Avec les impôts à recevoir, nous allons y arriver!!! Bravo Bachand!!!

Le PDG de la Nationale a gagné 5,7 millions, même s’il n’a pas atteint ses objectifs

 

Publié le 03 mars 2011 à 13h21

                                   » Oui mais on n’était pas loin loin, parsemple!!! « 

Louis Vachon, patron de la Banque Nationale du Canada.

La Presse Canadienne
Montréal

La rémunération totale du président et chef de la direction de la Banque Nationale (T.NA), Louis Vachon, s’est élevée à 5,7 millions de dollars au cours de l’exercice qui a pris fin le 31 octobre dernier, comparativement à 6,2 millions un an plus tôt.

       Merde! Une baisse de 500,000 $ en un an!!!

       Il a dû grappiller pour rejoindre les deux bouts!!!

M. Vachon a reçu un salaire de base de 853 000$, en hausse de 5,8% par rapport aux 807 000$ qu’il avait touchés en 2008-09.

      Augmentation de 46,000 $ pour un an. Suffisant pour se payer un avocat toute l’année. Wow!!! A-t-il été obligé de faire la grève de la faim pour obtenir une telle augmentation???

 Sa prime annuelle a toutefois chuté de 37%, passant de 1,4 million à 884 000$.

      Il a dû se serrer la ceinture. Ouf! Nous ne sommes pas seuls.

      Mais sa prime est encore plus grande que son salaire. Cela signifie qu’il est encore plus performant que s’il travaillait d’arrache-pied toute l’année!!! Je me demande comment il peut faire???

Le dirigeant a également eu droit à des attributions à base d’actions d’une valeur de 1,3 million, et à des attributions à base d’options de 2,1 millions, soit sensiblement la même chose qu’en 2008-09.

        Donc, 853,000$ + 884,000 $ + 1,3 millions + 2,1 millions = 5,137,000 $

        Hey! Il manque 563,000 $ pour arriver à 5,7 millions. Comment voulez-vous qu’il planifie son budget si vous ne lui donnez pas tout son dû??? Comment va-t-il faire pour nourrir sa famille ce « nécessiteux »????

        Et surtout… n’oubliez pas l’entente principale : sa « passe annuelle » pour le métro de Montréal. Monsieur se sert certainement du transport en commun pour donner l’exemple.

        J’imagine que si chacun des montréalais recevait 1 millions de salaire (cinq fois moins que M. Vachon), tous seraient d’accord d’accepter la condition de se servir du transport en commun.

        Bon d’accord : 450,000 en salaire et 550,000 $ en prime.

        Mais imaginez l’impôt que ce monsieur a payé : 50% soit 2, 850,000.00 $. Bachand doit exulter!!! Il peut maintenant aider la population!!! Bravo!!!

 La rémunération des quatre autres plus hauts dirigeants de l’institution montréalaise a aussi diminué en 2009-2010, mais elle a tout de même totalisé 11,7 millions.

        C’est-à-dire, 5 850,000 $ en impôt. Je propose de doubler leur salaire; Bachand a besoin d’argent pour aider les pauvres!!!

 

Il faut dire que la banque n’a pas atteint ses objectifs financiers au cours de l’exercice,…

         Alors là…tout est à être réétudié.

… même si elle a enregistré des profits nets records de 1,034 milliard.

         Mais comment font-ils??? Surtout avec le genre de service qu’ils fournissent (bla bla de la caissière) au comptoir, où s’aligne la file d’attente. C’est tout simplement impossible!!!

       Si ce genre de service était payant, les hôpitaux feraient des profits faramineux!!! Comment font les banques???

        Doit-on « nationaliser » les banques, ou « privatiser » les hôpitaux???? Moé je l’sais pu!!!

 Ainsi, la croissance de son bénéfice par action, en excluant les éléments particuliers, a été d’à peine 0,5%, alors que la cible s’établissait à 2,3%.

         Les actionnaires ne seront pas très contents. Attention!!!

Selon l’institution, la situation s’explique par «le contexte incertain des marchés financiers» et par les investissements nécessaires à la mise en œuvre de l’approche «Un client, une banque».

        Avec des salaires pareils, ce sera bientôt « une banque, un client ».

        On constate indubitablement, que si le ridicule tuait, il y aurait, instantanément, une redistribution équitable de la richesse.

        Peut-il y avoir plus ridicule que des revenus individuels semblables dans ce qui se veut être: « une société« ???

        Société : La société (du latin socius : compagnon, associé) est l’« ensemble des modèles d’organisation et d’interrelation, des individus et des groupes, des associations, des organisations et des institutions qui concourent à la satisfaction concertée des besoins de la collectivité. »

        Évidemment, les autorités doivent porter une grande attention à ce que la population ne se sente pas trop « ridicule« ; car alors, le « ridicule » pourrait vraiment tuer.

       On n’a qu’à regarder les « ridicules » de la Tunisie, de l’Égypte et de la Lybie…

        Remarquez que la conséquence au sujet de la richesse, est à être considérée; mais jamais je n’oserais la porter à l’attention de tous. Je suis trop « sociable » pour agir de la sorte. 

                                                             ———————————————————-

    Voici un article auquel je n’ai absolument rien à ajouter; avouez que c’est assez rare:

 Publié le 03 mars 2011 à 14h11

Chez cyberpresse

Un apartheid arabe, non israélien

 

Signataires*(au bas de l’article)

Les gauchistes qui ont pris possession de nos universités ont décrété une «semaine de l’apartheid israélien». Ce qui illustre bien l’adage de Jean-François Revel selon lequel l’information est inutile pour générer des prises de position politique et les diffuser.

Israël, un État d’apartheid? De toute évidence, cela ne tient pas la route. Environ 1,2 million Arabes, chrétiens, musulmans, druzes, bédouins sont citoyens de plein droit, votent et sont représentés à la Knesset. Un des membres de la Cour suprême d’Israël est un musulman. Nombre d’officiers de l’armée et de la police sont des Arabes. La diplomatie israélienne compte un grand nombre de consuls arabes. Quels rapports avec l’Afrique du Sud d’avant-Mandela?

Par contre, l’apartheid est visible, palpable dans les pays arabes et musulmans. Mais qui le dénoncera? Sûrement pas ceux qui organisent ladite «semaine antiapartheid israélien». Pourtant, ils auraient quelques raisons de le faire.

Tout d’abord, les États arabes ont tous ou presque un régime officiel d’apartheid. Les Kurdes syriens vivent sous la botte de la soldatesque d’Assad. Les Coptes égyptiens souffrent des attentats terroristes, des sermons haineux et du mépris quotidien.

Au Liban, la discrimination antipalestinienne est une politique officielle. L’apartheid y est une affaire quotidienne et tangible. Les Palestiniens ne sont pas autorisés à ouvrir leurs propres entreprises, ni à exercer certaines professions. Cela dure depuis 60 ans, sans espoir de changement.

En Irak, les chrétiens sont massacrés et contraints à l’exil. Au Soudan, les Arabes du nord ont massacré 300 000 chrétiens et animistes du Darfour, et en ont exilé deux millions d’autres. En Algérie, les Kabyles sont traités comme des citoyens de seconde zone dont on nie la langue et la culture au nom du panarabisme.   

Qui a entendu parler de la semaine contre l’apartheid libanais ou syrien ou égyptien ou irakien ou soudanais ou algérien? Jamais un mot, jamais une manifestation contre ces régimes qui ont en commun de ne reconnaître que l’islam comme religion d’État, les autres étant «tolérées» selon la loi de la Charia, c’est-à-dire à titre de religions de dhimmis inférieurs.

Chaque jour, des réfugiés noirs passent illégalement la frontière égypto-israélienne pour demander asile en Israël. Si Israël était ce que ses détracteurs prétendent, comment expliquer que des Noirs, qui savent trop bien ce qu’est l’apartheid, cherchent refuge en Israël?

Les résolutions de l’ONU qui se sont focalisées sur Israël ont du même coup occulté les exactions des dictateurs arabes contre leurs propres populations. On y a même élu la Libye comme membre de la Commission des droits de la personne, laquelle a centré ses condamnations sur Israël et permis ainsi à toutes les dictatures élues au sein de cette commission de n’être jamais inquiétées.

Pire encore, la Lybie a été louée l’an dernier à l’ONU pour la promotion des droits humains par une vingtaine de pays comme la Corée du Nord, le Myanmar, l’Iran, le Soudan. Ces dictatures se sont donné les unes les autres le droit d’écraser leurs propres populations en contrôlant cette commission. C’est cette même farce sinistre que l’on nous refait ici dans nos universités.

Dans nos universités, quelques étudiants hyper-gauchistes se réclament d’un cirque ubuesque ou aucun État arabe coupable d’apartheid n’est dénoncé. Il serait temps que ces étudiants apprennent à penser.

* Steve Ambler (UQAM), Barry Babin (LTU), Jacques Brassard (ancien ministre), Richard Bastien (économiste), Julien Bauer (UQAM), Germain Belzile (HEC), Jean-Charles Chebat (HEC), Claire Gélinas (UQAM), Patrick Imbert (Université d’Ottawa), Michael Laughrea (McGill), Jacques Picard (UQAM) et Jean Renaud (Égards).

                                —————————————-

         Je n’ai rien ajouté, mais je ne suis pas convaincu que les arabes en Israël ne sont pas des citoyens de second ordre. Pour la simple et bonne raison qu’ils ne sont pas du Peuple élu de Dieu; évidemment!!

          Par contre, les québécois sont traités (selon certains) comme des citoyens de second ordre. Il ne reste qu’à savoir…par qui? (Demandez à M. Louis Vachon et à M. Raymond Bachand; peut-être ont-ils la réponse???).

        Évidemment, ça ne sert à rien de demander au « séparatistes »; il vont répondre:

        « Par les Angla!!! ».

 Amicalement

                                                                                                       Elie l’Artiste

Une pensée sur “Avec les impôts à recevoir, nous allons y arriver!!! Bravo Bachand!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *