Rapport Bastarache : un jupon en guise de pansement

J’ai lutté de toutes mes forces pour ne pas écrire sur la remise du rapport (sur la commission en lien avec la nomination des juges) par Michel Bastarache. Parce que c’était écrit dans le ciel que ça ne donnerait pas grand-chose de plus que ce que la majorité imaginait. J’illustrerais cela comme suit : Bastarache, avec son jupon qui dépassait, a fabriqué un gros pansement pour Charest. Mais le problème, c’est que ce pansement n’est pas assez gros pour empêcher l’hémorragie…

En fait, c’est le début de l’article de Geneviève Lajoie (du Journal de Québec) qui m’a fait changer d’idée :

Reconnaissant que le processus de sélection et de nomination des juges au Québec est perméable aux influences de toutes sortes, le commissaire Michel Bastarache recommande un chambardement.

Ne voyez-vous pas l’absurdité là-dedans? Surtout quand on constate qu’il a lavé par son rapport son ami John James Charest. Le processus est perméable aux influences, mais celui qui devrait normalement être le plus influent, ou du moins un minimum, soit le Premier ministre, ne l’aurait pas été du tout? Et on se surprend du cynisme de la population!

Tout cela démontre bien les limites de la démocratie comme elle se passe actuellement. Jean Charest gaspille environ 5 millions des deniers publics pour laver sa réputation et en plus ça ne fonctionne pas, il est toujours aussi sale. Ce rapport est pour lui une raison de s’accrocher au pouvoir et cela lui donne en plus de la crédibilité, mais seulement dans son dialogue intérieur…

Il a beau se péter les bretelles, ça ne fera pas fléchir la pression des citoyens et de plus en plus de gens influents pour une large commission sur les liens corrompus entre certains politiciens au pouvoir et les compagnies (dans son sens le plus large) faisant affaire avec le gouvernement.

Cette commission, au-delà de ce qu’on peut lui trouver de positif, n’aura été qu’une bûche de plus pour nourrir ce feu.

5 pensées sur “Rapport Bastarache : un jupon en guise de pansement

  • avatar
    20 janvier 2011 à 8 08 09 01091
    Permalink

    La commission Javex, plus taxes.

    Caché derrière la toge éclaboussée et brulée par le javellisant de cette parodie de justice, le premier ministre pavanne d’arrogance la charge prochaine qu’il fera subir à Bellemare et trompette du même coup en sourdine l’avertissement au peuple de tenir sous le boisseau toute connaissance de corruption occulte, sous peine de châtiments sévères.

    « Faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste. » Blaise Pascal

    Du chiasme des juges, Bastarache a choisi le dernier, oubliant le seul axiome qui en soutient l’ironie; l’apparence de justice.

    Pour la majorité des Québécois, ce rapport confirme le triomphe de la corruption et ridiculise l’apparence de justice à défaut de son idéal.
    La juridiction qui impose le paradoxe où l’injustice garantit la paix civile et la justice la met en péril, romp le contrât social et attaque les fondements de la liberté.
    Le peuple a donc besoin de réfléchir et d’agir en conséquence avant que l’ironie ne laisse place à la colère.

    La justice n’exite pas, c’est pourquoi il nous faut la faire, disait Alain (Emile-Auguste Chartier).

    DG

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2011 à 8 08 40 01401
    Permalink

    « Pour la majorité des Québécois, ce rapport confirme le triomphe de la corruption et ridiculise l’apparence de justice à défaut de son idéal. »

    Cette commission nous a donc confirmé quelque chose que nous soupçonnions. Reste à savoir ce que nous pouvons y faire?

    Amicalement

    Elie L’Artiste

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2011 à 11 11 01 01011
    Permalink

    Je m’étais juré, moi aussi, de ne pas succombé a l’envie de commenter cette masquarade aussi dispendieuse qu’inutile…

    Mais, a entendre le désolant discours ( pour ne pas dire pathétique ) de certains ( encore trop nombreux ) a insister que ce fût un grand moment de démocratie, que cette commission DEVAIT avoir lieu et …que bastarache fût impartial ! PFFFFFFFF !!!!

    Qu’arrive-t-il avec le « gros-bon-sens » ?! Ça vient en option, ou ils font exiprès pour être aussi hermétique a ce qui saute aux yeux ?

    1-) L’accusé, suite a de simples allégations, demande presque de lui-même a être jugé et il met en place le tribunal et nomme LUI-MÊME le juge devant présumément rendre justice. Mais attention ! …pas de véritable procès; juste une « commission » , après tout on veut juste clarifier les alléations et SURTOUT PAS rendre justice. Ça c’est le rôle du ministère de la justice.

    2-) L’accusé refile la facture exorbitante de toute l’opération a ses employeurs. Ayant préalablement pris la peine de rassembler, toujours aux frais des employeurs, une armée d’avocats, inutiles car on n’est pas en cour, mais juste devant une commission.

    3-) Bien que le fruit d’une commission « Publique » , le rapport est sensé être rendu « publique », les amis de l’accusé on le droit de le lire avant tout les autres, en refusant que l’accusateur puisse le voir aussi. Un long rapport ( imprimé en des tonnes de copies ) inutile qui finira sur une tablette et qui n’a comme unique raison d’être un document dit « officiel » pour dire que les allégations ( improuvables a 100% dès le début ) n’ont finalement pas été prouvés a 100%. Bref, c’était pas gentil, ont le sait sans pouvoir le prouvé alors là on tourne la page et OFFICIELLEMENT, l’accusé n’a rien a se reprocher.

    Reprenez ce texte et essayer de le faire « coller » a n’importe quel autre cas et vous comprendrez a quel point c’est ABSURDE !

    Accusé = John James Charest Tribunal = amis du parti Libéral du Québec mis en poste pour avoir « investi » dans le Parti !

    Employeurs = NOUS. N’oubliez jamais que le rôle d’un politicien est sensé être « au service » de la population. Choisi ET payé par celle-ci.

    Bref; On s’en doutait, là on le sait, mais ça changera pas pour autant.

    Et ces connerries ont coûté plusieurs millions qui auraient DÛ être utilisé pour soigner des enfants, soulager la tâches des prof, de la santé etc, etc, etc.

    Quand est-ce qu’on va FINIR par comprendre le procèdé ABSURDE d’une commission ?!?

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2011 à 13 01 00 01001
    Permalink

    Martin,

    on peut quand même, si on se force, voir un peu de positif dans les recommandations du rapport. Ça donne l’impression que les millions n’ont pas été simplement mis à la poubelle…

    Faut bien voir un baume où on peut…

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2011 à 15 03 24 01241
    Permalink

    Messieurs Renards Léveillé et Martin , j’ai juré ou promis moi-aussi et j’étais au tribunal. Par contre le 29 septembre 2011 s’en vient et là je vous le jure que je vais leur dire  »BONNE FÊTE » aux gouvernements.
    J.M.D.S.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *