Le mystère Falardeau

pierre-falardeau-fx

C’est drôle, je viens de tomber sur un billet d’un confrère Français qui est la preuve qu’on ne voit pas toujours les choses du même angle. Il parle de la sortie d’un nouveau livre de Pierre Falardeau (je viens de vérifier, et ça fait environ deux semaines qu’il est sorti), qu’il introduit par cette phrase :

C’est l’évènement au Québec actuellement.

Ah! bon…

Sans blague, je lui souhaite que la sortie de son livre brasse la cage, mais j’y étais étranger, tout comme mon cercle blogosphérique, qui compte pourtant quelques souverainistes.

En quelques clics, ça m’a donné l’occasion de découvrir aussi que le bonhomme a pignon sur web maintenant, presque malgré lui :

Je n’ai pas d’ordinateur. J’écris à la main, avec un crayon à mine ou une plume. […] Et me voilà maintenant sur Internet. Quelle contradiction ! Tout ça c’est la faute d’un jeune militant d’origine française, Christophe Waharte. Il aime mon travail, je crois et il m’a convaincu que ça valait la peine de rendre tout ça accessible. Pour lui, Internet est un outil de lutte, une façon de résister, une arme de combat. Alors, si ça peut servir…Allons-y !

Et dans la conclusion de ce billet, il y a une perle, d’un autre temps, mais qui est tellement actuelle, qu’on exprime ici et là de différentes manières dans la blogosphère, citation du cinéaste Gilles Groulx :

Si vous n’aimez pas ce que vous êtes en train de regarder, allez voir ailleurs

Autrement, je pense que cet homme-là, Falardeau, est un mystère sur patte, et l’extrait du livre qu’a choisi le blogueur Kamerun Scoop ne vient surtout pas l’éventer. En un paragraphe énonciatif, Pierre mitraille les uns et les autres, des gens de tous les horizons, entre autres : Jacques Hébert, Steven Guilbault, Hubert Reeves, Bernard Voyer, Les Cowboys Fringants, David Suzuki, Gesca, Paul Desmarais, Jacques Godbout, Boom Desjardins, Lysiane Gagnon, Patrick Lagacé, Léo-Paul Lauzon, Marie-France Bazzo, René-Homier Roy, Amir Kadhir et Françoise David. Au moins, les deux derniers sont raccords… Et le seul nom qu’il promeut positivement dans le lot, c’est Dieudonné, en le traitant d’ami. (Et c’est sans doute parce qu’il s’y trouve que le blogueur a choisi cet extrait : il est un spécialiste de Dieudonné, avec lequel je suis pas mal d’accord — c’est un artiste à mon avis, pas un simple xénophobe qui enrobe son trouble de rigoloteries…)

Parlant de spécialiste, je crois qu’il faut vraiment en être un de Falardeau pour trouver une logique là-dedans, ce que je ne suis pas, évidemment.

J’ai l’impression de me trouver devant pire qu’un diagramme touffu, vous savez les démonstrations conspirationnistes remplies de noms et de liens! Ou encore pire, un casse-tête de milles pièces, moi qui ne suis pas très porté là-dessus.

Mais le mystère, c’est une qualité ou un défaut?

Màj :

Un commentateur ici a pointé le fait que ledit paragraphe du livre de Falardeau n’en est pas un de lui. C’est un paragraphe d’une critique de Didier Fessou du journal Le Soleil où il tente de synthétiser les cibles de Falardeau.

Décidément, je devrai à l’avenir y regarder à deux fois avant de me fier à ce blogueur Français…

10 pensées sur “Le mystère Falardeau

  • Ping : Le mystère Falardeau « Renart L’éveillé / Carnet résistant

  • avatar
    15 avril 2009 à 22 10 12 04124
    Permalink

    Bonsoir Renart,

    Pour moi aussi Falardeau est une énigme. Je considère que plusieurs de ces idées sont pertientes, mais qu’il les discrédite par ses propos et ses attaques inutiles et gratuites. Je suis indépendantiste et je me demande régulièrement si un homme comme Falardeau est utile ou nuisible à la diffusion de l’idée. Je dois avouer que je n’ai pas de réponse….

    Répondre
  • avatar
    16 avril 2009 à 4 04 10 04104
    Permalink

    Casimir,

    ce billet a créé toute une discussion chez moi où je l’ai publié originalement (82 commentaires au moment où j’écris). Il y en a quelques-uns qui semblent avoir des réponses… Je ne suis pas encore convaincu!

    Répondre
  • avatar
    16 avril 2009 à 22 10 59 04594
    Permalink

    Dans son film Octobre 70, Falardeau comme tout les journalistes, les enquêteurs et les conspirationnistes, tous sont passé au côté d’un élément banal en apparence, mais qui tendrait a prouvé que la crise d’octobre n’était pas orchestrée par des felquistes. C’est à 16:00hrs que Laporte est parti de chez lui. À 22:00hrs CJMS ou CKAC reçoit un appel qui dit qu’une lettre du flq se trouve dans une poubelle à la place des arts. Une fois l’enveloppe recupérée, il est 22:30 et le message dit que le ministre Laporte a été enlevé par la cellule « chénier » ou « libération ». Le journaliste appelle la PP, qui eux ne savent rien. Après avoir vérifier ils le rappellent pour dire que Pierre Laporte manquerait à l’appel. Comment pouvait-ils ignorer l’enlèvement à 22:00 hrs. Personne n’a jamais posée la question. La réponse ; ils n’était pas au courant.
    Ça même Falardeau l’a pas vu et a pris la version de Francis Simard comme du cash. En fait si on remonte jusqu’en 1962 on comprend qu’il n’y a jamais eu de FLQ tout simplement. En 1963 une cellule felquiste se composait : d’un agent de la PP, de l’armée canadienne et américaine, de la GRC, du FBI, de la CIA et des observateurs plus un étudiant en science politique âgée entre 18 et 20 ans et qu’on envoyait poser la bombe. Le projet 210 de l’armée américaine auquel JFK s’était fortement objecté en disant que les USA n’avait aucun droits de simuler un état d’insurection au Québec. Le choix s’était fait à cause des mouvements nationalistes, on pouvait faire croire à des factions extrémistes. Le but du projet 210 a été de tester la capacité de l’armée US à réagir en cas d’incvasion par les russes. Dingue oui!

    Répondre
  • avatar
    17 avril 2009 à 12 12 23 04234
    Permalink

    @jn-marc dufresne

    Vous êtes un des rares qui soit réellement bien informé à propos des dessous de la vraie histoire de la Crise d’octobre et du FLQ.

    Le FLQ était bel et bien infiltré par des agents de la GRC. Falardeau a bu dans la coupe de Simard sans trop se poser de question. Le rôle de la GRC pour amplifier la situation et ainsi justifier de casser du sucre sur le dos des Québécois est indubitable.

    Le film de Falardeau ne vaut pas grand chose au niveau historique et des faits véritables.

    Répondre
  • avatar
    18 avril 2009 à 13 01 11 04114
    Permalink

    Renart,

    Je te conseille la lecture de la critique du livre de Falardeau par Cornellier du Devoir. Un texte nuancé et qui dépasse les clichés habituels sur l’auteur. Cornellier expose ma pensée mieux que je ne le ferais alors je lui laisse la place.

    http://www.ledevoir.com/2009/04/18/246325.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *