Allo Tony??? Come va? Bin oui! C’est Ti-loup!!!

Allo Tony??? Come va? Bin oui! C’est Ti-Loup!!!

 

 Publié le 05 mars 2011 à 05h00

Tony Accurso contre Radio-Canada: un défilé de personnalités à la barre

Fabrice de Pierrebourg et Francis Vailles

La Presse 

La Société Radio-Canada compte faire entendre plusieurs personnalités publiques au procès qui l’opposera à l’entrepreneur Tony Accurso. Parmi elles, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, le président de la FTQ, Michel Arsenault, et l’ex-ministre canadien du Revenu, Jean-Pierre Blackburn.

       Joual-vert!!! On n’aura plus besoin de commission d’enquête sur la construction!!! Bravo à Radio-Canada!!!!

Au total, une quarantaine de personnes pourraient être interrogées au procès à la demande de Radio-Canada, selon la liste produite en cour.

      Moi j’vous dis : John James va s’en mêler et demander une entente « hors cour »!! C’est certain!!!

Rappelons que, au lendemain d’un reportage de l’émission Enquête, en septembre 2009, Tony Accurso a intenté une poursuite de 2,5 millions de dollars contre le journaliste Alain Gravel et la Société Radio-Canada pour atteinte à sa réputation et à sa vie privée.

       Ah bon! En 2009, Tony croyait avoir perdu le contrat sur les compteurs d’eau. Il lui fallait donc trouver un revenus ailleurs; mais depuis…

L’émission portait notamment sur les relations étroites de Tony Accurso avec la FTQ et le Fonds FTQ. Il y était notamment question des dirigeants de la FTQ que Tony Accurso a invités sur son bateau.

En plus de Gérald Tremblay et de Michel Arsenault, Radio-Canada entend faire témoigner l’ex-président du comité exécutif de Montréal Frank Zampino, l’ex-politicien montréalais Benoit Labonté, le maire de Mascouche, Richard Marcotte, et l’ex-président de la FTQ-Construction Jean Lavallée.

      Ouf!!! Ça c’est tous du monde irréprochable!!! Je me demande s’il vont être aussi « ignare » que le maire de Montréal qui semble souvent souffrit de manque de « savoir« . Et dans ce cas, ça va être difficile de gagner ce procès.

Fonctionnaires et policiers

Plusieurs fonctionnaires seront également appelés à la barre. Ils proviennent des ministères du Revenu du Québec et du Canada, du ministère des Transports du    Québec, ainsi que de la Régie du bâtiment du Québec.

       Hi hi hi! Pas de problème là mon Tony; ils sont tous dans ta manche!!

 Radio-Canada veut également faire entendre des policiers de la Sûreté du Québec et de la GRC ainsi qu’un cadre de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

       Woops! Ça serait peut-être mieux de payer tes dettes, au plus vite, à la caisse de dépôt, mon grand!!!

       Pour la Sureté du Québec, pas de problème, t’as qu’à dire qu’ils dormaient dans leur « char » sur la 40; sinon qu’ils le prouvent.

      Ils ne pourront jamais contrecarrer ta défense sur le « hors de tout doute » .

Dans sa défense, Radio-Canada soutient que Tony Accurso «a tout fait pour faire parler de lui dans les médias» avant et après la diffusion du reportage. La société d’État cite à titre d’exemples le dossier des compteurs d’eau de Montréal et les problèmes des entreprises de M. Accurso avec Revenu Canada.

       Bof! Charest fait comme lui avec les même genre de dossiers. Pis on l’emmène-tu en court lui??? On peut même pas faire une enquête!!!

Radio-Canada ajoute que son reportage était d’intérêt public puisqu’il s’interrogeait sur la possibilité que les relations qu’Accurso entretenait avec la FTQ lui donnent un accès privilégié au financement du Fonds FTQ.

       Là c’est plutôt faible comme argument. Ça aurait été mieux de dire que : tout le monde croyait à ces possibilités.

En novembre 2009, Tony Accurso a admis en cour que les faits exposés dans l’émission Enquête étaient vrais.

      Bon! J’avoue que, là, ta position est beaucoup moins bonne, mon Tony.

 Néanmoins, il estime que ces faits et la façon dont ils ont été présentés ont «attaqué sa réputation, porté atteinte à sa vie privée» et «dégagé une impression générale» selon laquelle il est «un criminel ou à tout le moins une personne très douteuse et très peu fréquentable», a-t-il écrit dans sa poursuite.

      Ça serait-y que : «  y’a plus personne qui veut aller sur ton bateau »???

L’établissement d’une liste de témoins ne signifie pas nécessairement que ces derniers vont assurément témoigner. Toutefois, si Radio-Canada l’exige, les témoins n’auront pas le choix de se présenter en cour. La date du procès n’a pas encore été fixée.

      Je me demande tout à coup si Radio Canada reçoit beaucoup d’argent du Provincial. Ça pourrait les obliger à régler « hors cour » sous les pression de John James???

      Bof! On verra bien!!!

                                  ——————————

Publié le 19 janvier 2011 à 06h37

Un coup de 2 par 4 pour commencer l’année

(Ça ça réveille en joual-vert!!!)

Vincent Marissal

La Presse 

Si Jean Charest croyait que la pause des Fêtes permettrait à son gouvernement de repartir à neuf en 2011, il va être déçu.

En fait, la nouvelle saison politique commence exactement comme la précédente s’est terminée: nouvelles révélations troublantes sur l’industrie de la construction et demande –ça y est, c’est reparti de plus belle!- de création d’une enquête publique sur ce joyeux milieu. Le supplice de la goutte recommence pour les libéraux de Jean Charest.

 

La première salve de l’année est venue hier, sur les ondes de Radio-Canada, d’un témoin privilégié et elle risque de faire mal. Yves Mercure, président démissionnaire du turbulent syndicat FTQ-Construction, a affirmé au collègue Alain Gravel que le crime organisé a infiltré son organisation. Peut-être même jusqu’aux dirigeants, ajoute-t-il.

 

     

         Yves Mercure c’est celui qui est assis au fond. L’autre, je ne sais pas qui c’est. Il me fait penser à Marlon Brando dans le Parrain, à cause de l’air et du geste; pas vous???

Les libéraux pensaient sans doute que le rapport Bastarache, dévoilé cet après-midi, allait faire diversion sur les affaires louches dans le domaine de la construction et que ses conclusions, pas trop méchantes, donneraient à leur chef un petit répit. Eh non! C’est plutôt la construction qui viendra, encore une fois, chasser la nomination des juges pour ramener dans l’actualité l’«autre» enquête, celle que tout le monde réclame et que le gouvernement s’obstine à ne pas déclencher.

Yves Mercure n’est pas le premier dirigeant de la FTQ, ou d’une autre grande centrale syndicale, à plaider en faveur d’une commission d’enquête. Il est le premier toutefois, nuance importante, à en réclamer une non pas pour dissiper les doutes et les soupçons mais, au contraire, parce qu’il veut que l’on débusque les «croches» acoquinés au crime organisé.

M. Mercure ne souhaite pas une enquête publique seulement pour blanchir son institution; il dit lui-même qu’elle est corrompue, peut-être même jusqu’à sa tête.

      Arrête d’insister, tu vas te faire exploser une bombe dans ton auto!!!

«Ça existe à tous les niveaux, a-t-il déclaré à Radio-Canada. Au niveau des entreprises, il y en a dans toutes les associations syndicales, c’est certain. On dit que certains dirigeants du syndicat de la FTQ-Construction, c’était proche. Possible.»

Lorsque le président de la FTQ, Michel Arsenault,…

 

… s’est résigné, l’automne dernier, à joindre sa voix au choeur qui réclame une enquête publique au gouvernement, il a nié toute mauvaise pratique au sein de son organisation et n’a pas fait de référence au crime organisé.

       Qu’est-ce que tu penses!!! Il n’est pas fou!!!

M. Arsenault disait seulement vouloir une enquête publique parce que les affaires qui secouent le monde de la construction éclaboussent tous ceux qui y sont liés.

       Ouais! Ça c’est vrai!! Même que Tony Arcuso poursuit Radio-Canada précisément à ce sujet!!!

 En entrevue avec mon collègue Francis Vailles, en décembre, il ajoutait que les médias n’«avaient pas toujours joué franc-jeu» et que les allégations dans le domaine de la construction étaient devenues une «téléréalité».

Selon Yves Mercure, dont le véhicule a été la cible d’une attaque à la bombe incendiaire en juin dernier chez lui à Le Gardeur,…

      Je te l’avais dit, joual-vert!!! Tu comprends rien quand j’te parle???

 …la «téléréalité» est bien réelle. Il quitte la FTQ-Construction en déplorant le climat de «chicane». Les «gars» de la construction étant familiers avec les «chicanes», les gros bras et les débats musclés, il faut que l’atmosphère soit vraiment pourrie pour que le boss de la FTQ-Construction soit dégoûté au point de partir.

      Ça!!! Y’a pas à dire, Charest est mieux de s’en mêler et aller leur faire un discours somniférique pour les calmer.

«J’aurais cru que (l’opération) Marteau aurait été plus rapide pour détecter les entreprises qui fraudent le système», a-t-il encore dit au Téléjournal.

       C’est l’avantage des opérations policières mon ti-bonhomme : C’est « slow à mort! ». John James est au courant; t’en fais pas.

M. Mercure va plus loin, il s’aventure sur le terrain miné du triangle FTQ-Fonds de solidarité de la FTQ-entrepreneurs, en affirmant aussi que la FTQ doit «tout simplement reprendre ses souliers de syndicaliste et non pas de businessman». Ça doit maugréer aux étages supérieurs de la grosse tour sur Crémazie…

      Ça prouve ce que j’ai toujours pensé; le syndicalisme est mort depuis longtemps chez nous.

Collusion, copinage, crime organisé, enquêtes policières trop lentes et nécessité d’une enquête publiqueEn vidant son sac, Yves Mercure n’étale que des évidences, diront certains. Peut-être, mais aux dernières nouvelles, le gouvernement refuse toujours de voir cette évidence.

Jean Charest commence 2011 comme il a fini 2010: un peu plus isolé chaque jour.

      Isolé tu dis!!! Avec le nombre de personnalités douteuses qui l’entoure??? Je suis plus isolé que lui, dans une foule!!!

————-AMEN!!! (Dirait Tremblay.  Oui, bin sûr! Jean; pas l’autre!!!)  —————

 Amicalement

                                                                                                   Elie l’Artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *