À l’aide d’iode

À l’aide d’iode

Depuis quelques temps, on reparle de l’iode, Fukushima et Tchernobyl sont passés par là.

On sait que lors d’un accident nucléaire, il est conseillé de saturer ses glandes thyroïdes d’iode, afin d’empêcher la radioactivité de s’y déposer.

Mais ce que l’on sait moins, c’est que l’iode peut être aussi bénéfique dans un autre domaine, celui de l’agriculture.

La saison des champignons approchant, il n’est pas inutile de rappeler que, même s’ils sont classés parfois toxiques, mortels, sans intérêt culinaires ou comestibles, d’autres possibilités de classements existent.

En effet, on peut aussi les considérerr champignons à lamelle, à tube, ou sans lamelles ni tubes.

Mais on peut aussi les déterminer en champignons tueurs, champignons charognards et enfin champignons vivant en symbiose avec l’arbre qu’ils voisinent.

Il faut savoir que les arbres rejettent ce qu’on appelle des exsudats racinaires, en quelque sorte des excréments, les évacuants par leurs racines. lien

Or le champignon qui vit en symbiose avec l’arbre, vient se nourrir de ces exsudats, le débarrassant ainsi de ces rejets nuisibles à sa santé, puis quand le champignon meurt, l’arbre s’en nourrit à son tour.

Oublions les champignons « charognards » qui transforment les arbres morts en humus, et intéressons-nous aux champignons tueurs. photo

Lorsqu’ils ont attaqué un arbre, celui-ci a peu de chance de s’en sortir indemne.

Or, pour sauver un légume, ou un arbre attaqué par un champignon, il est possible d’utiliser l’iode.

L’iode est un oligo-élément indispensable à la fabrication des hormones thyroïdienne, hormones essentielles à notre santé tout au long de notre vie.

Le chimiste Bernard Courtois l’a découvert au 19ème siècle presque par hasard.

Ce n’est pas la première fois qu’une découverte primordiale n’est que le fait du hasard.

Suite au blocus commercial européen, Napoléon, privé de salpêtre indispensable à la fabrication de la poudre à canon, cherchait une solution de remplacement et Courtois tentait de tirer des cendres du varech des composés chimiques qui remplaceraient le salpêtre.

C’est ainsi qu’il découvrit l’iode.

Au début l’iode va être utilisé comme révélateur pour la fabrication des daguerréotypes, l’ancêtre de la photo, avant de l’être comme désinfectant. lien

Aujourd’hui, pour le fabriquer, on réduit les algues séchées en cendres, lesquelles seront concassées, lessivées, concentrées par évaporation, puis désulfurisées,afin d’obtenir une poudre noire, l’iode.

Une fois lavée et séchée, elle sera finalement sublimée et prête à l’emploi sous forme de paillettes.

Un manque d’iode provoque de la fatigue, de la déprime, des trous de mémoires, et de la prise de poids.

Par contre, trop d’iode peut entraîner de l’irritabilité, un amaigrissement, des insomnies…

L’iode se trouve donc dans les algues, mais aussi dans le poisson, les crustacés, le soja, les haricots verts et les laitages. lien

Comme on le sait, l’iode est aussi utile pour se protéger du cancer de la thyroïde, car en cas d’accident nucléaire majeur, outre tous les éléments radioactifs comme le césium, le plutonium, le strontium, etc., qui menacent notre santé, la contamination par l’iode radioactif représente un redoutable danger. lien

Pour combattre ce risque, la solution consiste à absorber au moins une heure avant l’arrivée de la pollution nucléaire, des pilules d’iode stable afin de saturer la thyroïde et d’empêcher la fixation de la radioactivité. lien

Lors de la catastrophe de Tchernobyl la négligence des autorités soviétiques a entrainé un nombre important de cancers de la thyroïde, et l’épidémie de cancers à été confirmée par l’OMS (organisation mondiale de la santé) en 1995.

D’ailleurs le professeur E.A.Netchaev du Ministère de la Santé à Moscou avait signalé que 2,5 millions de personnes avaient été irradiées dans la fédération de Russie, suite à Tchernobyl, et que 175 000 personnes vivaient encore dans les régions contaminées.

Il constatait une augmentation d’une forme très agressive de cancers de la thyroïde chez le petit enfant. lien

Au passage, les indignés ont une occasion de plus d’être en colère, en apprenant que la Cour d’appel de Paris, pratiquant une justice radio-passive, à décidé un non-lieu général concernant les retombées radioactives de Tchernobyl sur notre pays. lien

Décision qui réjouira surement le Pr Pellerin, lequel, toujours dans la désinformation, n’avait cessé de clamer « il n’y a pas lieu de s’inquiéter, c’est sans aucun danger pour la santé publique  », (lien) et rassurer Alain Carignon, qui lui faisait porter le chapeau. lien

Message transmis à tous ceux qui, suite à la catastrophe, en Corse et ailleurs, on hérité d’un cancer de la thyroïde.

Le Dr Fauconnier, lequel avait été l’un des premiers à dénoncer les retombées de la catastrophe sur la Corse (le reste de la France n’avait pas été épargné), scandalisé par cette décision, déclare : « les dégâts provoqués étaient connus au plus haut niveau de l’Etat. Je n’ai cessé depuis 1986 de réunir les preuves de la répercussion du nuage radioactif sur la Corse, elles sont irréfutables  ». lien

Mais revenons à nos champignons.

Les traitements préventifs traditionnels pour protéger les arbres des champignons prédateurs sont connus : bouillie bordelaise, purin d’ortie (lien) mais ont peut aussi utiliser l’iode.

Ce désinfectant (lien) est en effet capable de tuer bactéries, virus et champignons, (lien) et est d’autre part acceptée en « bio ».

Le « guide du routard » conseille même d’utiliser l’iode à raison de 5 à 10 gouttes par litre d’eau, afin de désinfecter une eau « peu sure ». lien

Serge Therrien est fondateur d’une petite entreprise spécialisée en alimentation animale, et aussi en fertilisants, tous à base d’algue.

Lors de l’apparition du mildiou, ce champignon qui s’attaque aux pommes de terre, et à d’autres légumes, (lien) Therrien a proposé de l’iode aux agriculteurs dont les cultures étaient menacées, et toutes leurs récoltes ont été sauvées.

Michel, un « kokopelliste », raconte aussi l’aventure de ce pommier qu’il a sauvé d’une mort certaine, suite à l’attaque d’un champignon, en utilisant des badigeonnages d’iode. lien

L’iode est aussi utilisé en complément alimentaire pour le bétail, sous forme d’EDDI (diiodure d’éthylènediammonium) lors de carences, et intervient même dans la fabrication des lampes halogène. lien

Mais il a une application beaucoup plus contestable, car c’est ce même iode qui permet de fabriquer de l’iodure d’argent, lequel est utilisé pour déclencher des pluies artificielles.

On se souvient que lors des Jeux Olympiques de Pékin en 2007, la Chine avait ensemencé les nuages avec des pulvérisations d’iodure d’argent, afin de provoquer des pluies torrentielles, lesquelles auraient permis de « nettoyer l’air ». lien

C’est le « bureau de modification météorologiques » qui s’était chargé de l’opération, et il n’en était pas à sa première, ni à sa dernière mission puisqu’en 2009, la dispersion de 133 petits bâtons de 5 gr d’iode d’argent avaient provoqué des chutes de neige catastrophiques. lien

J’avais relaté dans un article paru en novembre 2010, les problèmes rencontrés par une scientifique, Carmen de Jong, pour avoir dénoncé les graves conséquences liées à la production de neige artificielle, (lien) laquelle nécessite parfois l’utilisation d’iodure d’argent. lien

Or les iodures d’argents pourraient représenter un réel danger pour l’environnement, même si certains scientifiques le contestent, évoquant un risque négligeable. lien

Pourtant il semble bien que l’iodure d’argent ne soit pas si innocent que ça, considéré qu’il est comme extrêmement toxique pour les plantes et animaux aquatiques.

Un ensemencement de nuages régulier par l’iodure d’argent se traduira par un effet cumulatif dans les écosystèmes. lien

L’office de l’environnement Health and Safety UC Berkeley le définit comme composé inorganique non soluble et dangereux.

Beaucoup d’articles médicaux démontrent que l’homme absorbe l’iodure d’argent par la respiration et par la peau.

Une légère exposition peut causer des irritations, des lésions rénales et pulmonaires, et aussi provoquer une décoloration bleue de la peau.

Une sévère exposition peut entraîner une hémorragie gastro-entérite et une augmentation du rythme cardiaque. Lien

Y-aurait-il un lien avec les hécatombes mystérieuses en masse d’oiseaux et de poisson aux 4 coins du monde ? lien

L’avenir nous le dira peut-être.

Car comme dit mon vieil ami africain :

« La bonne solution est souvent la seule qui échappe aux spécialistes ».

L’image illustrant l’article provient de « sb-roscoff.fr »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *