ALEP. Syrie : La stratégie de la faim quand toutes les autres ont échoué !

Par Mouna Alno-Nakhal

Alep la chasse« Il est 5 h du matin… Nous sommes le 13 juillet et j’ai réussi à lire ton message. Grâce à Dieu, jusqu’à présent nous allons misérablement bien. Le plus terrible est de se sentir oublié du monde entier, y compris de son pays… De simples entrefilets nous jettent quelques espoirs. Voilà plus d’une semaine que nous sommes astreints à un carême des plus sérieux. Fruits, légumes, viande, poulet, beurre, tout manque sauf le fromage et c’est de « la vache qui rit » ! Le peuple d’Alep est dans une souffrance extraordinaire. Ce qui ajoute à l’horreur, c’est cette « ville éteinte », mais rassure-toi, c’est faute de mazout… Nous avons toujours la prière et l’espoir de nous sortir de ce cauchemar qui semble sans fin… ». [Message d’une amie syrienne de la ville d’Alep].


Rassure-toi !? C’est plutôt les « ennemis de la Syrie » qui pourraient être rassurés. Ils ont gagné ! De leur propre aveu, il y a plus d’une semaine « les troupes de [Bachar] avaient gagné du terrain, il fallait absolument un rééquilibrage sinon ils s’arrangeraient en sous-main pour boycotter ad vitam æternam la Conférence de Genève 2, il fallait absolument arrêter leur progression avant Alep… [1] ».

Et voilà Alep assiégée, affamée, après avoir été trahie, violée, pillée, détruite [2]… Alep, si fière d’avoir mérité son titre de capitale industrielle et culturelle en plus d’avoir toujours été le grenier du pays… Alep, restée malgré tout loyale envers sa mère patrie avant toute autre considération… Alep, premier bastion de la résistance à la discorde tentée autant par les prétendus démocrates humanistes de l’étranger que par la clique d’une soi-disant opposition révolutionnaire aussi véreuse et corrompue que les premiers… Alep qui gardait confiance en attendant sa libération par l’armée de ses fils se battant sur tous les fronts ; une armée qui semble occupée ailleurs tout comme Dieu et le monde entier.

Depuis la victoire d’Al-Qusayr, ils n’ont cessé d’annoncer que la bataille d’Alep était imminente, quelque chose comme la prochaine « Tempête du Nord », comme si le haut commandement syrien avait la manie otanesque de qualifier ses opérations militaires du nom de toutes sortes d’intempéries ou d’annoncer ses décisions stratégiques ! Mais, annoncer une bataille décisive qui n’arrive pas a de quoi atteindre sérieusement ces gens d’Alep tellement récalcitrants à la haine. La guerre militaire non déclarée n’a pas tenu ses promesses. La guerre médiatique sans précédent souffre de fuites. Reste la guerre psychologique ! Celle qui fait que certains en arrivent à « se sentir oublié du monde entier, y compris de son pays… ».

Ils n’ont pas gagné leur « guerre clandestine » [3], ça non ! Ni les mensonges sur une révolution contre un soi-disant dictateur monstrueux tuant son peuple, ni le terrorisme soutenu à bout de bras et continuellement nourri par tous les damnés de la Terre, ni les engins prétendument non létaux gracieusement offerts aux lobotomisés sanguinaires par les plus nobles instances de pays civilisés vite remboursés à coup de milliards de pétrodollars, ni le temps qui passe sans apporter la délivrance, n’ont eu raison de la détermination et de l’appartenance des gens d’Alep à une Syrie restée « telle qu’elle est » malgré les hordes successives de barbares depuis la nuit des temps.

>>> Rejoignez-nous sur Facebook  

Ils ont gagné ou plutôt pensent avoir gagné parce que, la faim au ventre, le peuple d’Alep pourrait enfin céder aux néo-ottomans rendus fous par l’échec de leurs frérots musulmans en Égypte, autant que par la prise de conscience du peuple turc… Eux toujours aussi acharnés à faire de leur frontière avec la Syrie une passoire pour ceux qui croient se rendre à Jérusalem ou au paradis des houris … Eux si prompts à exécuter les ordres de l’OTAN ou à lui souffler des néo-stratégies d’empire… Eux à plat ventre devant une Europe qui les méprise tout autant que leurs alliés qataris désormais écartés au profit des Saoudiens wahhabites déterminés à rester les gardiens d’un temple vidé du message de l’Islam véritable, et à brouiller celui qui menacerait la pérennité de leur géronto-monarchie chancelante : le message syrien à la fois chrétien et musulman !

À propos des Saoudiens qui viennent de gagner la partie de bras de fer avec le Qatar selon RFI [4], une petite anecdote qui en dit long sur l’épuisement de leurs ressources en hommes de main d’origine syrienne susceptibles de sauver la fameuse Coalition Nationale Syrienne [CNS] tellement chérie par le Quai d’Orsay. Laquelle CNS, selon M. Fabius, « doit se développer, former une unité et garantir clairement le respect des droits de toutes les communautés s’il y avait un changement de régime » [3], comme s’il y avait eu des problèmes entre communautés en Syrie ! Bref… une anecdote que nous raconte M. Nasser Kandil sur la chaine libanaise OTV en mettant au défi quiconque oserait la contredire [5].

Il nous apprend que M. Ahmad Assi Jarba énième élu, grâce au bon vouloir des Saoudiens, président de la CNS et présenté comme dissident de la première heure, a en effet séjourné trois ans en prison, non pour son militantisme révolutionnaire mais pour trafic de drogues avec frères, cousins, et dealers du coin… « Et c’est en prison qu’il a rencontré des saoudiens, sous les verrous, qui lui ont confié être en relation avec feu M. Kaddhafi qui les aurait chargé d’une mission auprès de l’Arabie saoudite. Il en a profité pour faire savoir à l’Ambassade saoudienne qu’il était en mesure de leur rendre un service moyennant finance. L’Ambassadeur saoudien est intervenu auprès des autorités syriennes… Les informations se sont révélées utiles au point de l’élever au grade des « hommes du royaume » !

Des coalitions plus pourries les unes que les autres, un blocus à l’intérieur d’autres blocus, une guerre à l’intérieur d’autres guerres. Le 12 Juin, le quotidien libanais  Al-Akhbar  résumait la situation en ces quelques lignes : « Le blocus strangulatoire, imposé par l’opposition armée à deux millions de civils habitant Alep ouest, se poursuit. Ils sont interdits de ramener toute nourriture ou médicament vers les quartiers contrôlés par l’Armée nationale syrienne. Le New York Times voit dans ce blocus une nouvelle tactique née d’un sentiment d’épuisement des opposants, surtout depuis que leur progression sur le terrain a été stoppée » [6]. Autrement dit, surtout depuis que la conscience syrienne a réveillé celle de nombreux arabes savamment dupés, surtout depuis que l’armée syrienne va de victoire en victoire contre le terrorisme bel et bien international.

Ce n’est évidemment pas la version de nos médias mainstream qui, se mélangeant les pinceaux entre rebelles et insurgés, laissent à penser que les deux millions d’habitants d’Alep ouest sont tous  des opposants au régime. Ainsi, L’Express nous apprend « quelque chose d’inédit en Syrie : Des militants anti-régime ont protesté, pour la première fois, dans un quartier rebelle du centre d’Alep pour demander aux insurgés de lever leur siège, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Le blocage prive de nourriture les habitants de la zone contrôlée par l’armée syrienne… Selon le média britannique [la BBC], de nombreux résidents d’Alep sont hostiles au siège. En plus de ternir l’image des rebelles, il cause des pénuries de produits de base et fait augmenter le prix des denrées dans plusieurs quartiers de la ville » [7]. Ternir l’image des rebelles… ça c’est un souci !

Mais qui se soucie de ce qui se passe à Alep ? Qui accepte de réviser la notion de « dommage collatéral » ? Que racontera la légende des gens d’Alep ? Dira-t-elle qu’en ce Ramadan 2013 « jeûne » et « carême » se sont unis en Syrie ?

Mouna Alno-Nakhal
14/07/2013

Notes :

[1]  Syrie : Alep ou le « déséquilibre » fabiusien !

[2] Alep/Syrie : Silence ! Toute vérité n’est pas bonne à dire, surtout pas les crimes du Sultan et l’intensification du terrorisme…

[3] Les États-Unis perdent la guerre clandestine en Syrie : Les rebelles d’Al-Nosra appuyés par les États-Unis, vaincus par les Forces armées syriennes. Par le Professeur Michel Chossudovsky.

[4] Qui est Ahmad Jarba, nouveau chef de la Coalition nationale syrienne ?

[5] Vidéo You Tube / la chaine libanaise OTV [27ème minute]  حوار اليوم –  ناصر قنديل
Nasser Kandil est libanais, ancien député et directeur de TopNews-nasser-kandil

[6] الحصار الغذائي: استراتيجية «الحر» في حلب

[7] Syrie: à Alep, un siège des rebelles affame un quartier tenu par le régime http://www.lexpress.fr/

WordPress:

J’aime chargement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *