Des tests d’urine pour recevoir son chèque de B.S.?

 

NDLR: ARTICLE PUBLIÉ LE 22 JUILLET 2010.

***

J’ai reçu ce « témoignage » par courriel la semaine dernière :

LETTRE D’UN TRAVAILLEUR

Cette lettre a été écrite par un travailleur de la construction à Fort MacMurray.

Très bon sujet.

Je travaille, je suis payé.

Je paie mes impôts et le gouvernement distribue mes impôts comme il se doit.

Afin de gagner mon chèque de paie, je travaille sur une plateforme flottante pour le projet de Fort MacMurray Construction.

Je suis tenu de passer un test d’urine, sans avertissement soit au hasard, avec lequel je n’ai aucun problème.

La chose avec laquelle j’ai un problème est la distribution de mes impôts aux gens qui n’ont pas à passer de test d’urine.

Ces gens ne devraient-ils pas avoir à passer un test d’urine pour avoir leur chèque de bien-être parce que moi je dois en passer un pour le gagner pour eux.

Veuillez comprendre que je n’ai aucun problème à aider les gens qui sont dans le besoin à se prendre en main.

Par contre, j’ai un problème à aider quelqu’un assis sur son cul – buvant de la bière et fumant de la dope.

Pouvez-vous imaginer combien d’argent les Provinces sauveraient si les personnes qui reçoivent de l’aide gouvernementale devaient elles aussi, passer un test d’urine ?

S’il vous plaît,  faites circuler ce courriel si vous êtes d’accord ou supprimez-le si vous n’êtes pas d’accord.

J’espère que vous le ferez circuler, parce que les choses doivent changer dans ce pays et ça presse !!!!

Un travailleur tanné de travailler pour faire vivre les autres qui ne font rien !!!

Ça me fait beaucoup penser à une petite réflexion que j’ai élaborée dans un court billet, nommé : « Être à la remorque de sa vie ». Qui va comme suit :

Être à la remorque de sa vie, c’est se construire en réaction. C’est réagir en animal blessé, c’est se bâtir une armure avec nos blessures, petites ou grandes, tout en pensant utiliser du solide.

C’est regarder les événements fâcheux, qui sont souvent seulement des petites broutilles que l’on a le choix de considérer sérieusement ou non, et en faire des preuves, des arguments de notre colère dirigée.

Je ne peux pas écrire que j’en suis totalement vierge, mais je tends, ouvertement, à fuir ce réflexe. C’est un filtre sur la conscience au monde, un empêcheur de tourner autour des problématiques pour en extraire le plus large possible.

C’est le contraire d’être ouvert au point de vue des autres, même si cela ne veut pas dire d’accepter tout facilement.

Quelque chose comme tenir en équilibre.

Ce travailleur croit avoir trouvé par son exemple du test d’urine un argument solide, mais il ne fait qu’éclabousser son propre mal-être. S’il était heureux dans son travail et dans sa vie, il ne sentirait pas le besoin de jalouser le peu de bonheur que sont capables de se payer les « B.S. » avec sa mince contribution à l’impôt, parce qu’en fait le pourcentage de son impôt qui sert à ça, c’est tellement pas grand chose! (Pour s’étourdir, il devrait plutôt calculer le pourcentage qui va à l’armée et considérer combien sont d’accord avec ça!) Et en plus, si ça se trouve, c’est seulement une mince minorité des « B.S. » qui boivent et se droguent. Et même si c’était la majorité! Si j’en suis réduit un jour à attendre un chèque du gouvernement pour survivre, je n’ai même pas de doute que l’alcool et la drogue seront un baume sur ma peine… Toute autre réaction serait héroïque, et les héros ne vivent pas de l’aide sociale!

Pouvez-vous imaginer combien d’argent les Provinces sauveraient si les personnes qui reçoivent de l’aide gouvernementale devaient elles aussi, passer un test d’urine ?

C’est drôle, mais moi je m’imagine plus le nombre de personnes de plus à la rue et l’augmentation de la criminalité qui irait avec. Puisque ce n’est pas parce qu’un « génie » a trouvé une manière de faire économiser « les Provinces » que ces gens-là vont arrêter du jour au lendemain de faire tout en leur pouvoir pour survivre! Et quand tu es en mode « survie », dans la rue ou sur le « B.S. », c’est bien difficile de penser plus loin que son nez! C’est bien beau le concept de « se prendre en main », mais c’est tellement facile de se prendre pour un génie de l’analyse sociale quand tu vis dans le luxe, bien que tu travailles fort fort fort pour te le payer! Et ce génie-là sera le premier à chialer — après que son idée se soit retrouvée récupérée par le Parti Conservateur ou un autre avec une vue tout aussi basse — qu’il y a trop de quêteux dans les rues quand il sera en vacances de sa plateforme…

Et il reste les autres, ceux qui n’ont pas le choix, pour plusieurs raisons : est-ce qu’eux aussi passeraient le test d’urine? Une autre question : combien ça coûterait faire ces tests?

C’est bien ça qui m’énerve avec ce raisonnement : ça semble se tenir au premier abord (et je suis généreux!), mais ça s’écroule aussitôt qu’on en fait le tour. Parlez-moi de créativité pour aider ces gens à se sortir de ce cercle vicieux, parlez-moi de tout sauf de profiteurs, parce que pour trouver des profiteurs, c’est beaucoup plus facile en pointant n’importe où ailleurs! Parlez-moi d’améliorer la société pour amoindrir la possibilité que des gens préfèrent se laisser mourir plutôt que de participer. Parlez-moi intelligemment, et de grâce, débarrassez-vous de vos frustrations avant de vouloir refaire le monde!

 

(Photo : Monyart)

69 pensées sur “Des tests d’urine pour recevoir son chèque de B.S.?

  • Ping : Renart L’éveillé / Carnet résistant

  • avatar
    22 juillet 2009 à 11 11 30 07307
    Permalink

    Je suis VRAIMENT d’ACCORD avec le TRAVAILLEUR et TOUS les travailleurs de ce pays qui paient des impôts dépensés sans contrôle par nos gouvernements qui ignorent le VRAI travail.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 11 11 30 07307
    Permalink

    Je serais plutôt porté à faire passer des tests d’urines aux députés et aux financiers… Ainsi que d’autres plus «scalpelisés».
    Le riche coûte bien plus cher que le pauvre.
    Si on visait ceux qui appauvrissent, je pense qu’on y gagnerait.
    Les profiteurs organisés sont de loin pire que les miséreuses victimes.
    S’il existait un test d’honnêteté, j’ai bien peur …
    Un coup de clochette – comme dans «La petite vie».
    Tout le pays sonnerait…
    Bonne journée!

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 11 11 50 07507
    Permalink

    Le système socialiste dans lequel nous vivons implique que le gouvernement prend dans la poche de Paul pour redonner à Pierre, après avoir pris sa propre cote bien sûr.

    Si le problème est la l’idéologie socialiste, la solution n’est certainement pas d’encourager le gouvernement à être encore plus intrusif dans la vie des gens.

    Combien de millions de personnes prennent des médicaments au Canada?

    Plusieurs millions. Ça change quoi que Jo Blo boive une bière ou fume un joint plutôt que de chercher un emploi, dont le nombre total est insuffisant pour tous les travaielleurs?

    Fâchez vous pas contre Jo Blo à la maison, demandez vous plutôt pourquoi le gouvernement pense qu’il est mieux placé que vous pour décider qui aider et comment avec votre argent gagné à la sueur de votre front.

    Demandez vous comment on est passé d’un pays riche composé principalement de gens dans la classe moyenne à une république de bananes à la merci des entreprises internationales et gouvernements étrangers.

    C’est ça les vrais questions.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 11 11 51 07517
    Permalink

    Je suis d’accord en gros avec toi Renart.

    J’ajouterais que ce texte est Achi démago.

    Les tests sur les travailleurs sont effectués souvent pour que ceux-ci jouissent de plans d’assurances plus généreux que les autres citoyens, ou c’est pour des raisons de gestions de risques reliés au travail….

    Les tests sur les pauvres ne serviraient qu’à émettre un jugement moral afin d’ostraciser et punir ces gens qui sont déjà dans un état précaire.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 12 12 05 07057
    Permalink

    Je seconde la proposition de Pelletier!

    Des tests d’urine pour les gens au gouvernement, les politiciens, les financiers et les banquiers.

    Lorsqu’on en prend un avec un résultat positif, on le waterboard comme dans la bonne tradition américaine ou hop, à la guillotine! Que les têtes roulent! Vous voulez arrêter le trafic de drogue mondial? Pendez deux ou trois banquiers internationaux qui blanchissent cet argent à coup de milliards de dollars. Vous allez voir que les choses vont vraiment commencer à changer RAPIDEMENT!!!

    Et on ne parle que de la drogue illégale. Imaginez si on testait pour la drogue légale (médicament) qui tuent de 5 à 10 fois plus que les drogues illégales!!! Même les grand-mères passeraient pour des junkies droguées à l’os!!

    Passez cela à la TV avec des commanditaires et les revenus seront suffisants pour balancer le stupide budget gouvernemental!

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 13 01 24 07247
    Permalink

    Je suis en désaccord non seulement avec toutes les solutions, mais avec la problématique elle-même. Je me sens comme si on parlait de me faire contribuer à un régime amaigrissant pour le Père Noel.

    1. Je suis pour la libre consommation et le libre commerce de toutes les drogues, pour tous les adultes consentants et informés.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/20-lemancipation/

    2. Je suis pour un travail-revenu universel, ce qui signifie que tout le monde peut travailler et que personne ne reçoit du « BS » à moins d’être invalide.

    http://nouvellesociete.org/701.html

    Alors les tests d’urine et le joint du gars….

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 13 01 42 07427
    Permalink

    Je ne suis pas contre son intention. Aider mieux est louable, s’intéresser à la pertinence des actions posées avec ces argents l’est aussi, dans une certaine mesure elle n’est pas dénuée de sens.
    Parfois on aide mal, ce qui finalement n’est pas aidant.
    Pour les moyens faut voir.
    Mais il existe déjà des mesures en place, non?
    Une chose dont je suis certains ce n’est pas dans la coercition que cela se passe. Dans un encadrement serré, comme lui l’est, ça ne peut qu’être utile, le laisser-allez pour plusieurs ne mène à rien. Faut voir, mais l’intérêt à voir, je suis plutôt pour. C’est une question de mesure et d’intention. Si c’est pour mieux aider , mieux encadrer ceux qui en profiteraient, tant mieux.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 13 01 49 07497
    Permalink

    Je voulais ajouter que dans certains contextes cà pourrait être un suivi pertinent. Dans un cas ou la personne dit souffrir de sa toxicomanie et n’arrive pas à avancer et qu’il a un désir d’aide et qu’il y a des ressources. Les tests d’urine pourraient être un moyen pertinent, pas dans le but de couper son modeste revenu mais dans le but de le maintenir mobilisé dans la poursuite de son objectif de sobriété. Mais ça ce n’est pas des mesures universelles, mais ponctuellement, dans des cas et des conditions précises, pourquoi pas?

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 13 01 50 07507
    Permalink

    L’autre chose qu’on pourrait dire à propos du type qui travaille dans l’industrie du pétrole mentionné dans l’article, c’est qu’il a sans doute signé un CONTRAT avec son employeur, EN CONSIDÉRATION DE SON EMPLOI, dans lequel il a CONVENU d’autoriser son employeur à lui faire subir un test d’urine, en tout temps.

    Donc, il s’est engagé VOLONTAIREMENT à fournir son urine aux fins de dépistage.

    Je comprends qu’il n’aime pas cette procédure, qu’il devait sans doute accepter pour obtenir et conserver son emploi, mais je ne comprends pas la logique de vouloir imposer une mesure qu’on n’aime pas à une catégorie entière de personnes.

    Je trouve le fond

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 13 01 53 07537
    Permalink

    L’autre chose qu’on pourrait dire à propos du type qui travaille dans l’industrie du pétrole mentionné dans l’article, c’est qu’il a sans doute signé un CONTRAT avec son employeur, EN CONSIDÉRATION DE SON EMPLOI, dans lequel il a CONVENU d’autoriser son employeur à lui faire subir un test d’urine, en tout temps.

    Donc, il s’est engagé VOLONTAIREMENT à fournir son urine aux fins de dépistage et aujourd’hui il regrette peut-être d’avoir signé ce contrat.

    Je comprends qu’il n’aime pas cette procédure, qu’il devait sans doute accepter pour obtenir et conserver son emploi, mais je ne comprends pas la logique de vouloir imposer une mesure qu’on n’aime pas à une catégorie entière de personnes.

    Je trouve l’approche un peu mesquine. On viole ma vie privée, alors pourquoi pas la tienne aussi? Ça fait dur au niveau des principes.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 14 02 31 07317
    Permalink

    Ce que je trouve le plus stupide, c’est que ce travailleur doive passer des tests d’urine et qu’il semble trouver cela normal.

    Si je prends de la drogue en dehors de mon travail, cela ne regarde que moi.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 14 02 37 07377
    Permalink

    (Juste un petit mot pour M. Allard, vous me faites penser à Yengrismus avec vos commentaires signés et vos liens vers votre site dans beaucoup de vos commentaires. Une seule et même personne ? 😉

    C’est contre la netiquette, je suis d’accord avec Renart là-dessus. Libre à vous de continuer, mais cela achale un peu les autres commentateurs.)

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 14 02 42 07427
    Permalink

    Le salariat et l’aide sociale, c’est la même chose : blanc bonnet et bonnet blanc. Ce ne sont que deux façons pour nous voler notre existence.

    Que notre corps soit bradé sur le marché aux escla… je veux dire, sur le marché du travail ou qu’il vivote dans le purgatoire du B.S. ne change rien au fait que nous ne sommes pas maîtres de notre vie et que nous subissons, à titre de dépossédés, toutes les bimades imaginables, toutes plus humiliantes les unes que les autres : surveillance, contrôles, punitions, limitations de mouvement, sommations à comparaitre, etc.

    Un assisité social est réduit à l’impuissance. Tout ce qu’il peut faire, c’est regarder passivement sa vie s’enfuir devant lui. Le travailleur, qui doit consacrer le plus clair de son existence à des activités qu’il n’a pas choisies, dans des lieux qu’il n’a pas choisis, en compagnie de gens qu’il n’a pas choisis, en échange d’un salaire lui permettant de survivre est dans la même situation: celle du mort-vivant.

    Il faut n’avoir jamais été assisté social pour croire que cet état est préférable à celui de travailleur. Il faut n’avoir jamais été travailleur pour croire que cet état est préférable à l’aide sociale. Il faut avoir avalé et intériorisé les mensonges de l’ordre existant pour croire qu’une de ces deux positions est moralement supérieure à l’autre. Il faut être un homme du troupeau, un homme du ressentiment pour vouloir imposer son enfer personnel à tous les autres au nom d’une justice qui n’est qu’un des nombreux masques de l’exploitation.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 15 03 01 07017
    Permalink

    D’accord avec toi Anne,belle réflexion.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 15 03 35 07357
    Permalink

    Vincent,
    Pour M. Allard, c’est qu’il a écrit une oeuvre qu’il est bon de revisiter de temps en temps. D’accord ou pas.
    Pour ce qui est de sa position sur les «drogues», je suis d’accord.
    Pour le travail, j’ai lu le texte – et il me faudrait le relire – mais il me semblait que mon «objection» allait dans le sens de la «réalité». Est-ce possible d’instaurer un tel système? Il faudrait qu’ils soit hors du cadre actuel où on demande de s’échiner, de se «surpasser», conduits par des petits boss avides de pouvoir qui sont plutôt enclin – en plus – à choisir ceux et celles qui leur plaisent.
    Pour ceux qui mettent des liens, personnellement, je trouve ça plutôt intéressant. Ça permet de découvrir les visions et les articles des autres.
    Comme ton nom amène à ton site.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 17 05 01 07017
    Permalink

    @Renart…
    Je suis très critique et c’est une position bien confortable. Tu chiales sur la façon dont les autres font. Wow! Facile à faire.
    J’en suis conscient, bien conscient et ce n’est pas formulé sous un mode reproche.
    Mais…
    Pourquoi vous fermez votre billet que vous développez dans votre blog?
    Personnellement, je ne ferais que le lien, j’inviterais avec le titre à aller lire.
    Vous développez tout en muselant, ça me semble incohérent comme démarche. Si vous ne voulez pas qu’on développe sur votre blogue, ne développez pas, référez.
    Je vous suis quand même mais j’aime pas cette pratique.
    Je n’ai pas identifié c’est quoi mais ça m’agace ce truc.

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 17 05 06 07067
    Permalink

    @Anne…
    Tant qu’à être dépossédé j’aime mieux l’être avec un bon salaire et des bénéfices marginaux intéressants.
    Quand même, à choisir, tu prends le mieux, non?

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 20 08 45 07457
    Permalink

    @ Vincent Sremed

    J’ai eu ce débat sur Rue 89 dont je suis sorti avec les honneurs de la guerre. Si vous faites une référence vers un site publicitaire ou sans pertinence, les liens dérangent. Si vous faites un lien vers un texte qui aurait sa place dans le débat en cours, mais dont vous estimez qu’il occuperait trop d’espace et briserait le rythme du blogue, il est poli de ne mettre que la référence plutôt que d’en imposer la lecture à tout le monde. C’est la regle que j’ai apprise sur Agoravox, où il faut gérer 1,2 millions de visites par mois: les raccourcis sont les bienvenus. Puis-je vous demander en quoi une référence vous dérange ? Je voudrais vraiment comprendre

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 21 09 24 07247
    Permalink

    Un gars,

    « Parfois on aide mal, ce qui finalement n’est pas aidant. »

    un chèque qui permet à peine ou pas du tout à payer les frais de subsistance, ça ressemble pas mal à ça.

    « Dans un cas ou la personne dit souffrir de sa toxicomanie et n’arrive pas à avancer et qu’il a un désir d’aide et qu’il y a des ressources. Les tests d’urine pourraient être un moyen pertinent, pas dans le but de couper son modeste revenu mais dans le but de le maintenir mobilisé dans la poursuite de son objectif de sobriété. »

    Premièrement, ça ne serait pas au gouvernement à faire ce genre de suivi, mais bien un professionnel de la santé…

    « Pourquoi vous fermez votre billet que vous développez dans votre blog? »

    c’est simple. S’il se passe quoi que ce soit avec les 7 du Québec, je veux avoir mon billet sur mon blogue. J’ai fait la gaffe de ne pas le faire dès le début avec le blogue « Un homme en colère » dans le temps, et Louis-Philippe La-Préfontaine est en colère après moi, alors il a effacé mes billets. Pour ce qui est de BV!, ils me payent alors ils ont l’exclusivité de mes textes. Ça va de soi.

    Aimé,

    « mais je ne comprends pas la logique de vouloir imposer une mesure qu’on n’aime pas à une catégorie entière de personnes. »

    Idem!

    Vincent,

    « que ce travailleur doive passer des tests d’urine et qu’il semble trouver cela normal. »

    sur une plateforme, la sécurité doit être pas mal importante pour justifier cela. Dans la société, nous sommes plus en sécurité puisqu’il y a de l’aide sociale!

    À propos de M. Allard, la seule concordance qu’il peut y avoir avec Ysengrimus doit être leur âge, ce qui devrait expliquer l’importance qu’ils donnent au fait de signer leurs commentaires même si elle s’y trouve déjà, en haut. Pour ce qui est des hyperliens, j’ai fait la remarque à Ysengrimus parce que ses commentaires sont toujours des introductions pour un hyperlien vers son blogue, ce qui est pas mal moins le cas de M. Allard.

    Anne Archet,

    c’est très inspirant comme commentaire, mais pour survivre dans notre monde en n’étant pas travailleur ou assisté social, il ne reste pas grand-chose d’autre que le patronat. Alors toi, serais-tu rentière par hasard?

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 21 09 46 07467
    Permalink

    Pour ce qui pourrait passer pour un reproche, je reste avec l’idée que développer un billet fermé m’est désagréable. Je saisi votre logique par contre.
    Pour le gouvernement, il y a plusieurs niveaux, Au Bas de l’échelle est un OSBL subventionné qui fait du bon travail, il y en a plusieurs autres qui peuvent aider sans notion de contrôle mais de soutien.

    Je ferme les billets que je crois ne pas pouvoir défendre correctement, trop émotif ou réactif. Je préfère alors effacer, le plus souvent ce ne sont que des conneries. Parfois je me dis que je devrais tous les effacer. Mais bon…

    Répondre
  • avatar
    22 juillet 2009 à 22 10 42 07427
    Permalink

    RL,

    Je n’ai pas dit qu’il ne fallait pas être travailleur ou assisté social; j’ai dit que c’est oiseux de faire du travail une valeur supérieure à l’assistance sociale.

    Une des caractéristiques odieuses de ce monde est qu’il (presque) sans issue. Le seul choix qu’on nous offre est de choisir notre oppression. Dans ces conditions, il faut être stratégique; en ce qui me concerne, mes moyens de survie sont essentiellement parasitaires ou illégaux, mais je n’ai pas l’outrecuidance d’en faire un modèle de vertu.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 7 07 48 07487
    Permalink

    @Renart :

    j’avais simplement un petit doute compte tenu des méthodes des deux individus… mais le style et les propos diffèrent trop.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 8 08 53 07537
    Permalink

    Ce type préfère militer pour que tous les autres subissent l’intrusion dont il est victime (tests d’urine) plutôt que de militer contre cette intrusion et l’impôt que l’État l’oblige à lui verser.

    Je doute fort qu’il met autant de réflexions au jeu économique du pétrole sous son nez que sur son urine.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 9 09 34 07347
    Permalink

    Dans ce blog nous voyons la mentalité QUÉBECOISE PURE -LAINE = CHIALEURS qui essaient de détruire un gars qui a le courage de travailler avec tous les inconvénients que celà apporte.
    Pour avoir un emploi, des fois nous sommes oubligés de signer des contrats qui briment sur certaines closes.
    L’opinion du MONSIEUR est tout simplement qu’un BS fournisse un test d’urine en plus du CV habituel.
    Je trouve que c’est une bonne idée pour déterminer les APTES au travail…………………………

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 9 09 48 07487
    Permalink

    Fern

    On peut s’adonner aux drogues et être parfaitement apte au travail.

    Fumer un peu ou prendre un peu de coke n’empêche rien, tant qu’on contrôle.

    Je pense que ce travailleur à une job particulière qui l’oblige à un certain régime plus stricte, il est peut-être soudeur sous l’eau, un métier dangereux qui demande beaucoup d’attention point de vu santé….

    Les astronautes aussi doivent se soumettre à des batteries de contrôles…

    Enfin, je ne connais pas dans mon entourage des travailleurs qui sont testés pour la drogue. C’est une pratique très rare chez les travailleurs.

    Pour ce qui est de l’économie, instituer une telle pratique (tests d’urine réguliers pour les assistés sociaux) coûterais plus cher que leur foutre la paix comme on fait présentement.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 9 09 55 07557
    Permalink

    Me semble qu’il est facile de comprendre que cette lettre « pourriel » n’est qu’une campagne de salissage de pauvres.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 10 10 19 07197
    Permalink

    En fait, il faut comprendre que la situation à Fort MacMurray justifie l’emploi de tests d’urine. On dit que la livraison de cocaïne dans la ville (où peu de gens sont payés moins de 100,000$/an) se fait plus rapidement que la livraison de pizza… Ce qui n’est pas faux, parce que si j’avais le choix entre travailler pour Suncor ou Domino’s pizzeria, le premier choix irait de soi. Rendu là et du au fait que plusieurs employés se montrent soit saoûls ou drogués à la job, le test d’urine est justifié par le nombre de cas passés.

    D’ailleurs, plusieurs contremaîtres dans la ville disent qu’ils ne font pas de tests d’urines à leurs employés, par crainte d’en perdre un trop grand nombre.

    Mais je suis d’accord avec toi, Renart. Le problème de l’assistance sociale n’est pas nécessairement que les gens encaissent un chèque; c’est souvent ce qu’ils feraient s’ils n’encaissaient pas de chèque.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 10 10 58 07587
    Permalink

    Salut tout le monde. Je parlerai aujourd’hui en tant que « ‘Maitre » du sujet, puisque je suis sur l’aide sociale depuis maintenant 5 ans et demi (ayant eu quelques emplois de courtes durée entre temps)

    Je suis sur le BS par choix, et non parce que je ne trouve pas de travail.

    J’ai 2 enfants, et je tiens à les éduquer moi-même, du mieux que je peux. Moi et leur mère sommes totalement contre les garderies, et même contre l’école telle qu’elle pour les enfants en bas de 8 ans. Les gens n’éduquent plus leurs propres enfants et tout le monde trouve ça normal?!?!?!

    Leur mère n’aime pas rester à la maison et aime son travail, et moi je n’aime pas particulièrement travailler dans le système et de plus, il n’y a pas d’emploi dans mon coin.

    Je trouve déplorable que des gens soient fâchés contre « les BS »… Ces gens devraient tellement plus s’indigner des montants accordés à l’Armée, aux compagnies pharmaceutiques, etc… !!!

    On s’entend: le gars ou la fille qui reste à Montréal, là ou il y a plein d’emploi, qui n’a pas d’enfant ou qui a un enfant de 8 ans et +, et qui est en santé, devrait logiquement travailler.

    Et les gens qui se mettent sur le BS juste pour pouvoir se défoncer dans les drogues et l’alcool… C’est l’auto-destruction des pauvres… C’est triste. Je tiens à spécifier dans le « volet drogue », que je vois une immense différence entre un consommateur de cocaine et un consommateur de pot par exemple. Je vois aussi une assez grosse différence entre les consommateurs d’alcool et les consommateurs de pot dans leur comportement.

    @ Anne

    Je suis d’accord avec tes commentaires… Tu apportes des bons points et c’est agréable à lire. Merci!

    @ Renart

    Tu dis:

     » (…) c’est très inspirant comme commentaire, mais pour survivre dans notre monde en n’étant pas travailleur ou assisté social, il ne reste pas grand-chose d’autre que le patronat. Alors toi, serais-tu rentière par hasard? (…)  »

    Aurais-tu oublié l’auto-suffisance? D’après moi, c’est la seule solution viable en accord avec la souveraineté individuelle…

    Sinon pour améliorer la situation… Je dirais que le gouvernement devrait foutre à l’eau son projet à la con de « 1 enfant, 1 place » et tous leurs trucs de CPE et compagnie, et miser sur les vrais éducateurs d’un enfant: ses parents.

    On devrait s’influencer d’un pays comme la Suisse, afin de faire une réelle politique familiale, qui permettrait, par exemple, à un ou l’autre des parents, de rester à la maison avec un revenu de base, afin d’éduquer réellement leur enfant jusqu’à environ 8 ans (je sais! vous allez dire: il est fou lui!)

    Actuellement, je subis encore des préjugés des gens envers les BS… Ridicule.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 11 11 00 07007
    Permalink

    Je spécifie que je vérifie périodiquement les emplois dans ma région même si je ne suis pas vraiment concerné et que les seuls emplois disponibles, ou presque, sont des emplois au salaire minimum…

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 11 11 01 07017
    Permalink

    @ Koval: Vous avez le discours badin de l’agent provocateur en formation. Je suis persuadé que Fern ne vous répondra pas qu’il consomme des drogues. Personne sur ce site d’ailleurs. Il a fallu que je proteste pour éviter que l’on n’impose aux participants le billet de confession et j’ai pensé à un chat l’on réciterait le chapelet en famille… mais la laïcité, vous savez…

    @ Renart: Comment vieux ! Et Ombelix n’est pas gros ! 🙂 Signer est une réminiscence d’un temps ou l’identité n’apparaissait pas en haut des commentaires, seulement un numero de membre anonyme. C’est encore le cas pour les articles publiés ici par les auteurs, d’ou les interrogations qu’on a eu récemment sur un article de Schneider

    @ Sremed: En fermant les commentaires sur son site, Renart les dirige vers les 7 et nous fait un volume dont lui n’a pas besoin car il est bien connu. Merci .

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 11 11 20 07207
    Permalink

    @PJCA :

    « En fermant les commentaires sur son site, Renart les dirige vers les 7 et nous fait un volume dont lui n’a pas besoin car il est bien connu. Merci . »

    Je sais, je n’avais pas imaginé autre chose. C’est via lui que je suis arrivé ici.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 15 03 31 07317
    Permalink

    Probablement en plus que ce sale crotté appuie les troupes et appuie le vol d’argent des CONtribuables pour financer le terrorisme occidental!

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 16 04 06 07067
    Permalink

    « Je suis VRAIMENT d’ACCORD avec le TRAVAILLEUR et TOUS les travailleurs de ce pays qui paient des impôts dépensés sans contrôle par nos gouvernements qui ignorent le VRAI travail. »

    Pauvre connard de Fern. Est-ce que les soldats criminels font un vrai travail, eux?

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 16 04 26 07267
    Permalink

    « il faut comprendre que la situation à Fort MacMurray justifie l’emploi de tests d’urine. On dit que la livraison de cocaïne dans la ville (où peu de gens sont payés moins de 100,000$/an) se fait plus rapidement que la livraison de pizza… Ce qui n’est pas faux, parce que si j’avais le choix entre travailler pour Suncor ou Domino’s pizzeria, le premier choix irait de soi. Rendu là et du au fait que plusieurs employés se montrent soit saoûls ou drogués à la job, le test d’urine est justifié par le nombre de cas passés. »

    Êtes-vous sérieux, Manx? D’AUCUNE FAÇON, CE GENRE DE TEST D’URINE N’EST JUSTIFIABLE DANS CE CAS!

    Je n’en ai rien à foutre que la cocaïne soit livré facilement et ce n’est pas à l’État ni aux crisses de corporateux de s’en mêler!

    Félicitations à Monsieur Allard et à Vincent pour leurs positions anti-guerre à la drogue, on est loin de ce crisse de crotté!

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 16 04 29 07297
    Permalink

    @un gars

    Son intention est pourtant claire: salir les pauvres pour se venger d’une injustice personnelle!

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 16 04 32 07327
    Permalink

    « Lorsqu’on en prend un avec un résultat positif, on le waterboard comme dans la bonne tradition américaine ou hop, à la guillotine! Que les têtes roulent! Vous voulez arrêter le trafic de drogue mondial? Pendez deux ou trois banquiers internationaux qui blanchissent cet argent à coup de milliards de dollars. Vous allez voir que les choses vont vraiment commencer à changer RAPIDEMENT!!!

    Et on ne parle que de la drogue illégale. Imaginez si on testait pour la drogue légale (médicament) qui tuent de 5 à 10 fois plus que les drogues illégales!!! Même les grand-mères passeraient pour des junkies droguées à l’os!! »

    François, en quoi est-ce pertinent d’arrêter la vente d’un produit que les gens consomment VOLONTAIREMENT?

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 16 04 33 07337
    Permalink

    @un gars

    « Je voulais ajouter que dans certains contextes cà pourrait être un suivi pertinent. Dans un cas ou la personne dit souffrir de sa toxicomanie et n’arrive pas à avancer et qu’il a un désir d’aide et qu’il y a des ressources. Les tests d’urine pourraient être un moyen pertinent, pas dans le but de couper son modeste revenu mais dans le but de le maintenir mobilisé dans la poursuite de son objectif de sobriété. Mais ça ce n’est pas des mesures universelles, mais ponctuellement, dans des cas et des conditions précises, pourquoi pas? »

    Ça part d’une belle intention mais ce n’est pas à l’État ni aux corporateux de s’en mêler!

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 16 04 34 07347
    Permalink

    « Ce que je trouve le plus stupide, c’est que ce travailleur doive passer des tests d’urine et qu’il semble trouver cela normal.

    Si je prends de la drogue en dehors de mon travail, cela ne regarde que moi. »

    Bravo Vincent!

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 17 05 54 07547
    Permalink

    M Allard

    Je ne vois pas en quoi je suis un agent provocateur si je dis à Fern…

    « On peut s’adonner aux drogues et être parfaitement apte au travail. »

    C’est une vérité que tous savent….

    Fern n’a pas l’air provoqué par ça….

    Vous développez vos crocs sur moi…..

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 18 06 32 07327
    Permalink

    « Êtes-vous sérieux, Manx? D’AUCUNE FAÇON, CE GENRE DE TEST D’URINE N’EST JUSTIFIABLE DANS CE CAS!

    Je n’en ai rien à foutre que la cocaïne soit livré facilement et ce n’est pas à l’État ni aux crisses de corporateux de s’en mêler! »

    Oui, il l’est parfaitement. D’ailleurs, c’est l’entreprise, non pas l’État, qui réclame ces tests, car l’un des (seuls) critères d’embauche de Suncor, outre le secondaire 5, est de pisser jaune et liquide et non blanc et poudreux.

    On peut être sur la drogue et apte au travail, mais une entreprise a aussi le droit de renvoyer un type parce qu’il consomme des substances illégales. C’est pas une chose qui est mal vue par ici, vous savez.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 19 07 59 07597
    Permalink

    @ David Gendron

     » (…) Son intention est pourtant claire: salir les pauvres pour se venger d’une injustice personnelle! (…)  »

    Ça t’étonne?

    Combien de gens pensent comme ça?!?

    « J’ai trimé dur toute ma vie mon ptit gars, ça fait que envoye, trime!!!! »

    Les baby-boomers pensent majoritairement ça…

    Sinon pour le débat sur les tests d’urine…

    Perso, j’en ai contre la cocaine, alors je dirais que s’ils testent pour la dépister, tant mieux!!! Maudite cochonnerie!

    Par contre, s’ils refusent les employés qui fument du pot, alors là c’est pathétique.

    Répondre
  • avatar
    23 juillet 2009 à 23 11 42 07427
    Permalink

    Koval: Ce ne sont pas mes crocs, que je développe, c’est mon sourire que je pratique.

    Je n’ai pas dit que vous étiez un agent provocateur, mais que vous aviez le langage d’un agent provocateur en formation. Il y a deux type d’agents provocateurs.

    Le premier se joint à un groupe pour feindre d’en avoir les intentions les plus extrêmes, afin de pousser ce groupe vers l’illégalité par mimétisme. C’est le phénomènes des barbouzes de Montebello lançant des pierres; les autres les imitent, ils sont arrêtés.

    Le deuxième type travaille à l’exaspération. Le cas le plus fréquent va être dire de telles absurdités que la cible (mark, ici, en anglais, et non target, ce qui est autre chose) va ouvrir sa garde et donner une information qu’autrement il n’aurait pas révélée.

    Vous dites des choses des deux types. Pour un exercice pratique d’autoévaluation, relisez vos commentaires et voyez auquel des deux types chacun pourrait correspondre.

    Pour vous aider, je fais le premier: si vous manifestez une grande tolérance à l’usage de drogues, vous incitez le mark a surenchérir en se présentant lui-même comme un consommateur MEME SI CE N’EST PAS VRAI. Or, ce faisant, il s’avoue coupable d’un délit criminel. Vous voyez ?

    Je répète que je n’ai pas dit que vous tendiez ce genre de pièges, mais que vous aviez le langage de quelqu’un qui s’exercerait à le faire… Si vous avez des questions, n’hésitez pas …

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 1 01 21 07217
    Permalink

    L’être humain qui souffre saute rapidement sur la gachette visant ainsi un être plus vulnérable que lui, de cette façon il pense ou a l’illusion qu’il est « grand » et « fort » voir même supérieur!

    Peut-être se sent-il petit à l’intérieur et au fond peut-être que c’est lui l’être vunérable mais que cette vulnérabilité, il ne l’a jamais reconnue ni même accueillie, alors il doit absolument illiminer autour de lui tout ce qui lui rappelle sa propre souffrance parce qu’il faut à tout prix qu’il ne l’a sente pas….
    …ça ferait trop mal!

    (silence)

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 2 02 47 07477
    Permalink

    Un gars,

    « je reste avec l’idée que développer un billet fermé m’est désagréable. Je saisi votre logique par contre. »

    que rajouter donc?

    Anne Archet,

    il n’y a alors que le réflexe de survie comme dénominateur (presque) commun.

    Simon Lefebvre,

    « Aurais-tu oublié l’auto-suffisance? »

    faudra m’expliquer parce que je ne cesse de penser à Robinson Crusoé…

    PJCA,

    quand vous vous adressiez à Vincent Sremed, je crois que c’était plutôt à Un gars que vous vouliez vous adresser. C’est lui qui n’est pas d’accord avec le fait que je publie sur mon blogue et en même temps ici (et que je ferme mes commentaires chez moi pour que ça se passe ici.) Et il faudrait aussi lui spécifier que Cent Papiers fait la même chose…

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 5 05 45 07457
    Permalink

    Pierre

    Très verbeux votre commentaire mais déplacé et sans rapport. Vous interprétez des supposée intentions de ma part…c’est à croire que vous avez peur de moi pour chercher des poux ainsi dans mes commentaires assez anodins…dans un sens, ça me flatte.

    Et puis vous parlez comme dans les suspenses américains, style le patron des espions dans « mission impossible ». C’est plutôt comique comme effet. Vous devriez délaisser un peu les complots peut-être.

    Bon je dois me préparer pour aller travailler, je suis apte au travail même si je consomme un peu et mon fils a plus de 8 ans. La prochaine fois que vous allez écrire de tels âneries, je vous lirai en fumant, ça va être génial.

    Au fait, je suis une simple citoyenne, pas un agent de çi ou de ça….je ne suis pas en mission comme vous.

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 6 06 39 07397
    Permalink

    Au fait Pierre, ça fait plusieurs fois que je vous laisse délirer sur mon compte, mais maintenant je crois que je vais jouer la game oeil pour oeil dent pour dent, la loi du talion, vous voyez, mon esprit est assez simple….

    Alors moi je dirais que vous avez le langage d’un gourou de secte en formation….ça fait longtemps que je le pense, je n’osait pas le dire, mais puisque vous délirez sur mon cas, je me permet d’en faire autant.

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 10 10 51 07517
    Permalink

    Fern
    23 juillet 2009 à 09:34
    Dans ce blog nous voyons la mentalité QUÉBECOISE PURE -LAINE = CHIALEURS qui essaient de détruire un gars qui a le courage de travailler avec tous les inconvénients que celà apporte.
    Pour avoir un emploi, des fois nous sommes oubligés de signer des contrats qui briment sur certaines closes.
    L’opinion du MONSIEUR est tout simplement qu’un BS fournisse un test d’urine en plus du CV habituel.
    Je trouve que c’est une bonne idée pour déterminer les APTES au travail…………………………

    Je maintiens mon billet qui CONFIRME ce que je dis dans ma première phrase.
    En plus, CERTAINS ont un RÉEL TALENT à l’INTERPRÉTATION MENSONGÈRE faite en CONFORMITÉ avec leur ESPRIT DÉRANGÉ et avec un nuage de SMOG BLANC devant les trous qui se nomment= YEUX !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    SANS RANCUNE.
    BONNE JOURNÉE à TOUS quand même.

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 11 11 28 07287
    Permalink

    Est-ce que je fais partie de la gang de «pure laine» ? Si c’est le cas, je suis vachement contente parce que c’est la première fois qu’on m’appelle ainsi…

    Snif, snif, je suis émue.

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 12 12 00 07007
    Permalink

    FERN,

    ÉCRIRE AVEC DES LETTRES MAJUSCULES SUR LE WEB ÉQUIVAUT À CRIER ET C’EST DÉSAGRÉABLE!

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 17 05 07 07077
    Permalink

    renardileveille

    Ma petite-fille est CRIARDE ; elle n’est pas TOUJOURS sur le net !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Dans ce temps-là, je ferme mes appareils auditifs et j’ai la PAIX !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 17 05 09 07097
    Permalink

    Anne Archet

    ÇA me fait PLAISIR de vous faire PLAISIR …………..

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 17 05 11 07117
    Permalink

    Fern,

    merci de me confirmer que vous êtes de l’âge d’or, même si c’est clair comme de l’eau de roche!

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 17 05 12 07127
    Permalink

    Simon Lefebvre

    Aussi…………………………………………………………………….

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 17 05 17 07177
    Permalink

    renardtleveille

    Vous êtes VRAIMENT Perspicace: BRAVO………….

    Répondre
  • avatar
    24 juillet 2009 à 19 07 12 07127
    Permalink

     » Fern
    24 juillet 2009 à 17:12

    Simon Lefebvre

    Aussi…………………………………………………………………….
     »

    ?????

    Répondre
  • avatar
    25 juillet 2009 à 10 10 49 07497
    Permalink

    Si ce type crois que les BS sont mieux traités que lui, alors qu’il se mette sur le BS lui-même. Il vivra lui aussi de l’impôt que soutire le gouvernement aux travailleurs.

    C’est l’entreprise privée pour laquelle il donne son travail qui le force à des tests d’urine. Pas le gouvernement.

    Ce type travaille pour l’industrie la plus riche de la planète et dont les profits sont mirobolants grâce au monopole qu’elle entretient. Elle contrôle l’économie mondiale.

    Mais ce type considère son impôt comme une contribution substentielle aux miettes que recoivent les BS, ne semblant pas être conscient de ce que le gouvernement soutire par la taxe sur l’essence.

    Il se fait rouler de toutes parts et sait qu’il ne peut s’en prendre à son employeur ni au gouvernement. Alors il s’en prend aux petits.

    Je dit « petits », car le « pauvre » c’est lui.

    Répondre
  • avatar
    30 décembre 2010 à 10 10 48 124812
    Permalink

    les droits de la personne tu fait quoi avec ça???
    tu vient au monde fiché avec un n.a.s
    une puce c la prochaine étape
    si tu passe des test de dépistage c’est pour ta sécurité…………lollllllll

    Répondre
  • avatar
    30 décembre 2010 à 13 01 17 121712
    Permalink

    Je me verrais mal faire un test d’urine chaque mois parceque j’ai le coeur de rester à la maison pour m’occuper d’un enfant handicapé. Je suis seule vis à vis de cette lourdre tâche que j’accomplis avec amour. Qu’est-ce que monsieur fait de la dignitié ?? Il s’imagine que tout les BS sont heureux et se la coule douce d’y être ? Moi je suis d’accord avec le journaliste de cet article. C’est facile de juger les autres en leur souhaitant ce qui nous humilis sois même.

    Répondre
  • avatar
    30 décembre 2010 à 16 04 14 121412
    Permalink

    Monsieur Renard Léveillé , vous dites : Parlez-moi intelelligemment, et de grâce , débarrassez-vous de vos frustration avant de refaire le monde.

    Qu’en savez-vous de ce monde de B.S. ? Avez-vous entendu dire ?
    Le B.S. à quel que niveau que ce soit , c’est dégueulasse.

    Moi je reçois le B.S. Agricole et contrairement aux B.S. de la ville ; je dois travailler 30 heures par jour , 10 jours par semaines et 400 jours par an , à part les années qui ont 2 sexes.

    Vous dites aussi Monsieur Léveillé , que les Majuscules sont désagréables et que cela éguivaut à crier. === Vous n’avez pas été sur ma page Web , car en plus des Majuscules , je les mets en couleur les mots et ce depuis le 10 septembre 2001. De plus le premier mot que j’ai mis en couleur et en Majuscule c’est le mot  » OSÉ’ ‘et de plus il était rouge.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    30 décembre 2010 à 22 10 31 123112
    Permalink

    Mais y a meigne pas trente heures dans une journée, BS agricole ou PAS! 😯

    Répondre
  • avatar
    30 décembre 2010 à 22 10 36 123612
    Permalink

    Eh bin y a meigne pas 10 jours dans une semaine quand j’y pense! 😯

    Répondre
  • avatar
    30 décembre 2010 à 22 10 38 123812
    Permalink

    Une année à quatre cent jours??? 😯 Oh! Mais je serais encore jeune et belle si les années étaient si courtes. Ouah! fini serait la dure trentaine, à moi l’éternité!

    Répondre
  • avatar
    10 février 2012 à 20 08 44 02442
    Permalink

    Seule asunrasce de non-publication: élire dame Destouches secrétaire perpetuelle de l’académie (ou attendre quinze ans …Jeanne Calmons)Tkt, sautez la case cinéma de propagande, allez directement au restaurant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *