Pas facile de vivre au Québec

Avant d’élaborer sur la survivance des individus qui peuplent notre pays non abouti, quelques mots sur mon coup de coeur de la semaine: Le touchant et magnifique film de Marc-André Forcier intitulé « Je me souviens », qui est passé quasi inaperçu dans les salles obscures parce que c’est un film d’auteur et de grand créateur qui ne bénéficie pas du financement des multinationales du divertissement.
Cette oeuvre, dont l’action se déroule en Abitibi dans les années 45-55, sous Duplessis, illustre à travers des émotions à l’état brut le climat particulier de cette époque où, pour percer le mur de la misère noire, certains esprits plus éveillés que d’autres tentaient de mettre sur pied de vrais syndicats ouvriers non à la solde des richissimes employeurs et exploiteurs étrangers, pavant ainsi la voie à une future révolution, elle aussi inachevée.
Est-ce qu’on attend que Forcier soit mort pour reconnaître son génie ? En cette petite province de grisaille, d’incertitude, de corruption érigée en système et de mépris pour les vrais créateurs,on dirait bien que oui. Le monde regarde les débilités de la télé, sans se rendre compte que ce nouvel opium des peuples lessive les cerveaux et détourne leur attention des vrais problèmes. Quant aux oeuvres artistiques valables, qui faisaient jadis la fierté de Radio-Canada, il y a belle lurette qu’elles ont été évacuées des cases horaires par ces gestionnaires à la petite semaine dont le crédo n’est que rentabilité et profit monétaire.
Si vous avez manqué « Je me souviens », il est disponible dans les clubs vidéos. Et pas cher….

AINSI FONT FONT FONT…

Ainsi donc, les garderies des p’tits amis du Parti libéral du Québec se multiplient entre les mains des généreux donateurs à la caisse électorale….comme au beau temps de Duplessis, évoqué avec beaucoup de réalisme dans le film de Forcier. Époque où les « bâtards’ orphelins étaient envoyés dans le fond des mines pour trois fois rien afin de satisfaire les appétits voraces de ceux qui ont exploité et exploitent encore honteusement nos richesses naturelles.
Les régimes politiques ont beau changer, se maquiller comme de vieilles putes, l’homme ne change pas. Le pouvoir est une drogue qui rend fou. Il n’y a qu’à regarder Charest et Harper pour s’en rendre compte…
Moi, ce qui me turlupine le plus dans ces garderies à 7$ par jour, c’est bien plus le fait que tout le monde doit payer le même tarif. La monoparentale qui ne gagne pas 20 000$ par année
paye le même prix que le couple qui rentre 250 000$ par an à la maison ! Me semble qu’il y a quelque chose qui cloche dans ce système et que le tarif devrait être ajusté en fonction des revenus des couples en cette époque où le gouvernement a décidé d’augmenter les frais de tous ses services, dont ceux de besoins essentiels comme l’électricité. Je sais que je me répète sur ce point, mais je ne le prends tout simplement pas.

À VOTRE SANTÉ !

J’ai encore eu des problèmes de santé cette semaine et encore une fois j’ai pu constater à quel point notre système à milliards est fucké. Comme ce n’était pas un cas d’hôpital, j’ai tenté de voir un médecin dans une clinique sans rendez-vous. Attachez vos tuques si vous êtes malades car c’est un véritable parcours du combattant qui vous attend.
Pour résumer mon expérience personnelle, je me suis levé mardi matin à 5 hres pour aller faire la queue devant la clinique la plus près de chez-moi. Arrivé sur place à 6 hres, il y avait déjà un groupe qui attendait déjà devant la porte qui n’ouvre qu’à 9hres, debout dans un froid de canards. J’ai hésité et finalement pris mon courage à quatre mains pour aller me mettre en ligne. Arrivé au bout de cette dernière, j’apprends que la clinique ne recevra aujourd’hui que HUIT patients et que les huit « chanceux » sont déjà sur place depuis plus longtemps que moi.
« C’est beau hein notre système de santé, » m’a dit une dame dont la patience m’a laissé sans voix.
De retour à la maison avec ma tête qui faisait tellement mal que j’avais l’impression qu’elle allait éclater, je jette un coup d’oeil dans mon bottin téléphonique local, question de voir à quelles ressources je pourrais faire appel. On me réfère alors au site officiel du ministère de la Santé pour trouver les cliniques de mon secteur. Eh bien, croyez-le ou non, ce site, qui a sûrement coûté très cher à construire, est tellement « sophistiqué » que je n’ai jamais réussi à y trouver ce que je cherchais. Encore des millions et des millions de dollars gaspillés pendant que ceux qui n’ont pas les moyens de se payer de la médecine privée doivent se lever aux aurores et attendre debout, sous la pluie et dans le froid. Mes chiens sont mieux traités que ça chez mon vétérinaire. Pire que dans le temps des régimes communistes, je n’en doute pas une seconde.
Les solutions simples n’intéressent pas nos zouaves de gestionnaires et ministres férus des méthodes de production de la Toyota. Pourquoi (ce serait si simple) ne pas donner aux pharmaciens les mêmes pouvoirs qu’ils détiennent dans d’autres pays, ceux de prescrire ce qui est évident pour des maux facilement identifiables. Mais pourquoi, nom de Dieu ?
Le corporatisme quasi criminel des ordres de médecins ainsi que le manque de poigne de nos élus contribuent à cette détérioration inexorable de nos conditions de vie. Moi, j’appelle ça un crime contre l’humanité.

ENCORE LES TI-ZAMIS

Retour à la maudite télé porteuse de mauvaises nouvelles des perroquets de l’information qui répètent les mêmes âneries sur toutes les chaînes. Et voici qu’apparaissent le maire de Saint-Léonard et membre du comité exécutif de Montréal, Michel Bissonnette, et le ministre Tony Tomassi au milieu d’un party « privé » regroupant plusieurs contracteurs dans le cadre d’une rencontre le l’association Cattolica eraclea.
Cattolica eracle est le nom d’un petit village sicilien d’où sont issus nombre de membres de la Mafia montréalaise, dont les Rizzuto, ainsi que de grands contracteurs québécois, dont Frank Catania, qui assistait à la soirée mentionnée ci-dessus.

Je ne crois pas aux coïncidences.

Pierre Schneider

7 pensées sur “Pas facile de vivre au Québec

  • avatar
    4 décembre 2009 à 8 08 07 120712
    Permalink

    On me dit que le meilleur truc consiste à se présenter très tôt, genre 6:00 AM à l’urgence d’un hôpital anglophone. Vous allez passer en moins de deux heures et vous serez traité en français.

    Répondre
  • avatar
    4 décembre 2009 à 17 05 33 123312
    Permalink

    Je compatis à vos problèmes personnels de santé. Pour nos problèmes collectifs… je ne vois AUCUNE solution.

    Je vois ici à Manille les enfants de dépotoirs dont parlais hier Gaetan et Manille est aussi le château fort de la pédophilie… Je puis vous garantir que le problème est global. J’ai toujours été démocrate, mais il n’y a plus de démocratie: elle est dissoute dans la corruption.

    Je suis toujours de gauche – dans le sens de justice sociale – mais, coté autorité, je commence à souhaiter un « homme providentiel ».

    J’aimerais mieux Lenine, Mao ou Castro que Mussolini, mais si quelqu’un comme Cromwell entrait au Parlement, je ne me dresserais pas pour protester et je ne lui demanderais même pas la couleur de sa chemise.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/06/15/un-mauvais-moment/

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    5 décembre 2009 à 7 07 49 124912
    Permalink

    Les garderies c’est le même système imbécile qui paye pour les écoles privées. Pas de logique là-dedans, juste le vol des pauvres au profit des riches, cé ça aussi le Québec.

    @pjc … un “homme providentiel”
    Il y en a un au Vénézuela.

    Répondre
  • avatar
    5 décembre 2009 à 10 10 29 122912
    Permalink

    Décembre,

    Tu crois que Chavez est un homme  »providentiel »?!!

    J’ai vu un reportage récemment (sur CBC je crois).

    On interviewait des gens au Vénézuela alors qu’ils faisait leur épicerie. Tout le monde se plaignait d’être rationné, de ne pas avoir de lait, de beurre, de sucre, de ne recevoir que quelques livres de viande par mois etc.

    Ceux qui gérait le magasin par contre, à l’emploi du gouvernement, semblait ne manquer de rien.

    Puis, il y avait une autre gang, aussi à l’emploi du gouvernement, qui gérait des terres sur une ferme expropriée par l’État après l’élection de Chavez.

    La petite gang qui gérait les terres était bien contente. Ils font pousser des légumes, élèvent quelques poules. On mange bien, c’est tranquille, la belle vie entre amis du parti.

    Le communisme, ce n’est pas la panacé, contrairement à ce que tu sembles croire.

    Hugo Chavez a été enlevé par la CIA peu après sa 1ère élection. La CIA l’a ramené au parlement peu après, et depuis on dit que c’est le grand libérateur.

    Chavez est un berger, et comme tous les bergers, il tente de diriger son troupeau de moutons dans le sensqu’il désire.

    Demandez donc aux Russes s’ils aimaient le communisme soviétique, ou aux Allemands de l’Est, ou aux Nord Coréens, ou aux Cubains.

    Les choses ne sont pas toujours telles que racontées dans les médias de masse.

    Répondre
  • avatar
    6 décembre 2009 à 14 02 14 121412
    Permalink

    L’Apocalypse, (révélation) est en réalité le pus formidable message d’espoir qui fut donné à l’humanité.

    Nous vivons l’Apocalypse! De toute évidence, le monde est présentement sous l’emprise des forces du mal, exposé de toutes parts à la tourmente, à de grands boulversements et en proie à de terribles souffrances. C’est le règne de la peur, de l’injustice, du double langage, du mensonge érigé en système.

    « N’ayez pas peur », il est nécessaire que ces choses arrivent…Pourquoi? À cause de la cupidité des hommes, la terre est devenue un endroit plutôt hostile…nous sommes en apparence loin d’un paradis terrestre! Il ne sera pas permis que tout soit détruit. Lors d’un naufrage, il y a généralement un petit nombre de survivants. Dans cette perspective, il y a un « avant, pendant et après ». Avant, vous avez une situation où tout semble bien aller malgré un ensemble de facteurs qui induisent subrepticement l’état de chaos. Je crois que nous en sommes à ce stade. Nous voyons des passagers qui se prélassent sur le pont tandis que d’autres jouissent du confort de leur luxueuse cabine. Nous pouvons voir aussi ceux qui bossent dans les cuisines et la salle des machines…tout cela dans un certain ordre, par le pouvoir, établi. Ceux qui croupissent dans les cales doivent selon l’idéologie y rester à vie…ceux qui grignotent les canapés de caviar, sur une des tables de buffets étalés, en ont ainsi décidé. Du pont « supérieur » on ne veut surtout pas entendre parler des niveaux « inférieurs ». L’important pour eux c’est l’année et la température du champagne que l’on déverse jusqu’à l’ivresse, dans leurs coupes de cristal ciselé, d’une sublime et tintante finesse.

    Donc, beaucoup de monde confiné dans l’ombre, au service d’une caste infime en nombre pour laquelle festoyer est la seule priorité. C’est le règne de la bête immonde et de ses serviteurs.

    Mais…le beau bateau rempli de somnambules file tout droit vers…le réveil! Nous sommes aux premières loges d’un immense spectacle déjà-vu. Le spectacle de la bêtise humaine. Nous sommes témoins privilégiés/es de l’horreur en direct. Nous pouvons voir, contempler la magnificence de notre titanesque vaisseau mais aussi sa fragilité, la déficience de son organisation. L’exquise beauté, l’harmonie du décor ainsi que les dangers et les obstacles bien réels qui s’y proflient manifestement!…Petite coquille de noix dans un océan de majestée et de dangers…

    Nous pouvons sentir l’ozone de l’air changeant, les signes de la tempête sont bel et bien présents. Nous tentons par tous les moyens de faire prendre « conscience » à l’ensemble des passagers de la terrible tempête appréhendée… mais où sont-ils?, que font-ils?, ils sont occupés à jouer leurs rôles dans « la croisière s’amuse »… après-tout, ne voguons-nous pas à l’ère de la télé-réalité? Il nous est donc devenu possible d’observer notre monde sombrer « virtuellement » dans une insignifiance non-moins intellectuellement, spirituellement anihilante pour autant.

    Alors…contemplons les adorateurs du veau d’or et de l’argent, contents. Préparons-nous au choc inéluctable du changement, celui que nous vivons de gré ou de force, que nous épouserons pour le meilleur et pour le pire. Se pourrait-il qu’en inversant les pôles…le pire puisse s’avérer être le meilleur?!…

    L’inévitable…choisissons-nous de le subir, ou de le faire advenir?

    À suivre…

    Répondre
  • avatar
    8 décembre 2009 à 5 05 56 125612
    Permalink

    @aimé laliberté … Les choses ne sont pas toujours telles que racontées dans les médias de masse. …

    Justement, Chavez n’est jamais dans les journaux de masse sauf pour se faire critiquer et se faire traiter de dictateur.

    Bien sûr qu’il y a la pègre au Venezuela mais ici aussi, aux USA aussi, en France aussi enfin, partout ou existe la démocratie, la pègre suit.

    …Le communisme, ce n’est pas la panacé, contrairement à ce que tu sembles croire. …

    Je ne crois rien, je suis guéri de la croyance. Le communisme a été trahi par la Russie et en fait il n’a jamais vraiment existé que dans des livres, exactement comme la démocratie, sauf peut-être au Venezuela ou la démocratie est vivante. Le capitalisme par contre existe depuis au moins 500 ans et on voit très bien ce que ça donne.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *