tous née égaux et que nous allons tous mourir égaux.

    Bref la division rend la tache d’autant plus facile a l’élite au pouvoir et croyez moi qu’ils travaillent très fort pour que les choses reste comme elle sont.

    Ce que je m’efforce de dire et que dans un debat ou une simple discussion peu importe le contenant c’est le contenu qui compte.

    *He who controls public information controls public opinion!*

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 03 01031
    Permalink

    Lutopium,

    Si tu crois que la santé des gens et l’éducation de leurs enfants doivent être entre les mains de l’état, je dirais que oui tu es socialiste. Aucun doute là-dessus.

    Un système privé serait mieux, sans aucun doute, car on éliminerait la nécessité de faire vivre la bureaucratie gouvernementale associée à ce service.

    Même commentaire pour l’éducation. En plus, le contenu reflèterait les valeurs des parents, pas celles de l’état, lequel n’a aucun intérêt à promouvoir l’individualisme ou la raison.

    Leila…entièrement d’accord avec toi.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 04 01041
    Permalink

    @Lleila: si je comprend bien votre commentaire, vous vous identifiez comme libertarienne. Si c’est exact, je comprend pourquoi vous trouvez que le paradigme gauche/droite est dépassé. J’entendais encore Martin Masse (vous connaissez?) à la radio cette semaine qui disait que les libertariens ne sont ni à gauche, ni à droite, ni au centre. Pourtant, ce vieux point de repère est simple: vous appuyez l’aristocratie, vous êtes de droite. Vous vous rangez derrière les citoyens, les travailleurs, vous êtes de gauche. Aussi simple que ça.

    Les libertariens ne veulent plus du politique et de l’état mais ne proposent absolument rien de concret à l’exception de tout confier au privé. Je vous suggère de vous rassembler, de mettre toutes vos économies dans un compte collectif, de vous acheter une île quelque part dans les tropiques et de fonder votre société libertarienne. Tout le monde sera content.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 10 01101
    Permalink

    Bon, le dernier vient de passé. J’y comprends rien.

    Anyway, Lleila, le concepte gauche-droite sert à infantiliser les débats, je suis totalement d’accords avec vous. Contrôler l’info, encore mieux le language.

    On parle de « libre-échange », quand en réalité, c’est du « managed trade », de réchauffement climatique, au lieu du cycle d’activité du soleil, de l’éducation, alors qu’en fait, ce sont des formations, etc., etc.

    Je suis bien heureux de voir que l’internet est la nouvelle invention, presque aussi importante que l’imprimerie, qui nous permettra de communiquer ce qu’on ne veut pas que l’on sache…

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 13 01131
    Permalink

    @lutopium – allez voir « Overview of America, part 2 » sur youtube. Le concepte gauche-droite n’a rien à voir avec ce que vous énoncez, du moins pas en ce qui concerne les systèmes de gouvernance.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 14 01141
    Permalink

    @Missive du Texas: je ne suis pas administrateur, faudra attendre l’intervention de Pierre. Cependant, si vous incluez plus d’un hyperlien dans un message, ça risque d’être perçu comme un « spam » par la plateforme WordPress.

    @M. Laliberté: êtes-vous libertarien également?

    Vous avez tort lorsque vous dites qu’un système de santé complètement privé fait mieux. Aux USA, il en coûte près du double par personne pour les soins de santé (et près de 50 millions d’américains n’ont pas de couverture). Les rares pays qui font un peu mieux que le Canada sont des systèmes mixtes (public-privé). D’ailleurs, vous saviez qu’au Canada, près de 30% des dépenses en santé vont déjà au privé?

    Pour ce qui est de l’éducation, vous dites encore une fausseté. Avant la démocratisation du système d’éducation, la plupart des citoyens n’avaient pas accès aux études supérieures. Seuls les riches ou ceux qui étaient parrainés par le clergé y avaient accès.

    Vous en avez contre les employés du gouvernement avant tout. Que s’est-il passé pour que vous haissiez les fonctionnaires?. Croyez-vous que la bureaucratie de l’entreprise privée fait mieux?

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 16 01161
    Permalink

    Lutopium,

    Tu suggère à un libertarien (étiquette inutile) de tout mettre dans un compte  »collectif ». On voit que tu as de la misère avec l’idée d’être responsable de ta propre vie, individuellement, juste par toi-même.

    C’est ça qui horipille ceux que tu appele  »libertariens », la dépendance étatique affective des gens qui croient encore au paradigme gauche-droite et qui ne comprendrons jamais que la politique, c’est une pièce de théatre pour endormir les masses et leur donner l’illusion que leur opinion compte (droit de vote).

    Moi ça ne me dérange plus les gens comme toi. Vous avez besoin qu’on vous dise quoi faire et comment le faire. Sans vos autorités pour vous indiquer le chemin, vous seriez perdus. Dans le fond, le gouvernement fait sa job. Il dirige son troupeau de moutons.

    C’est comme ça et ça a toujours été comme ça et je ne crois pas que cela changera bientôt.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 29 01291
    Permalink

    Lutopium,

    Ce n’est pas moi qui en as contre les fonctionnaires, c’est que les fonctionnaires en ont contre la propriété privée et les libertés individuelles.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 31 01311
    Permalink

    @Lutopium

    Dire que le système de santé américain est privé est loin de la réalité…ce système n’est pas libre de la coercition de l’État. Au contraire, c’est l’intervention de l’État qui permet aux prestataires de soins de santé et aux assureurs de « collusionner » pour faire grimper la facture.

    D’autre part, si je comprends bien ta perception du clivage politique, la gauche a un parti-pris pour les prolétaires alors que la droite a un parti-pris pour les aristocrates?

    Je te réponds à ça que les libertariens n’ont de parti-pris pour personne; personne ne devrait pouvoir utiliser la force coercitive de l’État contre les citoyens au profit d’un groupe en particulier, que ce soit les pauvres ou les gens d’affaires.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 33 01331
    Permalink

    @Missive du Texas: le concept gauche/droite ne sert pas à infantiliser le débat politique. Il sert à le simplifier. Les débats, si ça vous intéresse, sont plus faciles lorsque les idées sont simples. Toutefois, si ça vous intéresse:

    http://www.massecritique.org/training/gauche_et_droite/Gauche_droitev2.pdf

    Pour ce qui est du documentaire que vous recommandez, je crois avoir déjà visionné. C’est intéressant, mais ma définition est beaucoup plus simple et d’actualité.

    @M. Laliberté: un libertarien qui adhère au principe de la privatisation des soins de santé devra adhérer à une prime d’assurances. C’est pas un concept collectif ça une compagnie d’assurances?

    Et à part chiâler, vous proposez quoi? Quelles actions posez-vous pour changer ce monde que vous critiquez tant? Que comptez-vous faire pour défaire ces complots que vous voyez partout?

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 38 01381
    Permalink

    Absolument pas, ce que je suis ou ne suis pas ne devrais en aucun cas influencer la perceptions des autres sur la valeurs de mes pensées.

    Tout êtres humain souhaite que demain soit un jour meilleur pour lui-même et pour les enfants de ces enfants. Notre nature même nous pousse a aimer plutôt qu’a hair.

    Mais la  »nature » humaine d’aujourd’hui a été travestie et nous n’avons hélas plus le temps de nous arrêter et de réflechirs a nous , notre environnement , notre destination , notre société , nos valeur et autre sujet qui son hélas beaucoup plus important a l’évolution de l’humanité que de savoir que : »Patrick Huard fréquente une chanteuse ». Ou encore de classer systématiquement les gens du fait qu’il soit : Riche ou pauvre, beau ou laid, de droite ou de gauche.

    Bref nous naviguons avec des œillères et nous forgeons nos opinions et notre identité sur beaucoup ( mais la je dit beaucoup) d’entités sans valeur , sans saveur et sans odeurs qui nous son imposer consciemment ou non par de parfait étrangers ou groupes d’étrangers qui n’ont pas nécessairement mon bien ou le votre a cœur.

    Je ne me considère pas vraiment comme étant libertin nis provenant de la gauche ou de la droite. Je crois et ceci et mon opinion que de fait cela ne possède aucune importance car les réponsses que je recherche et la vérité que je poursuit sont bien au-delà de ces questions qui me paraisse vide de sens et de valeurs.

    Le changement celon moi ne peut être  »quantifier »,  »rationaliser » ou matérialiser car il provient de l’intérieur de tous et chacun , de ces idéaux et de ses souhaits , la vrai révolution et celle du coeur et de l’esprit et tant que les gens ne disposerons pas du temps nécessaire a la réflexion , traiter moi de pessimiste , mais je ne vois pas comment le changement pourrais poindre a l’horizon.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 41 01411
    Permalink

    Ce que je voulais exprimer dans mon premier texte étais que l’important ce n’est pas de savoir si vous êtes de la gauche ou de la droite nis de savoir si vous venez de St-Jérôme ou de Granby. L’important c’est le message que vous amener.

    De la l’expression  »Jugez le contenu et non le contenant ».

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 45 01451
    Permalink

    « mais ma définition est beaucoup plus simple et d’actualité »

    Ok.

    Il semble que vous savez tout ce qu’il y a savoir sur la politique, l’étymologie et les communications. Je m’incline devant tant de savoir 🙂

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 51 01511
    Permalink

    Et à part chiâler, vous proposez quoi? Quelles actions posez-vous pour changer ce monde que vous critiquez tant? Que comptez-vous faire pour défaire ces complots que vous voyez partout?

    Vous vous égarer, personne na parler de complots. Encore une fois ici ont a un bel exemple de systeme défensif sur utiliser de nos jours: Si vous ne comprenner pas quelque choses, marginaliser le.

    Changer le monde commence par un sourire et l’acceptance d’autrui.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 56 01561
    Permalink

    Bonjour Lutopium

    J’ai perdu confiance en nos gouvernements, ce qui n’est pas une chose agréable, mais en vous lisant et connaissant quelques peu votre parcours, je peux encore me dire que ce ne sont pas tous des crosseurs qui se lancent dans l’arène.
    Malheureusement ceux qui ont de bonnes intentions généralement ont n’entends pas beaucoup parler.
    C’est drôle lorsque j’ai lu votre « exposé » j’ai pensé au livre Le Politique de Platon.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 15 03 57 01571
    Permalink

    Les messages se croisent… désolé si j’en ai manqué quelques-uns!

    @M. Laliberté: vous commencez à faire dans l’insulte… Ne vous en faites pas, je lis quelquefois les manchettes de certains quotidiens américains (NYT, WP) et visite régulièrement des sites d’information politique. Vous en faites pas, je connais Medicare et Medicaid en plus d’avoir lu beaucoup sur la « réforme » présentement à l’étude au Congrès. Peu importe les chiffres, le système de santé américain est essentiellement un système financé par les employeurs (qu’ils soient privés ou publics), le traitement des demandes est fait par des assureurs privés et une bonne portion des établissements de santé sont privés et à but lucratif.

    @minarchiste: vous dites « Je te réponds à ça que les libertariens n’ont de parti-pris pour personne… » Je sais.

    @Lleila: Je m’adresse effectivement aux gens qui s’intéressent à la politique. Et non, je ne sais pas tout, loin de là!

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 16 04 01 01011
    Permalink

    @Alain: ça fait des lunes! Merci pour les bons mots… Vous en faites pas, moi aussi je suis découragé par le monde politique actuel. Cependant, je crois qu’on peut réaliser de grandes choses en posant de petits gestes!

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 16 04 25 01251
    Permalink

    Lutopium,

    On peut effectivement réaliser de grandes choses avec de petits gestes. Je ne doute pas de vos bonnes intentions.

    La question n’est pas que les fonctionnaires sont méchants, mais plutôt que le système n’est pas tel qu’il avait été annoncé.

    L’Internet a permis de connaître des informations qui n’avaient jamais été enseignées dans le système d’éducation de l’état, avec le résultat qu’il y a maintenant de plus en plus de gens qui prennent conscience de la manipulation.

    Tu écris que tu vis dans le présent et que tu te fous du passé. Tu te trompes à mon avis, car l’histoire se répète constamment.

    Si on connaissait mieux notre histoire, on ne ferait pas toujours les mêmes erreurs et on comprendrait mieux ce qui se passe aujourd’hui.

    Mais je crois qu’il y a de plus en plus de gens réveillés. Plusieurs sont sous hypnose et ne peuvent être réveillés.

    Le défi à mon avis, pour les réveillés, c’est de passer à l’étape suivante, et se débrancher du système.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 16 04 35 01351
    Permalink

    @ Lutopium

    Vous savez ce que je veux dire par là. On ne peut pas accuser les militants de la gauche d’aujourd’hui des erreurs de parcours de ce courant politique. De la même façon, on ne peut pas rejeter le commerce et le libre-marché parce que des industriels ont appuyé Hitler, parce que des industries chimiques sont responsables de milliers de morts ou que des arnaqueurs ont volé des millions d’actionnaires…

    Tu sais, même si tu n’adhère pas au communisme ou au naziisme, si tu colporte l’idée que c’est l’état qui doit gérer tout et que le collectif est plus important que l’individu, tu colportes les mêmes idéaux que les gens qui ont pavé la voie à Staline, Mao et Hitler. Je ne veut pas dire par là que tu appuie ces dictateurs, mais juste les idées qui les ont ultimement au pouvoir. La plupart des gens qui ont porté les Staline, Mao et Hitler au pouvoir n’avaient en réalité aucune idée que ceux-ci deviendraient des monstres sanguinaires, mais ils ont tout de même aidé à les mettre au pouvoir car ils croyaient que ces hommes allaient créer leur paradis du prolétaire. Le collectivisme est une idéologie dangereuse parce qu’elle vise à convaincre que les gens doivent se soumettre à l’état pour leur bien.

    Mais les citoyens peuvent faire entendre leur voix. S’agit de se rallier. Quelques bons exemples: le Suroit, le Mont-Orford et le développement de Pointe St-Charles…

    C’est drôle, mais il me semble que c’est justement ce que les libertariens enseignent. De laisser les gens s’organiser entre eux afin de coopérer à résoudre un problème par eux-mêmes, peu importe le problème.

    Si vous croyez qu’un système de santé privé est mieux – tant au niveau de la qualité, de l’accessibilité et des coûts – vous pouvez toujours aller aux USA… Vous m’en reparlerez.

    Tu surfe régulièrement sur des blogues libertariens mais je suis toujours toujours désolé de constater que tu semble encore ignorer tout sur notre mentalité. Si tu avais appris quoique ce soit dans tes échanges avec les libertariens, c’est que le système de santé américain n’est pas le modèle qu’on suivrait quand il s’agit de privatiser la santé. Le système américain a beau être privé en grande partie, mais ce n’est certainement pas un modèle de libre-marché. Les coûts de santé sont distortionnés autant par les services de santé publics que les assurances privées. Les règlementations des gouvernements des états étouffent la compétition et créent des monopoles. Bref, c’est pourquoi c’est la merde. Par contre, va voir ce qui arrive quand il y a des soins dispensés en privé, sans assurance, comme la chirurgie Lasik et tu constatera que la qualité des soins et de la technologie ne cesse de s’améliorer et les prix ne cessent de diminuer. C’est ça le pouvoir du marché. Il existe des façons de laisser fonctionner le marché de façon à réduire les prix au minimum et du même coup s’assurer que les démunis auront aussi accès aux soins. Mais il y a trop de gens qui ont peur de penser en dehors de la boite.

    Pour ce qui est de l’éducation, vous dites encore une fausseté. Avant la démocratisation du système d’éducation, la plupart des citoyens n’avaient pas accès aux études supérieures. Seuls les riches ou ceux qui étaient parrainés par le clergé y avaient accès.

    C’est drôle, mon père, mes oncles et mes tantes ont tous acquis une éducation et mon grand-père était loin d’être riche. Ils ont tout simplement travaillé pour gagner leurs études. Lorsque l’état contrôle l’éducation, la tentation est grande de l’utiliser comme outil d’endoctrination, comme les cours d’histoire dans les années 80-90 et les cours d’éthique et culture religieuse, par exemple…

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 16 04 42 01421
    Permalink

    @Aimé Laliberté – Il y a beaucoup de systèmes en place et s’ils ont une influence, ils sont silencieusement contrôlé. La seul place où l’on peut encore communiquer entre citoyens sans manipulation, c’est l’internet. Encore plein de potentiel là. Le P2P fait peur car c’est presqu’impossible à contrôler.

    Par se « débrancher », j’imagine que vous voulez dire ne plus se laisser manipuler.

    En ce qui me concerne, je suis pour que les individus-familles-communautés soient le plus indépendants possibles (dans le sens de « self-sufficient ») ET totalement engagés dans le système qui perçoivent les taxes.

    En passant, je suggère à tous de faire un tour de financialpermaculture.org. Cette méthode permet de faire un inventaire de la source des fonds dépensés dans votre communauté ainsi les intervenants avec pouvoir de taxation. Cela peut aider à identifier où la corruption à le plus grand risque de prendre racine.

    Faut bien commencer quelque part…

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 17 05 10 01101
    Permalink

    Missive,

    Par débrancher, je veux dire redevenir souverain et non assujetti aux statuts (lois) de l’état applicables aux  »personnes ».

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 17 05 30 01301
    Permalink

    @Aimé – Je vois. Tous les citoyens des pays du commonwealth sont des « sujets de Sa Majesté », non des individus souverrains.

    Vous croyez que Sa Majesté encouragerait votre ligne de pensée?

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 18 06 10 01101
    Permalink

    Missive,

    Les citoyens des pays du Commonwealth sont des “sujets de Sa Majesté”’ Tu as sans doute raison, sauf qu’il faut préciser que seules les  »personnes » peuvent être citoyens.

    http://dsp-psd.pwgsc.gc.ca/Collection-R/LoPBdP/BP/bp445-f.htm#A.%20Introductiontxt

    Sa Majesté la Reine est également la Défenderesse de la Foi, c.-à-d. qu’elle s’est engagée à faire respecter la loi suprême du Commenwealth, laquelle est la Bible, version King Kames, (voir Coronation Oath) laquelle énonce (première page, Genèse)

     »And God said, Let us make man in our image, after our likeness: and let them have dominion over the fish of the sea, and over the fowl of the air, and over the cattle, and over all the earth, and over every creeping thing that creepeth upon the earth.

    So God created man in his own image, in the image of God created he him; male and female created he them.  »

    (http://www.bartleby.com/108/01/1.html)

    Toujours dans la bible, version King James, le ier commandmeent est :

     »Thou shalt have no other gods before ME. »

    Si je regarde la déclaration canadienne des droits, la première phrase du préambule dit ceci :

     »Le Parlement du Canada proclame que la nation canadienne repose sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu… »

    http://www.canlii.org/fr/ca/legis/lois/lc-1960-c-44/derniere/lc-1960-c-44.html

    Donc, pour répondre à ta question, je ne crois pas que la Reine aurait un problème avec ce que j’ai écris antérieurement, car ma position est conforme aux principes constitutionnels du Commonwealth et des  »lois » canadiennes précitées.

    Le problème, c’est que presque tout le monde pense qu’une personne et un homme ou une femme sont la même chose, alors que c’est à la base même de la supercherie dont on discute…

    D’ailleurs je suis surpris que tu ne connaisse pas cette distinction, car c’est le même raisonnement dans la déclaration d’indépendance US de 1776 (inalienable God given rights).

    Une personne, c’est une corporation créée par l’état à ta naissance afin de pouvoir taxer le fruit de ton labeur et te contrôler par l’entremise des lois applicables aux personnes.

    Pourquoi les lois ne s’appliquent pas aux hommes? Parce que l’homme est créé par Dieu à son image. L’homme est la création de Dieu. Le maître de l’homme, c’est Dieu, pas l’État. Même les  »lois » de l’état reconnaissent que Dieu est suprême. En vertu de la loi de la création, la craéture est toujours soumise au créateur. Les personnes sont crées par l’état et sont donc soumises à l’état. Comment cesser d’être une personne? Voilà le défi dont je parlais tantôt.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 18 06 21 01211
    Permalink

    @ Missive du Texas

    Vous croyez que Sa Majesté encouragerait votre ligne de pensée?

    Sûrement pas.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 19 07 28 01281
    Permalink

    Philippe,

    Sa Majesté est un personnage. Je suis un homme, pas un personnage dans une pièce de théatre. Le personnage de Sa Majesté ne peux encourager cette ligne de pensée car son rôle est de diriger ses sujets, comme vous disiez. Mais la femme qui occupe ce rôle a sans doute sa propre opinion, qui n’est pas nécessairement la même que son personnage. On pourrait dire la même chose de toute personne qui occupe un rôle ou une fonction.

    Au lieu de vous demander ce que la Reine penserait de tout ça, demandez vous plutôt ce que ça veut dire d’être un sujet ou un citoyen.

    Être un sujet ou un citoyen ressemble étrangement à avoir un autre dieu que Dieu lui-même, n’est-ce pas?

    Donc, c’est parfaitement logique, il me semble. Tu choisis ton maître. Si tu choisis Dieu, Dieu est ton maître. Si tu ne choisis pas Dieu, l’état est ton maître. Ce n’est pas compliqué.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 20 08 33 01331
    Permalink

    @Aimé

    Ce dont vous parlé est d’une importance « CAPITALE » mais il me semble que le message est difficile a passé, pourtant…
    Ça ferait un très bon article, nous pourrions nous instruire sur bien des sujets comme l’histoire, les monarchies etc…
    Vous seriez bien placé pour nous en parlé.

    Répondre
  • avatar
    8 janvier 2010 à 20 08 49 01491
    Permalink

    @ Aimé Laliberté

    Donc, c’est parfaitement logique, il me semble. Tu choisis ton maître. Si tu choisis Dieu, Dieu est ton maître. Si tu ne choisis pas Dieu, l’état est ton maître. Ce n’est pas compliqué.

    Tout à fait d’accord.

    Répondre
  • avatar
    9 janvier 2010 à 9 09 52 01521
    Permalink

    Aimé, je sais ce dont vous parlé, j’y ai regardé un peu. Je ne vois pas vraiment comment faire reconnaître ça par le système. Si vous avez un document élaboré là-dessus, j’aimerais bien lire.

    Répondre
  • avatar
    9 janvier 2010 à 10 10 39 01391
    Permalink

    Bonjour à tous,

    Si vous voulez lire sur ce sujet, voici un court article qui explique certaines notions fondamentales. Le lien vers le livre cité dans l’article va vous donner toutes les explications requises, et plusieurs références.

    Vous devez toutefois faire l’effort de lire et comprendre par et pour vous-même.

    http://www.phillyimc.org/en/extortion-system-ruling-elite

    Répondre
  • avatar
    9 janvier 2010 à 17 05 20 01201
    Permalink

    Bonjour à tous,

    J’ai regardé  »The fifth estate » à CBC hier. L’émission porte sur une ado de 15 ans qui est condamnée à 2 mois de détention (au Nouveau-Brunswick) après avoir lancé des pommes (eh oui) à un facteur!!!

    Toujours est-il que la pauvre fille en question finit par passer 3 ans et 8 mois en détention (même si elle avait été condamnée à 2 mois), presqu’exclusivement en isolement.

    Elle se fait poivrer, taser, attacher dans une camisole de force.

    Après 3 ans et 8 mois, elle se suicide, et les gardes refusent d’intervenir pour l’aider, car ils suivaient les directives d’en haut…

    Voici un vidéo de quelques minutes sur cette émission de The Fifth Estate présentée cette semaine à CBC.

    http://www.cbc.ca/video/news/player.html?clipid=1379978984

    Répondre
  • avatar
    9 janvier 2010 à 22 10 57 01571
    Permalink

    Je propose un systeme de santé dont la pierre angulaire est la relation entre l’individu et un médécin qu’il choisit, ce dernier payé par capitation par l’État qui ne s’immisce en aucune autre façon dans relation.

    Je propose mutatis mutandis à peu près la même chose en éducation et généralement parlant une société entrepreneuriale bâtie sur un socle de services collectifs maintenus par solidarité comme élément essentiel du contrat social. Suis-je socialiste ?

    http://nouvellesociete.wordpress.com/une-nouvelle-societe-12-min/

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    10 janvier 2010 à 9 09 06 01061
    Permalink

    Bonjour Pierre,

    Tu poses une question dont tu connais la réponse.

    Si ton  »contrat social » est un véritable contrat, auquel chacun peut consentir librement, tu respectes la liberté individuelle de chacun et il n’est pas question de soocialisme, mais de partage ou de solidarité, comme tu dis.

    Par contre, si ce  »contrat social » est imposé obligatoirement à tous, et qu’on doit obligatoirement y contribuer, sous menace d’une saisie ou d’une peine quelconque, tu a choisi d’imposer la puissance du groupe contre le libre-choix de l’individu, peu importe le qualificatif utilisé.

    C’est ainsi que fonctionnent tous les systèmes dirigés par des gouvernements, qu’ils soient socialistes, communistes, ou soi-disant capitalistes.

    Répondre
  • avatar
    10 janvier 2010 à 11 11 45 01451
    Permalink

    Salut tout le monde. Comme je me suis absenté de la blogosphère depuis presque deux jours (faut bien se changer les idées de temps en temps…), je prendrai le temps de répondre et réagir à quelques commentaires déposés ici depuis vendredi après-midi.

    @Aimé: j’ai dit que je vivais et posais des actions (aussi modestes soient-elles) par rapport à mon présent immédiat. Ce que je veux dire par là c’est qu’il faut se concentrer sur l’actualité immédiate – dans le temps et l’espace – afin de poser les gestes adéquats. Évidemment, l’histoire et les évènements qui nont ont précédés sont d’une importance cruciale. Cependant, on ne peut pas rejeter les principes de la démocratie citoyenne, pratiquée dans l’enceinte d’un état sur lequel ces citoyens exercent un impact et une emprise sur ses actions, tout simplement parce que nous ne sommes pas encore parvenu à y parvenir ou à équlibrer le rapport de force avec « l’aristocratie ».

    Je trouve qu’il ressort du domaine des syllogismes et des sophismes que d’associer délibérément un citoyen qui adhère aux idées « de gauche » d’aujourd’hui à des personnages comme Staline, Hitler, Castro et autres en utilisant leurs erreurs et l’imposture de certains d’entre eux pour tenter de prouver que toute approche collectiviste doit être rejetée.

    @Philippe, tu dis « Le collectivisme est une idéologie dangereuse parce qu’elle vise à convaincre que les gens doivent se soumettre à l’état pour leur bien. » Le collectivisme, par définition, ne propose pas la soumission des individus à l’état. Voilà un bel exemple de syllogisme que je mentionnais précédemment.

    Pour ce qui est d’utiliser l’exemple américain pour tenter de prouver qu’un système de santé privé ne serait pas à l’avantage de TOUS les québécois, c’est tout à fait approprié de se servir de cet exemple pour contrer l’idéologie libertarienne. Car, même si l’état est complice de cette industrie fort lucrative et que les libertariens rejettent la présence de l’état dans ce domaine, il n’en demeure pas moins que ça permet d’analyser le comportement du libre-marché dans un service qui devrait – à mon avis – être dissocié de toute recherche de profit.

    Et oui, tu pourras toujours mentionner ces histoires qui tendent à démontrer que des ouvriers ont fait de grands sacrifices pour permettre à leurs enfants de fréquenter les collèges classiques des années 50. Je pourrais également t’en raconter d’autres où les enfants n’ont eu aucune possibilité d’accéder aux études supérieures à cause de la pauvreté.

    @Pierre JC Allard: voilà qui est bien dit.

    Répondre
  • avatar
    10 janvier 2010 à 15 03 30 01301
    Permalink

    Bienvenu Lutopium, pour moi, notre système est basé sur la hiérarchie et la domination de l’État ainsi que de l’aristocratie économique, l’élite de la classe supérieure. Le rôle de l’État a toujours été de garder l’humanité sous sa tyrannie illégitime tout en produisant une société de caste, d’une majorité de prolétaire et d’une minorité de bourgeois. Tous les État se sont répandu par la violence, le chantage et souvent au nom d’un joli idéal comme la justice.

    La gauche comme la droite tente de régler les problèmes et l’injustice que ce système monstrueux génère en tentant de le modifier un peu sans jamais en détruire les bases, bref changer les détails pour que tout reste pareil au final. D’ailleurs les deux principaux partis politique de chacun des pays occidentaux sont composé de membre de la classe supérieur membre de think-thank de l’élite mondiale comme le groupe de Bilderberg ou la table ronde.

    Tout ça pour dire que de vouloir modifier l’État pour avoir une société plus juste c’est comme demander à un ordinateur d’exécuter une tâche pour laquelle il n’a pas été programmer selon moi. C’est aussi vouloir rendre plus tolérable la prison dans laquelle on vit au lieu de vouloir la détruire.
    En tout cas, j’ai hâte de lire vos billet sur les abus des grandes compagnies parce que cela est toujours intéréssant.

    Répondre
  • avatar
    10 janvier 2010 à 17 05 03 01031
    Permalink

    Les gens communiquent à ceux qu’ils aiment ce qui devrait leur être utile pour être heureux et réussir une vie. Ce genre d’intéraction n’existe pas entre le gouvernement et le citoyen.

    Le système qui se crédite avec notre représentation ne redonne jamais autant qu’il prend. Il ne le peut pas étant donné que tout ce qu’il donne provient de celui à qui il a donné. Le citoyen, de la perspective du gouvernement, devrait être le Dieu car rien n’est créée par le gouvernement dont la source ne provient pas du citoyen.

    Je conçoit donc le gouvernement comme un parasite.

    Il nous est utile, mais tout autre forme d’entente entre citoyens pourrait accomplir la même chose et fort probablement mieux et à moindre coût.

    Avant de se battre contre l’esclavage, un esclave devait être convaincu de la légitimité de sa cause. Nous devons avoir la même conviction lorsque que l’on parle de la relation citoyen-gouvernement. Je suis ton Dieu, ne l’oublie pas.

    Mais l’élite fera tout pour qu’on ne se rende pas là…

    Répondre
  • avatar
    10 janvier 2010 à 21 09 54 01541
    Permalink

    Avant de se battre contre l’esclavage, un esclave devait être convaincu de la légitimité de sa cause

    Amen.

    Répondre
  • avatar
    11 janvier 2010 à 11 11 03 01031
    Permalink

    Bonjour à tous,

    L’état policier est arrivé, on dirait.

    1)
    Ici, on a le cas de deux adolescentes détenues pendant six (6) heures (!!!) par des agents de sécurité de Wal-Mart d’Ottawa qui les soupçonnaient de vol à l’étalage.

    Aucune accusation n’a été portée contre les 2 filles en question lorsque les policiers sont finalement arrivés sur les lieux, avant de repartir quelques minutes plus tard.

    http://www.ottawacitizen.com/life/Public+Citizen+Teens+held+hours+Walmart+bogus+shoplifting+suspicion/2425573/story.html

    2) Prochain article, à l’aéroport d’Ottawa, une dame de 85 ans est fouillée à fond, doit enlever ses pantalons, se fait tâter l’abdomen par des employés de sécurité à l’aéroport d’Ottawa. La dame trouve l’expérience traumatisante.

    La réponse du ministre Baird est que n’importe qui peut être un danger pour la sécurité (!!!)

    http://www.ottawacitizen.com/news/Baird+backs+airport+search+year+woman/2426877/story.html

    3) Finalement, il y a Ashley Smith, une ado de 15 ans condamnée à 2 mois de prison au N-Brunswick pour voir lancé des pommes (!!!) à un facteur. Elle passera 3 ans et 8 mois en détention et finira par se suicider.

    Durant son incarcération, elle est presque toujours en isolation (lumière allumée, 23h/24 dans sa cellule). Un détenu ne peut être gardé plus de 60 jours en isolation sans une révision judiciaire. Pour éviter d’aller devant un tribunal, les autorités la promenait d’un centre à l’autre (et prétendent qu’une nouvelle période de 60 jours commence lors du transfert).

    Ce que j’ai vu du reportage de The Fifth Estate à CBC, c’est véritablement des scènes de torture à l’endroit de cette jeune femme.

    Donc, si vous avez le temps, je vous suggère de regarder cette émission diffusée cette semaine à CBC.

    http://www.youtube.com/watch?v=tP-k47rIIyA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *