21.La magie du tapis roulant (2)

La situation s’est brutalement transformée depuis 1992. Au cours des années « 70 et de la première moitié des années « 80, une inflation constante et une fiscalité progressive avaient eu pour résultat un appauvrissement des riches au profit de la classe moyenne. Le phénomène contraire auquel on assistait, au début des années « 90, apparaissait comme un retour du pendule, une phase temporaire d’un cycle. La proposition #21 visait une amélioration des mécanismes d’une politique financière dont l’objectif à long terme semblait être de réduire les inégalités.

Aujourd’hui, il est clair que c’est une nouvelle philosophie qui prévaut et que l’objectif du Pouvoir est d’utiliser le potentiel d’extorsion inhérent au système capitaliste pour concentrer la richesse entre le mains de quelques uns et retourner la plus grande partie possible de la population au niveau de subsistance. Ceci ne pouvant durer bien longtemps, il faut présumer que nos dirigeants SAVENT que le système est en phase terminale et sont à s’offrir une dernière nouba avant le déluge… Qu’on ne se surprenne donc pas de mon changement de ton.

A la proposition elle-même, il n’y a rien à changer. Ce qu’elle décrit est la pure vérité et le changement qu’elle suggère découle bien des exigences de la situation. On peut y apporter des modifications de détails, mais le principe de base qu’il faut taxer le capital plutôt que le revenu est une évidence, comme est évident le fait que le paiement par l’État d’un intérêt sur le capital « emprunté » est une extorsion institutionnalisée.

Ceci est tellement simple et évident qu’il faut un effort constant des médias pour garder la population dans une forme d’hypnose où elle ne remet pas en question le pillage à la source par les capitalistes de toute valeur ajoutée à la société. Tellement évident, que personne n’ose jamais engager ce débat publiquement: quiconque voudrait soutenir que le système actuel est logique et légitime apparaîtrait vite comme un imbécile.

La seule réponse des capitalistes, quand on conteste un processus qui donne systématiquement plus à ceux qui ont déjà beaucoup en enlevant tout ce qu’on peut à ceux qui n’ont presque rien, c’est de pousser des cris de vierges offensées, de dire que les choses sont « naturellement » ainsi, ou de changer de sujet….

Parmi les propositions de ce livre, la proposition #21 sera la dernière qui sera adoptée. Parce qu’elle est la plus essentielle, celle qui remet en question les assises même de notre société et, aussi, parce qu’elle ne pourra être mise en place efficacement qu’au niveau planétaire; l’initiative devra donc en venir d’une superpuissance, USA, Europe, Chine/Japon

Pourquoi présenter cette proposition aux Québécois s’il n’est pas en leur pouvoir d’y donner suite? D’abord, parce que nous devons apprendre à discerner partout ce problème d’extorsion qui apparaît en filigrane comme une composante essentielle de TOUS nos autres problèmes: aujourd’hui, rien ne peut être changé dans notre société sans qu’on ait fait la preuve que le résultat du changement sera utile au Capital. Ensuite, parce que tout ce qui contribue à sortir la population de sa torpeur la prépare à faire un jour ce qu’il faudra pour que le système lui-même change.

Pierre JC Allard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *