14 juillet – Eva Joly, les racistes, et les xénophobes.

 

François Fillon / Crédits photo : ISSOUF SANOGO/AFP

Énormissimes, tristes, ridicules et inconsistantes sont les attaques contre l’ex juge Eva Joly. Alors que le débat devait se focaliser sur le bien fondé ou non de la parade militaire du 14 juillet, puisque c’est de ça qu’il s’agit, on voit toute sorte de n »importequoitisme » dans les propos pathétiques de ceux qui, au lieu de rester silencieux, montrent simplement leur racisme et leur xénophobie.

François Fillon ou le racisme en chantant

De Marine Le Pen du parti extrémiste Front national en passant par le député extrémiste de l’UMP Lionel Tardy, qui a osé demander à Eva Joly de retourner en Norvège ou encore la sortie africaine du premier ministre François Fillon, je crois que ces gens marchent sur la tête. Cette volée de bois vert disqualifie ces gens. Qui est plus français que qui ? Ceux qui déshonorent la France avec leur racisme ou celle qui a fait ses preuves en rendant à la Justice française ses lettres de noblesse ?

Déshonneur, faiblesse et mépris. Tels sont les vocables pour résumer la pensée morbide et mortifère de François Fillon, le premier ministre français. Pire, il va faire ses déclarations à l’étranger. Un homme d’État, lui ? Une honte française. Non seulement, il parle de « cette dame » sans vouloir citer le nom d’Eva Joly, mais il ajoute dans une xénophobie crasse pour parler de la « Cette dame, n’a pas une culture très ancienne des traditions françaises, des valeurs françaises de l’histoire française […]« . Quelle honte ! Son inculture est plutôt mise à jour. « A-t-il jamais écouté Léo Ferré, Brassens ou lu Aragon ? » lui demande en substance, Daniel Cohn-Bendit.

Pauvre France.

Eva Joly a répondu aux racistes et aux xénophobes :«Moi, je ne descends pas de mon drakkar! Ça fait cinquante ans que je vis en France et donc je suis française.» En poussant plus loin sa réflexion, elle a demandé de regarder autour de la France et de désigner un pays démocratique ou la fête nationale -qui doit être populaire-, se résume à une parade militaire. Hélas, il n’y a que des pays très « démocratiques » justement: la Russie, la Chine, ou la Corée du Nord. Cherchez l’erreur ! Fillon parle de tradition française ? Quel clown !

On peut comprendre Marine Le Pen. Le racisme et la xénophobie étant du ressort même de son parti politique, le FN. Mais, la sortie de François Fillon relève d’un glissement et d’une jonction qui se fait entre l’UMP et le parti d’extrême droite. C’est indéniable. Tout est parti de l’élection à l’Élysée de Nicolas Sarkozy. Entre les « moutons égorgés dans la baignoire » et le reste, quoi d’étonnant aujourd’hui ? Fillon osera-t-il parler comme l’a fait Mouammar Kadhafi des origines hongroises du président de la République en public et hors de France ? Certains se croient vraiment plus français que les autres. Quand ça vient d’un politique de ce rang, il se disqualifie de facto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *