À la recherche de la science secrète du Seigneur(14) Le Svastika positif.

Le Svastika positif

 L’agriculture.

        Qu’en est-il de cette opinion assez répandue chez nos savants, et, par le fait même, dans toute la population, grâce à leurs enseignements, que le calendrier fut créé pour servir à l’agriculture ?

        La réponse est assez facile, si on sait que le calendrier existait déjà avant l’agriculture officiellement datée.  Par contre, si, comme nous l’avons établit ailleurs, l’agriculture existait 15000 an av.J.C., il devient difficile de savoir si vraiment le calendrier est encore plus ancien.

         Il ne reste qu’une seule solution, c’est de découvrit s’il est vraiment nécessaire d’avoir un calendrier pour faire de l’agriculture.  Les petits malins diront que la charrue est plus appropriée mais nous les laisserons s’amuser un peu à nos dépens.  Question de maturité évidemment !

Le calendrier représenté sur un Zodiaque donne ceci :

 

        Bon !  On sait que l’Hiver commence vers le 21 décembre; ça se situerait en plein dans le bâton de golf du haut : le 4ème bras de Brahman, celui qui se trouve à Midi.  C’est aussi le début de la période du vieux Yang ou de l’Ère d’Ouranos. 

        On se rend compte également que les 12 lunes de notre ami Arak s’installent facilement sur les 12 signes de ce Zodiaque.  Ceci n’est qu’une simple remarque.

Tiens, tiens !  Regardez donc ça : début mars (à 2 hre) commence le changement Yang vers le Yin.

        Est-ce bien là où le printemps commence sa marche, pour ne devenir vraiment perceptible qu’à la fin mars ?  C’est fort probable; puisque les choses ne surviennent jamais d’un coup sec mais se développent toujours graduellement.  D’ailleurs, c’est exactement ce que représente le 2ème bras de Brahman, le début de son action du rejet de la stabilité statique causé par le froid de l’Hiver. 

        À partir du mois de Mars, les choses commencent à ré-évoluer.  C’est aussi au début d’avril que commence la période jeune Yin ou l’Ère de Cronos.

        Avril, mai, juin sont les mois du Printemps où la fertilité est totalement débridée.  Absolument tout ce qui peut germer se met à pousser sans aucune retenue.  C’est la «débridation», le déchaînement total de la germination.

         Fin juin, arrive le 2ème bras de Brahman; celui à notoriété cataclysmique.  Qu’est-ce qui se passe à son arrivée ?  Le Soleil est à son maximum et tout ce qui a germé inconsidérément mais qui ne peut survivre à sa chaleur, est détruit.  Ce bras est celui qui permet à ce qui est viable de bien se développer en éliminant le surplus nocif du non-viable.  C’est aussi, fin juin, le début de la période du vieux Yin ou le début de l’Ère de Zeus, dépendamment que l’on vive en Chine ou en Grèce.

         Juillet, août, septembre, sont les mois d’Été.  Tout s’est stabilisé et équilibré en se développant au maximum.  Fin septembre arrive le 3ème bras de Brahman.  Que va-t-il faire, celui-là ?

         On a vu que lui aussi manifeste une «éjection».  Par contre, cette éjection est le contraire de l’éjection du 1er bras de Brahman.  Il a éjecté le froid; ce 3ème bras devrait alors éjecter la chaleur.  On ne peut refuser de dire que c’est ce qui se produit à partir de septembre et pendant octobre.  Par contre, tout comme en mars, l’installation de la chaleur est presque imperceptible, en septembre, l’installation graduelle du froid l’est tout autant.  C’est le début du changement qui fait passer le Yin au Yang.  On ne s’en rend compte vraiment qu’en octobre, comme ce fut le cas en avril.  Début octobre est le début de la période de l’Ère de l’Homme ou celle du jeune Yin.  Ici, le Grec, c’est aussi, vraiment, du Chinois, enfin pour moi.

         Et l’Automne se situe bien en octobre, novembre et décembre.  En fin de compte le zodiaque n’est pas si inexact ou inapproprié que ça pour décrire les saisons avec des descriptions assez pertinentes, merci.

         Mais qu’en est-il de la nécessité du calendrier pour faire de l’agriculture ?  Personnellement, je n’en vois pas la nécessité du tout, et je me mets à rigoler avec les petits malins.  D’ailleurs, les agriculteurs que je connais ne se servent pas du Zodiaque.  Toutefois, plusieurs me parlent pourtant des Lunes avec leurs caractéristiques. 

        D’ailleurs, c’est la seule chose qui les intéresse sur un calendrier : on doit y trouver les phases de la Lune; sinon, le calendrier est bon à rien pour eux.  Peut-être y a-t-il un lien ?  Je ne sais pas.  Ce que je sais, cependant, c’est qu’aucun d’eux (agriculteurs) ne sème dans la neige.  Ils attendent même que le sol soit complètement dégelé avant de semer.  Un peu comme Arak qui, sans vérifier son calendrier, attend que les framboises soient rouges pour les bouffer.

         Il est donc évident que les premiers agriculteurs n’avaient pas besoin du tout d’un calendrier pour cultiver; et ceux d’aujourd’hui peuvent tout autant s’en passer.  Cette opinion de la création du calendrier causée par l’apparition de l’agriculture est totalement erronée et une élucubration de chercheurs de réponses enfermés dans un bureau au lieu de chercheur d’explications sur le terrain. 

        La cause de l’origine du calendrier est exclusivement l’Astronomie et aucunement l’Agriculture.

         Cependant, si une population est sous le joug d’une organisation sociale qui régule la production, le calendrier devient indispensable pour planifier la date des récoltes, des stockages et de la distribution.  Donc, le calendrier, même apparu avant l’agriculture, devient un outil important dans la planification d’un système social, d’où son importance pour les civilisations.

         D’autre part, pour expliquer comment se déroule l’évolution successive des différentes saisons, un Zodiaque tel que celui que nous avons plus haut est des plus avantageux.  Décrire le déroulement de l’évolution des choses est l’un des buts visés par la science; encore une fois, il est difficile de refuser le Zodiaque comme la représentation d’un principe scientifique.

         Qu’en est-il des phases lunaires sur notre Zodiaque ?  Peut-on dire que le début du cycle lunaire du mois d’août, par exemple, est bien inscrit sur ce Zodiaque?  On voit que la phase de la Lune du mois d’août, dans le tableau mentionné, débute le 19 août et se termine le 15 septembre.  Il n’y a donc pas concordance entre le dessin et les faits.  Par contre, si on regarde le mois de décembre, la phase de la lune débute le 15 du mois alors que notre année saisonnière solaire commence le 21 décembre.  Le 21 décembre est le 6e jour après le début de cette phase lunaire.  Est-ce à dire que l’Hiver débuterait le jour précédant l’apparition du premier croissant ?  Mais ce jour n’est pas le même à tous les ans.  Il est probable que nous devrons choisir de nous servir du Zodiaque sur une interprétation soit lunaire ou solaire. 

        Par contre, il y aura toujours 5 ¼jrs par année qui manqueront au Zodiaque pour l’année solaire et 6jrs par année pour l’année lunaire.  Curieusement, ça ne donne qu’une différence mathématique de ¾jr par an, entre l’année solaire et l’année lunaire sur le Zodiaque de 360jrs ; et que tout se replace en ordre mathématique si on ajoute 3jrs au calendrier lunaire à tous les 4 ans.  Par contre, dans les faits, ça ne fonctionne pas.

         Évidemment. Arak me dirait qu’il est plus simple de commencer les 2 calendriers lorsque le feu du ciel se lève au-dessus de la 1e pierre levée et qu’entre ce moment-là et celui où le calendrier lunaire se termine, on n’a qu’à attendre en faisant une fête de tous les diables invitant tous les copains des environs.  Alors la 1ère lune diffère graduellement pendant 5 ans mais redevient normale à la 6e année parce qu’un mois lunaire complet se serait ajouté en 6 ans.  Je me demande s’il donnerait un nom à cette période transitoire, de durée différente pour chacune des 5 années ?

 Voyons ce que ça donnerait :

 1ère année lunaire débute en même temps que l’année solaire.

2ème année lunaire débute une journée avant l’apparition du 1er croissant de la 12e lune de l’année précédente, c’est-à-dire 6jrs après la nouvelle lune.

3ème année lunaire débute 12 jrs après la nouvelle lune.

4ème année lunaire commence 18 jrs après la nouvelle lune.

5ème année lunaire commence 24 jrs après la nouvelle lune.

6ème année lunaire commence à la 13ème lune de l’année précédente.

         Disons que ça fonctionne mais je crois qu’Arak aurait besoin d’un point de repère pour s’y retrouver.  Peut-être que son voisin, petit génie, organise des journées de fête qui durent aussi longtemps que la nécessité du calendrier la demande ?  Avant la 1ère année : 5 1/4jrs, 2ème année : 12jrs, 3ème : 18jrs, 4ème : 24jrs et la 5ème, 5 ¼jrs.  Mais son calendrier doit commencer une année où le cycle lunaire débute en même temps que le cycle Solaire, ce qui se présente à tous les 6 ans comme on vient de le voir.

        Donc, la nécessité d’un calendrier chez les non-agriculteurs était engendrée par le besoin d’identifier les jours de l’année.  L’obligation d’avoir un point de repère pour le début des années lunaires détermina l’observation de l’année solaire.  Les 2 calendriers devaient alors exister avant l’agriculture.

        Par contre, dès l’avènement d’une société axée sur la production, ces 2 calendriers accrurent en pertinence et devinrent encore plus indispensables.  Certaines civilisations essayèrent de développer un seul calendrier qui simplifierait les choses; mais toujours, ils furent obligés de le corriger pour l’adapter aux réalités astronomiques.  De plus, on se rendit compte qu’il était plus facile d’aménager des mois solaires d’environ 30 jours, qui sont, en fait, des mois lunaires.  On n’échappe pas à la Lune si facilement; elle est l’opposé complémentaire du Soleil, et les anciennes civilisations le savent et en tiennent compte.  Nous, aujourd’hui, on essaie de ne pas le savoir, mais on en tient compte quand même, obligatoirement.

         Il est donc évident que la définition d’un jour de l’année n’est pas du tout le résultat d’un choix arbitraire du début de l’année; il est basé sur l’observation scientifique de la Lune et du Soleil à une époque extrêmement lointaine dans le passé; au-delà de 27 000 ans avant notre époque, selon les vestiges trouvés dans les cavernes.

         Ce calendrier Zodiacal, on l’a vu, représente différents niveaux de durée comme les jours, mois et années.  Il représente également les secondes, les minutes et les heures qui déterminent ces jours. Peut-il représenter de plus grandes périodes de temps ?

         On l’a vu chez les Grecs, les Chinois, les Olmèques et autres que le Zodiaque représente aussi des Ères.  Ce mot Ère est difficile à conceptualiser pour la seule et unique raison que nous ne connaissons plus la durée que représente la convention de l’appellation Ère.  Nous rencontrons le même problème avec le mot «Éons» qui est une durée dont nous ne possédons plus la notion.

         Néanmoins, les Grecs ont déterminé la durée d’une Ère sur le Zodiaque.  Une Ère représente la durée de 3 périodes successives spécifiques retrouvées sur le Zodiaque.  L’Ère d’Ouranos, par exemple couvre 3 signes, Capricorne, Sagittaire et Scorpion.  Il est fort probable qu’un «Éon» dure un parcours complet du Zodiaque.  Il est étonnant de se rendre compte que le parcours du Zodiaque complet équivaille à la durée des précessions des équinoxes, cette durée de 25 765 années.  Lorsqu’elle est divisée par 12 périodes (signes), on obtient : 2 147 4/5 ans.  Les anciens savants ont arrondi à 2 150 ans par signe.  Donc une Ère représente une durée de 6 450 ans et plus précisément : 6 441 ¼ années.

 Compilons nos données sur le Zodiaque :

        1 minute = 60 secondes

        1 heure = 60 minutes ou 3,600 secondes

        1 journée = 24 heures  ou 1,440 heures ou encore, 866,400 secondes.

        360 jours = 1 année zodiacale (ajustement hors Zodiaque de 5 ¼ jours pour obtenir une année solaire.) ou 219,600 heures.

        2 147 4/5 années solaires = un signe du Zodiaque

       6 441 ¼ années solaires = une Ère zodiacale

       25 765 années solaires = un Éon zodiacal.

         C’est une compilation extraordinaire accumulée à une époque indéterminable à l’origine de l’humanité.  Pour acquérir ces connaissances, il a fallu observer le ciel, tous les soirs, pendant 25 765 ans.  J’espère que les astronomes de l’époque avaient le droit de s’asseoir.

        Mais heureusement, la durée d’une observation aussi longue n’était pas vraiment nécessaire.  Il ne suffisait que de choisir un point précis à l’horizon, sur le haut d’une montagne, par exemple, correspondant à l’alignement de l’étoile polaire de l’époque (la seule étoile qui ne tourne pas dans le ciel), et quelques années plus tard, on se rend compte que l’étoile fixe s’éloigne graduellement de notre point de repère.  On se rendit compte assez rapidement aussi que ce déplacement graduel de l’étoile supposée fixe s’oriente dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Mais puisqu’à l’époque, on n’avait pas de montre, on disait : dans le sens contraire du déplacement de la Lune et du Soleil.

         Donc, dans le ciel, on perçut 2 mouvements : l’un dans un sens et l’autre dans le sens contraire.  Ce sont ces 2 mouvements que nous retrouvons sur les assiettes de Samarra.  Mais encore plus curieux, ce mouvement contraire à celui de la Lune et du Soleil, on retrouve également sa représentation dans les cavernes.  La croix gammée décrit un mouvement contraire du sens des aiguilles d’une montre.  Une croix fixe est le croisement d’un trait vertical et un trait horizontal.  Pour montrer que cette croix fixe se met à tourner dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, le mouvement est illustré par des traits horizontaux dessinés aux 4 bouts de la croix traînant derrière le mouvement spécifié, comme ceci :

        Malgré l’impression négative que certains pourraient avoir, cette croix gammée représente simplement un mouvement de rotation vers la gauche ou dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. 

        Elle a la même signification géométrique que «les bâtons de golf» sur notre Zodiaque, sauf qu’on lui donne le sens de rotation du Yin et du Yang.  Elle représente les bras de Brahman dont le sens chronologique de sa manifestation est renversé.  Elle représente alors une régression vers la non-réalisation de la potentialité originelle.   Son sens est négatif.  En réalité la représentation positive des bras de Brahman par la croix gammée serait :

        Et c’est là où nous nous rendons compte de sa conformité avec les bras de Brahman sur notre Zodiaque.

       Et nous constatons également qu’inconsciemment la croix nazie a été choisie pour représenter exactement l’orientation du parti : une régression de l’humanité. Vérifier sur le drapeau nazi suivant:

                                               

Curieusement ça semble être le même cas pour l’organisme de Raël :

        Ses extraterrestres se sont gourés sur la signification du svastika et on choisit la mauvaise orientation du sens de rotation.

       Voici une peinture rupestre :

 

Remarquez le sens de rotation des petits svastikas en haut à droite : dans le sens des aiguilles d’une montre; une rotation positive.

         Voici une répartition du Svastika préhistorique dans le monde :

         Sans avoir les dates en main, il est évident que cette connaissance était répandue depuis longtemps avant la période historique, et que cette connaissance n’est pas du tout conséquente à la civilisation historique.

         Regardons en dernier lieu un emblème appelé emblème de Falum :

 

        On voit tout de suite la relation entre le symbole Yin/Yang du Tai-chi et celui du svastika.  On voit également que les sigles Yin/Yang tournent dans le sens contraire des aiguilles d’une montre et que tous les autres sigles tournent en sens opposés.

        Conclusion, le svastika peut représenter 2 choses selon l’orientation de sa rotation :

1)      Le sens de rotation de l’univers pensée, ou de l’univers quantique (lorsqu’on pense on retourne en arrière dans le passé), c’est-à-dire contraire au sens des aiguilles d’une montre, et

2)      le sens de rotation de la chronologie du temps en mouvement, soit, dans le sens des aiguilles d’une montre; la flèche normale du temps. 

          Le svastika est donc un hiéroglyphe qui peut représenter 2 concepts différents.  C’est un signe qui fait partie de la première écriture humaine.  Et cette écriture était répandue à travers la planète durant la préhistoire. 

        Mais comme la croix représente les bras de Brahman, le sens de rotation exact est dans le sens de rotation des aiguilles d’une montre.

        En somme, le svastika avec les «pattes» tournées vers la droite est une erreur de représentation puisque la vraie croix ne peut se manifester que lorsque le sens évolutif du mouvement se manifeste (c’est-à-dire : décrit le temps en direction du futur).  Et cette «flèche du temps» ne peut avoir qu’un seul sens d’orientation; celui représenté par le svastika avec les «pattes» vers la gauche.  Ajoutons tout de suite, ce qui tombe sous le sens : toute croix, quelle qu’elle soit, représente notre univers à 3 dimensions sur le chemin de l’évolution.  La croix représente le «4» obtenu par la duplication du «2» et dont une partie énergétique est éjectée pour obtenir le «3».

      Au sens allégorique, la croix où le Christ est crucifié est une excellente image, lorsqu’il dit : «Père, je remets mon âme entre tes mains.»  À ce moment-là, la croix est «4» mais l’énergie vitale «âme» est éjectée et la croix devient alors une représentation exacte de notre univers à 3 dimensions en mouvement dans l’évolution.

 

        Curieusement, cette allégorie laisse entendre que, à l’époque du Christ, la connaissance du scénario ayant créé notre univers actuel était encore présente.  Quelqu’un d’inconnu gardait de façon secrète l’enseignement de cette science multimillénaire.  Ce quelqu’un connait la précession des équinoxes et détient les secrets concernant les influences successives à des périodes déterminées des différents «bras de la force électromagnétique» ou des bras de Brahman.

        Si vous voulez absolument préserver l’identité individuelle des religions découlant de la Bible, vous pouvez toujours dire : «… des bras du fleuve d’Éden»; mais vous parlez quand même d’une connaissance possédée par toutes les «religions».  D’un autre côté, toutes ces «religions» ne saisissent plus du tout cette connaissance; ils la véhiculent sans la comprendre, au moyen de dogmes.  Cette science est originaire d’une époque qui précède de plusieurs millénaires la toute première religion.  C’était une époque où ces connaissances étaient du domaine public. En fait tellement ordinaire, qu’on les représentait sur des assiettes.

         De toute façon, il est assez facile de concevoir qu’avant d’imaginer une religion qui expliquerait d’où provient tout ce qui existe, il faut absolument prendre conscience, par observation précise, de ce qui existe, et cette dernière démarche est scientifique. 

         Il ne peut donc pas exister de religion avant que la science détermine les faits qui provoqueront les questions auxquelles la religion tentera de répondre.  Pour déterminer ces questions, il faut absolument observer «ce qui est vraiment» et en prenant l’habitude d’observer ce qui est vraiment, on n’est pas du tout porté à imaginer une religion dogmatique, mais plutôt à trouver rationnellement des explications.  C’est là, la suite logique de la démarche scientifique.  Lorsqu’on ne trouve pas de réponses rationnelles, on n’en invente pas, on continue de chercher.

         L’avènement de la religion ne peut avoir qu’une seule explication logique : elle s’instaure lorsque les données scientifiques acquises ne sont plus comprises ou simplement apprises par cœur.  On sait que ces données sont exactes mais on ne sait plus ou pas comment les expliquer.  C’est l’installation de la Foi.  D’ailleurs, nous avons appris que toutes les connaissances de la civilisation sumérienne sont basées sur la Foi des Sumériens envers les connaissances fournies par les «Puissants», desquels ils se disent les serviteurs.  Pour les Sumériens, la seule raison de leur propre existence est le service de ces «Puissants» qui leur apprennent tout, et que nous nous entêtons à appeler leurs «dieux».

         Conséquemment, la religion est alors issue premièrement de la «science des dieux» et non de la superstition des Sumériens, de leur peur ou autre élucubration irrationnelle.  Je vous ferai remarquer que même les vaches de mon grand père, dans le pré, n’ont pas du tout peur des éclairs et du tonnerre.  Elles se couchent à l’abri et attendent que ça passe.  Il y a bien le chien du voisin qui jappe, mais il jappe tout autant lorsqu’il entend japper le chien du 2e voisin et ce n’est pas du tout parce qu’il en a peur.  Oublions nos peurs que nous transposons sur les hommes préhistoriques.  En fait, ils vivaient, sans peur aucune, des situations qui nous glaceraient d’effroi aujourd’hui.

         J’espère que vous êtes heureux que nous ayons pu déterminer avec certitude que les 12 mois de l’année solaire ne sont pas le fruit d’une simple convention adoptée par Jules ou par Grégoire, mais bien le résultat de «faits astronomiques réels vérifiés».  Ces connaissances scientifiques qui déterminent les heures, jours, mois, années, etc. furent observées, reconnues et compilées bien avant nos premières civilisations, là-bas, dans le lointain immémorial préhistorique.

         Il est toutefois étonnant de découvrir qu’à cette époque lointaine, l’homme savait que notre univers s’animait de 2 mouvements opposés. 

         Les assiettes de Samarra le prouvent et, encore plus loin dans le temps, les svastikas dessinés sur les parois des grottes ne laissent aucun doute.  Par contre, nous ne semblons pas encore nous en rendre compte nous-mêmes.  Ce qui est aussi complètement ahurissant, c’est ce que représente exactement le svastika.  Il nous est impossible de nier que cette croix lue comme un hiéroglyphe, nous dit : «D’une source originelle jaillit une force qui se sépare en 4 bras, arrosant tout l’univers en rotation dans le sens des aiguilles d’une montre  Cette lecture du svastika présuppose la connaissance que l’univers est issu du statique imperceptible et que sa perception ne fut possible qu’à l’avènement du 1er mouvement de cette rotation.  Cette définition surpasse toutes celles que nous avons pu établir scientifiquement jusqu’ici sur l’origine de l’univers.

                 Toutes ces connaissances sont le minimum indispensable requis pour imaginer le dessin du svastika inscrit sur la paroi d’une caverne.

         S’il n’était question que d’une simple croix ordinaire, nous pourrions tergiverser et même nier ces faits; mais le svastika n’est pas qu’une simple croix.  Le svastika décrit l’apparition de la force explosive de l’univers.  Cette force primordiale qui produisit la période inflationnaire à l’origine de l’univers.  Selon le svastika, l’univers, à ses débuts, ayant atteint la limite de sa vitesse de rotation, s’est déchiré et a explosé en créant la profondeur, tout en inversant le sens de rotation et c’est alors que la flèche du temps s’élança vers le futur.

         L’histoire qui précède l’apparition de cette force explosive, que nous appelons la force électromagnétique, nous est racontée par un autre dessin, celui représentant le Yin et le Yang.  Époque où le sens de rotation se faisait dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, lorsque l’univers n’était qu’une surface à 2 dimensions.  Il était alors un univers de Pensée.

         Il peut sembler inapproprié, à première vue, de qualifier cet univers comme une pensée, mais je ne connais rien d’autre qui soit effectivement immatériel.  Si vous connaissez quelque chose d’autre, vous pouvez très bien l’employer.  Évidemment, il existe bien quelques synonymes comme par exemple, «virtuel», mais un synonyme n’est pas «autre chose», c’est «la même chose» exprimée avec un mot différent.  Voyons donc alors ce que raconte le récit de l’hiéroglyphe Yin/Yang… au prochain article. 

 À suivre

                                                                                    Elie l’Artiste

30 pensées sur “À la recherche de la science secrète du Seigneur(14) Le Svastika positif.

  • avatar
    19 septembre 2010 à 8 08 37 09379
    Permalink

    Je pense que tout ceci est beaucoup trop ésotérique pour signifier une vraie approche scientifique. Car, on le voit bien, vos interprétations sont ouvertes à tous les possibles, c’est un phénomène bien connu dans l’ésotérisme et l’imaginal. On peut tout faire dire aux signes, en l’absence des discours et des interprétations valables à leur époque trés-antiques et que nous ne connaissons pas.

    Répondre
    • avatar
      19 septembre 2010 à 10 10 02 09029
      Permalink

      Il me semblait bien que votre pseudo me disait très vaguement quelque chose, mais je n’imaginais pas que vous étiez un « envoyé spécial ».

      Bonne continuation, ésotérique faute d’autre chose.

      Répondre
  • avatar
    20 septembre 2010 à 20 08 00 09009
    Permalink

    @ Damian West.

    Vous prenez ce que vous voulez. Je ne me contente de donner l’information.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    20 septembre 2010 à 20 08 30 09309
    Permalink

    @ Damian West,

    Pouvez-vous me dire ce qu’il y a d’ésotérique dans le svastika?

    N’en a-t-on pas trouvé d’inscrit dans les cavernes? Et celles-ci ne sont-elles pas différentes de la croix nazi?

    Ne démontre-t-elle pas une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre?

    Rien d’ésotérique dans tout ça; en tout les cas, pas à mes yeux.

    Moi je veux bien que vous fassiez des affirmations, si vous le voulez; mais il faudrait les « étoffer » un tout petit peu. Vous ne croyez pas?

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      20 septembre 2010 à 21 09 11 09119
      Permalink

      Veuillez m’excuser, je viens de me rendre compte que le nom est : Demian West

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
      • avatar
        23 septembre 2010 à 11 11 49 09499
        Permalink

        C’est un phénomène connu pour les historiens, qu’on ne peut absolument pas savoir ce que signifiaient le sens des symboles, surtout dans les Mystères. Et la svastika était un symbole important dans ces écoles. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’en sanskrit elle signifie « su-asti-ka » c’est-à-dire « ce qui est favorable » soit la chance.

        Répondre
        • avatar
          23 septembre 2010 à 11 11 51 09519
          Permalink

          Tout le reste est conjecture ajoutées par des siècles de groupes ésotériques qui ont créé des systèmes qui n’ont plus rien à voir avec le sens originel.

          Par exemple, on s’interroge encore sur le vrai sens à donner aux images dans Lascaux. Et c’est raison, car aucun des hommes contemporains ne saurait se mettre dans la peau d’un homme de cette époque totalement différente de la nôtre. Leurs esprits voyaient le monde d’une façon qui a été définitivement perdue.

          Répondre
          • avatar
            23 septembre 2010 à 13 01 08 09089
            Permalink

            « on s’interroge encore sur le vrai sens à donner aux images dans Lascaux.  »

            Évidemment qu’on le fait! Surtout si on veut étoffer l’opinion d’un rituel religieux.

            Par contre, un bison dessiné sur un mur de Lascaux est , sans contredit possible: un bison. Et s’il a un « soleil » entre les cornes (peut-être pas à Lascaux, mais il en existe ailleurs) il ne représente pas un bison encornant le Soleil, mais une connaisance du cycle lunaire: lune ascendante (corne de gauche), Lune pleine (cercle entre les cornes), et decroissante (corne de droite). Des os avec inscription troubvés au même endroit confirme cette connaissance du cycle lunaire qui servait à définir des « dates ».

            André Lefebvre

        • avatar
          23 septembre 2010 à 13 01 03 09039
          Permalink

          « ce que signifiaient le sens des symboles, surtout dans les Mystères »

          Accepter un « mystère » est accepter l’ésotérisme; ce que je refuse. D’autant plus que je me demande qu’elles « écoles de mystères » pouvaient bien exister, dans le cavernes d’il y a 20,000 ans.

          « Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’en sanskrit elle signifie « su-asti-ka » c’est-à-dire « ce qui est favorable » soit la chance. »

          Le sanshkrit ne date pas plus que -2000 av J.C. Dire que le svastika signifie « ce qui est favorable » dénote la même signification qui pourrait être donné à un « principe » qui explique l’évolution d’une potentialité vers sa réalisation »; autrement dit : « favorable ». Et c’est exactement le qualificatif que ce svastika possède sur le zodiaque lorsqu’il représente « les quatre bras de Brahman (ou Brahma), les quatre bras du Fleuve d’Éden, les quatre sections du Taï Chi (jeune Yin, vieux Yin, jeune Yang, vieux Yang) Les quatres section du zodiaque grec: ÈRe d’ouranos, de Cronos, de Zeus et de l’Homme.

          « Tout le reste est conjecture ajoutées par des siècles de groupes ésotériques qui ont créé des systèmes qui n’ont plus rien à voir avec le sens originel. »

          Ces exactement ce que j’affirme et la source date de 20,000 ans donc, il y a eu des « ajouts » nous sommes d’accord, et ces premiers ajouts que l’on peut déterminer datent de -2000 avant J.C.

          Donc ce que vous citez comme « source » n’en est pas une, puisque le svastika existe 20,000 ans avant dans des cavernes. De plus le « Princvipe » en question existe chez les sumériens et les Égyptiens 1500 ans avant ce que vous considérez comme « source ».

          Je me permets donc de na pas être d’accord sur ce point.

          André Lefebvre

          Répondre
          • avatar
            23 septembre 2010 à 13 01 55 09559
            Permalink

            Tout le monde sait que c’est un symbole solaire immémorial. De là à en donner d’autres sens, il y a des imaginations que je n’ai pas. Je suis historien et l’histoire est une chose trop sérieuse, pour la confier à des personnes qui pensent qu’un soleil entre des cornes de taureau serait un calendrier avec plein de fonctions croissantes et décroissantes. Le taureau symbolise la fertilité et la force, c’est l’évidence, pour le reste vous imaginez. Montrez-nous les textes originaux donc d’époque qui disent vos explications lunaires de trop plein de lunes et couleuvres.

  • avatar
    23 septembre 2010 à 19 07 23 09239
    Permalink

    Premièrement ce n’est pas un Soleil, c’est un cercle. Si j’ai employé le mot Soleil c’était pour souligner l’interprétation « gratuite » de certaines « sommités ». Comment un cercle peut-il être un Soleil indiscutablement? Ne peut-il pas être une Lune pleine?

    Par contre, cette signification différente de ce cercle entre deux cornes courbées en sens contraire, l’une vers l’autre, représentant les phases de la Lune n’est malheureusement pas de moi, mais d’une « spécialiste » des inscriptions et peintures des cavernes préhistoriques.(Dont je ne me rappelle pas le nom malheureusement). Mais nul n’en est besoin, les phases Lunaires représentées par ce dessin est beaucoup plus évident et raisonnable qu’une représentation du Soleil ne signifiant absolument rien. Ce qui n’enlève pas la signification de fertilité et de force au tauteau. J’espère que vous savez, comme historien, que ce que vous appelez « le culte Lunaire » a précédé, dans la préhistoire, celui du « culte solaire »?

    André Lefebvre

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    24 septembre 2010 à 6 06 59 09599
    Permalink

    Je ne suis pas là pour faire étalage de mes connaissances. Mais sachez que j’ai conscience d’avoir tout appris de maîtres qui m’ont enseigné, et que jamais je ne présenterai une explication sans en donner les références avec les noms, pour que le lecteur sache que je ne me moque pas de lui, ou que je me prendrais pour je ne sais quel gourou prêt à changer l’ordre du monde et des savoirs juste pour imposer sa tête et ses caprices à des adeptes ignorants.

    Répondre
  • avatar
    24 septembre 2010 à 7 07 50 09509
    Permalink

    C’est probablement là la différence. Je ne crois pas qu’il existe vraiment des individus ignorants. Je pense plutôt qu’il existe des individus possédant des connaissances différentes.

    Quant aux « références avec des noms », les spécialistes en question fournissent chacun leur propre interprétation avec laquelle je ne suis pas en accord.

    De plus, si nous prenons l’interprétation officielle en regard de l’Égypte par exemple, les « sommités » ne sont pas d’accord en plusieurs points , surtout au niveau des datations. Je ne peux donc pas choisir une référence parmi ces différentes données. Ce qui n’efface pas le fait qu’ils soient des « maîtres » et que je sois un amateur.
    Par contre, je suis peut-être animé de la même passion et du même désir de trouver que celui de Schliemann qui était un amateur lui aussi.

    Peut-être que la passion pour un sujet est plus prolifique qu’un certificat assurant posséder les mêmes opinions que ses prédécesseurs. C’est à être jauger par chacun.

    Une chose est certaine,je ne me moque de personne puisque je laisse chacun de vous, décider par lui-même ce qui est plausible et ce qui ne l’est pas. Je n’enseigne absolument rien ici. Je ne fais que de fournir des informations quant à la logique possible des événements selon moi. Votre opinion finale sur le sujet ne m’intéresse pas tellement. Par contre, vos objections me passionnent puisqu’elles représentent cette différence que je respecte énormément; en fait autant que je respecte ma propre différence.

    Je ne cherche pas à influencer l’opinion de personne; par contre, je me suis rendu compte, à la fin de mes travaux que ma vision de l’histoire (car tout n’est qu’histoire en réalité) éliminait les raisons qui font que les humains ne se respectent pas entre eux et que plusieurs d’entre eux acceptent d’être des demi-portions face à une illusoire « self made » élite irrationnelle mais objective. Peut-être que certains feront la même constatation à la lecture de mes travaux? C’est pourquoi je les présente.

    La réalité humaine, selon moi, est que chacun possède des aptitudes différentes qui se doivent d’être reconnues et respectées. Pour prendre un exemple radical et simple, un médecin n’est pas plus respectable individuellement qu’un vidangeur. D’ailleurs tous ont besoin du vidangeur continuellement; ce qui n’est pas le cas pour un médecin. (Ceci n’est qu’un exemple fictif et prit au hasard. Si cet exemple s’applique à quiconque, cela ne peut être qu’un coïncidence).

    Quant au gourou, vous ne vous adressez pas à la bonne personne. Heureusement pour vous, il semble y en avoir un qui se soit manifesté dernièrement. Je ne vous révélerai pas ce que je pense des gourous quels qu’ils soient.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre
    • avatar
      24 septembre 2010 à 8 08 25 09259
      Permalink

      Je vous comprends bien et je connais assez ce phénomène parce qu’il se répète. Sur Agoravox, il y a un phénomène identique. Un certain Mourey s’est instruit tout seul et avec un certain succès en étudiant beaucoup d’ouvrages. Mais, par un défaut bien installé en son esprit, il n’a pas voulu faire d’études d’historien. Donc, il n’a pas étudié l’essentiel qui est la méthodologie. Car comme lui, vous dites donner des informations, quand il s’agit d’opinions personnelles. Et c’est le contraire d’une analyse rationnelle d’historien. L’histoire n’est pas une science de l’imaginaire, c’est une science qui part de témoignages passés au crible et de faits vérifiés. Tout le reste n’est que bavardage et fantasmagorie très intéressante et amusante. Mais quand on veut savoir, il faut se reposer sur du solide, sinon la baraque s’effondre avant d’avoir été bâtie.

      Répondre
      • avatar
        24 septembre 2010 à 17 05 40 09409
        Permalink

        « Car comme lui, vous dites donner des informations, quand il s’agit d’opinions personnelles. Et c’est le contraire d’une analyse rationnelle d’historien.  »

        Si je comprends bien, vous me dite que lorsque je fournis l’information que le mot « Horus » ne signifie pas « dieu », je donne mon opinion personnelle. Et pourtant c’est Maspero lui-même qui signifie que même si ce mot est traduit par « dieu », la réalité est qu’on a perdu sa vrai signification depuis très longtemps.

        Que puis-je dire de plus? Si vous voulez vous en assurer, il vous faudra chercher comme moi. Et c’est la même chose pour le mot « elohim » ou « Lugal-E ».

        C’est également la même chose pour les « bateaux célestes » de Kramer qui sont, selon lui, des barques appartenant au temple, employées par les « Puissants » supérieurs aux hommes pour se promener. Je veux bien être objectif mais pas au dépend de la rationalité (raison).

        Si vous vous déplacez pour aller vivre au milieu de l’Amazonie, avec tout votre attirail sophistiqué, il est fort possible que les indigènes vous qualifient de « supérieurs aux hommes » puisque pour eux, les hommes normaux technologiquement sont eux-mêmes.

        amicalement

        André Lefebvre

        Répondre
        • avatar
          24 septembre 2010 à 17 05 51 09519
          Permalink

          C’est quand vous niez que les Dieux représentaient les forces naturelles fondamentales que vous tombez dans l’opinion personnelle.

          Et l’histoire a évolué depuis Maspero.

          Vous dites que vous rassemblez des connaissances disparates pour en donner le sens que tout le monde attendait. Et ce n’est possible, si je considère que vos seules explications sont des copier/coller de Wikipédia. J’attends plutôt de vraies communications universitaires ou de textes théoriques de très haute volée, pour une telle quelle ambition que n’oserait aucun grand professeur de toutes les disciplines que vous prétendez avoir avalées comme du petit lait. J’ai le droit de douter de vos connaissance quand vous prétendez dire le tout de l’affaire sans même me donner une garantie universitaire. Ce qui serait la moindre des choses.

          Regardez Mourey qui place l’Atlantide où il veut bien la coucher, et il est certain que ses textes sans preuves font mouche…chez les crédules certainement.

          Répondre
          • avatar
            24 septembre 2010 à 22 10 22 09229
            Permalink

            « C’est quand vous niez que les Dieux représentaient les forces naturelles fondamentales que vous tombez dans l’opinion personnelle »

            Évidemment! Vous ne m’apprenez rien là! Sauf que les anciens textes Sumériens et Égyptiens ne parlent jamais de « dieux ». Ils parlent « d’êtres supérieurs aux hommes ». Conséquemment, cette notion de « dieux » qui leur est attribuée est inexacte et est la projection d’une notion qui appartenait aux premiers archéologues.

            Cette notion installée, on a fait des découvertes subséquentes dans des cavernes où, aussitôt qu’on ne comprenait pas le sens de quelque chose, cela devenait une « culte » quelconque qu’on attribuait aux hommes de ces cavernes. Toutes les découvertes archéologiques furent ensuite emprisonnées dans cette notion de croyance en des dieux.

            Comme si un groupe d’hommes préhistoriques, faisant un énorme feu à l’entrée de la caverne pour se protéger des tigres à dent de sabre, rêvassent nonchalamment en songeant à un supposé « dieu » responsable de la pluie et du vent.

            Il faudrait que ceux qui croient ça aillent passer un mois en pleine forêt, loin de tout, là où il y a des carnassiers. Ils comprendraient que lorsque la noirceur s’installe, on ne voit pas plus loin que le feu et on entend tous les écureils de la forêt. Donc, on ne rêvasse pas; on est plutôt stressé.

            « Et l’histoire a évolué depuis Maspero. »

            Vous trouvez? On apelle encore Horus un « dieu ». Ce n’est pas une très importante évolution je trouve.

            « Vous dites que vous rassemblez des connaissances disparates pour en donner le sens que tout le monde attendait. »

            Merde! Ne me dites pas que je vais être obligé à tout relire pour trouver là où j’ai écrit que tout le monde attendait ces écrits???

            « …que n’oserait aucun grand professeur de toutes les disciplines que vous prétendez avoir avalées comme du petit lait. »

            Si vous croyez que de chercher pendant quarante ans, parce que je trouve le sujet passionnant, est « d’avaler comme du petit lait », vous ne faites certainement pas du syncronisme!

            « J’ai le droit de douter de vos connaissance quand vous prétendez dire le tout de l’affaire sans même me donner une garantie universitaire. Ce qui serait la moindre des choses.  »

            Laisez-moi vous dire que même si je vous donnais quinze garanties universitaires, vous auriez le droit et même le devoir envers vous-même de douter de ce que je dis. Quant à douter de mes connaissances, je me demande comment cela puisse vous tracasser à ce point, puisque tout ce que vous avez à faire est d’en virifier l’exactitude. À moins que vous soyez de ceux qui « gobent » tout sans vérifications personnelles? Mais je ne crois pas que ce soit le cas.

            « Regardez Mourey qui place l’Atlantide où il veut bien la coucher, et il est certain que ses textes sans preuves font mouche…chez les crédules certainement. »

            Mourey? Connais pas. Et s’il place l’Atlantide à la sortie des colonnes d’Hercule, il a raison c’est là que la seule personne(et Platon est cette seule personne de l’univers) qui ait parlé de l’Atlantide l’a situé. Reste à prouver que l’Atlantide a vraiment existé. Ça c’est une autre paire de manche.

            Amicalement

            André Lefebvre

        • avatar
          24 septembre 2010 à 17 05 52 09529
          Permalink

          Quant à m’instruire tout seul, disons que j’ai eu la base normale de tous. C’est à dire avant « spécialisation ».

          Par contre, il est heureux que j’aie fait le reste tout seul. Pour vous donner un simple exemple, la Physique et l’Astrophysique actuelle se dépêtre d’un cul de sac en « inventant » de toute pièce une « matière noire exotique » imaginaire et une « énergie sombre » indéfinissable et toute aussi imaginaire.

          La matière noire est inobservable tout autant que l’énergie sombre. Et vous me dite que la structure actuelle préserve de déviations de l’objectivité?

          Quant à la rationalité, il y a longtemps qu’elle a foutu le camp. Essayez d’imaginez une « gravitation qui repousse ». Faut quand même le faire!!! Vous ne croyez pas?

          Amicalement

          André Lefebvre

          Répondre
          • avatar
            24 septembre 2010 à 17 05 56 09569
            Permalink

            Quand vous ne comprenez pas, vous pensez que les autres sont paumés. Tout ce que vous mettez en question dans la Physique ou l’Astrophysique c’est ce que vous n’avez pas saisi. De là à apporter vos réponses ou vos solutions sur de telles bases de preuves ou de calculs, il y a un monde d’Astrophysique. Redevenez un peu humble. Car j’ai bien l’impression que vous imaginiez le silence après vos article comme un succès, et que nul ne vous avait vraiment répondu jusque-là.

          • avatar
            24 septembre 2010 à 18 06 07 09079
            Permalink

            J’ai lu vos textes. C’est ce qu’on appelle du syncrétisme. Il s’agit d’auteurs comme vous, qui lisent un peu de tout sans jamais approfondir rien. Et ils s’amusent à faire des sortes de mélanges de théories et, tout comme avec la symbolique des chiffres, ils font dire n’importe quoi ou ce qu’ils veulent aux assemblages qu’ils réalisent.

          • avatar
            24 septembre 2010 à 21 09 53 09539
            Permalink

            « Quand vous ne comprenez pas, vous pensez que les autres sont paumés. »

            Vous croyez ça? Vous n’ètes pas au courant de la lettre signée par une centaine de savants qui s’élèvent contre cette notion de matière noire et d’énergie sombre?

            « Tout ce que vous mettez en question dans la Physique ou l’Astrophysique c’est ce que vous n’avez pas saisi. »

            J’espère que la raison qui fait que vous soyez convaincu, est que vous, vous avez tout saisi ce que je n’ai pas saisi moi-même, et non parce qu’une majorité de savants disent que c’est exact. Sinon, vous devrez avouer que vous ne savez pas réellement de quoi vous parlez. Mais disons que vous avez épluché le sujet Physique/Astrophysique complètement et que vous ètes d’accord avec la notion de matière noire et d’énergie sombre. C’est votre droit et je ne crois pas que vous soyez paumé pour autant.

            Par contre, veuillez accepter que ce soit mon droit de ne pas être d’accord et de le dire. Par contre, vous vous ètes certainement rendu compte que je ne fais pas que le dire, j’explique pourquoi mon désaccord.

            Tout ce que je n’accepte pas, est que la Terre attire la Lune. Et même Newton ne le croyait pas lui non plus; sauf que c’était la seule explication, disponible à l’époque. J’imagine que vous savez qu’Einstein a prouvé que ce n’était pas exact en découvrant une explication plus précise?

            « Redevenez un peu humble.  »

            Ma foi! l’humilité d’autrui étouffe tout le monde. Il y a quelque chose que vous ne saisissez pas. Je vais essayé de m’expliquer.

            Une être humain fait face, normalement, à des questionnements auxquels personne ne parvient à répondre de façon satisfaisante. Ces questionnement peuvent porter sur une multitude de sujets.

            Trouver une solution satisfaisante à ces questionnements, pour un individu, devient une libération valorisante et permet d’atteindre une certaine sérénité dans sa vie. Je dis bien: valorisante lorsqu’on trouve la solution soi-même; il va sans dire. Accepter la solution d’une autre personne ne donne pas grand chose évidemment.

            Donc, tout comme Newton, heureux d’avoir trouvé une solution à son problème, même s’il convenait qu’une force magique sans appui matériel pour agir jusqu’à l’infini n’était certainement pas la solution. Il se senti valorisé personnellement d’avoir trouvé une explication « qui marchait ».

            C’est exactement la même chose pour tous les individus face à leurs questionnement. Je fournis mes solutions à mes questionnement et si vous ne les acceptez pas, j’en suis heureux pour vous, car vous n’aurez pas à prendre la responsabilité de mes propres solutions si vous ne les adoptez pas.

            Vous avez lu mes textes. Bravo! Et ce que vous en avez tiré c’est que je fais du « syncrétisme ». Encore bravo à vous!

            Maintenant, lors de la lecture de mes textes avez-vous cherché à comprendre ce qui est écrit ou si vous avez cherché seulement à m’analyser?

            Parce que le détroit du Bosphore se créa evers 5,500 av J.C., Ce fut l’époque d’une poussée civilisatrice extraordinaire partout autour de la Mer Noire et dans le croissant fertile; que tous les archéologues vont vous confirmer. Ajoutons que selon l’inscription dans le temple de Sethy Ier, l’arrivé des « Horus » se fit en 5,300 av J.C.

            En Égypte , à cette époque, on se rend compte d’une « influence » Mésopotamienne en Égypte.

            Avec ces seules informations, il est préférable de faire un peu de recherche sur la possibilité de liens entre ces événements si on veut parvenir à comprendre l’histoire.

            Mais, celui qui n’a pas de collège (au sens secte)pour l’appuyer, lorsqu’il dégote des liens possibles, fait du syncronisme. Ça ne me dérange pas beaucoup puisque ce n’est pas une maladie très grave.

            Tout ce que je peux vous dire est, comme vous dites que les écrits de personnes comme moi sont amusantes, he bien amusez-vous à les lire et profitez de l’occasion pour vérifier si je ne ferais pas erreur en faisant mon syncronisme. S’il n’y a pas d’erreurs, vous vous amuserez beaucoup plus et j’aurai fait un homme heureux.

            Amicalement

            André Lefebvre

          • avatar
            26 septembre 2010 à 3 03 54 09549
            Permalink

            Ne vous inquiétez pas. Quand je fais semblant d’éreinter un auteur, et s’il est intelligent, il comprend vite que je lui fais plus de publicité qu’une défaite en rase campagne. C’est un peu ma réputation et elle me vient de grandes entreprises que le net n’a pas oubliées. Si j’ai pris la peine de vous bousculer un peu, c’est que vous avez retenu mon attention d’artiste avide de nouveautés. Ceux que je ne vois pas sont les absents.

          • avatar
            26 septembre 2010 à 8 08 37 09379
            Permalink

            😀 😀 😉

            Il y a longtemps qu je voulais vous faire remarquer cet apport de publicité; mais je retenais cet argument à cause de l’efficacité de vos interventions. 😉

            Merci beaucoup et j’ai bien peur que vous aurez du travail d’historien à faire dans l’un des prochains articles qui m’a donné du fil à retordre lors de l’implication de « l’aiguille des secondes ». Peut-être pourrez-vous y mettre votre « grain de sel », ou du moins corriger les erreurs si elles s’y trouvent.

            Merci d’avance

            André Lefebvre

          • avatar
            26 septembre 2010 à 8 08 53 09539
            Permalink

            J’avais remarqué d’emblée dans le premier de vos articles que j’ai lu, votre humour assez fin et finalement très dangereux, car il fait avaler la médecine qui est parfois un poison, disons un gaz hilarant.

            Je pense que vous ne vous prenez pas tant au sérieux, et c’est ce que je préfère chez un auteur. C’est si rare. C’est ce sérieux qui flingue les institutions ou les chefs et au plus haut degré.

            Si vous gardez votre humour, je vous promets de vous lire encore et de dire tout le mal que je pourrais de vos extravagances pour que tout le monde les remarque bien. C’est ainsi que va notre époque. Dites du bien de quelqu’un et il sombre dans l’anonymat de la troupe peignée dans le sens du poilu.

  • avatar
    26 septembre 2010 à 10 10 19 09199
    Permalink

    Quel plaisir rassurant de détenir la promesse de faire démolir ses extravagances. 😀 (Y)

    C’est une promesse de jouissance intellectuelle de laquelle je vous remercie d’avance. (F)

    Disons que je deviens sérieux seulement lorsque j’écris douter de ce que j’affirme. ;-(

    Amicalement et bonne journée à vous.

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    31 octobre 2010 à 14 02 53 105310
    Permalink

    @ l’Artiste
    Comme vous pouvez le constatez, j’ai déjà bien avancé dans la série.

    J’aurais sans doute des questions ou commentaires à faire sur quelques articles de cette série. De peur de poser des questions et trouver la réponse dans le prochain, je préfère donc poursuivre ma lecture.

    Sauf qu’ici même, je ne peu me retenir plus longtemps.

    Extrait:
    Compilons nos données sur le Zodiaque :

    1 minute = 60 secondes

    1 heure = 60 minutes ou 3,600 secondes

    1 journée = 24 heures ou 1,440 heures ou encore, 866,400 secondes.

    360 jours = 1 année zodiacale (ajustement hors Zodiaque de 5 ¼ jours pour obtenir une année solaire.) ou 219,600 heures.

    Ma réflexion qui est aussi une question:
    (Réflexion genre de la grand-mère de l’archéologue italien qui avait trouvé un vase troué à faire du fromage pensant que cela servait à rite religieux. Ou réflexion complètement dans le champs avec les vaches de votre grand-père.)

    So what: :-$

    Si le temps passé d’une seconde (actuelle) serait 1,46% plus long (tempo plus long), nous aurions donc dans 1 minute, le temps que prendrait ainsi 60,876 secondes actuelles. De sorte que le jour aurait 24 heures, mais en équivalence de 24.35 heures. Et l’année aurait 360 jours mais le même temps passé que les 365,2425 jours actuels. 😉

    Ne serais-ce pas plus simple que de modifier nos calendriers ? :-S
    Modifions la longueur du temp !! (I)

    Répondre
  • avatar
    31 octobre 2010 à 15 03 12 101210
    Permalink

    @ l’Artite

    Oubli ça, je viens de me rendre compte que le soleil se lève 365 fois dans l’année. (@)

    J’étais donc dans le champs avec les vaches de grand-papa. (C) (C) (C) (C)

    Répondre
    • avatar
      31 octobre 2010 à 21 09 22 102210
      Permalink

      Reste pas là, le boeuf s’en vient.

      C’est une autre série d’articles que je prépare qui s’appelle :

      Les souliers de beu (boeufs)) 😉

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre
  • avatar
    1 novembre 2010 à 4 04 23 112311
    Permalink

    Et bien l’artiste ! Total respect . Et merci .Cdt .
    TK.

    Répondre
    • avatar
      16 novembre 2010 à 8 08 27 112711
      Permalink

      Bienvenu TK.

      Je n’avais pas vu ton commentaire. Excuse-moi.

      Amicalement

      André Lefebvre

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *