À la recherche de la science secrète du Seigneur(4) Rien ne va plus!!!

(suite)

       Le sergent se replongea dans ses notes et tenta de comprendre un peu plus les données qu’il avait accumulées.  En fait, ce n’était pas tellement compliqué, mais ce qui le surprenait le plus, c’était cette similarité qu’il découvrait entre les 4 bras de la science défendue de la Genèse, les 4 bras de Brahman et les 4 séparations des Ères du Zodiaque grec.  De plus en plus, il entrevoyait la possibilité que les différentes données de chacune des civilisations anciennes expliquaient la même science qui devenait, de plus en plus… de moins en moins secrète.

       Mais un détail ne coïncidait pas du tout.  Ce détail était le 1er mouvement : celui de Atman qui se sépare en entité male et femelle.  Il voyait bien les séparations temporelles du calendrier, mais rien qui puisse expliquer cette séparation de l’unité primordiale en dualité.  Il savait bien que si ce détail n’était pas réglé, tout ce qu’il pourrait trouver plus tard pourrait être inutile et surtout, susceptible de mésinterprétation de sa part.

       Il perdit le reste de l’après-midi à lire tout ce qu’il put trouver sur le Zodiaque.  Il se rendit compte que rien de vraiment objectif ne faisait surface lorsqu’on fouillait les informations à ce sujet.  On passait, généralement, tout de suite à l’Astrologie.  Ce qui ouvrait la porte à toutes sortes de spéculations inimaginables.  Il décida de trouver l’origine de l’Astrologie.

       Rapidement, il apprit qu’on avait tendance à faire remonter la base de l’Astrologie à l’époque des Chaldéens.  De là, cette «science» serait passée en Égypte, puis en Grèce et ensuite en Italie pour, finalement, s’étendre à toute l’Europe et suivre en Amérique.

       Il rechercha l’origine des Chaldéens.  Il découvrit alors que l’Astrologie naquit à Babylone, vers -1 200 av.J.C.  Auparavant, on pratiquait plutôt la divination sur les foies, le vol des oiseaux, etc.        C’est tout ce qu’il put trouver durant tout l’après midi.  D’avoir tant lu ces histoires compliquées et abracadabrantes, il arriva chez lui, épuisé.

– Allo tout le monde !  Je suis là !

– Allo papa !  Tu viens jouer avec nous ?

       Ses deux enfants s’accrochèrent à ses jambes posant leurs pieds sur le dessus de ses souliers.  Il se mit à marcher comme un automate et alla embrasser sa femme.

– Bonsoir chérie.  Excuse-moi je suis parti un peu tard du bureau.  Je me suis cassé la tête toute la journée.

– Ton souper est dans le frigo.  Tu n’as qu’à le mettre au micro-onde.

– Hum !  Les jours se suivent mais ne se ressemble pas. Comment a été ta journée ?

– Pas tellement bien.  J’ai eu des crampes tout l’après-midi.  Et toi, ça été ?

       Le sergent comprit tout de suite que mieux valait être de bonne humeur et ne pas trop démontrer son épuisement.

– Excellente journée, Chérie.  Est-ce que je peux te préparer quelque chose ?  Un thé ?  Une tisane ?

– Non merci; laisse-moi seulement souffler un peu et amuse les enfants.

       Le sergent automate se rendit jusqu’à la cuisine et prépara son assiette.  Les enfants lui racontèrent leur journée pendant qu’il mangeait.  Il semblait s’y intéresser au plus haut point, même si cette journée des enfants était presque identique à celle qu’ils lui avaient raconté la veille.        Revenu au salon les enfants s’élancèrent sur le divan où sa femme se reposait.

 – Maman, maman !  Nous avons fait la vaisselle avec papa !

       Ils sautèrent pour s’asseoir de chaque côté de leur mère qui les serra près d’elle.

– Merci mes petits.  C’est très gentil.  As-tu trouvé quelque chose de neuf sur ton dossier chéri ?

– Ouais, quelques petits détails sans vraiment d’importance.  J’ai des difficultés avec l’unité primordiale qui devient dualité.  Mais je trouverai bien.  On ne parlera pas boulot ce soir.  Tu es trop fatiguée et je ne veux pas t’embêter avec mes problèmes de travail.

– Quel problème ?  La dualité dont tu parles, c’est le Yin et le Yang.

– Le yin et le Yang ?  Mais c’est chinois ça.  Ce n’est pas Hindou ?

– Ce n’est pas Hindou, mais c’est quand même la dualité.  Écoute; moi je ne dis ça que pour t’aider.  Si ça ne t’intéresse pas…

– Non, non !  Tout ce que tu m’as dit jusqu’à maintenant est ce qu’il y a de mieux dans mon dossier.  Tu dois avoir encore raison pour le Yin et le Yang.

– Évidemment !  Ça te surprend ?

– Rien ne me surprend plus de toi, Chérie.

– Dans ce cas, je ne te dis plus rien.  Ça ne vaut pas la peine.

– Je veux dire que tu es la plus intelligente que je connaisse, mon amour.

– Et les autres que tu ne connais pas ?

– Chérie, je ne les connais pas, mais elles ne sont sûrement pas mieux que ma femme.

– T’as intérêt !

– Je t’aime mon amour.

– T’as tout autant intérêt !

       Le sergent parvint à traverser la soirée sans trop endommager leur relation conjugale.  De toute façon, il savait d’expérience que l’hypersensibilité de sa femme ne durerait que quelques jours.  Le lendemain, au bureau, la première chose qu’il fit fut de se lancer dans des recherches sur le Yin et le Yang.

       Yin signifie : «nuages roulant dans le ciel». C’est le principe féminin avec tout ce qu’il comporte d’intériorisation, de réceptivité, d’abandon au mouvement.

       Yang, en revanche, signifie : «étendard qui flotte au soleil».  C’est l’aspect mâle d’un danseur en pleine action, l’extériorisation, l’expansion.

       Yin et Yang sont 2 emblèmes riches de sens qui représentent des catégories sexuées, mâle et femelle.  Indissociables, car complémentaires et alternants, chacun d’eux s’exprime à son tour et en totalité.

       Lao Tseu disait: «Yi Yin, yi Yang, tche wei Tao.»

       «Tout Yin, tout Yang, c’est le Tao.»

       Selon la philosophie traditionnelle chinoise, le Yin et le Yang sont 2 principes cosmiques primitifs de l’univers.  Yin est le principe féminin, passif.  Yang est le principe masculin, actif.

       Selon la légende, l’empereur chinois Fu Hsi a affirmé que le meilleur état de chaque chose dans l’univers était un état d’harmonie représenté par un équilibre de Yin et de Yang.

       Le Yin et le Yang sont aussi représentés par ce qu’on appelle le Tai-Chi.  Il s’agit d’un cercle symbolisant l’univers.  Dans ce cercle, la partie noire représente le Yin, la partie blanche représente le Yang.

       L’origine du Yin et du Yang s’associe avec le Taoïsme qui est apparu vers 500 ans av.J.C.  Dans le Taoïsme, le Tao représente «la Voie», «le Cheminement».  Il est l’origine des choses et représente l’ultime réalité.  Selon le Taoïsme, le bonheur s’atteint en flottant dans le courant du Tao qui est le débit naturel de l’univers.  Ce concept ne possède pas de «dieux».  Il représente un constant déséquilibre qui tend vers l’équilibre.  L’équilibre est «Harmonie».

       Tout en retraçant une similitude entre l’implication du concept «Bonheur» découlant de l’équilibre entre le Yin et le Yang, et, celui de la science du Bonheur et du Malheur, le sergent découvrit également que le Tai-Chi était composé du vieux Yin, du jeune Yang, du vieux Yang et du jeune Yin.  Il se rendit compte que le Tai-Chi était, lui aussi, séparé en 4 parties et démontrait un «écoulement temporel» successif des âges. Le Tai-Chi représentait, tout comme le Zodiaque grec, une succession de périodes.  Suite à cette prise de conscience, le sergent se laissa glisser dans une «rêvasserie» qui lui donnait l’apparence d’être sous hypnose.

– Eh bien sergent; ça avance cette enquête ?

       Il sursauta et répondit : – Absolument pas du tout, lieutenant.  Rien de valable depuis hier.

– Comment ça ?  Tu n’es pas allé dormir chez toi hier soir ?

– Que voulez-vous dire, lieutenant ?  Évidemment que je suis allé dormir chez moi hier.

– Dans ce cas, je ne comprends pas.  D’habitude, lorsque tu vas dormir chez toi, tu reviens le lendemain matin avec des informations qui font bondir ton enquête.  Tout va bien avec ton épouse ?  Pas de problèmes conjugaux ?

– Tout va très bien chez moi, lieutenant.  C’est gentil de vous informer.

– La santé des enfants, aucun problème ?

– Les enfants sont en pleine forme, lieutenant.  Ma femme est un peu fatiguée mais ça devrait se replacer d’ici quelques jours.  Il n’y a vraiment rien d’inquiétant.  Merci, lieutenant.

– Personnellement, sergent, quand ma femme ne va pas bien, je lui fais parvenir un bouquet de fleurs.  Ça l’aide à récupérer.  Je ne comprends pas pourquoi, mais ça fonctionne.  Bonne journée, sergent; on revoit ton enquête demain matin dans mon bureau.  Sois ici à 7hr 30.

– Compris, lieutenant !

       Après réflexion, le sergent décida que l’idée n’était vraiment pas mauvaise et fit livrer un bouquet de roses à la maison avec une petite carte disant : «Je pense à toi ma chérie».  Ça ne pouvait sûrement pas nuire à la santé de sa femme, convint-il.

       Le reste de l’après-midi fut consacré à étudier ce sigle du Yin et du Yang.  Tout ce qu’il y voyait était un petit moteur blanc qui faisait tourner la goutte noire dans le sens des aiguilles d’une montre.  Le moteur noir faisait la même chose avec la goutte blanche. Ça n’expliquait absolument rien du tout.

       Il se rendit compte que cette «science» n’était pas autre chose qu’une hypothèse sans fondement logique quel qu’il soit.  Pour «comprendre» la philosophie du Yin et du Yang, il fallait absolument admettre, de prime abord, que tout tourne dans le sens des aiguilles d’une montre et surtout, que la «dualité» Yin/Yang devait être considérée comme une donnée factuelle sans explication logique quant à son origine.  Il fallait accepter que l’unité Atman se fût transformée en dualité Yin et Yang sans aucune raison valable; il ne pouvait s’y résoudre parce que cette origine de la dualité devenait un dogme de Foi.  Les dogmes de Foi n’étaient vraiment pas une des caractéristiques de son esprit de sergent enquêteur.  Cette maudite enquête ne menait nulle part.  L’ancienne science originelle n’était que du charabia appuyé sur une superstition.

       À bout de patience, complètement dégoûté, il referma le dossier d’un claquement sec. Il était 15.30hre et décida de quitter le bureau.  Il avait perdu assez de temps avec cette connerie.  Demain, il remettrait le dossier au lieutenant en lui disant que l’enquête aboutissait à un cul de sac comme toutes les données touchant la religion.  Il demanderait d’être transféré sur une autre enquête comportant des désaxés normaux qu’il pouvait comprendre.

       Il monta dans son auto.  Quelques instants plus tard, il se glissait dans le flot de voitures qui semblaient toutes se diriger vers chez lui.

       Ce détail ne l’inquiétait pas du tout; ce n’était que l’apparence des choses et il le savait.  Personne d’autre que lui ne stationnerait dans son entrée privée.

       Aussitôt qu’il s’approcha de la porte d’entrée, celle-ci s’ouvrit d’elle-même.  Sa femme, toute souriante, lui sauta au cou.

       Sa mauvaise humeur disparut comme par enchantement.  Il laissa tomber sa mallette et enveloppant sa femme dans ses bras, l’embrassa.

– Eh bien !  Tu vas beaucoup mieux aujourd’hui, mon amour.

       Il prit sa femme par les épaules et la regarda :

– Bon dieu, que tu es belle ! 

       Celle-ci lui prit la main et l’attira à l’intérieur.

– Assieds-toi chéri; je t’apporte ta bière.

       Les enfants s’accrochèrent, comme tous les jours, à ses jambes en riant.

– Voyons les enfants !  Laissez au moins votre père se rendre à son fauteuil.  Vous aurez tout le temps de jouer avec lui tantôt.

       Le sergent prit ses enfants dans ses bras et se dirigea vers son «Lazy-boy».  En asseyant ses enfants sur chacun de ses genoux, il décida de se laisser porter par le flux du «Tao».  Peut-être était-ce vrai qu’il menait au bonheur.  À première vue, ça semblait indiscutable.

À suivre

                                                                 Elie L’Artiste

Une pensée sur “À la recherche de la science secrète du Seigneur(4) Rien ne va plus!!!

  • avatar
    21 août 2010 à 1 01 01 08018
    Permalink

    @ Minarchiste

    J’ai oublié de mentionner que le développement du sujet ira beaucoup plus loin que ce qui est présenté dans la première partie de Zeitgeist.

    On verra bien si l’intérêt subsistera.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *