Les aventures d’Amir Khadir contre les parasites de la royauté

Par Renart Léveillé

De voir ainsi Amir Khadir se faire varloper pour ses opinions contre les parasites de la royauté est une belle représentation du pouvoir de la langue de bois et de la sclérose sociale dans laquelle nous sommes encore empêtrés.

Qu’est-ce que la royauté peut bien encore représenter? Oui, il y a sûrement quelques citoyens assez vieux pour être nostalgiques d’un respectueux consensus envers cette institution désuète. S’il y a un lien aujourd’hui entre les citoyens et la monarchie britannique, il tourne amplement autour du simple potinage. Rien de bien transcendant. Beaucoup comme avec les vedettes, mais tout à fait gratuitement, puisque le prince William et sa famille n’ont rien fait d’autre que de naître pour obtenir tout cet argent et toute cette attention. Pour utiliser une expression qui fera mal à quelques oreilles, ce sont des « BS de luxe », les premiers au palmarès.

Les ultras partisans Nathalie Normandeau et Gérard Deltell ont bien sûr sauté dans la mêlée pour se faire du capital auprès des amants de la rectitude politique, mais il semble que c’est plutôt Amir Khadir qui passe pour celui qui calcule ses coups… C’est à n’y rien comprendre. Franchement, n’y a-t-il pas au moins une mince frange de la population qui n’en a rien à foutre d’Élisabeth II et de ce qu’elle représente? Oui, et j’en suis. Le député de Mercier ne pourrait-il pas être simplement le représentant de cette opinion parmi les politiciens sans avoir à subir des charges de la sorte?

Ça revient encore et toujours à la notion de respect. Pourquoi la famille royale et tout ce qu’elle représente devraient-ils être respectés à tout prix, mais pas l’opinion de ceux qui sont contre? À cette question, je gage que le seul argument possible pour Normandeau et consorts c’est :

— Parce que.

*******

 

À propos de la photo : http://www.ssaft.com/Blog/dotclear/index.php?post/2009/01/28/Donner-sa-langue-au-crustacé…

2 pensées sur “Les aventures d’Amir Khadir contre les parasites de la royauté

  • avatar
    2 juin 2011 à 14 02 57 06576
    Permalink

    La journée que les  » QUÉBÉCOIS  » vont comprendre que La Queenne et Ti-Ben XV!(16), c’est des crosseurs au même niveau , leurs rejetons ils vont les envoyer promener.

    Combien de Québécois savent que les descendants de la Reine , ne sont rien d’autres que des ti-criss de morveux qui viennent s’essuyer les pieds sur le Québec ?

    Pour ma part la  »MONARCHIE  » j’ai ça de travers dans le cul , plus gagne de PD. que cela : tu crève. === Le Vatican , n’est même pas là.

    C’est sûr que les Anglais ont juste à dire l’acte de contrition en se mettant à genoux et ils vont être pardonnés : On l’a vu avec Ti-Charles les  »GRANDES-OREILLES et Carmilla à leur noces , pis c’est sûr qu’ils vont tous aller au Ciel et c’est tant mieux car je ne veux pas voir un seul Anglais qui se met à 4 pattes en  »ENFER ». === Les autres Anglais qui se tiennent debout , pas de problème , venez-vous en on va avoir du fun , j’en connais une  » cople  » , d’aussi  »PETTÉ QUE MOUÉ » , mais eux sont 15 jours en retard . === Un jour ils vont comprendre eux aussi.
    J.M.D.S.

    Répondre
  • avatar
    2 juin 2011 à 19 07 59 06596
    Permalink

    Je ne crois pas qu’une « mince tranche » de la population se foute de la royauté…

    Si on est honnête, c’est plutôt une « mince tranche » de naïfs qui possèdent encore une quelconque admiration candide et obselète de la royauté.

    La vaste majorité des gens normaux, la classe moyenne ( qui est la mieux placée pour connaître la valeur de l’$ ) et surtout les gens informés savent très bien combien il est ridicule, inutile et coûteux de se prosterner devant une idéologie archaïque.

    Pour la minorité d’huberlu salivant a simplement entendre prononcer le nom d’un monarque, il s’agit d’un show, une visite du chateau de Cendrillon un appel enfantin de la richesse et du pouvoir sur le petit peuple que nous sommes…

    Pour moi, c’est honteux de faire parti de cette « société » ( pour ne pas dire troupeau de bête mouton ) qui monte aux barricades pour des pacotilles , mais qui accepte de payer pour maintenir le niveau d’opulence de ceux qui les ont abandonnés dans l’histoire, trahis par la suite et utilisés dans le présent. Bêêêêêêêêêê !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *