Les défis de la santé – le modèle québécois

Tout d’abord, j’aimerais vous présenter mes excuses car je n’ai pas eu le temps de pondre un billet original cette semaine.  J’avais de bonnes intentions, je voulais vous parler (encore une fois) des enjeux qui se présentent devant nous en ce qui concerne la lutte au déficit et à la réorganisation des services publics québécois.  Avant d’attaquer le sujet, je voulais prendre le temps de lire le deuxième fascicule du Ministère des Finances, réécouter le mini-débat présenté par Gérald Fillion à RDI mercredi soir et consulter d’autres textes avant de vous présenter quelques réflexions.  Si vous me le permettez, je remets ça à la semaine prochaine.

J’aimerais toutefois profiter de cet espace en réagissant au billet publié hier par Philippe David, un texte dans lequel il nous présentait le modèle singapourien de financement des soins de santé.  Évidemment, on comprend la démarche de Philippe et l’attrait que peut provoquer les bons coups de ce système.  Surtout que la responsabilisation de l’individu dans le financement et l’accès aux services est primordial dans le succès que semble avoir leur réseau de santé.  Là-dessus, je rejoins nos amis libertariens, il est primordial que les citoyens – incluant les employés, les gestionnaires, les fournisseurs et les lobbies – se responsabilisent face aux enjeux et qu’il y ait une prise de conscience collective sur les coûts inutiles et les problèmes qui sont causés (volontairement ou involontairement) par les abus de toutes sortes.

Je m’en tiendrai donc aujourd’hui à publier un extrait d’une étude réalisée par deux experts québécois, le docteur François Béland et Mme Caroline Cambourieu, sur les enjeux reliés à la privatisation des soins de santé. ici au Québec.

« L’introduction de l’assurance privée et de sa conséquence, le développement d’un secteur privé de prestation des soins financés de sources privées, sont beaucoup plus ambitieux que l’imposition de frais modérateurs à l’utilisation de services de santé couverts par un régime public.  Les objectifs des États sont multiples et la rhétorique politique remplit de bonnes intentions.  Les objectifs recherchés sont le contrôle des coûts globaux des services de santé, la prestation de soins appropriés et de qualité et même l’accès équitable aux soins pour les patients (Cremer et al., 2007).  L’Australie et l’Irlande en sont deux exemples.  À l’analyse, il apparaît que le développement d’un secteur privé de prestation de soins appuyé par une politique publique favorable à l’assurance privée n’a pas permis de réduire les dépenses publiques de santé en Australie, a accru la part de la richesse nationale consacrée à l’ensemble des services de santé, a produit des inégalités d’accès aux services hospitaliers, n’a pas amélioré la qualité des soins et a accru l’inégalité de la distribution des revenus entre les ménages.

Ici, comme dans le cas des frais modérateurs, il y a erreur de perspective.  Le financement privé peut permettre à des groupes de personnes d’accélérer leur accès à des services de santé en plus grande quantité.  L’accès à des services de qualité est une toute autre chose, comme le montre l’exemple de l’Australie et de l’Émilie-Romagne.  Dans certaines circonstances, la quantité peut être associée à la qualité, dans d’autres, non.  Et les services offerts en plus grande quantité par l’intermédiaire du financement et de la prestation privés se concentrent sur les procédures les plus profitables et aux patients à la santé la moins défaillante.  Ces résultats sont la conséquence du mobile qui anime le financement et la prestation de services médicaux privés: pour les patients, la maximisation de l’utilité des services médicaux et hospitaliers sous contrainte des limites de leur revenu personnel; pour les assureurs, des remboursements minimums pour des primes maximums; pour les prestataires, la production du maximum de procédures les plus satisfaisantes du point de vue professionnel et les plus payantes du point de vue économique.

Les effets pervers de l’application de la logique du financement et de la prestation privés des services médicaux apparaissent dans toutes leurs splendeurs quand ils se mixent à la logique de la prestation publique des services de santé.  Les hôpitaux publics qui s’ouvrent à la pratique privée sous le motif d’additionner une source de financement risquent de voir jouer la logique à l’inverse.  Plutôt que de voir les sources de financement privées subventionner les soins aux patients admis sous le régime public, la logique de la différentiation des clientèles les fera subventionner les soins aux patients admis sous un régime privé par le financement public.  Le principe de la différentiation des clientèles a été développé par Dupuit (1849) qui soulignait l’exemple de la gestion des tarifs des chemins de fer françcais du XIXème siècle.  Voilà une belle occasion de gérer nos hôpitaux comme les chemins de fer français de cette époque!

Enfin, les régimes publics d’assurance santé transfèrent des revenus des classes économiques les plus favorisées aux classes économiques les moins favorisées.  L’exemple de deux provinces canadiennes montre que la valeur des transferts varie en fonction de la progressivité du financement du système de santé.  Deux observations sont cependant universelles.  Premièrement, puisque la santé est associée aux revenus, il y a toujours transfert.  Deuxièmement, toute augmentation du financement privé des services de santé par des frais modérateurs, des paiements directs des ménages à des services de santé désassurés ou l’accroissement de la part des assurances privées diminuent les transferts.  Encore une fois, l’exemple australien est emblématique.  L’intérêt économique des classes de revenu les plus élevées sera toujours de diminuer autant que faire se peut la part du financement public et d’accroître la part du financement privé.  Cela pourraît bien être le secret de la pérénnité du débat sur le financement privés des services de santé! »

François Béland et Caroline Cambourieu – L’assurance privée: les autres le font, pouquoi pas nous?  Tiré du lu livre « Le privé dans la santé, les discours et les faits« .  À lire.

13 pensées sur “Les défis de la santé – le modèle québécois

  • avatar
    29 janvier 2010 à 0 12 41 01411
    Permalink

    La démonstration de Beland et Cambourieu me semble inattaquable, mais le probleme est-il a ce niveau ? Tout ce qui est « santé » NE PEUT PAS être pris en charge. La solution n’est-elle pas de s’assurer que le « noyau dur » des services est vraiment gratuit et efficacement accessible ?

    Le somptuaire devrait être renvoyé au financement privé et seul l’enrichissement de la société et le consensus social ne devraient-ils pas permettre que des pans de ce superflu soient pris en charge par le collectivité ?

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/14/66-essentiel-et-superflu/

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • Ping :Les défis de la santé – le modèle québécois « Jeanne Émard

  • avatar
    29 janvier 2010 à 7 07 10 01101
    Permalink

    De qui est ce billet ?
    Signez vos billets les gars !

    Répondre
  • avatar
    29 janvier 2010 à 7 07 54 01541
    Permalink

    La solution est d’assurer des soins de qualité. La médiocrité c’est toujours trop cher.

    Répondre
  • avatar
    29 janvier 2010 à 7 07 57 01571
    Permalink

    Et puis parlez de système de santé québécois, et pas de « modèle » de grâce et par respect pour tout ces patients mal soignées ou qui gémissent dans des couloirs d’hôpitaux.

    Répondre
  • avatar
    29 janvier 2010 à 18 06 47 01471
    Permalink

    @ Garamond

    «Signez vos billets les gars !»

    J’ai aussi remarqué que les billets ne sont pas toujours signés ici, ce qui est embêtant sur un blogue où écrivent plusieurs auteurs. Par contre, juste après les billets, il y a une ligne qui commence par «En lien avec» où le nom de l’auteur est toujours écrit. Cela dit, vous avez tout à fait raison de le souligner.

    Répondre
  • avatar
    29 janvier 2010 à 19 07 28 01281
    Permalink

    @ Garamond.

    Je signe toujours, mais vous pouvez aussi trouver le nom de l’auteur en bleu, dans les liens sou l’article
    PJCA

    Répondre
  • avatar
    29 janvier 2010 à 19 07 40 01401
    Permalink

    @ Lutopium

    De qui est l’illustration ? J’adore….

    @ PN

    Harry Ship, présumé mafieux montrealais des années 50 disait « If its, what’s you want, it’s never to expensive…  » Ça, c’est la même idée, mais quand on « think big » selon l’expression du regret Elvis Gratton….

    Pour la notion de modele, on devrait remplacer par « regime » qui véhicule à la fois l’idée de privation, d’autocratie et de bananes… :-))

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    29 janvier 2010 à 19 07 43 01431
    Permalink

    @ Darwin. Désolé de vous avoir répété. J’ai repondu à G. avant de lire les commentaires suivants.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    29 janvier 2010 à 19 07 50 01501
    Permalink

    @ PJCA

    «Désolé de vous avoir répété.»

    Il n’y a pas de dommage ! 😉

    Répondre
  • avatar
    1 février 2010 à 21 09 39 02392
    Permalink

    J’ai eu une vision:

    Dans un univers parallèle, ou l’idéologie et les idéologues n’existent pas/plus, où la règlementation non plus et où les intermédiaires/profiteurs de tout acabit non plus:

    An 1:

    4000 personnes, 2 médecins, 2 infirmières, une secrétaire-touche-à-tout, un comptable, un personne à l’entretien, une nutritionniste, etc décident de fonder une COOP de santé…

    4000 personnes x 200$ (cotisation annuelle) = 800 000 $/an

    Coût pour un examen annuel: 50$ x 4000 personnes = 200 000$

    Toutes les visites chez le médecins coûte entre 10$ et 50$…

    Les membres de cette coop, votent pour que 10% des revenus soient consacrés à des services GRATUITS.

    etc

    Budget annuel = environ 2 000 000 $

    ***

    An 2

    Plusieurs coops de santé d’une même région votent pour se fédérer et construisent un petit hôpital avec salle d’opération et offrent plusieurs autres ‘trucs’, normalement offerts dans un hôpital.

    La fédération offre une « assurance-de-la-fédération », qui donnera accès à cet hôpital… mais seulement pour les accidents et maladies graves…

    Coût annuel = environ 200$ avec déductible de 500$ ou 1000$. Cela gardera le prix des assurances très bas.

    Et comme pour les coops de santé locale, les membres de la fédération décident d’offrir environ 10% de soins GRATUITS.

    ***

    Et je me suis réveillé… en larme
    🙁

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *