Pas même la prière à Voltaire…

Par Renart Léveillé

Du côté de nos voisins « Politicoblogue », un dénommé Loup Kibiloki prend la défense de la croisade anti-laïcité du maire Jean Tremblay. Pour ce faire, il lui propose de s’inspirer de la Prière à Dieu de Voltaire, qui était lui-même un déiste anticlérical. Il pointe donc une prière « qui ne réfère à aucune religion en particulier » et qui pourrait rallier tout le monde, enfin presque… Serait-ce donc là la solution tant rêvée? Je suis loin de le croire. Encore moins quand cette idée prend sa source dans cette conception de la « fonction » de la prière :

Quoi qu’on dise, quoi qu’on pense, la prière demeure une fonction radicale, vitale, fondamentale, de la psyché humaine, elle existe sous une multitude de formes depuis la nuit des temps, elle existe aujourd’hui, continuera à exister dans l’avenir, elle ne s’éteindra pas.

Fonction radicale, ça se défend, si on y tient vraiment. Fonction fondamentale, c’est hautement subjectif. Et fonction vitale, c’est purement mensonger. Manger et boire, c’est vital, mais y’a-t-il un seul cas de mort pour s’être abstenu de prier? Mais bon, je vais peut-être trop loin, étant donné qu’il est seulement question de « psyché humaine ». Alors, une autre question plus réaliste : existe-t-il un seul cas prouvé de maladie mentale causé par le fait de s’être abstenu de prier? Encore plus, le fait d’être athée est-il à risque pour la santé mentale?

Si on lit tout le texte, il est très facile d’y voir aussi que la prière serait en quelque sorte l’assurance d’une société meilleure. Comme quoi une certaine idée de la perdition de la société passerait par l’abandon des rites traditionnels comme la prière avant les réunions, les repas, etc. Et, pour aller encore plus loin, on a l’impression que Jean Tremblay serait le porte-flambeau d’un mouvement de réhabilitation dans ce sens. Par la quantité de ses appuis et de ses détracteurs, on le désigne puissant comme le chef du village des irréductibles Gaulois qui résistent contre l’oppresseur romain, c’est-à-dire les méchants défenseurs de la laïcité dans le monde politique.

Mais si on revient à la question de base, que la prière soit la représentation d’une religion en particulier ou une confession de foi théiste ne change pas grand-chose. Une prière, quelle qu’elle soit, est une manifestation. On ne peut pas dire qu’une absence de manifestation (ce que les laïcistes demandent) est une manifestation. Comme on ne peut pas dire que l’athéisme est une religion. Idem pour ce qui est de la laïcité. Soyons sérieux et regardons ce que les mots veulent dire!

Je ne nie pas qu’une prière peut avoir du sens pour un croyant et participer à son bonheur. Ça serait de la malhonnêteté de ma part. Par contre, il faudrait que les croyants qui veulent l’imposer dans la sphère publique soient aussi honnêtes. À partir du moment où possiblement une seule personne se sentirait étrangère à cette pratique, c’est la base du civisme que de la mettre de côté. Et, pour moi, c’est de cette éventualité dont il est le plus question avec le mouvement laïc.

Et pour ceux qui comme Loup Kibiloki voient le sujet de la prière comme une question de vie ou de mort, j’espère que leurs prières personnelles en privé pourront contrebalancer la perte future des prières publiques pour leur équilibre mental…

23 pensées sur “Pas même la prière à Voltaire…

  • avatar
    10 mars 2011 à 6 06 42 03423
    Permalink

    Et pour ceux qui comme Loup Kibiloki voient le sujet de la prière comme une question de vie ou de mort, j’espère que leurs prières personnelles en privé pourront contrebalancer la perte future des prières publiques pour leur équilibre mental…
    ======================

    Penses tu de cette façon solutionner tous les équilibres ?

    Permets moi d’avoir juste quelques doutes, mais, ce n’est qu’une éventualité.

    A te lire à ce sujet…

    Le Panda

    Patrick Juan
    P.S Je n’ai pas trouve le lien vers note site lol

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 11 11 17 03173
    Permalink

    Jean Tremblay a sûrement lu Mange (la laine sur le dos de la population) Prie (pour se rallier l’appui des rednecks) Aime (l’attention médiatique).

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 11 11 53 03533
    Permalink

    Le laïcisme c´est que l´Etat soit neutre, ou en tous cas composé de membres civils, pas de membres du clergé. Mais il ne doit en aucun cas imposer la non religiosité quoi qu´elle fusse.
    Je suis d´accord avec Sarkozy pour abroger la loi de 1905 (je ne sais pas en fait si c´est ce qu´il veut faire, ce n´est qu´une supposition). La France, comme l´Espagne, l´Italie, la Grande Bretagne ,a des racines chrétiennes qui constituent son histoire, qui la font et la définnissent dans sa grandeur, son originalité , son génie et son universalité. 106 ans ne peuvent en entâcher plus de 2000. La grandeur ne réside pas dans l´exclusion. Même la Russie n´est plus, probablement, je ne le sais pas, laïque maintenant.Et j´ai des doutes quand à si Cuba est officiellement laïque ou non. Notons qu´abandonner la laïcité ne revient pas à abandonner la pensée ni la raison, seulement à ne pas faire de la raison, une religion, en contradiction justement avec la laïcité.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 12 12 39 03393
    Permalink

    Est bonne Anne!

    Sopadeajo,

    « Le laïcisme c´est que l´Etat soit neutre, ou en tous cas composé de membres civils, pas de membres du clergé. Mais il ne doit en aucun cas imposer la non religiosité quoi qu´elle fusse. »

    Ça ressemble à une définition du 19e siècle…

    Par ici ça ressemble plus à : séparation de la religion et de l’État. Nous avons même un député membre du clergé…

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 13 01 35 03353
    Permalink

    Je pense que ma suggestion demeure ouverte, tolérante, généreuse, adaptée à notre époque et puise dans la culture dont la population québécoise est héritière – même si Voltaire a toujours été dans le champ à maintes reprises concernant le Canada, et pas seulement par la voix de Martin dans Candide (chap. XXIII). Mais la question n’est pas là. Je m’éloigne.

    Sa Prière à Dieu nous rappelle aussi qu’on aurait intérêt à mieux connaître le XVIIIe siècle français, le siècle dit de la raison, des lumières. On peut lire Paul Hazard (que j’aime beaucoup) aux grands classiques des sciences sociales:
    La Pensée européenne au XVIIIe siècle:

    http://classiques.uqac.ca/classiques/hazard_paul/pensee_europe_au_18e_siecle/pensee_europe.html

    Il faut relire attentivement la suggestion contenue dans mon article: il me semble, à première lecture, qu’elle ne correspond pas vraiment à ce que vous en dites. Le point central, c’est qu’il faudra des accomodements, quoi qu’on pense, et l’ensemble de mon article, je pense, le suggère:

    http://wp.me/po7BZ-4mV

    Merci.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 13 01 41 03413
    Permalink

    Le clergé peut faire de la politique, bien sûr, les athées aussi. Il faut cependant veiller à ce qu´il n´y ait pas que des athées au gouvernement ou parmi les législateurs et aussi son contraire: qu´il n´y ait pas, comme avant; que du clergé en politique. C´est pour cela que le laïcisme n´est qu´une stupidité françoise, un isolement, une manière bête (je ne sais si méchante, nonobstant), d´afficher un différentisme bourgeois, même pas socialiste-internacionaliste-finalement-lutteur-révolutionnaire. Le laïcisme en France, c´est comme le socialisme à Cuba: un échec , une contradiction et un anachronisme , un isolement.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 14 02 05 03053
    Permalink

    Loup,

    je persiste et signe!

    La prière au début d’une assemblée entre citoyens et élus n’est aucunement requise pour son bon fonctionnement.

    Sopadeajo,

    je ne vous suis absolument pas.

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 14 02 35 03353
    Permalink

    Vous écrivez dans votre article: «Et fonction vitale, c’est purement mensonger. Manger et boire, c’est vital, mais y’a-t-il un seul cas de mort pour s’être abstenu de prier? »

    Je ne me souviens pas d’avoir jamais parlé d’une « fonction biologique » de la prière. Par contre, j’ai parlé d’une « fonction vitale … de la psyché humaine ». Je le maintiens, et il y aurait beaucoup à dire là-dessus. par ailleurs, vous devriez faire attention avant d’accuser les gens de mentir, c’est une accusation très grave, souvent gratuite, et ça peut faire boomerang, comme dans ce cas-ci.

    Relisez l’article, il est relativement court, simple, clair:

    http://wp.me/po7BZ-4mV

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 15 03 03 03033
    Permalink

    Renart Léveillé

    Merci de ta demande d’explications, que je donne volontiers.

    Je ne fais que reprendre une phrase de « loup » et je dis qu’aucune version non développée de façon matérielle n’est parvenu à personne.
    Il faut bien comprendre que ma question je la pose autant à « loup » qu’à toi qui prends pour référence une chose et son contraire.
    Mais je vais le compléter sur son commentaire, si tu me le permets et si tu daignes ce dont je ne doute pas répondre à cette réponse, elle te convient ?
    Cordialement,

    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 15 03 06 03063
    Permalink

    @Loup,

    J’ai lu l’article, il y a boire à manger et comme dans le sens que je le pense les deux acteurs que vous êtes ont des versions bien éloignées il est difficle de s’y retrouver.

    Dixit vos propos:
    Quoi qu’on dise, quoi qu’on pense, la prière demeure une fonction radicale, vitale, fondamentale, de la psyché humaine, elle existe sous une multitude de formes depuis la nuit des temps, elle existe aujourd’hui, continuera à exister dans l’avenir, elle ne s’éteindra pas.

    ===================

    Oui cela peut se comprendre s’admettre, mais il est bien plus facile d’être que de paraître.
    Don à mes yeux la foi, ne permet pas de faire régner une « Loi » ou alors effectivement la séparation des pouvoirs reste une vaste flamme qui même au moment des vêpres n’aura que l’apparente odeur de l’encens.
    Par contre lorsque l’on cumule la puissance des pouvoirs religieux sur les peuples personne ne peut mettre en doute aucune forme de croyance, mais alors pourquoi « le clergé sous forme de priéres » aurait droit de citer dans une laïcité dont le sens unique de son terme, appelle une autre finalité, je ne suis pas seul à ne pas tout comprendre en ce domaine et vous ?
    Cordialement,
    Le Panda

    Patrick Juan

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 15 03 09 03093
    Permalink

    Je n’ai pas parlé de « fonction biiologique » de la prière mais les incidences de celle-ci sur le bios, ou de pratiques apparentées, ont été démontrées dès les années 1960s par le biologiste montréalais Bernard Grad.

    Voici un lien parmi d’autres:

    http://www.answers.com/topic/bernard-grad

    Je ne sais pas si vous êtes « athée » « thée » « anticlérical » ou pas, et sincèrement, I don’t give a dime.

    Mais les faits?

    Répondre
  • avatar
    10 mars 2011 à 15 03 23 03233
    Permalink

    @Loup,

    Ma position personnelle reste celle d’un homme laïc, dans tous les sens du terme.

    Etre « athée » ou « anticlérical » je ne sais pas si sur l’ensemble des gens qui nous lisent c’est important.

    A ne pas dédire, dans la mesure ou le « clergé » et toutes les formes de priéres n’auraient pas un impact aussi important sur « les clases modestes » les révolutions n’auraient jamais fait autant de morts et de richesses et cela sur les 5 continents.
    Mais la base de transformer une bataille de clochers ne peut embrasser tout un pays, à moins que le monde soit encore plus fou que certains le pense.
    Nous sommes il me semble confrontés à un fait de droit et non de religion cela sont les faits que l’on soit « athée » ou « anticlérical » peut-être que je me trompe, alors…..j’attends le concret dans du spirituel….

    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre
  • Ping : Et si le maire Tremblay, à Saguenay, s’inspirait de la Prière à Dieu de Voltaire? Et gagnait? | électrodes

  • avatar
    11 mars 2011 à 0 12 38 03383
    Permalink

    « Nous sommes il me semble confrontés à un fait de droit et non de religion »

    En effet, un élu,un maire, s´il est chrétien, peut prier, en a le droit. On n´a pas besoin d´en appeler à quoi que ce soit d´autre. Les athées ont le droit de ne pas prier, les chrétiens ont le droit, s´ils le veulent, de prier. C´est exactement le même droit, sans aucune différence. Fouché, qui travaillait aussi bien pour la république que pour l´empire que pour n´importe quoi, avait fait fermer beaucoup d´églises par un raisonnement comme le votre. Il n´en avait pas le droit. Par contre il en avait le pouvoir, ce qui est très très différent.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9christianisation_%28R%C3%A9volution_fran%C3%A7aise%29

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2011 à 1 01 17 03173
    Permalink

    Loup,

    je peux dire ici que c’est la première fois qu’on me cite hors contexte. Sans blague.

    Ce qui suit dans le texte la citation de mes écrits :

    « Mais bon, je vais peut-être trop loin, étant donné qu’il est seulement question de « psyché humaine ». Alors, une autre question plus réaliste : existe-t-il un seul cas prouvé de maladie mentale causé par le fait de s’être abstenu de prier? Encore plus, le fait d’être athée est-il à risque pour la santé mentale? »

    Pour ce qui est de l’adjectif « vital », quelques définitions prisent sur Antidote :

    « Relatif à la vie. »

    « Qui est absolument nécessaire à la vie. »

    « Qui est d’une importance fondamentale. »

    Étant donné que le terme « fondamental » était déjà dans le billet, je ne croyais pas qu’il était utilisé comme synonyme de « vital ». Quoi qu’il en soit, la prière n’est pas fondamentale pour ceux qui n’y croient pas. C’est hautement irrespectueux envers les athées dont je suis.

    Alors, comment appeler ça autrement qu’un mensonge?

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2011 à 1 01 17 03173
    Permalink

    @sopadeajo

    Commentaire très juste, très pertinent. Il faut mettre en garde les têtes-heureuses contre la logique de ce qui tend à devenir une sorte de « fondamentalisme laïciste » exclusiviste. Toutes les idéologies ont leur ombre et elles finissent toujours par la montrer. C’est comme ça. Il faut apprendre un jour la leçon, mais il semble qu’on apprenne pas. Des fois, un peu de r’kin bin doublé de bonne volonté, c’est sagesse.

    Par ailleurs, je lis ceci dans l’article: « Alors, une autre question plus réaliste : existe-t-il un seul cas prouvé de maladie mentale causé par le fait de s’être abstenu de prier? »

    Ça me semble pas très « réaliste » comme question (je fais dans l’euphémisme 🙂 : je me suis donc demandé, et demandé, comment une telle chose pourrait être « prouvée vraie » ou « prouvée fausse » …

    Et vous savez quoi? J’ai pas encore trouvé le protocole d’expérience qu’on pourrait appliquer.

    Je pense qu’on devrait lancer un concours …

    Par contre, comme je l’ai mentionné, les incidences bénéfiques de la prière, ou de pratiques apparentées, ont été démontrées dès les années 1960s par le biologiste montréalais Bernard Grad : apparemment, ses protocoles d’expérience étaient rigoureux, en tout cas ils n’ont jamais été remis en question à ma connaissance, et il semble que les expériences n’ont causé (lol) aucune maladie mentale (il est vrai que les protagonistes, ici, ne versaient pas dans l’abstinence de la chose, c’est le moins qu’on puisse dire) :

    http://www.answers.com/topic/bernard-grad
    http://wp.me/po7BZ-4mV

    Et cette autre question : « Encore plus, le fait d’être athée est-il à risque pour la santé mentale? »

    Quelqu’un peut répondre à ça? Probablement. Moi, pas. Pour l’instant …

    En attendant, si vous aimez l’humour :

    http://wp.me/po7BZ-2MB

    Gros ciao à tout l’monde.

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2011 à 1 01 25 03253
    Permalink

    Notez que je ne suis même pas vraiment un chrétien praticant moi même, quoique je ne considère plus la religion comme un anachronisme (ce que je faisais avant, trop croyant que j´étais en les corrupteurs corrompus voleurs menteurs malsocialistes, et cette croyance bête et fausse en un lendemain où le monde aurait changé et serait meilleur, plus équitable, moins différentiellement pauvre. Mais c´est le grand mensonge de la gauche, de faire croire que c´est eux qui s´occupent des autres ,eux qui sont les bons, et que seulement eux sont capables de s´occuper de nous, cette horrible fausseté genèse des divers dictats ).
    Je ne vais jamais à la messe et je n´ai point de relation avec le clergé actuel.
    Je ne demande pas non plus que les gens prient, je pense que d´un point de vue religieux ou pas, les actes de chaque jour sont aussi importants qu´une prière. Mais par contre je demande que si quelqu´un veut sincèrement prier, qu´il soit détenteur d´ une fonction publique ou pas, qu´il puisse le faire, qu´on le laisse faire. Il en a le droit.
    C´est ça un position tolérante et ouverte et de BON DROIT (1)!!

    (1): Je parle aussi du droit concrètement juridique, of course.

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2011 à 1 01 55 03553
    Permalink

    Loup,

    le lien fait entre Bernard Grad et un soi-disant pouvoir de la prière est pour le moins discutable. Il est plutôt question entre autres de transmission d’énergie, par l’imposition des mains.

    J’ai lu ou vu quelque part que la prière avait des effets bénéfiques sur le cerveau et je peux très bien le croire. Par contre, ça ne dit aucunement que la prière est le seul moyen d’avoir les mêmes effets, ni que cela aurait des effets sur une assemblée, etc.

    Je crois qu’il faut faire attention avant de sauter aux conclusions. Et, visiblement, faire un lien entre Bernard Grad et la prière en est un bon exemple.

    sopadeajo,

    « Mais par contre je demande que si quelqu´un veut sincèrement prier, qu´il soit détenteur d´ une fonction publique ou pas, qu´il puisse le faire, qu´on le laisse faire. Il en a le droit.
    C´est ça un position tolérante et ouverte et de BON DROIT (1)!! »

    il a tout à fait le droit de le faire en silence, et sans l’officialiser, comme dans le cas qui nous concerne, au début d’une réunion.

    Si la liberté de l’un s’arrête là où celle de l’autre commence, le silence est vraiment la clé. Tous se donnent le droit de vivre le moment comme il leur plaît.

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2011 à 2 02 12 03123
    Permalink

    Vital : « relatif à la vie ».

    La prière est une fonction vitale qui dans beaucoup de gens est dormante, ou plutôt : virtuelle. Mais elle est présente. C’est une forme d’aspiration qui peut, entre autres, se traduire en paroles. Parfois non. C’est une fonction sui generis de la psyché humaine qui, lorsqu’elle s’éveille et devient active attire des réponses qui démontrent son action. Un jour, certaines personnes le réalisent. N’importe quel « honest try » peut parvenir assez rapidement à en percevoir la présence active.

    Mieux – et ça, c’est vraiment, comme on dit, « reposant » : je ne peux absolument pas te prouver ce que je viens de te dire.

    Une personne, par elle-même, peut le découvrir. Je parle d’un fait. Un fait psychologique est aussi un fait, comme n’importe quel autre fait. La chose existe, est avérée, pratiquée de mémoire historique depuis la nuit des temps (ne me demande pas ce qu’il y a de l’autre côté de la nuit des temps, je ne sais pas, c’est la nuit) : moi, ça me porte à réfléchir. Ces milliards d’êtres humains qui nous ont précédé auraient eu tort – mais pas nous? Sûr?

    Chose certaine, à mes yeux : On ne chasse pas de la sphère des activités humaines une chose aussi importante que cette dynamique intérieure créatrice sans qu’il y ait des conséquences personnelles et sociales. Fort discutable, me diras-tu? Absolument. Et c’est sans doute pourquoi on en discute.

    Il y a eu une époque pas très lointaine où l’on refoulait la libido et où elle avait très mauvaise presse (c’était aussi une époque où la cigarette était indiscutablement bonne pour la santé, antiseptique, … ). Mais la prière avait bonne presse.

    Les conséquences du refoulement de la libido n’étaient pas bonnes, on le sait. Il fallut la re-conscientiser. (Rigoureusement parlant, d’une chose refoulée on est jamais conscient, c’est le sens psychanalytique de l’expression.)

    Aujourd’hui, la libido a très bonne presse ( et la cigarette est indiscutablement mauvaise pour la santé, pas antiseptique du tout, … ), et la prière, la vilaine, elle a très mauvaise presse. Le persifflage a changé d’objet. On a, littéralement, changé le mal de place. Ou on changé la place du mal. Ou – maintes façons de le dire.

    Cependant, à mes yeux, l’aspiration qui se traduit par la dynamique de la prière est aussi puissante et aussi vitale que le sont la sexualité, la faim, etc. Ouch! On est pas d’accord là dessus, mais absolument pas, c’est le moins qu’on puisse dire, on s’en est aperçu, et on peut s’entrefendre sémantiquement tant qu’on voudra, ça ne changera pas grinchose. Parfait. C’est comme ça.

    Rendez-vous dans quelques années?

    Peut-être. Mais en attendant, on peut en discuter et la blogosphère, sous ce rapport, est une véritable … bénédiction )) (je n’arrive pas à me faire aux emoticons graphiques, non-ascii, alors j’essaie de les contourner en utilisant des trucs comme ça : )) C’est bébé, mais, bon.

    Donc, tchau, monsieur Renart (t’as lu le Roman de Renart, non?).

    Loup.

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2011 à 10 10 51 03513
    Permalink

    Effectivement, j’avais négligé ce passage où tu reconnais que tu étais peut-être allé trop loin en disant qu’il était « mensonger » de dire que que la prière est une « fonction vitale … de la psyché humaine ».

    Il reste que c’est un propre de certains fanatismes de traiter de « mensongères » des conceptions différentes. Je maintiens que le recours à l’expression « mensonger » est à la fois inutilement abusif et aussi impropre, ici. Tu peux dire tout ce que tu voudras d’une telle affirmation («prière fonction vitale de la psyché humaine»), tu peux dire que c’est « farfelu », que « ça ne tient pas debout parce que », etc., mais dire que c’est « mensonger » est impropre, et aussi, je dois dire, insultant, et ne s’applique certainement pas, simplement, à une expression comme celle que j’ai utilisée : un mensonge, c’est d’un tout autre ordre que ce à quoi tu l’appliques ici.

    « Vital » signifie « relatif à la vie ». C’est l’acception la plus simple.

    Par ailleurs, il peut y avoir plusieurs conceptions différentes de la « vie », et ces conceptions ne peuvent être emprisonnées par les définitions des dictionnaires qui sont des sortes de nomenclatures de différentes acceptions; à travers le temps certaines s’ajoutent, d’autres tombent en désuétude (à raison ou à tort); un dictionnaire n’est pas un traité philosophique, c’est une liste d’acceptions et de définitions utiles. Ceci dit, ta conception de la vie semble être la conception matérialiste de la vie, ie où la vie et le bios se confondent complètement, la vie n’étant que bios (ce qui n’est pas du tout ma conception, et ce depuis plus de 40 ans, et je suis loin d’être le seul, et ma conception n’est ni superficielle, ni gratuite) (en passant, il ne faut pas confondre « matérialisme » et « athéisme », re: les bouddhistes); autrement, je ne comprends pas le sens que pourraient avoir les questions que tu poses après coup et qui sonnent, aussi, bizarres à mon esprit :

    « Existe-t-il un seul cas prouvé de maladie mentale causé par le fait de s’être abstenu de prier? »

    Tu parles bien de « preuve ». Il faudrait d’abord trouver le moyen de prouver qu’une personne s’est « abstenue de prier » : comment fais-tu? Tu peux avoir son témoignage, son témoignage peut être fondé ou pas, faux ou véridique, mais tu n’as pas de preuve au sens où tu sembles l’entendre.

    « Encore plus, le fait d’être athée est-il à [« un » ?] risque pour la santé mentale? »

    Il faudrait ici démontrer, preuves à l’appui, qu’une personne qui se dit athée, et qui serait atteinte de maladie mentale, est vraiment d’abord athée, il faudrait que son « athéisme » soit démontrable: tu as son témoignage, peut-être, mais tu n’as pas de preuve à proprement parler; ou il te faudrait vraisemblablement une preuve « matérielle » pour démontrer son athéisme; il faudrait ensuite lier la preuve d’un lien entre cet athéisme et sa maladie mentale, prouver ensuite le lien après avoir établi qu’il en existe un; ou délier cette preuve d’athéisme de sa maladie mentale, et démonter le non-lien. Décris-moi le protocole d’expérience applicable ici … On pense à Kafka.

    À mes yeux, les deux questions que tu poses échappent à toute possibilité de preuve (infirmante ou affirmante), ça échappe en pratique au champ de la preuve, aucune « épreuve » concluante ne peut s’appliquer, et aborder ces questions en termes de preuves tient de la fantaisie, ou en tous cas de la perte de temps.

    Dans ce contexte où la question échappe au champ de la preuve dans un sens ou un autre, on peut poser différentes hypothèses :

    a) Refouler la prière et la chasser du champ social n’a aucune conséquence psychologique et sociale.

    On rejette tous les deux cette hypothèse: le présent débat en fait foi. (J’imagine que tu n’es pas en faveur de ce que tu prônes parce que ça ne donne rien.)

    b) Refouler la prière et la chasser du champ social a des conséquences psychologiques et sociales.

    Nous sommes évidemment d’accord tous les deux avec cette hypothèse, sinon le débat n’aurait pas lieu.

    c) Refouler la prière et la chasser du champ social a des conséquences psychologiques et sociales bénéfiques.

    C’est l’hypothèse que tu sembles adopter, sinon tu ne serais pas en faveur.

    d) Refouler la prière et la chasser du champ social peut avoir des conséquences psychologiques et sociales mauvaises.

    C’est mon hypothèse, celle qui sous-tend mon article – http://wp.me/po7BZ-4mV – et l’ensemble de mes commentaires.

    Vu l’hypothèse qui est la mienne, je proposes évidemment une conciliation et non une exclusion.

    Tu proposes une exclusion sans conciliation.

    L’histoire démontre que tu es du côté, par ce choix, consciemment ou non, de la croissance du problème par son « balayage sous le tapis » (ce qu’on ne voit pas n’existe pas) et non de la résolution du problème. Les conséquences ne peuvent être que malsaines.

    À la fin, qui vivra verra.

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2011 à 13 01 26 03263
    Permalink

    La prière a eu lieu pendant tant d’années sans que personne ne s’en offusque, je ne vois pas pourquoi ça deviendrait une affaire capitale maintenant!! 😡

    Qu’il la fasse sa prière M. le maire ça ne change rien à nos vies! 😡 👿

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2011 à 15 03 16 03163
    Permalink

    Dans la prière de Voltaire . on parle de Californie , c’est quoi la  »JOKE » ?

    Questions de prières , plus rien ne fut  »VRAIMENT » vraie , après que les Français(NAPOLÉON) se soient mis le nez à Jérusalem.

    Une  »DAME » quelque part a eu raison , un instant de silence.

    Moi j’ai dit que si des Humains sont en assez grands nombre dans un village ou autre , tu mets sa croyance à côté des deux autres : le Totem et le Crucifix. === Pas besoin de 40 drapeaux , mais de quelque chose qui indique qu’ils font parti de cette communauté. S’ils veulent l’afficher à leur cou ou bras , j’ai pas de problème avec cela. Pas besoin d’un kirpan ni d’une burka.

    Je n’arrive pas à vous suivre , mais comme dirait  »BILLY » , c’est ce que je pense.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • Ping : Pas même la prière à Voltaire… | Renart Léveillé

Répondre à Jean-Marie De Serre Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *