Afrique : oui pour la guerre (Libye), non pour la famine (Somalie)

 

C’est un signe qui ne trompe pas: ils avaient trouvé, à l’unanimité, un accord abscons avec la bénédiction de la Russie et de la Chine qui ne dirent mot, pour aller tuer des Libyens innocents. Mais pour la famine en Afrique, rien. « La communauté internationale a échoué à assurer la sécurité alimentaire », a reconnu le ministre français de l’Agriculture, Bruno Le Maire, aujourd’hui, à Rome, à l’issue de la réunion qui devait permettre de sauver la corne de l’Afrique de la pire famine qui soit.

Que valent les vies des Africains ? Rien, visiblement. Leurs profits valent mieux que la vie des arabes et des noirs, habitants du berceau de l’humanité. Il n’y a pas plus claire situation. A moins d’être autiste, de porter des œillères, ne pas comprendre que seul la finance gouverne le monde, c’est être….?!

Jacques Diouf, le directeur général de l’Organisation de l’ONU pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) a estimé que 1,6 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) sont nécessaires dans les 12 mois et 300 millions dans les deux mois qui viennent, pour sauver la corne de l’Afrique. Le continent le plus riche du monde est en réalité le « plus pauvre » du monde. Allez-y comprendre le mécanisme, fait de duperie et de ruse, accompagnées par un gros bâton et des armes .

Oh, la zone serait la plus dangereuse au monde, disent les Organisations Non Gouvernementales (ONG). Mais alors, qu’attend l’Otan pour aller faire une vraie guerre là-bas, et non sa guerre du pétrole en Libye ? Au moins-là, on saurait que son engagement est vraiment humanitaire. Désolé, faut pas rêver. Il n’y aura aucun engagement de ce genre.

Voilà pourtant un très bon prétexte pour envahir l’Afrique, non ? Bon, c’est vrai, la Somalie n’est pas la Libye. Il s’agit d’un des pays les plus pauvres et les plus instables au monde. Tiens, et pourtant, son pétrole est convoité par de grandes compagnies qui négocient avec les gouvernements en place. Fichtre. Mais, en réalité, cette économie est assistée par l’aide internationale et les rentrées de devises de la diaspora sont évaluées à plus de 60% du PIB. Surprise, depuis 2001, la Somalie est constamment classée dernière sur la liste des pays par indice de développement humain.

Les secours s’organisent disent-ils. Quel enfumage ! Que va tirer la soi disant « communauté internationale » en Somalie, dans la corne de l’Afrique ? Crevez tous, pauvres gosses faméliques. Ah, ça vous émeut ces enfants décharnés ? Hélas, seul Dieu peut les sauver mais, visiblement, il les a abandonné. Parole de croyant. C’est triste.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *