Emmanuelle Cart-Tanneur: Ainsi va la vie

cart_tanneur
DANIEL DUCHARME    Il arrive parfois que des auteurs ou des éditeurs m’envoient des textes pour que j’en fasse un compte rendu sur mon blogue ou sur le webzine ÉLP. Je prends ça comme une marque d’estime, bien entendu. Par contre, je les avise d’emblée d’un principe qui guide mon travail de critique depuis plusieurs années : si je n’aime pas le bouquin, je n’en ferai pas de compte rendu. Depuis la fondation d’écouter lire penser en 2005, l’équipe d’ÉLP a adopté comme ligne de conduite le partage. Cela veut dire qu’on ne partage pas ce qu’on n’aime pas. Point trait.

Ainsi va la vie est un recueil de dix-sept nouvelles qui ont toutes en commun qu’elles illustrent un incident, voire un accident, dans la vie quotidienne de gens comme vous et moi. L’écriture est sobre, agréable et, le style, parfaitement maîtrisé par l’auteure qui sait nous emmener là où elle veut. Ces nouvelles mettent donc en scène des gens ordinaires, de gens qui pourraient être nos voisins, nos collègues, des gens qui vivent des existences apparemment banales, comme des millions de personnes au Canada, en France ou ailleurs. Mais le quotidien recèle son lot de mystères, de drames, d’histoires d’horreur parfois. Et c’est justement là que réside la force d’Emmanuelle Carl-Tanneur : elle sait parfaitement bien comment nous faire découvrir ce qui se cache derrière la banalité de la vie quotidienne.

Dans La ligne droite, une femme prend soin de son mari alzheimer, un brillant professeur avant qu’il ne passe ses journées à tracer des lignes dans des cahiers d’écolier. Dans Sarbarcade, un petit garçon attend chaque soir le retour de son père, peintre en bâtiment, dans l’espoir que celui-ci lui ramène un bout de tuyau avec lequel il fera une sarbacane. Dans Fatigue, une femme tente de faire le vide en elle de peur de sombrer dans la dépression. Dans Mon ange, une femme entre deux âges raconte sa difficile décision de recourir à l’avortement. Dans Mobile home, l’auteure raconte la rencontre entre un homme et un itinérant qui se tient sur le seuil de la porte d’un immeuble. Dans Bals perdus, une vieille en maison d’hébergement attend son Jeannot qui ne viendra plus. Dans Le syndrome de Diogène, une dame de 80 ans est retrouvée morte dans son appartement jonché de déchets. Dans Promesses, une femme aide sa mère à mourir dans sa chambre d’hôpital. Dans Old friends, deux amies se retrouvent, une jolie qui a réussi sa vie dans le design de mode, et une moche qui a tout raté. Dans Terminus, la fin d’un couple racontée par une femme assise à une table d’un café d’habitués. Dans Les bungalows, une femme se rappelle l’agression sexuelle qu’elle l’a subie à neuf ans dans une colonie de vacances, au moment où elle s’apprête à en subir une autre… Dans Détournement de majeur, une élève de 3e enlève pratiquement le pion dont elle est amoureuse. Dans Le saut de l’ange, une institutrice, qui a perdu un enfant il y a 40 ans, reçoit la visite d’un ange. Dans C’est la vie, l’auteure met en scène une femme, un homme et un accident de moto. Dans Le bonheur est dans le pré, il est question d’une séquestration. Dans Paradis perdu, une femme se suicide en avançant dans la mer lors d’un séjour dans le sud qu’elle fait sans son mari fauché par une voiture. Enfin, dans Échecs et mat, un petit garçon attend son grand-père qui vient de subir un infarctus.

Je vous conseille vivement la lecture de ce recueil qui vous rappellera qu’on n’a pas nécessairement besoin d’aller très loin pour assister au bouleversement du monde.

Emmanuelle Cart-Tanneur. Ainsi va la vie. Numériklivres, 2011, 2,99 euros. Disponible sur toutes les plateformes et, sans DRM, à la librairie 7switch.com.

avatar

Daniel Ducharme

Né à Montréal, Daniel Ducharme est archiviste, éditeur, écrivain et webmestre du site
elpediteur.com

Une pensée sur “Emmanuelle Cart-Tanneur: Ainsi va la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *