Autisme et hypocrisie au menu du G 20 !

On peut ne pas partager leurs priorités mais comment ne pas comprendre les investisseurs d’aujourd’hui complètement tétanisés par les politiques ultra expansionnistes de notre pauvre Occident qui ne parvient plus à tourner que par la grâce de ses planches à billets! Les protestations néo populistes – en tout cas cent pour cent opportunistes – de nos dirigeants qui ne cessent de stigmatiser la spéculation ne parviennent plus à masquer la réalité. C’est en fait nos pays et gouvernements qui se sont aujourd’hui transformés en maîtres absolus en spéculation car ils se complaisent à détruire à petit peu la valeur de nos monnaies fiduciaires tout forçant les investisseurs et spéculateurs traditionnels à se trouver d’autres débouchés… Comment s’étonner dans un tel contexte des flambées des matières premières et autres denrées dont le renchérissement résulte logiquement des baisses de taux quantitatives?

Qu’il est facile par ailleurs de clouer au pilori la Chine et sa monnaie « sur évaluée » afin de détourner l’attention de nos propres carences. Et tant pis si la Chine a eu la mauvaise idée d’indexer sa devise sur une monnaie condamnée à péricliter d’avance et qui ne cesse de perdre de sa valeur… Car l’appréciation du Yuan pourrait être obtenue assez facilement par les autorités US pour peu qu’elles cessent enfin leurs manipulations monétaires.

Triste spectacle en effet que ce G 20 en Corée qui permit de saisir la plénitude de l’autisme Américain: Pendant que le Ministre Allemand de l’économie (Rainer Bruederle) les mettait en garde vis-à-vis de leurs mauvaises options de relance de la croissance via la dépréciation de leur dollar tout en les taxant ouvertement de « manipulateurs », les Américains (par la voix de leur Secrétaire au Trésor Geithner) persévéraient dans leur comédie burlesque en assurant « continuer à tenter de renforcer la croissance »… Traduction: Préparez-vous à être inondés car nous émettrons très prochainement 1’500 milliards de dollars. Les marchés émergents peuvent donc remercier les Etats-Unis pour l’activation frénétique de leur planche à billets qui les submerge de capitaux avec, à la clé, la formation puis l’implosion programmée de bulles spéculatives ponctuées d’inflation!

Voilà pourquoi le Brésil et la Corée ont mis en place des mesures visant à freiner l’influx de capitaux. Voilà qui explique le front commun formé lors de ce G 20 par le Brésil et par … l’Allemagne qui se sont rebellés contre l’hypocrisie Américaine qui proposait des limitations formelles des excédents commerciaux des membres du G 20 à 4% du P.I.B.. Balayé d’un revers de main par le Japon, par le Brésil et par l’Allemagne, cette suggestion Américaine émise par Geithner lors de ce sommet en Corée est d’autant plus ridicule qu’elle avait été violemment rejetée par eux-mêmes il y a 66 ans! C’est en effet les Etats-Unis qui avaient en son temps saboté un projet consistant à taxer celles des nations entretenant des excédents commerciaux tout en les obligeant à procéder à l’appréciation de leur monnaie nationale. Cette proposition – formulée en son temps par un certain John Maynard Keynes – ayant bien-sûr été refusée à Bretton Woods par les Américains qui étaient – à l’époque – une nation à excédents… et persuadée de le rester!

C’est donc en toute logique qu’ils s’attaquent aujourd’hui à la Chine menacée de voir sa monnaie s’apprécier via des interventions sur les marchés des Changes. L’économiste Bergsten n’a-t-il effectivement pas suggéré à sa banque centrale de vendre des dollars en échange de Yuans … sans toutefois préciser comment les Américains pourraient bien se procurer des Yuans qui sont, comme chacun le sait, exclusivement fournis par la Chine…? La période est donc propice à toutes les suggestions les plus fantaisistes, y compris celle consistant à empêcher la Chine d’acquérir les Bons du Trésor Américains sachant que les Etats-Unis n’auront à l’évidence jamais le cran de se lancer dans une telle entreprise synonyme pour eux de mort subite au vu des quantités gigantesques de papiers-valeurs US détenus par la Chine.

En conclusion, si l’impact des cours de change est certainement essentiel pour les balances commerciales via la promotion des exportations (et réciproquement), les monnaies ne sauraient représenter la solution globale autorisant à régler les problématiques fondamentales des déséquilibres structurels. Pourquoi les Etats-Unis ne mettent-ils ainsi pas à profit une partie des énergies déployées à dévaluer leur monnaie afin d’améliorer également leur propre épargne? Les monnaies ne peuvent supporter à elles seules le poids gigantesque des ajustements nécessaires à nos économies.

Une pensée sur “Autisme et hypocrisie au menu du G 20 !

  • avatar
    27 octobre 2010 à 5 05 34 103410
    Permalink

    @Michel Santi,
    Dixit:
    Pourquoi les Etats-Unis ne mettent-ils ainsi pas à profit une partie des énergies déployées à dévaluer leur monnaie afin d’améliorer également leur propre épargne? Les monnaies ne peuvent supporter à elles seules le poids gigantesque des ajustements nécessaires à nos économies.
    =========================
    Un article de poids et d’une qualité supérieure (C)
    Vous avez mille fois raison, mais la principale question à se poser reste de savoir s’il n’est pas trop tard, les U.S.A. dans leur vision toujours plus haut toujours plus fort, ont complétement mit à plat l’économie mondiale.
    Mais de là, à accepter de se « suicider » me semble un peu fort.
    Mais allons nous avoir le choix ?
    Sue le plan de l’économie mondiale, donc du devenir des peuples à s’autogérer, plus personne en dehors de la Chione ou du Japon.
    Les américains se sont prits à leur propre piège de semer à tous vents des finances virtuelles, qui cause leur perte en ce moment et cela depuis une bonne dizaine d’années.
    La crise en France et dans n’importa quelle partie du monde démontre de la même maniére que nous n’avons aucune ressource autre que l’or noir (pétrole) pour continuer simplement à vivre.
    Les Etats ne veulent en tenir compte, il me semble que là, se trouve pourtant la clef de voute de toute recherche structurelle.
    Mais les finances dépendent toujours des ressources de chaque pays et l’Occident est réellement en danger, voire même plus.
    Cordialement,
    Le Panda
    Patrick Juan

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *