La loi 101 sur les dents

Je dois bien être le 101e (minimum) à pondre un texte en réaction à la sortie de Maxime Bernier, qui ridiculise la portée ancienne, actuelle et future de la loi 101 sur la sauvegarde et la pérennité de la langue française au Québec. Qu’à cela ne tienne, je vais ajouter ma brique au rempart qui continue de se bâtir entre les amants du je-m’en-foutisme et les gens capables de perspective dans ce monde linguistiquement chambranlant, pour ne pas dire bancal. Et, même si la tentation est forte, je vais m’abstenir de ridiculiser en retour ce charmant monsieur…

Dans les derniers jours, j’ai discuté à la suite d’un billet paru sur Anarcho-pragmatisme : « J’appuie totalement Maxime Bernier… » Tout comme l’auteur du blogue, je pense que l’abolition de la loi 101 ne pourrait logiquement se faire qu’à la suite de l’accession du Québec à la souveraineté. Si un jour le peuple a assez de courage pour faire le grand saut, nul doute qu’il prendra grand soin de sa destinée linguistique sans avoir besoin de la législation actuelle. Mais pour l’instant, on remarque plus une tendance à glorifier la mondialisation anglicisante, le franglais et autres discours d’ouverture qui balayent sous le tapis la précarité du français, pour ne nommer que cette langue-là, et pour ne pas réexpliquer encore et encore le contexte nord-américain dans lequel nous baignons.

Un commentateur a soulevé un point qui ne semble pas avoir été soulevé ailleurs (enfin pas depuis la sortie de Colonel Jos Louis), soit les conséquences démographiques de l’adoption de la loi 101, donc le départ de beaucoup d’anglophones du Québec. Ce que j’en comprends, c’est que ce fait illustre en même temps une supposée dérive étatique et est un argumentaire se basant sur une victimisation à sens unique des anglophones, ce qui élude comme par magie ce qui a mené à ce mouvement de défense du fait français. Et il doit bien y avoir un fond de ce réflexe chez Maxime Bernier et les autres de sa trempe, à différents degrés, malgré un discours soi-disant pragmatique basé sur la sacro-sainte liberté de choix.

Ce que je crois, c’est que la dynamique linguistique au Québec devrait et aurait dû toujours être arrimée à l’idée de respect. Mais l’Histoire nous a démontré que le respect de la majorité linguistique francophone (dans une perspective provinciale) n’était pas de mise à l’époque, autant individuellement que collectivement du côté de la communauté anglophone. Cette communauté qui avait en plus le quasi monopole des pouvoirs économiques. Avec la loi 101, les francophones se sont « payés » du respect qu’ils n’auraient pu obtenir autrement. Si des anglophones sont partis parce que ce respect leur faisait trop mal, bon débarras! De toute façon, il y a pratiquement toujours des conséquences à un changement, il faut vivre avec. Et imposer le respect, ce n’est pas non plus comme imposer l’insupportable.

Du commentateur désigné plus haut, je retiens quand même ces propos, qui me semblent bien sages pour quelqu’un qui est contre cette loi :

Si vous êtes en désaccord avec la loi 101, svp, ne jetez pas le blâme sur la formation politique ayant fait passer cette loi. […] les élus ne sont qu’une interface entre le peuple et ses moyens publics. Les élus d’un peuple sont à l’image dudit peuple … et de sa volonté.

Et ce qui est clair, c’est que la volonté de préserver cet acquis est encore très forte. Mais il faut rester vigilant, on tente de salir ce respect par tous les moyens, surtout par la rhétorique. À ceux qui rétorqueront que le respect ne peut pas être décrété par une loi, je ferai remarquer que nous étions précédemment « tenus en respect » par le pouvoir monétaire, qui est tout comme une loi, mais en plus arbitraire.

(Photo – détail : tudor)

11 pensées sur “La loi 101 sur les dents

  • avatar
    10 février 2011 à 0 12 32 02322
    Permalink

    le Générale De Gaulle avait raison quant-il s’est écrié ((Vive la France, Vive le Québec LIBRE) cela lui a coûté ,la Soupe à la Grimace à sa descente d’avion en France ,déjà le Nouvel Ordre se mettait en place

    Répondre
  • avatar
    10 février 2011 à 1 01 01 02012
    Permalink

    « Si un jour le peuple a assez de courage pour faire le grand saut, nul doute qu’il prendra grand soin de sa destinée linguistique sans avoir besoin de la législation actuelle. »

    Sauf que ce n’est pas au peuple de faire le grand saut; c’est au gouvernement. Les raisons qui pourraient justifier la séparation ne manquent pas. Commencons par demander une Confédération; vous verrez que la séparation deviendra nécessaire assez rapidement.

    Mais je ne suis pas pour la séparation; alors je vais me taire au cas où.. 😉

     » Et imposer le respect, ce n’est pas non plus comme imposer l’insupportable. »

    Je me demande souvent comment il se fait que nous ayons des écoles « linguistiques » qui passent des annonces à la télé pour attirer ceux qui veulent apprendre l’anglais? Je n’en ai pas encore vu qui annonce des cours de français. Curieux non? Surtout au Québec. Serait-ce qu’on ne se respecte pas nous-même?

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
  • avatar
    10 février 2011 à 1 01 23 02232
    Permalink

    Lartiste,

    « Sauf que ce n’est pas au peuple de faire le grand saut; c’est au gouvernement. »

    dans une démocratie, le peuple et le gouvernement devraient être intimement liés. Et je crois que ça devrait fonctionner des deux côtés. Le gouvernement ne devrait pas imposer ses vues à ce point. Et pour ce qui est de la question de la souveraineté du Québec, c’est assez important pour que l’initiative provienne d’un désir du peuple. Loin de moi l’idée d’un gouvernement qui irait à contresens, même si je suis totalement pour le Oui.

    « Serait-ce qu’on ne se respecte pas nous-même? »

    Il doit bien y avoir un peu de ça…

    Répondre
  • avatar
    10 février 2011 à 9 09 29 02292
    Permalink

    « dans une démocratie, … »

    Je ne peux qu’être d’accord avec toi sur ce point, à la condition que tu mentionnes.

    Mais dans la réalité, le peuple est condamné à subir les décisions du gouvernement qu’il a élu.
    On n’a qu’à comparer leurs promesses à leurs réalisations.

    Alors aussi bien qu’ils prennent la décision de faire ce qu’ils croient préférable pour la population. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils sont élus.

    Par contre, un gouvernement qui prendrait une telle décision, devrait en assumer les conséquences et je ne vois pas encore de gouvernement qui fut assez responsable pour assumer les conséquences de leurs décisions.

    Chaque jours on entend le toc de la balle de Ping Pong qui est projetée de l’un à l’autre des partis politiques.

    Evidemment, cette balle est celle de la responsabilité des décisions passées.

    Nos représentants sont tous des enfants irresponsables. C’est malheureux, mais c’est ce qu’ils prouvent continuellement.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
  • avatar
    10 février 2011 à 12 12 44 02442
    Permalink

    l’image correspond tout à fait à l’article le Québec et ses habitants je n’en ai jamais autant vu que depuis quelques jours, (au Festival)tu verras les photos, tu liras les interviews dans moins d’une semaine.
    Mais ce qui se dégage donne surement envie aux habitants de ce pays de montrer les crocs plus blancs que blancs.
    A ne pas en douter c’est quand le Québec profond sera réellement libre pleinement sans passer pour une nation asservie?
    J’ai donc aussi envie de mordre, un papier de bonne facture mais dont chacun paye le papier, alors il faut que la liberté démocratique sans les partis ne soit plus un simple discours politichiens
    Le Panda
    Patrick Juan

    😉

    Répondre
  • avatar
    10 février 2011 à 15 03 11 02112
    Permalink

    Il a bien dit le Générale De La Gaule ,(Vive la France , vive le Québec libre) , pas souvrain comme il est présentement. === Pauline allume sacrament.
    J.M.D.S.

    Répondre
  • avatar
    10 février 2011 à 17 05 07 02072
    Permalink

    http://www.panda-france.net/filmfest_2011/2011/gallery4/
    Bonjour à tous,

    Désolé trés prenant ce Festival du Court Métrage, nous rentrons tard, certaines ^prises de vues seront éliminées mais en l’instant du live, voici les derniers clichés mits en ligne ce jour.
    http://www.panda-france.net/filmfest_2011/2011/gallery3/

    Le Panda

    Patrick Juan

    Les 4 galeries en exclusivité pour le journal du Québec en même temps que les Voix du Panda

    Avec Toutes mes amitiés.

    Un cadeau pour vous malgré l’heure en France et je rencontre tous les jours des gens du Québec et du Canada, je suis fir d’être votre au maximum je le l’espére.
    Le Panda
    Patrick Juan
    😀 (G)

    Répondre
  • avatar
    11 février 2011 à 2 02 24 02242
    Permalink

    Lartiste,

    il n’y aurait que le PQ pour pouvoir prendre cette décision, c’est bien clair, étant donné qu’il est le seul parti souverainiste à avoir un fort appui de la population.

    Personne ne pourrait prédire que c’est le PLQ qui va le faire… En tout cas, pas actuellement.

    Le Panda,

    « politichiens »

    que d’esprit! 😉

    Répondre
  • avatar
    12 février 2011 à 23 11 41 02412
    Permalink

    Bla, bla, bla, tout ça c’est bon pour les anglais. Mëme la photo vient des anglais.

    Il manque des québécois universitaires avec des couilles pour défendre le français et le système d’éducation au lieu des politichiens. Eux ce qu’ils veulent n’est rien d’autres que de l’argent sous la table.
    Tant qu’aux médias, il est plus facile de regarder ailleurs ce qui ne va pas au lieu de regarder dans son patelin ce qui ne va pas ou ce qui devrait se faire. C’est ainsi que l’on écrase une province.

    Répondre
  • avatar
    13 février 2011 à 13 01 01 02012
    Permalink

    Il manque des québécois universitaires avec des couilles pour défendre le français et le système d’éducation au lieu des politichiens. Eux ce qu’ils veulent n’est rien d’autres que de l’argent sous la table.
    @AGIRSOLEIL,

    Merci de m’éclairer j’ai pas du tout comprendre 🙁

    Le Panda

    Patrick Juan

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *