Belgique – Nordine Amrani le tueur belge, le cynisme et l’hypocrisie

 

Nordine Amrani

Les spécialistes du “choquage” à géométrie variable en sont pour leurs frais. Chercher à trouver du racisme où il n’y a rien vient de leur exploser à la face. En effet, le fameux tueur belge de Liège, en Belgique, n’avait que d’arabe le nom. Belge d’origine marocaine, Nordine Amrani  ne parlait pas arabe et n’avait pas de pratique religieuse. Bien. Donc, le considérer comme intégré à la société parce qu’il était soudeur, c’est encore les restes de ce substrat relatif au nom à consonance étrangère.

C’est en lisant, hier, le post de Maryam, Belge de surcroît, que j’ai décidé d’enquêter un peu plus sur le cas Nordine, ce natif de Ixelles, à Bruxelles, qui n’a jamais mis les pied au Maroc. Quatre personnes sont mortes et 125 blessées sous ses balles. Diantre, quel criminel ! Et là, on nous abreuve d’émissions spéciales, on cherche les responsabilités. Mais pourquoi détenait-il toutes ses armes ? Sa libération conditionnelle était-elle normale ? Quels sont les mobiles de cette fusillade, et tutti quanti ?

Petite hypothèse personnelle, qui rejoint le cynisme et l’hypocrisie médiatique. Face aux cris d’orfraie et aux indignations sélectives, et si, finalement, puisque les arabes ont fait preuve de faiblesse notoire et d’inaction abyssale durant le massacre par l’OTAN des Libyens (70 000 tués), Nordine avait voulu venger ces innocents ? Ah, ça vous choque ! Hélas, cette hypothèse est battue en brèche. En effet, la première victime est un gamin arabe, lui aussi Belge, Mehdi Belhaj, criblé de 4 balles. Du coup, au lieu de chercher midi quatorze heures, Nordine n’était ni raciste comme le tueur norvégien Anders Behring Breivik  ni pro-Kadhafi mais simplement fou, contrairement à son dernier rapport psychologique qui lui trouvait des raisons pour sa libération conditionnelle.

Ah, le tueur norvégien Anders Behring Breivik, lui, était un vrai raciste. Il a choisi un rassemblement où il savait qu’il y aurait une majorité d’étrangers. Quant à Nordine, il tirait indistinctement. Il se détestait, détestait la société mais aimait sa femme. Il a tué froidement une quadragénaire, Antonietta Racano, d’une balle dans la tête. Dans sa fusillade Place Saint-Lambert, il a tué un bébé de 17 mois, Gabriel, une vieille dame de 75 ans, le jeune Mehdi Belhaj, 17 ans, et un autre adolescent de 15 ans, Pierre. Les hôpitaux où sont hospitalisés des blessés graves disent qu’ils ne sont pas sûrs qu’ils s’en sortiront. 

Mais bien sûr, aucun journaliste des médias “mainstream”, ne cherchera à enquêter sur le génocide des Libyens. D’ailleurs, que vaut un Libyen à leurs yeux ? Rien, d’autant plus qu’ils ont accepté l’assassinat extrajudiciaire de leur guide, sans rechigner. De vrais criminels comme ce Nordine, Breivik et les autres, mais, à plus haute échelle.

INFO PEOPLEKANYE WEST ET KIM KARDASHIAN ENSEMBLE ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *