À la recherche de la science secrète du Seigneur(13) Religion, Philo ou Science???

 

Religion, Philosophie ou Science ?

         Avant de continuer notre recherche ce serait peut-être bien de vérifier si le choix du titre de nos articles est vraiment pertinent.  Autrement dit : est-ce que notre étude porte sur une «supposée» science secrète du Seigneur, ou vraiment sur une science secrète du «supposé» Seigneur ?

         Jusqu’à maintenant notre Zodiaque nous permet de diviser l’année en 12 mois; ce qui n’est évidemment pas une philosophie mais bien une constatation scientifique.  Nous pourrions cependant dire que ce n’est qu’une convention; mais alors il faudrait se boucher les yeux, car on peut facilement discerner les caractéristiques saisonnières différentes et exclusives à chacun de ces mois de l’année.  Ce qui détermine une identification scientifique pour chacun de ces mois et élimine, par le fait même, le conventionnel.

         L’inévitabilité des influences sur le mois suivant, des évènements qui se déroulent durant un dit mois, est clair pour celui qui, malencontreusement, a expérimenté l’extrême plaisir d’engueuler (en y mettant tout son cœur) une brute, qui lui réplique par une paire de taloches sur son nez.  Les autres sont obligés d’y mettre un peu d’imagination personnelle pour saisir entièrement la notion de « cause à effet ».

         Une année comporte 365 ¼ jours; nous créant ainsi un problème; car le Zodiaque ne contient que 360 degrés.  C’est donc dire que la division du Zodiaque n’est pas exacte et que notre concept de calendrier zodiacal est quelque peu boiteux.  D’un autre côté, nous savons que notre science actuelle est obligée d’introduire une année bissextile pour préserver l’exactitude du calendrier officiel.  Ceci signifie que ce calendrier usuel n’est vraiment exact qu’à tous les 4 ans et est tout aussi boiteux.

         Les Sumériens rencontraient le même problème.  Leur solution fut d’ajouter des mois supplémentaires après un certain nombre d’années.  Ce qui donne le même résultat, tout aussi efficace il faut bien l’avouer. 

         Par exemple, sous Nabonassar  (-747 -734 av.J.C.), ils ajoutent 7 mois par période de 19 ans. 

-Mais Nabonassar n’a régné que 14 ans!!!

-Bon d’accord; disons: À partir de sous Nabonassar…

-Ont-ils continué après son décès?

-Laisse-moi tranquille et fout le camp!

        Les Sumériens savent également que les éclipses solaires et lunaires se produisent au même moment à tous les 54 ans.  Il est indiscutable que toutes ces données découlent d’une science exacte chez ces gens-là.

         Que dit-on, de nos jours, des anciens calendriers ?

        Le calendrier sumérien : «Le premier calendrier identifié a été mis au point il y a 5 000 ans (-3 000 av.J.C.) par la civilisation sumérienne.  Ce calendrier, mal connu, semblait être constitué de 12 mois de 30 jours (360 jrs).  Ces 30 jours sont basés sur le cycle lunaire, qui durait en réalité 29 jours ½.»

         Le calendrier babylonien : «Les Chaldéens commencèrent à diviser le temps par lunaisons ce qui donnait une année de 360 jours.  Lorsqu’ils s’aperçurent que cela ne correspondait pas au temps solaire, ils ajoutèrent 30 jours tous les 6 ans

         Le calendrier égyptien : «Il est généralement admis que l’année égyptienne durait 360 jours (certains disent que l’année durait 365 j.) et qu’elle était découpée en 3 saisons de 4 mois chacune.»

         Le calendrier maya : «Le calendrier maya est inspiré du calendrier Olmèque et il date probablement du 1er siècle av.J.C.  (On parle ici évidemment du calendrier maya. Le calendrier Olmèque était beaucoup plus ancien.)  Le calendrier maya était très précis (certains même l’estiment plus précis que notre calendrier actuel) mais aussi très complexe.  En fait, le calendrier était double : il comprenait un cycle sacré de 260 jours et un cycle vague de 365 jours.  Les deux cycles ne coïncidaient que tous les 52 ans de l’année maya (environ un de nos siècles).   Le cycle sacré de 260 était découpé en 2 cercles de temps de 13 et 20 jours qui s’entremêlaient.  L’année vague, ou haab, de 365 jours comportait 18 mois de 20 jours chacun et se terminait par une période de 5 jours.  Ces 5 jours (uayeb) étaient une période de malchance.  Ce calendrier est un calendrier solaire.»

         Le calendrier aztèque : «Le calendrier aztèque était composé de 18 mois de 20 jours ce qui faisait un total de 360 jours plus 5 jours néfastes – Ce calendrier était un calendrier solaire.»

        Puisque tous les anciens calendriers devaient être rectifiés périodiquement, autant que notre calendrier actuel, ceux qui se servaient de ces calendriers savaient, tout comme nous, que l’année solaire était de 365 ¼ jours.  Nous constatons également que cette science est répandue partout chez toutes les anciennes civilisations connues.  L’explication devient évidente puisque les calendriers étaient tous basés sur le Soleil ou sur la Lune et que les cycles de ceux-ci sont les mêmes pour tout le monde, tout le temps et partout dans le monde.

         Par contre, la remarque que nous pourrions faire ici ne porte pas sur la ressemblance de tous ces calendriers, mais sur l’évidence que ceux-ci étaient le résultat d’une «recherche scientifique» et non d’une croyance religieuse ou philosophique

         Nous devons, malheureusement pour nous, étudier d’un peu plus près ces anciens calendriers.  Et j’ai l’impression que ce ne sera pas de la tarte parce que depuis plusieurs années, j’essaie d’uniformiser les explications officielles retenues sur les différents calendriers anciens.  Résultat : c’est un travail de compilation presque impossible.  Je vous propose donc de nous attaquer au problème d’un angle tout à fait différent.

         Comme le cycle de la Lune et celui du Soleil sont des faits de base invariables pour nous comme pour les anciens, nous allons partir de ces données de base au lieu de partir des résultats adoptés par chacune des anciennes civilisations. Partons du début, l’analyse subséquente devrait devenir plus facile.  Essayons !

         La première façon de calculer le temps, on le sait, fut basé sur le cycle de la Lune. Le premier calendrier est un calendrier lunaire.  Cette façon de calculer le temps apparaît très loin dans la préhistoire.  Nous avons retrouvé des représentations, dans les cavernes préhistoriques, qui indiquent déjà cette façon de mesurer le temps.  La représentation la plus évidente est celle d’un cercle (une Lune et non un Soleil) peint entre les cornes d’un aurochs : (O). Ce dessin, de toute évidence, représente le cycle de la Lune croissante, pleine et décroissante; et non un culte religieux bovin.  (Adoptons tout de suite la position de laisser les prêtres dans leurs cathédrales et ne polluons pas nos cavernes enfumées.)  Nous avons également trouvé, dans ces cavernes, des bâtons sur lesquels étaient taillées des encoches qui semblent être reliées au cycle lunaire.  Difficile de ne pas comprendre que déjà, à cette époque reculée, on avait identifié le nombre de jours composant le cycle lunaire.

        Commençons en décomposant ce cycle lunaire :

        1) À la nouvelle Lune, la Lune n’est pas visible durant 7 jours.

        2) Au 8e jour, apparaît le premier croissant.

        3) Au 15e jour, on obtient la pleine lune.

        4) Au 29e jour, on voit le dernier croissant.

        Donc, le 30ème jour est le dernier du cycle précédent et le premier du cycle suivant. 

        Si nous désignons cette journée à chacun des 2 cycles, nous pouvons diviser la 1ère moitié de la journée au cycle précédent et la 2ème au cycle suivant; ce qui nous donne 29 ½ jours pour chacun des cycles.  Et c’est exactement la durée du cycle lunaire.  Nous sommes bien obligés d’accepter que cette connaissance issue des cavernes préhistoriques soit une connaissance issue d’observations scientifiques exactes.  Ce qui recule l’âge de «l’observation scientifique objective» un peu plus loin, dans le temps, que la date officiellement acceptée de 1850 ap J.C.

         Nous avons observé que la durée où la Lune est visible est de 23 jours(30-7=23).

        Nous avons également observé que l’instant où la Lune est à son maximum, est le 15e jour du cycle.  Et que d’autre part, elle est invisible durant 7 jours.

Ce cycle est, de toute évidence, divisible en 4 périodes de 7 jours :

        1)- 7 jours, invisible,

        2)- 7 jours, croissante

        3)- 7 jours, pleine

        4) – 7 jours décroissante

         Woops !   Qu’est-ce qui se passe ?  Le total n’est pas de 29 jours mais de 28 jours. (???)  Laissons tomber les données déjà établies et regardons la Lune elle-même.

         On voit très bien… qu’on ne la voit pas du tout pendant 7 jours (Sic).  Éventuellement, elle réapparaît un tout petit peu.  On sait que la durée totale du cycle, incluant la période invisible, est de 29 ½ jours.  Comment une période de 7 jours d’invisibilité peut-il se manifester dans un cycle de 29 ½ jours ?  La durée du cycle 29 1/2 n’est pas divisible par 7.  On fait face à un problème sérieux !  Nous pourrions toujours dessiner une représentation de la Lune tournant autour de la Terre pour comprendre l’éclairage solaire qu’elle subit au cours d’un mois lunaire, mais nous sommes condamnés à ramper dans la poussière du sol, nous ne sommes que des hommes de la préhistoire.  Tout ce que nous possédons pour travailler est la Lune dans le ciel vu du plancher des vaches.  Alors, il faut se débrouiller avec ce que nous avons.

         Donc, 7 jours sans Lune et 22 ½ jours avec Lune.  La dernière journée du cycle est le 30e jour.  Ce 30e jour est également la première journée du cycle suivant.  Par contre, contrairement à nos mathématiques actuelles, dans un cycle quel qu’il soit, l’instant zéro n’existe pas.

        Il n’y a pas de jour zéro ou d’année zéro ni même de siècle zéro.  C’est donc dire que la fin du cycle lunaire qui se termine après 29 ½ jours, se termine en fait le 30e jour du mois et commence également ce même 30e jour du mois.  Mais quelle justification aurions-nous de diviser ce mois lunaire en 4 parties, je me le demande ?  Et je ne parviens pas encore à en trouver l’explication.

        Prenons un exemple précis, comme les dates de pleine Lune pour l’année 2005 :

        Le 1er cycle lunaire de l’année se retrouve du 25 janvier au 24 février.  Autrement dit, le cycle commence le 25 janvier et se termine le 30e jour suivant, soit le 24 février.  Le nouveau cycle commence donc ce 24 février pour se terminer toujours le 30e jour suivant, c’est-à-dire le 25 mars.  Il est évident que le cycle possède une durée de 30 jours.  Il est également évident que cette 30e journée se divise en 2 dont la 1ère partie termine le cycle et la 2ème débute le cycle suivant; parce que la dernière journée du cycle précédant est la première journée du cycle suivant.

          À noter que la durée moyenne d’une lunaison, c’est-à-dire entre 2 nouvelles lunes consécutives (mois synodique), est de 29j. 12h 44m 2,9s, à peu de chose près, la moitié d’un jour, soit 29,53 jours.

          Voici un dessin démontrant les différents quartiers du cycle de la Lune :

        C’est évidemment très simple de voir ici cette division en 4 parties du cycle de la Lune.  Mais comment l’homme préhistorique a-t-il pu arriver au même résultat sans savoir que la Lune tourne autour de la Terre ?  Mais ce n’est peut-être pas aussi compliqué que je le pense; voyons ça.

        Continuons d’imaginer que nous sommes des habitants des cavernes préhistoriques et que nous avons constaté déjà depuis longtemps que le Soleil se lève le matin et qu’il se couche le soir.  (J’imagine que cette observation scientifique objective d’un fait réel fut constatée avant 1850 après J.C.  Ce n’est peut-être qu’une présomption, mais elle est difficile à dénigrer et je vous propose de ne pas essayer de la prouver fausse aujourd’hui).

         Donc nous avons constaté que le jour et la nuit existe.  Nous sommes probablement surpris que la durée du jour et celle de la nuit ne soit pas toujours identique.  Par contre, ces durées différentes suivent une succession qui se répète à l’intérieur d’une certaine période de temps très longue. Curieusement, une succession semblable, mais plus courte, est perceptible dans le cycle lunaire.  À tous les 30 jours, la Lune disparaît pendant 7 jours et réapparaît inévitablement en reprenant toujours le même «pattern» évolutif. (Issu étymologiquement du mot «ptrn» de la langue cavernicole préhistorique.)

         Nous sommes des hommes de la préhistoire et nous venons de constater que la Lune que nous voyions hier n’est plus visible ce soir.  Déjà depuis plusieurs jours, nous avons remarqué qu’elle diminue peu à peu.  Nous avons également remarqué qu’avant d’être pleine dans le ciel du soir, elle a augmenté graduellement.  Ce soir, nous ne la voyons plus.  La question devient :  est-ce que nous allons devenir fou et nous mettre à courir aveuglément dans la forêt en criant que la Lune est disparue et que la fin du monde arrive ?

         J’en doute beaucoup, malgré certaines interprétations officielles.  Je crois plutôt que nous allons regarder le ciel en disant : «Tiens la boule de lumière dans le ciel n’est pas là ce soir !  Pas question de chasser cette nuit, on n’y voit absolument rien !»  Et nous allons tranquillement revenir auprès du feu dans notre caverne meublée « roc dernier cri ».  « Ouais, sa vieille !  J’irai à la chasse demain matin, quand il fera clair.  Est-ce qu’il reste de la bouillie dans la marmite ?»

         Un autre jour, où nous goûtons notre bouillie, ça fait déjà 3 fois que «la boule dans le ciel» est disparue puis réapparue.  Elle vient de réapparaître cette nuit; mais curieusement, les nuits commencent à être pas mal plus fraîches.  Nous savons d’expérience que bientôt, il y a de la mamouth-vert d’étrange substance blanche qui va se mettre à tomber du ciel et s’accumuler sur le sol.  Personnellement, cette substance me tape un peu sur les nerfs, surtout lorsqu’il s’en accumule jusqu’à ma ceinture.  Cependant, ce n’est pas une période aussi difficile qu’on le penserait, parce que, quand je suis bien habillé avec de bonnes peaux chaudes, je peux plus facilement abattre les animaux qui s’empêtrent dans l’épaisseur accumulée de cette substance. D’autant plus qu’avec l’air froid, il y a beaucoup moins de «bibitosaures».

        De toute façon, cette substance n’est pas éternelle et elle disparaît après un certain temps.  Il ne s’agit que de patienter. Comme dit notre shaman : « Tout passe dans la vie ! ». 

        Disons que lorsque cette substance disparaît, nous pouvons courir partout dans la forêt; mais pas parce que nous avons peur de la fin du monde.  C’est plutôt parce que nous sommes heureux de l’arrivée des températures plus clémentes.

         Nous en sommes donc parvenus à nous rendre compte qu’il existe également un cycle beaucoup plus long que le cycle lunaire et qui détermine 4 saisons différentes : Hiver, Printemps, Été et Automne. Pour nous, le cycle lunaire est important pour déterminer une date précise; par exemple « le 4ème jour de la Lune croissante d’il y a 3 lunes pleines ».  Cependant, le cycle des saisons est tout aussi important pour déterminer les périodes propices à la cueillette. 

         N’oublions pas que nous sommes encore des chasseurs- cueilleurs.  Grosso modo, on sait que l’hiver, on ne cueille rien.  Au printemps, certaines herbes sont propices à la cueillette, principalement des herbes médicinales.  L’été est la saison des fruits et l’Automne celle des légumes.

        Mon 2e voisin, Frtt, derrière la roche du fond de notre caverne, (qui se prend pour un petit génie), a décidé de découvrir le nombre de cycles lunaires à l’intérieur du cycle des saisons.  Il a trouvé 12 cycles lunaires dans un cycle saisonnier; mais je ne le trouve pas tellement génial parce qu’il y a un peu plus de 12 cycles lunaires dans un cycle saisonnier; donc, son calcul n’est pas du tout précis. 

         Par contre, avec des bâtons plantés dans la prairie, il est parvenu à déterminer le nombre de jours exacts d’un cycle saisonnier; ce qui m’impressionne un peu, je dois l’avouer.  Il paraît, selon lui, qu’un cycle saisonnier complet s’étend sur 365 jours et un quart.  J’ai vérifié, et depuis 6 ans, c’est bien le cas.  Mon problème est que 12 cycles lunaires de 30 jrs chacun donnent 360 jrs.  Il y a une différence de 5 ¼ jours entre les 2 cycles complets.  J’ai donc décidé d’employer une base saisonnière de 360 jours plus 5 ¼ jours que je ne compte pas. 

        Mais même si je ne les compte pas, ils ne disparaissent pas pour autant et je suis obligé de réajuster mon calendrier lunaire à tous les 6 ans en ajoutant un mois lunaire.  C’est un peu embêtant mais il m’est plus important de savoir quand cueillir les fruits avec exactitude que de donner des rendez-vous au le chef de la tribu voisine à une date précise.  D’ailleurs, on ne se fréquente pas assidûment; alors…  Mais quel est ce bruit ?

 -Argh !  Que la chasse soit bonne à toi Élie

         Surpris je me retourne et j’aperçois un petit homme trapu qui se tient derrière moi.  Nerveux, je dis :

 – Pardon ?  …Mais qui êtes-vous ?  D’où venez-vous ?

Moi Arak.  Moi venir de longtemps !

-De longtemps ???

         Tout à coup je comprends.  Et la question qui assaille tout de suite mon esprit est : «Comment se fait-il qu’il m’apparaît, à tout moment, un personnage en relation avec ce que je suis en train d’écrire ? Surtout maintenant, quand mon petit roman préhistorique avançait si bien.» Je repousse la question pour l’instant et je pare au plus pressé.  En jetant un coup d’œil à la porte de sortie, je lui dis :

 – Arak ?  Bonjour Arak.  Que puis-je faire pour toi ?

– Rien !

– Rien ?  Alors pourquoi es-tu venu ?

– Moi vouloir expliquer les lumières et le feu du ciel à toi.

– Viens !  Assieds-toi.

      Je lui indiquai un fauteuil.  Il s’y dirigea et s’assit par terre, les jambes croisées, en s’appuyant sur le siège.  Puis il se mit à parler :

 – La lumière du ciel apparaît, agrandit, devient ronde, diminue et disparaît.  Moi sépare tout ça en lumière vide, lumière à moitié pleine, lumière pleine, lumière à moitié vide et lumière vide.  Cela arrive 10 plus 2 fois pendant la durée de Neige, Fleurs, Chaleur et Pluie.

– Attends, attends !  Arak.  Laisse-moi bien comprendre.  Tu dis bien : Neige, Fleurs, Chaleur et Pluie ?  Tu veux dire : Hiver, Printemps, Été et Automne ?  C’est bien ça ?

– Moi pas connaître Automne Été et…proufff.  Moi dire Neige, Fleurs. Chal..

– Ok, ça va !  J’ai compris.  Donc durant ces 4 périodes, la Lune…

– Lune ???

– La lumière dans le ciel apparaît douze fois ?

– Non !  10 plus 2.

– Invisible, moitié pleine, pleine, moitié vide; c’est bien ça ?

– Oui.

– Et tu te sers de ces moments pour identifier certaines journées; c’est ça ?

– Hum !  Aujourd’hui est 2e journée après moitié vide 7e lumière.

– Extra, j’ai compris !  2ème journée après le quartier décroissant de la 7ème Lune.  Mais quand est la 1ère lumière ?

-Élie, toi pas savoir ?  1e lumière est début Neige.  Argh.

– La première lumière commence à la première tombée de neige ?

– Bin, non !  Début Neige !  Quand feu du ciel lève au-dessus de pierre levée et couche sur autre pierre levée, demain, feu du ciel retourne sur chemin à lui.

– Un marqueur ???  Une pierre levée qui indique la journée la plus courte ?  C’est là le début de Neige ?

– Oui Élie.

– Et le début Fleur ?

– 3 lumières plus tard. Élie; Hark !  Toi pas compter ???

-Ah oui !  Évidemment; 4 saisons pour 12 Lunes.  Et dis-moi ?  Lorsque arrive la 6ème lumière, c’est là que tu sais que les fruits sont comestibles; c’est ça ?

– Fruits ???  C’est quoi fruit ?

        Je prends un volume de ma bibliothèque et je lui montre la grande photo d’une framboise.

 – Un fruit c’est ce que tu vois ici.  Celui-ci s’appelle une framboise.

– F-r-a-m-b-o-i-s-e… Hum !  Grosse framboise !

– Non, non !  Ceci est une photo.  Une framboise, c’est petit.  Mais c’est lorsque arrive la 6ème lumière que tu décides de manger les framboises; c’est ça ?

– Non !  Moi manger framboise quand framboises est rouge; vertes, pas bonnes.  Lumière du ciel pas rapport.

– Mais dans ce cas, pourquoi définir les saisons Neige, Fleurs, etc. ?

– Pour savoir quand première lumière.  Première lumière très importante pour connaître journée aujourd’hui, pas importante du tout pour manger fruits.  Important pour manger fruits,  est fruits mûrs; non ?

–  Oui bien sûr, Arak.

– Bon ! Toi avoir compris, moi retourner.  Bonne chasse à toi Élie.

– Salut Arak.

         » L’important est que les fruits soient mûrs« . Les mathématiques ne servent pas partout et toujours; je ne devrais pas l’oublier; parfois la logique prime.  Quant à l’apparition de ces foutus personnages à tout propos, j’imagine que ça fait partie des droits d’auteur et que nous allons être obligés de vivre avec.  Bof !  Ce n’est pas si mal, ni tellement grave, après tout.

         Mais qu’en est-il de ce concept que nous avons trouvé face à la trinité qui est issue de la dualité, elle issue, de l’unité primordiale et que l’on retrouve sur le calendrier zodiacal ?

         Pour la trinité, c’est assez facile de la constater scientifiquement. Notre environnement est formé d’air, d’eau et de terre.  L’atome est formé d’électron, de proton et de neutron.  Le proton est formé de 3 quarks de «couleur» différente, etc.  La trinité est vraiment partout.

         Au sujet de l’interrelation qui existe entre la trinité et la dualité, ça devient un peu plus compliqué de la percevoir scientifiquement avec nos anciennes données.  Par contre, si les anciens savants ont remarqué que la glace devient de l’eau lorsque portée à un certain degré de température et qu’elle devient vapeur lorsque portée à un degré plus élevé, ils ne pouvaient faire autrement que de conceptualiser une relation entre les différents états, solide, liquide et gazeux.  C’est grâce à cette constatation qu’ils ont élaboré le concept de la chaleur ayant un effet sur la nature des choses.  De là, l’ajout de l’importance de l’élément «Feu» dans l’apparition de notre univers.

         On pourrait toujours reléguer ceci au monde de la superstition, mais il faut faire très attention parce que notre science fait exactement la même chose en expliquant l’origine de notre univers.  Selon la science, l’évolution et l’apparition de notre univers est strictement et exclusivement relatif au degré de la température ambiante au cours de son évolution.

         Mais ce qui est le plus surprenant et époustouflant, c’est l’explication de ce concept de l’origine due à l’unité primordiale qui devient dualité pour atteindre la trinité.  Notre science actuelle essaie vainement d’y parvenir.  Planck a bien indiqué et situé temporellement un mur qui sépare la matière de ce qui la précède; mais la science ne parvient pas à accepter autre chose que de la matière derrière ce mur. Les anciens avaient l’avantage de conceptualiser une immatérialité en mouvement identique au mouvement de la pensée.  Et on l’a vu, il est juste d’accepter que la pensée ne possède strictement que 2 dimensions, ce qui caractérise avec exactitude, selon eux, l’univers à 2 dimensions qui a précédé notre univers actuel à 3 dimensions. 

         Curieusement, notre science affirme que notre univers à 3 dimensions tire son origine d’un univers quantique qui l’a précédé et qui se présente comme la surface d’un lac sans profondeur.  Difficile de dire qu’une surface de lac sans profondeur n’est pas quelque chose qui ne possède que 2 dimensions, tout comme le concept de la pensée chez les anciens.

         On peut alors concéder que ce concept actuel, très scientifique, est à tout le moins semblable, sinon identique, à celui qui a été défini par les anciens savants comme étant le «monde de la pensée»; aujourd’hui, on dirait un «monde virtuel».  La différence n’est que dans le vocabulaire.  On ne peut alors pas se permettre de considérer ce concept comme superstition, il est, à toutes fins pratiques, le même que notre concept scientifique décrivant ce qui se trouve derrière le mur de Planck, qui ne peut être matière et qui ne comporte que 2 dimensions seulement.

         La conséquence d’oser considérer ce pré-univers comme une pensée est l’inévitabilité qu’il soit nécessaire d’avoir un penseur.  Tout comme, si nous considérons notre univers comme une manifestation, il se doit qu’il y ait un manifestant.  Ce cheminement de la logique est une base, purement scientifique et non élucubratoire ou religieuse.  On est bien obligé de l’admettre.

         Conséquemment, une fois que nous avons accepté les normes de base qui caractérisent toutes sciences, nous nous retrouvons, face aux données anciennes, devant des données scientifiques exactes, tout simplement présentées d’une façon différente de la nôtre, et la conclusion deviens inévitable : avec le Zodiaque, nous ne semblons pas faire face à une superstition ou à une élucubration, mais à une science exacte.

 À suivre

                                                                                Elie l’Artiste

11 pensées sur “À la recherche de la science secrète du Seigneur(13) Religion, Philo ou Science???

  • avatar
    16 septembre 2010 à 9 09 18 09189
    Permalink

    Deux questions:

    Pourquoi 10+2 plutôt que 12?

    Y a-t-il une explication pour le 5 jours et quart de plus que 360?

    Répondre
  • avatar
    16 septembre 2010 à 10 10 11 09119
    Permalink

    « Pourquoi 10+2 plutôt que 12? »

    Parce qu’Arak est un homme préhistorique et qu’il compte sur ses doigts. 😀

    « Y a-t-il une explication pour le 5 jours et quart de plus que 360? »

    Pas d’autre que celle causée par l’orbite terrestre qui représente le cycle annuel et qui n’est pas circulaire mais elliptique. Et comme les sumériens reportaient cette orbite sur un cercle…le 5 1/4 jr représente « l’imperfection » ou le « déséquilibre » de l’orbite. C’est d’ailleurs la caractéristique principale que l’on devine dans la tradition de ces 5 1/4 jours. Ils sont « néfastes ».

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      11 février 2012 à 8 08 50 02502
      Permalink

      pourquoi pas 10+3 ou 10+10+1?

      Répondre
      • avatar
        11 février 2012 à 15 03 56 02562
        Permalink

        Parce qu’il n’y a pas 13 cycles lunaires dans un an (cycle solaire).

        Répondre
        • avatar
          12 février 2012 à 5 05 01 02012
          Permalink

          mais le règne végétal et le plus souvent gouverné par 13 21 non?
          il n’y aurai pas 13 constellations étudier par les sumériens?
          il n’y a pas 13 lune en 2012?

          9.01.2012
          7.02.2012
          8.03.2012
          6.04.2012
          6.05.2012
          4.06.2012
          3.07.2012
          2.08.2012
          31.08.2012
          30.09.2012
          29.10.2012
          28.11.2012
          28.12.2012

          en 2015.2017.2020.2023….?

          le calendrier juif compte 13 mois?
          Le calendrier Tzolkin utilise le 13…?

          le seul problème était de diviser un cercle en treize avec compas et règle non graduer.

          erreur scientifique ou esprit non imaginatif d’ailleurs inacceptable pour l’homme.
          donc malédiction de ce chiffre.

          car tout division du temps a était mal conçus par les scientifiques.

          année
          heure
          minute
          seconde
          voir degrés…

          mauvais diviseur, on peut encore rectifier leur erreur ou pas!

          Répondre
  • avatar
    16 septembre 2010 à 10 10 49 09499
    Permalink

    « Parce qu’Arak est un homme préhistorique et qu’il compte sur ses doigts.  »

    C’est vraiment très drôle! Je n’y avais pas pensé.

    Pour le 5 1/4 jours, c’est ce que je croyais.

    Répondre
  • avatar
    12 février 2012 à 7 07 08 02082
    Permalink

    Une lunaison n’est pas une pleine Lune; c’est une durée entre deux pleines Lunes.

    Combien de section de clôture y a-t-il dans une clôture ayant 13 poteaux?

    Quant à l’esprit imaginatif des « anciens », lorsqu’ils ont commencé à s’en servir, ils se sont perdu dans les élucubrations religieuses et « astrologiques ».

    Je rapporte les « faits » tels qu’ils ont été constatés à cette époque par des hommes préhistoriques avec les moyens dont ils disposaient.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
    • avatar
      12 février 2012 à 9 09 44 02442
      Permalink

      mon calcul donne pour 2012 moyen 12,5

      12 nouvel lune
      13 premier quartier
      13 pleine lune
      12 dernier quartier

      en un cycle solaire, les cycle lunaires ne corresponde jamais 12 pile poile

      non, tu rapporte les « faits » tel que tu peut l’étudie actuellement.
      sachant, que les « ancien » avaient faux
      ton étude est fausse, tu reporte leur erreur.

      ou alors tu faits reset et tu étudie a partir de base senne donc 0 ou tu continu ta vie sans histoire ni science contemplant la nature sans vouloir la maîtriser, la synthétiser tel un animal d’amour.

      le but n’est pas d’avoir raison mais, arrêter de se mentir.

      sa ne sert a rien 666+33=699/5=139.8*1.61803399=226.201151802*21/13=365.401860609230769230

      ou

      365.25696 a l’échelle humaine il n’y a pas de 0.25696 jour a quoi sa sert?

      réponse rien

      cordialement

      Répondre
      • avatar
        12 février 2012 à 11 11 59 02592
        Permalink

        « en un cycle solaire, les cycle lunaires ne corresponde jamais 12 pile poile »

        Wow! Toute une découverte!!!

        Arak le savait.

        « non, tu rapporte les « faits » tel que tu peut l’étudie actuellement.
        sachant, que les « ancien » avaient faux
        ton étude est fausse, tu reporte leur erreur. »

        Je n’ai pas besoin de deux poteaux plantés et enlignés vers le pic d’une montagne pour rapporter ces « faits ». Qu’est-ce qui te prouve que les anciens « avaient faux »? s-tu essayé la technique des « poteaux »?

        Essaie-là; tu verras ça fonctionne assez bien.

        « 365.25696 a l’échelle humaine il n’y a pas de 0.25696 jour a quoi sa sert? »

        Il semble que cela serve exclusivement à étoffer tes objections. Arak n’en faisait pas tout un drame comme tu le fais. D’ailleurs ils cueille et mange les fraises quand elle sont mûres; probablement que toi, tu manges celles vendues au marché, cueillies avant d’être mûres.

        😉

        Répondre
        • avatar
          13 février 2012 à 3 03 53 02532
          Permalink

          tu te perds!
          sache que je cultive potager depuis l’age de 4 ans, actuellement 25.
          mon ennemis premier nom Etat.
          je revendique être libre.
          vivre sans aucune facture.
          aucune croyance!
          je m’intéresse juste a savoir depuis quand l’homme est assujetti et de quelle droit.
          pourquoi la trigonométrie?
          cultiver?
          manger?
          boire?
          déféquer?
          dormir?

          suite logique absurde!

          je suis un être inférieur.
          tu aura toujours le dernier mots donc raison!

          bisous

          ps:la plaine est mon hôte(la montagne bientôt, je planterai des chênes en pensant a toi si tu veux? car les poteaux sont stériles comme les future génération merci pollution ou plutôt Etre supérieur).

          Répondre
          • avatar
            13 février 2012 à 7 07 29 02292
            Permalink

            « je suis un être inférieur. »

            Félicitation! C’est la seule phrase logique qui puisse affirmer ton égalité avec tous les autres humains.

            Se dire « égal » est de la vantardise; donc différent des autres.

            Amicalement

            Elie l’Artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *