Banques canadiennes

Rapports officiels:

TD (Toronto Dominion) = 3e trimestre = 23% de hausse de bénéfice

Les services bancaires personnels et commerciaux au Canada ont affiché un bénéfice net en hausse de 13% à 954 millions. La situation a été moins reluisante pour les services bancaires de gros dont le bénéfice net a chuté à 108 millions, une forte baisse de 40% par rapport au troisième trimestre en 2010.

CIBC = 3e trimestre = 26% de hausse de bénéfice  Le secteur de commerce de détail de l’institution financière a rapporté un bénéfice net de 539 millions pour le troisième trimestre,

SB Banques Scotia = 3e trimestre = 21% de  hausse de bénéfice.

La hausse du bénéfice s’explique par la croissance des volumes de prêts hypothécaires et aux entreprises au Canada,

RBC (Banques Royale) = 3e trimestre = 13% de hausse de bénéfice;

…mais une « révision de sa stratégie » lui permet d’accuser une perte de 92 millions de dollars. RBC avait annoncé fin juin une révision de sa stratégie sur le marché américain avec la vente de ses activités pour 3,45 milliards de dollars à PNC, une opération qui devait toutefois entraîner une perte comptable pour le groupe canadien. (Ce qui signifie que les profits furent fait sur le marché canadien)

Banques Nationale = 3e trimestre = 18% de hausse de bénéfice.

Plus de la moitié des revenus de la banque provient du secteur des particuliers et entreprises qui a rapporté 645 millions.

BMO (Banque de Montréal) = 3e trimestre = 18% de hausse de bénéfice.

843 millions au total, dont 117 millions des opérations américaines. (Ce qui signifie 726 millions des opérations canadiennes).

Reste à venir les résultats obtenus par la Banque Laurentienne.

 

Mais on remarque que la majorité des bénéfices des banques sortent, finalement, de la poche des particuliers canadiens. 

———————————————————-

Au niveau de l’économie canadienne :

M. Flaherty a néanmoins choisi de les commenter (les résultats du 1er trimestre) sur un ton prudent. «L’économie canadienne demeure très fragile, a-t-il indiqué en visite à l’Université Ryerson. L’économie mondiale a été faible ces derniers mois, et, en tant que nation commerçante, nous devons reconnaître que les perturbations qui surviennent à l’étranger auront inévitablement une incidence sur notre économie.» (L’emploi du futur est à être souligné)

Si on fait abstraction des exportations nettes et des variations de stocks, la demande intérieure finale a progressé de 3,0%, soit davantage que l’avancée de 1,8% de janvier à mars (1er trimestre).

Dès juin, l’économie redonnait signe de vie (rappelez-vous de l’emploi du FUTUR). Mesuré par industrie, le PIB réel a progressé de 0,2%, grâce surtout à la poussée des activités d’extraction, de construction et de commerce de détail. En usines, la production a cependant reculé pour un troisième mois d’affilée…

Les données trimestrielles montrent aussi une augmentation des stocks de l’ordre de 19,2 milliards, une somme considérable.

————————————————————-

Devant ces données officielles, accompagnées des « inquiétudes bien cultivées » par tous les intervenants économiques, on se demande ce qui justifie le dernier budget de notre sauveur économique provincial « le Christ Bachand », administrateur extraordinaire qui endosse le gaz de schiste au Québec, où les droits d’exploitation se vendent 50 cent l’hectare comparativement à l’Alberta et la Colombie Britannique où le coût est de $1,200.00 dollars l’hectare. (Gisement Duvernay en Alberta = 35,000 dollars l’hectare).

On peut facilement comprendre pourquoi on doit hausser le coût de l’instruction et des soins de santé au Québec.

Quant au voyage de M. Charest en Chine pour faire « appuyer » le Plan Nord, on remarque que la situation d’il y a 50 ans, est totalement inversée : aujourd’hui ce sont les chinois qui achète des « petits canadiens ». On les leur propose, probablement au même prix : 25 cents chacun; mais ils …hésitent. Ce qui démontre le « charisme » de notre représentant n’est valable qu’au Québec.

Amicalement

Elie l’Artiste

 

 

 

 

7 pensées sur “Banques canadiennes

  • avatar
    2 septembre 2011 à 10 10 30 09309
    Permalink

    @Lartiste

    Je suis un spécialiste des banques, c’est mon travail. Je note plusieurs erreurs.

    Pour la banque Scotia, l’augmentation du bénéfice est provenue surtout des activités internationales, qui dont les profits ont augmenté de $57 millions (+20.7%) alors que ceux des activités canadiennes ont augmenté de $18 millions (+4.1%). Les profits de gestion de patrimoine ont augmenté de $28 millions grâce à l’acquisition de DundeeWealth.

    Pour la Royale, la vente de ses opérations retail aux USA ne signifie pas que tout le reste des profits ont été faits sur le marché Canadien. La banque est encore dans le top 10 des banques d’investissement aux États-Unis en termes de volumes d’affaires et elle est en forte croissance en Europe. Ses activités bancaires canadiennes n’ont représenté qu’environ 50% de ses profits ajustés pour la perte sur disposition des activités retail aux USA. La croissance de ses profits est provenue presque autant du wholesale banking (+$76M) que de ses activités bancaires canadiennes (+$89M).

    Pour la Banque Nationale, la croissance des profits n’est pas venue des activités bancaires aux particuliers. Les profits des activités bancaires retail n’ont cru que de +3.7%. La croissance des profits a été soutenue par les activités de gestion de patrimoine (+32.1%), car la banque a réalisé quelques acquisitions dans ce secteur récemment.

    Pour BMO, les profits des opérations canadiennes n’ont cru que de +1.4% et ont représenté la moitié des profits totaux. Les profits des opérations américaines ont cru de +130%. Gestion de patrimoine +11.1% et « wholesale » de +115% (Q3/2010 avait été désastreux dans ce segment).

    Les tendances importantes à noter pour ce trimestre des banques canadeinnes sont les suivantes:

    Au Canada, la croissance des prêts personnels est en ralentissement.

    Au Canada, la marge d’intérêt (prêts vs dépôts) est en baisse car la concurrence s’intensifie.

    En revanche, les provisions pour mauvaises créances sont en baisse significative, ce qui explique une bonne partie de la hausse des profits ce trimestre-ci versus l’an passé.

    Les profits en gestion de patrimoine sont en forte hausse vu la croissance du marché boursier.

    Les profits du wholesale banking ont augmenté comparativement à l’an passé (Q3/2010 avait été déastreux), mais sont en forte baisse comparativement à Q2 et Q1 2011. C’est que les revenus de trading se sont effondré vu la dislocation des marchés financiers au cours du trimestre. Par contre, les gains réalisés sur leurs titres financiers ont été très élevés, à cause de la chute des taux d’intérêt (ce qui fait monter la valeur des titres obligataires gouvernementaux que détiennent les banques dans leurs réserves).

    Les banques ont bénéficié d’une baisse de leur taux d’imposition (comme toute les corporations canadiennes).

    Les banques canadiennes ont profité de leur bonne position de capital pour faire des acquisitions (Blue Bay, M&I, Chrysler Financial, MBNA Canada, Citigroup Canada, Wellington West, American Century, South Financial, DundeeWealth et Nuevo Banco Uruguay, et j’en passe), ce qui explique aussi une bonne partie de la croissance des profits.

    Au plaisir!
    Le Minarchiste

    Répondre
  • avatar
    2 septembre 2011 à 15 03 11 09119
    Permalink

    @L’artiste

    Sur les sites internet des 6 banques, il y a une section « investor relations ».

    Dans cette section, il y a généralement une sous-section « financial reports », et dans celle-ci vous trouverez les « supplemental information package ».

    Dans ce document, il y a tout ce qu’il faut savoir et un glossaire à la fin. C’est ce que j’utilise pour mes modèles financiers.

    Répondre
    • avatar
      2 septembre 2011 à 22 10 50 09509
      Permalink

      Ma question devient:

      Est-ce que, selon vous, les infos dans les articles dont j’ai donné le lien, sont exacts?

      Amicalement

      Elie l’Artiste

      Répondre
      • avatar
        3 septembre 2011 à 11 11 59 09599
        Permalink

        J’ai jetté un coup d’oeil aux articles sur TD, Royal et BMO et ça semble correct.

        Ce sont quelques chiffres consolidés, le dividende, quelques citations, pas vraiment d’interprétation.

        Répondre
        • avatar
          4 septembre 2011 à 23 11 07 09079
          Permalink

          Et pourtant, vous nous dites:

          « Pour la Banque Nationale, la croissance des profits n’est pas venue des activités bancaires aux particuliers. Les profits des activités bancaires retail n’ont cru que de +3.7%. La croissance des profits a été soutenue par les activités de gestion de patrimoine (+32.1%) »

          Quand l’article dit:

          « Plus de la moitié des revenus de la banque provient du secteur des particuliers et entreprises qui a rapporté 645 millions. »

          J’ai de la difficulté à comprendre…Je vais revérifier.

          Serait-ce qu’on peut faire dire n’importe quoi aux chiffres???

          Amicalement

          Elie l’Artiste

          Répondre
          • avatar
            4 septembre 2011 à 23 11 15 09159
            Permalink

            je viens de revérifier et j’ajoute que :

            « La branche de la gestion du patrimoine a généré des revenus de 208 millions et celle des marchés financiers, 321 millions. »

            Donc secteur particulier = 645 millions
            Secteur « gestion du patrimoine » = 208 millions.

            Évidemment vous avez parlé de pourcentage donc si le montant au « retail » est de 2 milliards, 3.7% d’augmentation représente plus que 32.1 d’augmentation du « patrimoine » s’il ne compte que 100 millions.

            Serait-ce là le genre de « nuance »?

            Amicalement

            Elie l’Artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *