Du Viagra pour notre démocratie?

Après la défaite à ces dernières élections de Michael Fortier, l’ancien ministre conservateur non élu représentant Montréal, je ne cesse de me dire que cela devrait servir de leçon aux politiciens qui tiennent le système parlementaire en otage. Oui, je sais que le terme « otage » grafigne peut-être un peu fort, mais comment décrire autrement ce statu quo qui fait en sorte de nous exposer à répétition à des gouvernements logiquement illégitimes?

Comme l’expose bien Josée Legault du Voir :

Le PC reste au pouvoir grâce à seulement 37 % des voix, alors que 63 % des Canadiens ont tourné le dos à la vision néo-conservatrice de Stephen Harper. […] Résultat, compte tenu du taux de participation, le soutien réel au PC n’est que de 21%, et ce, même si le PC a augmenté son nombre de députés. Constatation incontournable: la démocratie canadienne sort de cette élection avec un méchant œil au beurre noir.

Et d’un autre côté, on a entendu un peu partout que Michael Fortier a fait du bon travail pour Montréal. Ce qui cloche, c’est que les électeurs de Vaudreuil-Soulanges avaient à choisir aussi pour l’élection d’un parti et ils ont choisi de voter pour le Bloc, certain pour s’assurer de ne pas participer à l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire. Et c’était bien là l’enjeu principal de cette élection.

Alors, il n’est pas absurde de penser que tout autre système de scrutin aurait moins nui à cet ancien sénateur que notre système de scrutin majoritaire uninominal. Ce système qui laisse de plus en plus en plan aux yeux des électeurs les compétences des individus sur le terrain, pour ne se concentrer que sur l’importance et la prestance du chef, médecine à laquelle Stéphane Dion a goûté bien amèrement.

Je souhaite donc qu’un des partis de l’opposition mette sur la table un projet de modification du système de scrutin et que les autres partis s’y joignent. Un peu de nouveauté ne ferait pas de tort à notre démocratie qui s’amollit…

(Photo : dragonsteelmods)

19 pensées sur “Du Viagra pour notre démocratie?

  • Ping :Du Viagra pour notre démocratie? « Renart L’éveillé / Carnet résistant

  • avatar
    16 octobre 2008 à 6 06 13 101310
    Permalink

    Le viagra ne changera rien! C’est une chirurgie complète dont a besoin notre démocratie. Sans la réforme du mode de scrutin vers une « proportionnelle », le résultat des élections ne sera plus représentatif des préoccupations des citoyens.

    Le vote pour les Verts et celui pour le NPD sont des gestes de conviction. Des gens préoccupés par l’environnement et d’autres par la situation précaire des travailleurs. Ces deux groupes représentent le quart de la population canadienne mais n’obtiennent que 12% des sièges. Sans compter qu’un grand nombre d’abstentionnistes auraient probablement appuyé une ou l’autre s’ils avaient la conviction que leur vote aurait une signification et un poids.

    Le maintien du vote nominal à un tour doit faire l’affaire de quelques-uns…

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 7 07 08 100810
    Permalink

    Je partage entièrement l’avis de lutopium. C’est frustrant de voter pour un parti parce qu’il représente le mieux nos valeurs, mais de savoir que ce vote ne prendra aucunement part à l’élection d’un Premier Ministre… (oui, j’ai voté bloc)

    Et il en est de même pour le NPD et les Verts (comme le dit justement lutopium), qui ont offert une bonne performance au point de vue national (comparativement aux élections précédentes), mais dont la popularité peine à se traduire en députés (ou n’y arrive simplement pas, dans le cas des Verts).

    Le viagra est mieux d’être méchament puissant, si on veut réformer notre mode de scrutin. Et malheureusement, ce n’est pas tout le monde qui aura les couilles pour le faire.

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 9 09 40 104010
    Permalink

    Vous n’avez qu’une partie de la solution avec les proportionnelles.

    Deja dans notre pays nous n’avons plus de vrai chef d’etat. La GG, je me marre. Donc c’est notre PM qui cumule fonction et empeche justement au parti de faire passer leur idees localement.

    Il faudrait des elections separées pour elire le dirigeant du pays et celui-ci ensuite donne au chef vainqueur du parti ayant gagné gagné les elections des deputés, le soin de creer un gouvernement avec les elus de son choix.

    On pourrait avoir alors Harper chef du canada et Dion premier ministre. Un leader et un gestionnaire de deux partis.

    En plus d’une part de proportionnelle, il faudrait ensuite deux tours aux elections. Une fois que les deux partis rassemblants le plus de citoyens ont passé le 1er tour, si un des deux n’a pas eu plus de 50% des voix, un deuxieme tour est alors prevu pour que les gens se branchent et choisissent entre les deux lequels est le parti le plus acceptable. On ne peut pas continuer de vivre avec des gouvernements minoritaires ad vitam eternam. Surtout quand on voit l’apparition de partis mineurs dans le decors qui divisent le vote et vont nous faire une assemblee pizza si nous passions au proportionnelle (ref: Italie et l’impossiblité de gouverner pendant des mois en attendant l’alliance entre plusieurs partis !).

    Bref, il faut revoir notre systeme mais ne pas aller trop vite pour retomber dans un systeme encore pire que le notre.

    Et tant que le Quebec ne sera pas souverain … meme au sein d’un canada uni, il ne faut pas non plus oublier que la nation quebecoise minoritaire au canada doit quand meme etre representée de bonne facon et pourquoi pas la meme chose pour les nations amerindiennes.

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 10 10 37 103710
    Permalink

    Lutopium,

    l’Image du Viagra était justement pour nommer un changement vers un mode de scrutin différent, dont fait partie la proportionnelle. Je suis bien malheureux d’apprendre que ce n’était pas évident…

    😉

    Reblochon,

    j’ai fait un peu de recherche sur les systèmes de scrutin alternatifs à notre système de scrutin actuel et c’est tout sauf simple…

    Et ce que tu apportes c’est très intéressant, mais je me dis que, quel que soit le système, il faudrait bien que la technologie vienne faire un petit tour là-dedans pour rendre ça plus simple pour les citoyens. Je pense par exemple à un système de compte web citoyen (aussi sécuritaire qu’un site bancaire) pour que les gens puissent voter de chez eux. Et bien sûr, fournir le matériel informatique et des personnes ressources dans des locaux prévus à cet effet pour les gens sans ordinateur.

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 10 10 52 105210
    Permalink

    C’est bien ce que je te disais. Tout sauf simple et les proportionnelles ne sont pas la solution magique. Surtout que nous ne devons pas oublier le status distinct de notre nation minoritaire au sein du canada,

    Le danger du vote informatique ne reside pas seulement dans la securisation de la connection pour eviter le piratage. Il y a aussi le risque de bugs informatiques, d’une mauvaise conception du logiciel et de la manipulation malveillante que l’on pourrait faire des resultats en ayant acces à la base de donnees. Car dans ce cas, plus de petits papiers pour permettre un recomptage !

    Pas de solutions simples à de problemes complexes. Y a juste les adequistes pour croire à de pareilles choses.

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 11 11 22 102210
    Permalink

    Je suis bien d’accord, mais la solution, a laquelle je référais hier en commentaire à l’article de Chantelois – et dans mon propre article il y a quelques jours – a été présentée en commission parlementaire il y a des années… et soigneusement écartée, même si un sondage établissait qu’elle plaisait a 73% de la population.

    Je serais fou de joie si vous la lisiez et y trouviez des failles: je pourrais les corriger. Si on démontrait que cette roue ne tourne pas, il serait plus motivant d’en inventer une autre.

    Vous avec ce plan tel que soumis à la commission parlementaire et plus en détail en 21 textes au lien ci-dessous. A chacun de ces textes vous pouvez laisser des commentaires

    PJCA

    http://nouvellesociete.wordpress.com/democratie-contractuelle/

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 11 11 30 103010
    Permalink

    Si je me trouve une deuxieme vie pour avoir le temps de le faire, c’est avec plaisir que je vais le lire. Je vais commencer par un des 21 textes. Merci PJCA.

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 11 11 46 104610
    Permalink

    En passant, juste un premier defaut:

    « Que, par la suite, l’Assemblée nationale décrète la tenue d’une élection générale pour désigner le futur Premier Ministre et son équipe (le gouvernement) au suffrage universel à deux tours, comme le Président l’est en France ; »

    Donc Mario ne pourra jamais etre elu et il y a de forte chance que le futur PM du Quebec soit quelqu’un de la grande region de montreal qui represente plus de 50% de l’electorat du Quebec… ils vont etre content dans les regions et la clique du plateau va se frotter les mains ! Le candidat pourra meme presenter un programme excluant la grande majorité du territoire quebecois et etre elu quand meme. N’oublions pas que les besoins et interets de Montreal sont souvent en contradiction avec ceux des regions, surout les plus reculées, voire meme de la ville de Quebec.

    Un peu que pour les memes raisons avec la situation du Quebec au Canada, la repartition de la population au Quebec empeche la realisation d’une election « juste » comme en France. Paris n’est pas la France, mais Montreal est le Quebec (au niveau de la concentration de l’electorat).

    Donc ca commence mal. Sauf si vous etes montrealais.

    (Je ne pourrais pas laisser de commentaire là-bas car il faut etre inscrit et un amateur de tartiflette a deja pris mon surnom.)

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 13 01 33 103310
    Permalink

    Deuxième visite. L’article précédent et celui-ci. Pourquoi Allard sent le besoin de nous renvoyer sur un autre site ? Agressant à la fin.

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 13 01 57 105710
    Permalink

    À mon sens, deux solutions existent:

    1. Proportionnelle. Déjà décrit. Un problème que les gens soulèvent souvent: les votes ne sont pas associés à un comté spécifique.

    2. Deux tours. Pourquoi ne pas faire deux tours dans chaque comté? Ainsi, aucun ne pourra tenter de rallier les votes de tous pour « voter stratégique », on saura après le premier tour qui est le candidat le mieux placé pour contrer celui qu’on ne veut pas. Les Libéraux auraient tout avantage à faire passer ce type de scrutin, Dion a par ailleurs été élu de cette manière. Si j’étais Dion, avant de tirer ma révérence (s’il semble qu’il doive le faire), je tenterais de faire passer ça avec les trois partis de l’opposition.

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 16 04 04 100410
    Permalink

    @ Reblochon: Si on n’accepte pas que la majorité des suffrages exprimés soit le moyen de choisir le président (Premier Ministre), on n’est plus en démocratie. Suggérez-vous que nous prenions une autre voie ?

    PJCA

    Vous ne devriez pas avoir de difficulté a laisser un commentaire sur le blogue NS. Je vérifie et, si vous ne le pouvez pas demain, vous pouvez m’envoyer un mail à pjca@iname.com

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 16 04 17 101710
    Permalink

    @ Nova: je suis heureux que vous posiez cette question. Ce n’est pas pour vous aggresser, mais pour vous permettre d’argumenter… si vous le voulez.

    Chomsky a soulevé ce paradoxe, que plus l’information est abondante, moins l’on est informé par les médias, car il est impossible de consacrer à chaque nouvelle le temps nécessaire pour en comprendre l’essentiel.

    La discussion de toute question un peu sérieuse exige plus d’espace qu’on peut lui en accorder sur un blogue, sous peine d’évincer l’immense majorité des thèmes a débattre. La solution est de se contenter s’esquisser une réponse sur le blogue et de renvoyer ailleurs ceux qui veulent approfondir la question, sans quoi on se linite à ne pouvoir aborder que des sujets superficiels.

    Si cette explication ne vous satisfait pas, n’hésitez pas à me le dire

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 16 04 24 102410
    Permalink

    @ Simon Dor:

    1. Le probleme de la proportionnelle est qu’il transporte aux paliers des tractations entre élus la responsabilité de créer la majorité effective qui pourra gouverner, alors qu’il est plus démocratique de laisser ce choix au peuple par un deuxiéme tour de scrutin.

    2 « Pourquoi ne pas faire deux tours dans chaque comté? » C’est bien ce qui est proposé dans la démocratie contractuelle. Lisez, vous verrez.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 16 04 43 104310
    Permalink

    Je suis contre la proportionnelle pour la même raison que PJCA. Je suggère un scrutin uninominal multitours comme en Australie.

    Et il faudrait songer à l’élimination progressive des partis politiques.

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2008 à 21 09 29 102910
    Permalink

    Prenons le problème à l’envers. Maman chez qui j’étais en visite me disait dimanche dernier à quel point les commentateurs dans les médias volent au-dessus des préoccupations du monde ordinaire (nous écoutions le panel de journalistes de l’émission «Les coulisses du pouvoir», que maman aime bien par ailleurs, quand elle m’a fait spontanément cette remarque. Ce n’est pas à cause du mode de scrutin que les gens vont de moins en moins voter [ils risquent même de moins voter encore avec des proportionnelles], c’est parce qu’ils ne sont pas stimulés faute d’enjeux qui les touchent personnellement et d’accès à une information en lien avec ces enjeux qui les aiderait à faire un choix. Mais j’anticipe sur mon prochain billet 😉

    Répondre
  • avatar
    17 octobre 2008 à 8 08 22 102210
    Permalink

    Bref faisons du populisme pour le petit peuple avec ses petites preoccupations et sa vision à court terme. Est-ce la meilleure politique ? Et si à la place nous eduquions le petit peuple pour lui montrer l’importance des enjeux politiques discutés et de la repercution directe et indirecte sur leur petite vie ?

    En realité, ce ne sont pas reellement les sujets le probleme, mais une communication defficiente entre la population et les politiciens. Les gens ne comprennent pas… apres il ne faut pas s’etonner de l’abstentionnisme et meme des resultats !

    Si l’electorat avait un cerveau ca se saurait !

    Bon il faut admettre que nos politiciens ne sont plus les meneurs d’hommes et d’idees, les grands batisseurs d’une autre epoque. Tant dans la deputation que parmis nos « leaders ». Et ce n’est pas un probleme quebecois, c’est pareil dans tout le monde occidental !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *