18. Une administration à l’écoute

Au soutien de la démocratie en action, il y a les citoyens de Montréal qui doivent être continuellement informés de tout et consultés fréquemment. Ils le seront de trois (3) façons complémentaires.


1.
La population doit être informée régulièrement de l’état des grands dossiers par les médias, dont c’est le rôle premier d’assurer cette information. La Mairie adressera chaque semaine aux médias un document synthèse de ce qui aura été réalisé, expliquant le pourquoi et le comment des actions de la Ville. Le Maire commentera publiquement ce document et répondra aux questions des journalistes et du public.

2. La population sera consultée. Pas seulement sur le budget annuel mais aussi avant que les autres décisions ne soient prises. Un consensus, le plus large possible, conférera une légitimité à ces décisions et assurera le soutien massif nécessaire au succès des projets entrepris. La Carte de Citoyen, couplée au réseau Interac, peut être un outil pratique pour maintenir ce contact avec les Montréalais et élaborer des politiques et des programmes qui répondent mieux à ce que veut la population

Il faut aussi utiliser pleinement l’outil des sondages, sans se préoccuper de l’hypocrisie de politiciens qui, ayant peaufiné à partir des sondages les messages ambigus qui les ont fait élire, s’enorgueillissent ensuite de ne pas « gouverner par sondages » quand on les avise que les décisions qu’ils veulent prendre à tout prix ne représentent pas la volonté populaire. Aucun règlement, aucun projet ne sera soumis au Conseil municipal par le Maire si des sondages scientifiques impartiaux indiquent qu’une majorité de la population s’y oppose.

3. Il faut informer et consulter au palier des quartiers. Une grande ville est une ensemble de quartiers dont chacun est un lieu d’appartenance. Les mesures déjà prises pour favoriser la consultation de la population des quartiers et leur sensibilisation aux besoins locaux constituent un acquis. La délégation de certaines fonctions et la reconnaissance de la représentativité de certaines structures au palier des arrondissements sont des mesure d’avenir, qui deviendront d’autant plus utiles que Montréal s’élargira à la dimension de l’agglomération montréalaise.

4. Il faut informer, mais aussi former. La consultation de la population des quartiers ne prend tout son sens que lorsque la population s’intéresse vraiment à la vie de son quartier et a développé le sentiment d’&laqno;en être». Il est impossible de mettre efficacement en place un processus démocratique qui ne fait pas l’objet d’une demande réelle, sous peine de voir des groupuscules mettre à profit l’apathie générale pour s’arroger un pouvoir que la majorité n’a jamais voulu leur accorder. Il faut conscientiser la population.

Pour développer la vie des quartiers, la priorité ne doit pas être mise sur le développement de structures supplémentaires couteuses, mais sur l’information et la sensibilisation aux ressources déjà disponibles et sur les possibilités sous-utilisées qui sont déjà offertes aux citoyens de s’en approprier la gestion.

5. L’information relative à la prise en charge progressive de la vie des quartiers par leurs résidants se fera par le biais d’un programme étoffé, lequel sera transmis par les journaux de quartier. Montréal apportera tout le soutien financier nécessaire à l’action des journaux de quartiers et des radios communautaires – lesquels sont devenus un élément indispensable de la démocratie municipale – en négociant avec eux les conditions financières de diffusion de ce programme de conscientisation et en faisant aussi de ces journaux de quartier et radios communautaires les relais privilégiés de la communication entre l’administration municipale et la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *