La droite québécoise et les syndicats

Par lutopium – Suite aux récents déboires de la FTQ Construction, les partisans de la droite et du libre-marché n’ont pas raté l’occasion de discréditer le syndicalisme en l’associant au crime organisé, allant même jusqu’à présumer que toutes les centrales sont reliées à la mafia… Utilisant sa rhétorique néolibérale habituelle, le blogue libertarien Le Québécois Libre profite de l’occasion pour transmettre encore une fois le message de ses maîtres: « …ce qui distingue les syndicats des organisations criminelles est que les premiers disposent de privilèges légaux considérables pour légitimer leurs actions, mais la méthode est essentiellement la même…. La violence et le vol font intrinsèquement partie des méthodes syndicales…» On fait encore une fois dans le plus grand des délires.

Aucune nuance n’est apportée dans les nombreux billets parus sur les blogues de droite. Selon eux, tous les syndicats utilisent ces méthodes doûteuses, ne cherchent qu’à protéger leurs intérêts et ont une attirance naturelle avec les organisations criminelles de Montréal. À les entendre, ce sont les syndicats qui cherchent à tisser des liens avec le crime organisé et non le contraire. Tout le monde est coupable. On va même jusqu’à ressortir le squelette d’André Desjardins pour argumenter le tout…

Personnellement, et ce même si je n’ai jamais été syndiqué, j’appuie inconditionnellement le droit d’association des travailleurs. Nous en avons fait du chemin depuis le 1er mai 1886 où ceux de Chicago ont obtenu la journée de travail de huit heures après une grève qui a mobilisé 300,000 personnes. Même si des militants furent arrêtés et condamnés à mort (quatre d’entre eux furent pendus), le mouvement syndical ne s’est pas laissé intimidé et a poursuivi sa lutte afin d’établir un équilibre dans les négociations avec les patrons.

Au Québec, le patronat s’est doté de plusieurs associations et lobbies afin d’établir un rapport de force avec les donneurs d’ouvrage, particulièrement les services publics. Chambres de commerce, Conseil du Patronat et quelques think tanks bien financés leur permettent d’influencer les dépenses et les attributions de contrats. Si les patrons ont le droit d’unir leurs forces – tout en contrôlant directement ou indirectement la majorité des médias d’information – pourquoi les travailleurs n’auraient-ils pas accès à ce droit fondamental?

Évidemment, pour la nouvelle classe néolibérale, les syndicats sont un obstacle au développement économique, à l’augmentation des profits et à l’enrichissement de quelques privilégiés.  Je n’arrive pas à comprendre ce qui motive de simples citoyens québécois à appuyer la classe dirigeante sans réserve tout en rejetant le principe que les travailleurs (groupe auquel ils appartienent sans doute) ont tout à gagner en unissant leurs forces.  De plus, si j’utilise le même raisonnement que celui présenté par ces blogueurs réactionnaires, il faudrait peut-être songer à interdire les firmes de courtage financier, fermer certaines banques et quelques entreprises. Car, ces temps-ci, les fraudeurs et les tricheurs se retrouvent beaucoup plus de ce côté que dans les centrales syndicales… Ce n’est pas parce qu’une dizaine d’individus assoiffés de quelques dollars et d’une vie de pacha sur un yatch qu’il faut discréditer l’ensemble du mouvement syndical. Croyez-vous vraiment que l’Ordre des Infirmières, le syndicat des techniciens de Bell Canada et celui des journalistes de Quebecor sont parrainés par la mafia?

D’ailleurs, il ne faudrait pas oublier que ce sont des journalistes syndiqués d’une entreprise publique (Radio-Canada) qui ont dénoncé les agissements des dirigeants de la FTQ Construction. Même s’il semble évident que l’organisation connait des problèmes innacceptables, il ne faudrait pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

Illustration: Maria Olegovna – Flickr

26 pensées sur “La droite québécoise et les syndicats

  • Ping : La droite québécoise et les syndicats « lutopium

  • avatar
    19 mars 2009 à 8 08 21 03213
    Permalink

    J’ai un reproche à faire aux syndicats : leur trop grande résistance aux changements technologiques…
    On dirait que les syndicats refusent de voir que tout évolue, tout change, à la vitesse grand V.
    Ils sont confortablement assis sur des acquis datant de 1970, 1980, 1990…
    On est rendu en 2009 !
    Deux exemples probants : Les journaux-papier vont tous disparaitre d’ici 20 ans ! même chose pour les livres en papier.
    Les syndicats s’entêtent à préserver des acquis qui remontent à l’introduction de la Lynotype !
    Le droit de se syndiquer, oui; mais pas de s’ankyloser….

    Répondre
  • avatar
    19 mars 2009 à 14 02 00 03003
    Permalink

    Il y a certains abus dans monde syndical, il faut le dénoncer. Malheureusement plusieurs partis politiques sont complaisants envers les syndicats. Il faut réformer le code du travail pour faire respecter certains droits comme celui de ne pas s’associer pour avoir un travail. Ça ne remet pas en cause le syndicalisme qui est nécessaire dans un monde capitaliste.

    Le domaine de la construction est différent. On a un monopole syndical, en d’autres mots, tu dois faire partis du syndicat pour travailler. Je suis contre les monopoles des banques et des pétrolières car cela nuit à l’économie, alors pourquoi je serais pour un monopole syndical dans la construction?

    C’est vrai que les blogues de droite et du libre marché critiquent très souvent les syndicats, mais de la à dire que c’est tous des criminels, il ne faut pas trop en mettre. Martin Massé a erré avec son commentaire. Cependant, les syndicats sont comme le patronat, ils travaillent toujours pour leur intérêt. Ça serait illogique qu’ils en fassent autrement. Je leur demande simplement de l’assumer.

    Répondre
  • avatar
    19 mars 2009 à 18 06 54 03543
    Permalink

    Je ne voulais pas prendre la défense de la FTQ Construction… C’est évident que l’organisation connait de gros problèmes. Peut-être que ces informations provoqueront-elles certains changements. En passant, la FTQ Construction n’est pas un monopole. Dans plusieurs domaines, les travailleurs peuvent choisir leur accréditation.

    Je me considère « de gauche » et je ne prendrai pas leur défense. Mais j’analyse la situation avec un esprit critique, ce que les blogueurs libertariens et de droite semblent avoir de la difficulté à faire. Ils alimentent les mythes en utilisant une rhétorique inutile. Pas surprenant que M. Masse soit invité régulièrement par Jeff Plante et André Arthur. Ce populisme mensonger commence à faire des ravages. Et avec l’arrivée de Mario Dumont à TQS cet automne, le brainwashing s’accentuera.

    Répondre
  • avatar
    19 mars 2009 à 21 09 29 03293
    Permalink

    Quand je parle de monopole syndical, je ne prétends pas que la FTQ-Construction est un monopole. Les syndicats forment une coalition représentant 50%+1 pour négocier les conditions de travail pour tout le monde. En 2007, la FTQ-Construction a été exclu des négociations même si elle représentait 44% des travailleurs. C’est l’alliance CSN-Construction, de la CSD-Construction et du CPQMC-International qui a mené les négociations. C’est pas un monopole « technique », mais plutôt un oligopole ou un monopole syndical.

    Les syndicats agissent comme des agences de placement, donc si tu n’es pas syndiqué à l’un des 4 syndicats, tu peux juste pas travailler. Tu as le droit de choisir ton accréditation syndicale, c’est vrai, c’est le concept de liberté syndicale, mais on enlève le droit de ne pas se syndiqué. C’est ce que plusieurs blog de droite dénonce.

    Le terme « populiste » ne s’applique pas bien à M. Massé, car il ne s’attaque pas à une élite ou un petit groupe de priviligié, mais plutôt il s’adresse à une élite. Ce qui est dommage dans son discours, ce sont les nombreuses insultes ou le dénigrement gratuit comme quand il qualifie certaines personnes « d’illettré économique. »

    Répondre
  • avatar
    19 mars 2009 à 22 10 54 03543
    Permalink

    Pourquoi personne n’est capable d’écrire son nom comme du monde? C’est M. Masse XD

    Bon first, le libertarianisme n’enlève absolument pas le droit d’association… mais les syndicats actuels n’ont rien d’une association légitime. Ils marchent par un monopole ; il est impossible de travailler dans la construction sans être affilié, il est impossible de travailler dans une usine syndiquée sans faire partie du syndicat (ou alors sans payer les cotisations). Les lois font en sorte que l’entreprise appartient au syndicat.

    Un groupement de travailleur qui s’unierait pour négocier ensemble des conditions de travail identique, dont l’accréditation serait volontaire ne serait absolument pas la même chose! M. Masse dénonce la façon dont les syndicats actuels fonctionne, pas contre l’association volontaire. Les premiers commentaires cernent très bien le problème.

    @SPiedade
    « Ce qui est dommage dans son discours, ce sont les nombreuses insultes ou le dénigrement gratuit comme quand il qualifie certaines personnes “d’illettré économique.” »

    Une personne qui déclare que de cracher de l’argent sur les problème les règlera et que la consommation crée de la richesse, c’est un illéttré économique. L’économie est un système qui marche avec des variables, il faut en comprendre la mécanique et une personne qui n’y comprend rien est un illéttré économique. C’est pas un problème en soi, I mean je suis un illéttré en physique nucléaire ainsi qu’en histoire de l’art! Le problème survient lorsque les illéttrés se mettent à occuper des postes importants au gouvernement et prétendent manipuler l’économie comme on manipule de la pâte à modeler.

    L’économie est un système aussi complexe que la nature, il est nécessaire d’en comprendre les rouages et surtout d’éviter d’essayer de modifier ce système artificiellement. M. Masse n’a pas la langue dans sa poche mais on est très loin des attaques gratuites! Justement il filtre très bien son blogue pour éviter le moindre dérapage, les insultes n’y sont pas tolérées.

    @ Lutopium

    « avec un esprit critique, ce que les blogueurs libertariens et de droite semblent avoir de la difficulté à faire »

    Étrangement tu es incapable d’argumenter efficacement lorsque tu viens sur le blogue, tous tes arguments se font démolir un après l’autre et le raisonnement logique ne semble pas ton fort. On dirait que ta spécialité c’est les jugements émotifs qui ignorent la rationnalité..

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 6 06 29 03293
    Permalink

    Excellent billet Lutopium. J’aurais aimé l’avoir rédigé.

    Je vois que certains libertariens ou droitistes sur ce blogue commencent leur travail de dénigrement et d’insulte envers le gauchiste que tu représentes. Attache ta tuque car cela ne fait que commencer (je parle par expérience)!

    Ceci dit, les gauchistes/progressistes du Québec vont démarrer un nouveau blogue collectif dans les prochaines semaines. Serais-tu intéressé Lutopium? Tu y serais surement plus à ta place qu’ici…

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 12 12 39 03393
    Permalink

    @Kevin

    Les 7 du Québec se veut une plateforme où les différents internautes et blogueurs de la blogosphère francophone peuvent se rencontrer pour échanger ses points de vues et informations de façon parfois solide, mais toujours cordiale et respectueuse. Nous croyons que nul ne possède l’ultime vérité et que c’est dans la multitude des points de vue que nous arrivons à grandir et à commencer à apercevoir une vue d’ensemble, en plus de rendre bien vivant tout en protégeant notre liberté d’expression.

    En ce sens, je vous remercie pour votre commentaire. Par contre, et je parle en mon nom seulement, je pense que vous pouvez argumentez avec les auteurs de ce site à propos d’informations et de propos publiés sur Les 7 du Québec. Je vois que Lutopium a lancé une pointe à certains, de façon quand même polie et il est de bonne guerre de se défendre et de répliquer de la même façon. Mais il faudrait éviter de venir ici pour laver votre linge sale provenant de votre site par contre!

    Merci!

    @Lutopium

    Pour être dans ce domaine, l’architecture et la construction, je peux affirmer que le système syndical et de cartes pour pouvoir pratiquer a le bon côté d’éviter des travailleurs qui travaillent en cabochon, mais le mauvais côté est qu’il en est venu à ressembler plus à un racket que n’importe quoi, empêchant beaucoup de main d’oeuvre qualifiée d’entrer sur ce marché du travail, d’où la pénurie dans plusieurs domaines.

    @Jimmy St-Gelais

    Ainsi donc, vous venez sur Les 7 du Québec pour faire du repêchage d’auteur de qualité? Merci pour cette appréciation et la valeur que vous nous portez. D’un autre côté, vous savez que n’est pas parce qu’on ne supporte pas la pression et quelques égratignures à l’égo qu’il faut penser que tous les autres auteurs sont pareils. C’est en confrontant ses idées et sa vision du monde qu’on évolue. Ça forme le caractère. Qu’est-ce que ça donne de se replier sur soi-même, dans son coin de la blogosphère et de prêcher aux convertis de son club sélect?

    Est-ce que ce prochain blog que vous avez mentionné aura des auteurs de type Orwellien 1984 qui, dans l’éventualité où ils en venaient à craquer, feront disparaitre de nombreux articles et commentaires majoritairement écrits par des lecteurs bien intentionnés prenant de leur temps pour écrire dans un trou noir de l’oubli?

    C’est à suivre…

    Bonne chance dans votre entreprise de courtiser nos auteurs. On observe votre grâce et votre classe.
    Intéressant.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 12 12 57 03573
    Permalink

    @ Jimmy St-Gelais

    D’après ce que j’ai vu sur le blogue de Philippe David, tu ne comprends absolument rien à l’économie et la sociologie. Pour toi la vie est un rapport de force et chacun doit essayer de manger l’autre avant de se faire manger et c’est donc ce qui justifie qu’on opprime les gens dans leur liberté individuelle ; au nom d’un idéal collectiviste de la société décidé par une élite bien-pensante.

    Il ne te viendrait jamais à l’idée que la société est d’abord un lieu de coopération où les commerces ont une réputation à garder et où les employés ont contrat de travail avec un employeur qui détermine des conditions prédéfinies. Un système économique libre crée une quantité de richesse impressionnante par l’innovation et tout ce que tu y vois c’est une opportunité pour l’élite de se l’approprier et d’effectuer un design de la société comme si c’était un édifice et que les individu ne sont que des poutres maléables au bon vouloir de l’ingénieur.

    Lutopium n’est pas un imbécile fini, il est venu quelquefois poser des question sur le blogue du QL et il a été répondu respectueusement par plusieurs personne. Le problème c’est que dès que l’argumentation commence à être rationnelle et sans sophismes émotifs ou ad hominem, ses post disparaîssent et on entend plus parler de lui.

    Tu sais j’ai été dans le comité d’environnement de mon collège et j’étais avec des tonnes d’idéaliste (les association étudiantes des cégep c’est comme ça) mais j’étais le seul à les tempérer et amener des exemples concrêts de solutions ou de conceptualisation de problème, à défaire les mythes et amener un peu d’esprit critique.

    La gauche implique une mainmise de l’état sur la liberté des individu, une soumission générale à un idéal collectif… Étrangement des artistes se rallient à cette idée mais en espérant que les goûts artistique de l’élite sera en accord avec les leurs. C’est totalement contradictoire puisque seul un marché libre permet l’émergence de pulsions artistiques différentes.

    Je pense notamment aux arts corporels qui ont eu une évolution exponentielle ces dernières années. Le secteur est TOTALEMENT purgé d’intervention et de subventions étatique (malgré qu’il soit taxé), il n’existe strictement aucune norme d’hygiène et pourtant chaque studio suis des règles précises d’hygiène. La propreté est devenue la norme et les studio les plus efficace à ce plan sont aussi les plus renommé. Il apparaît de nouvelles conventions dans chaque coin du monde chaque année! À Montréal c’est le « Art Tattoo Show » organisé par le studio tattoo mania qui attire plusieurs centaines de personne chaque année. Il est à la gare Windsor tous les an en début septembre.

    Il y a 8 ans, Paul Booth et Filip Leu ont démarré le art fusion experiment qui mélange plusieurs artistes sur les même pièces et donc commencé un mouvement dans le tatouage.

    C’est un exemple parmi tant d’autre mais il prouve que l’originalité et la diversité émerge d’une société libre, pas d’un socialisme uniformisateur.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 13 01 22 03223
    Permalink

    Encore une fois, ce que certain ont supposément écrit sur le blogue hypothétique de Philippe David ne nous concerne pas. Ce dernier commentaire tout de même intéressant aurait pu se passer du premier paragraphe qui est le procès d’une personne qui a apparemment laissé un ou des message sur un autre blogue qui n’est pas pertinent dans ce débat-ci, par respect à l’auteur.

    Merci d’en prendre note.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 13 01 35 03353
    Permalink

    @François

    Pour ta gouverne, je connais Lutopium depuis très longtemps. C’est même moi qui l’ai recruté comme membre de l’ancien blogue collectif « Un homme en colère ». Alors pour tes insinuations…

    @Kevin

    Va te faire baiser par Adam Smith.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 13 01 38 03383
    Permalink

    Jimmy,

     »gauchiste/progressiste » …non mais tu veux rire!

    Vas raconter tes âneries à tes disciples.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 13 01 41 03413
    Permalink

    Bravo Kevin, je suis entièrement d’accord avec toi.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 13 01 44 03443
    Permalink

    ….j’appuie inconditionnellement le droit d’association des travailleurs….

    Tous les gens honnêtes et ouverts aussi. Mais ce sont les agissements de la mafia syndicale qui sont ici en cause.

    S’associer pour former des mafias…non. Les travailleurs sont tous perdants dans ce genre d’association.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 14 02 33 03333
    Permalink

    @Jimmy

    Je sais pertinemment que vous vous connaissez depuis longtemps. C’est pourquoi je me question sur la motivation que vous avez pour venir ici en dénigrant ce site de la manière dont vous l’avez tout en essayant de repêcher un auteur. Pourquoi le faire publiquement ici, au lieu de lui envoyer un courriel personnel ou de lui passer un coup de fil?

    Il n’y a aucune insinuation là-dedans. Qu’une observation. Votre message est disponible ci-haut pour la relecture. Et pour ce qui est de l’attitude Orwellienne, aucune insinuation encore une fois, mais que des faits. Pourquoi avoir effacé de nombreux articles et commentaires des lecteurs lors de votre départ?

    Si cela représente les valeurs de la gauche progressiste, qu’est-ce que cela aurait l’air à grande échelle? Je me pose de sérieuses questions à savoir si c’est si mieux que la droite…

    Pour ce qui est du débat intellectuel et de l’argumentation logique, je me demande où on s’en va avec ceci: « Va te faire baiser par Adam Smith ».

    Est-ce un blogue basé sur ce genre d’argumentation que vous songez à partir?

    Prometteur. Bonne chance.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 15 03 10 03103
    Permalink

    @François

    Si l’on peut insulter allégrement une personne sur ce blogue, pourquoi n’aurait-on pas le droit d’inviter une autre dans une nouvelle association?

    J’ai effacé mes billets car je ne veux plus être associé à votre blogue douteux. C’est pourtant clair.

    « Si cela représente les valeurs de la gauche progressiste, qu’est-ce que cela aurait l’air à grande échelle?  »

    Aucun rapport avec la gauche. C’est déplacé comme commentaire. Je vois que tu es aussi réac que les autres.

    Tu ne me connais pas. Je ne censure pas sur mon blogue et le ton de mes interventions est toujours respectueux. Mais je perds patience en face des hurluberlus qui fourmillent sur ce blogue.

    Bref, maintenant, ici, je réponds aux commentaires insignifiants par des commentaires insignifiants.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 15 03 25 03253
    Permalink

    Jimmy,

    Si je comprend bien :

    1) Tu ne censure pas sur ton blog, mais tu a quand même censuré des messages sur le présent blog.

    2) Tu crois avoir été  »insulté allégrement » sur le présent blog, mais tu ne vois aucun problème à utiliser des termes comme  »douteux »  »déplacé »  »réac »  »hurluberlus »  »qui fourmillent » (donc il y a en a plusieurs) et  »insignifiants » pour décrire le présent blog.

    3) Tu »ne veux plus être associé à votre blogue douteux » et tu insistes  »C’est pourtant clair. », mais tu viens quand même visiter et y laisse des messages.

    Et tu te demande après pourquoi on ne te prends pas au sérieux.

    Voyons donc!

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 15 03 49 03493
    Permalink

    Je crois que Aimé vient de bien résumer la situation et je pense que ces points soulevés méritent d’être répondus.

    « Si l’on peut insulter allégrement une personne sur ce blogue, pourquoi n’aurait-on pas le droit d’inviter une autre dans une nouvelle association? »

    Pourquoi le faire publiquement en dénigrant ce site? Et franchement, « insulté allègrement« ??? Ne seriez-vous pas un tantinet susceptible? Je crois que vous en mettez beaucoup pour justifier vos actes et votre attitude.

    « J’ai effacé mes billets car je ne veux plus être associé à votre blogue douteux. C’est pourtant clair. »

    Oui, c’est clair. Vos billets, je pourrais comprendre à la limite, mais effacer tous les commentaires des lecteurs qui n’ont rien fait de mal à part de prendre de leur temps et énergie pour répondre et partager leur pensées? Vous ne semblez pas porter grand respect et intérêts à vos lecteurs. Pourquoi agir de la sorte?

    Ce qui est douteux, c’est votre motivation de revenir ici, sur ce site, alors que vous le méprisez!

    « Je ne censure pas sur mon blogue et le ton de mes interventions est toujours respectueux. Mais je perds patience en face des hurluberlus qui fourmillent sur ce blogue. »

    Donc, si je comprends bien, vous ne censurez pas sur votre blogue, mais vous n’avez aucun remord à censurer sur les blogs collectifs?

    Fascinant. J’avoue que je ne vous connaissais pas, mais je commence maintenant.

    Cordialement vôtre.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 16 04 53 03533
    Permalink

    J’aimerais revenir à l’idée que je voulais amener dans ce billet, à savoir pourquoi certains blogues représentant la « droite politique » ou le courant libertarien n’ont pas hésité à associer l’ensemble du mouvement syndical au crime organisé.

    Premièrement, si je prend la peine de visiter les blogueurs qui se disent « de droite » ou libertariens, je le fais pour mieux comprendre leurs constats et leurs idées tout en confrontant mes propres convictions. Parfois, je dois l’avouer – et je l’ai déjà mentionné ailleurs sur la blogosphère, les billets présentés par le blogue du QL sont d’excellente qualité, bien documentés et permettent la « confrontation » des idées.

    Pour répondre poliment à Kevin, je dois dire que M. Masse répond toujours à mes questions avec courtoisie tout en prenant le temps d’approfondir ses arguments. Il le sait fort bien: bien que nous pouvons être souvent d’accord avec les diagnostics, nous le sommes rarement – pour ne pas dire jamais, avec les solutions. Ceux qui font la vie dure aux visiteurs du QL qui prennent le temps de laisser un commentaire ou une question sont toujours les mêmes. On nous traite d’illétré économique, de gauchiste qui prône la violence, etc…

    Deuxièmement, ce que je reproche à ce billet du QL, c’est de généraliser les problèmes que vit la FTQ Construction à l’ensemble du monde syndical. Rejeter la formule Rand est une chose. Associer tous les syndicats à la mafia est un mensonge qui ne vise qu’à détruire la réputation de tous les syndicats. Avec cette approche, le QL s’associe au Journal de Montréal et aux radios-poubelle qui utilisent la démagogie et les sophismes pour dénigrer tout ce qui n’est pas dans l’intérêt de la libre-entreprise, de la privatisation des services publics et de la loi du plus fort.

    Le blogue du QL est un endroit où on apprend beaucoup sur l’économie, peu importe si on est d’accord ou non avec les propositions suggérées. Il faudrait tout de même faire attention de ne pas tomber dans le salissage pour en arriver à nos fins.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 17 05 16 03163
    Permalink

    Pas besoin de faire des faux liens entre le soi-disant « crime organisée » et les centrales syndicaleuses pour conclure que ceux-ci sont des organisations criminelles.

    Comme j’ai dit dans ce billet:

    http://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/03/13/multiplillet-du-vendredi-13/

    Pour être plus précis, on devrait plutôt dire ceci: ce qui distingue les syndicats des organisations criminelles est que les premiers disposent de privilèges légaux considérables pour légitimer leurs actions criminelles, et que les secondes sont créées par des lois liberticides étatiques qui rendent criminelles des activités qui ne sont pas des vrais crimes. L’affaire Louis Pasquin est un très bel exemple de cette fourberie étatiste. En fait, les centrales syndicaleuses sont nettement plus criminelles que le soi-disant crime organisé. Encore plus, les centrales syndicaleuses sont des vraies organisations criminelles soutenues par la mafia étatique.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 21 09 01 03013
    Permalink

    Pour que le syndicalisme fonctionne, il faut qu’il y ait un équilibre. Quand le patronat est trop fort, il y a des abus, mais quand le syndicat est trop fort aussi.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2009 à 23 11 31 03313
    Permalink

    @Anarcho-pragmatiste

    Je trouve qu’il est difficile de prouver son argument en disant que les centrales syndicales sont des organisations criminelles. Comment peut-on rationnellement comparer les activités du crime organisé avec celle des syndicats? En encore plus, généraliser en incluant tous les syndicats!

    Voilà une proposition qui est à mon avis impossible à démontrer. Que certains crimes aient pu être commis par quelques individus dans certains syndicats à un moment donné ne se compare en rien avec l’entreprise criminelle organisée. Il me semble assez évident que vous manquiez d’expérience sur le terrain pour comprendre comment le crime organisé opère.

    Votre affaire Louis Pasquin et la façon dont vous décrivez comment le gangstérisme n’est pas criminel dans votre article est un peu naïf. Ne comprenez-vous pas comment ces gens opèrent pour protéger leur territoire de vente? Si vous ne considérez pas que de vendre de la drogue est illégal parce qu’il se fait entre deux personnes consentantes, vous semblez ignorer la violence et la coercition qui sont employées pour contrôler les lieux de vente. Combien de gars se sont fait ramasser par des membres du crime organisé pour avoir vendu de la drogue au mauvais endroit?

    Et ce n’est qu’un exemple. Les syndicats, même s’ils comprennent quelques individus douteux, n’ont rien à voir dans leur mission, leur raison d’être et agissement avec le crime organisé. Le crime organisé ressemble beaucoup plus aux services secrets que n’importe quoi et ils ont beaucoup de liens d’ailleurs. Ou vous auriez pu les comparer aux grandes multinationales aussi, avec leur fonctionnement souvent criminel et mafieux. Mais de s’en prendre aux syndicats et les déclarer tous de crime organisé est pour le moins vicieux et hypocrite.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *