Du bon usage des étoiles (Dominique Fortier)

DANIEL DUCHARME   Je ne me souviens même plus où j’ai entendu parler de ce livre pour la première fois. Tout ce que je sais, c’est que son titre figurait sur la liste des romans que je devrais lire un jour ou l’autre, de préférence un dimanche. Et justement, par un beau dimanche de pluie, en bouquinant dans les rayons de la bibliothèque de mon quartier, je suis tombé par hasard sur Du bon usage des étoiles et, dès la première page, j’ai été ébloui…

Ébloui par le style sobre, raffiné et parfaitement maîtrisé de l’auteure.

Ébloui aussi par l’intérêt que suscite la thématique même du roman – la conquête du passage du Nord-Ouest par le commandant John Franklin –, une thématique assez rare dans la littérature québécoise.

Ébloui enfin par la forme de ce roman qui mêle récit, journal, poésie, théâtre, traité scientifique, partition musicale et, même, recettes culinaires et ce, sans jamais laisser en nous cette désagréable impression de patchwork comme le font parfois les romans de certains auteurs qui prétendent en renouveler la forme.

Voici ce qu’il en est. Le Terror et l’Erebus, commandés respectivement par John Franklin et Francis Crozier, sont prisonniers dans les glaces de l’Arctique. Les 129 membres d’équipage survivront-ils à cette quête déraisonnable du passage du Nord-Ouest? Peu importe… L’auteure fait revivre pour nous cet épisode tragique en calquant, sur la trame vérifiable du récit historique, une fiction quasi amoureuse. En effet, d’une grande sobriété, Dominique Fortier raconte une histoire de commandants et de marins, tout en faisant une place non négligeable aux femmes restées au pays dont Sophia, la nièce de John Franklin, qui découvre peu à peu l’amour dans le souvenir de Francis Crozier qui ne jure que par elle.

L’usage des étoiles est un roman qui vous cloue au sol, anéantissant du même coup vos propres prétentions littéraires. En effet, comment peut-on écrire un roman après en avoir lu un aussi beau? Sans hésitation aucune, je qualifie le roman de Dominique Fortier du plus grand roman québécois depuis les trente dernières années.

Dominique Fortier est née à Québec en 1972. Après des études en littérature et en traduction, elle exercice le métier de traductrice. Elle vit à Montréal. Après L’usage des étoiles , elle a publié, chez le même éditeur, Les larmes du Saint-Laurent en 2010.

Dominique Fortier, Du bon usage des étoiles. Québec, Alto, 2008.

avatar

Daniel Ducharme

Né à Montréal, Daniel Ducharme est archiviste, éditeur, écrivain et webmestre du site
elpediteur.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *