Affaire DSK – Nafissatou Diallo: la femme vénale

par

La conversation téléphonique que la femme de chambre guinéenne Nafissatou Diallo qui accuse Dominique Strauss-Kahn de crimes sexuels a eue avec un détenu au lendemain des faits présumés, prouve qu’elle n’est pas à la recherche d’argent dans cette affaire, affirme son conseil Kenneth Thompson. La traduction de ces propos, difficile par rapport à l’utilisation du fulani, n’était pas limpide et posait quelques questions.

« Cette femme n’est pas claire. Comment elle a pu tromper son monde depuis des lustres ? D’abord, son entrée dans le territoire américain pose problème. Ensuite, dans la dialectique morbide de ses défenseurs, il y a comme un soupçon d’extorsion de fonds. A-t-on le tort d’être riche ? »

Les mots au dessus qui devaient accompagner la nouvelle charge contre Nafissatou Diallo (la musulmane Guinéenne immigrée comme ils aiment si bien le dire) sont désuets, caducs. « Affaire DSK- Nafissatou Diallo: femme vénale » est le titre qu’une certaine presse préparait secrètement. Ces derniers voulaient dès la sortie de l’audition de Nafissatou Diallo, hier, du bureau de Cyrus Vance jr., le procureur de New York, placarder en UNE. Si, si, ne vous étranglez pas d’angoisse, continuez de consommer vos pâtes aux truffes.

Échec et mat ! Gueule de bois, colère et tristesse. Cette femme n’est décidément pas ce qu’on croyait, au temps pour moi, ce qu’ils croyaient ou faisaient semblant de croire. Pire, la concentration essentielle sur les faits fait apparaître de grosses lacunes dans leur traitement de l’information toujours parcellaire et partisane de nos grands médias. Les tirs groupés et la trivialité de l’action accouchent finalement d’une souris…

Comme pour la Libye attaquée injustement, les convictions ont franchi le Rubicon. On fonce tête baissée, peu importe le reste. Méthode très usitée à la Schopenhauer dans l’art d’avoir toujours raison. Hélas, les séides n’en peuvent plus. Les faits, malgré la tentative de les triturer sont nets, clairs et précis. Un intellectualisme français perdu dans les bas-fonds du déshonneur. Or, un intellectuel qui se respecte est une personne dont l’activité repose sur l’exercice de l’intelligence, de la vérité et des valeurs.

Le martyrologue et/ou vaudeville des DSK idolâtres risque encore de durer. La doxa des avocatss de Dominique strauss-Kahn, Benjamin Brafman et William Taylor est cassée, laminée, détruite. Le dogme phallique a pris un sacré de massue. Et pour cause, ils sont aujourd’hui aux abonnés absents. Vous les avez vu après la découverte du pot aux roses de la conversation téléphonique ? Si oui, n’hésitez pas à nous le signaler. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *