Benoit XVI démissionne. Et si un complot en cachait un autre ?

 

PIERRE JC ALLARD

Benoit XVI démissionne. Inusité. Cette demission, pourtant, ne me surprend pas.  Je l’attendais assez pour écrire, il y a quelques semaines, une série d’articles invitant les Chrétiens de toute allégeance à réclamer que l’élection du prochain pape soit confiée à l’Assemblée mondiale des évêques…  Cette demission “surprise” de Benoit XVI pourrait-elle être un premier pas pour en arriver à ce changement radical ?

Ne dites pas non trop vite, car il faut bien comprendre, que cette demission crée une situation volatile, totalement imprévisible.  Imprévisible, car on peut parler aujourd’hui de complots,  – et sans doute à raison, car comment quoi que ce soit qui n’est pas l’effet du pur hasard pourrrait-il résulter d’autre chose que d’un complot ?

“Complot”, c’est le nom qu’ont choisi les bien-pensants pour designer les plans qui les embêtent et dont ils ne connaissent pas tous les details, sous-entendant qu’eux, les biens pensants dans l’orthodoxie, sont parfaitement transparents. Ce qui est faux, bien sûr. En fait, tout est complot.  Les complots sont nombreux et ils sont partout. Les « bien-pensants » sont ceux dont les complots réussissent. Un complot réussit quand sa réalisation n’est pas empêchée ou ses conséquences contrecarrées par un autre complot…

On peut donc penser, avec une raisonnable certitude, que Sa Sainteté  Ratzinger n’a pas démissionné sur un coup de tête, mais a subi des pressions, politiques et financières diverses et contradictoire, dont celles que mentionne Jovanovic, lesquelle sont sans doute bien réelles, mais ne sont sans doute que les moins occultes.    …  Il ne faut pas dire « complot » et croire croire que tout soit réglé.

Il y aura bien des complots au cours des semaines qui viennent.  Il n y a pas seulement autant d’agendas personnels que de cardinaux, tous inspirés par l’Esprit Saint, mais autant de petits complots qui s’ourdiront que d’entités nationales, économiques, religieuses sur cette planète. Il n’y a rien, en effet, qui ne subira pas l’impact  de ce changement de la garde au Vatican. Chacun va donc croire devoir  agir, se positionner…  Il y aura beaucoup de mouvement…

Or, grâce à l’internet, toutes ces influences disparates qui                                                                                                                                               veulent s’exercer vont être touillées dans l’immense chaudron de l’opinion publique mondiale, en faisant un brouet de sorcières  dans lequel l’Eglise, le Vatican et la papauté ne seront, comme tout le reste – et comme les banquiers eux-mêmes – que des éléments plus ou moins conscients et plus ou moins ballotés par les évènement.  De ce brouet tout peut surgir. La situation que crée la démission de Benoit XVI est volatile, imprévisible. Ne désespérons donc pas qu’il puisse même en sortir du bien.

Le bien, ce serait que la hiérarchie supérieure de l’Église, qui ne représente plus en aucune façon ni la parole du Christ ni le consensus de ses fidèle, cède son pouvoir à une autre structure plus conforme aux besoins de notre époque.  Impossible ?   Peut-être pas, car deux (2) facteurs  peuvent se combiner pour le permettre.

D’abord, ne mésestimons pas l’exemple ambigu que vient de donner le pape lui-même.  La complexité et l’odieux des scandales et des maux qui frappent l’Église peut rendre bien moins gratifiante la tâche de piloter ce grand navire en perdition.   Il est evident que l’Église, dans sa forme actuelle, nest pas un projet d’avenir. Beucoup de ces cardinaux qui  doivent choisir le prochain pape ne préfèreraient ils pas – si on leur en donnaitune bonne excuse – prendre comme Ratzinger lui-même une retraite dorée ? Passer la main dans la dignité et avec une bonne conscience, leur depart acclamé par leurs ouailles reconnaissantes ?

Or cette bonne excuse est prête.  Il suffirait qu’on l’y incite sérieusement pour que la population catholique, qui ne se reconnait pas dans cette hierarchie de vieillards en rouge, réagisse et exige que le prochain pape soit élu par l’Assemblée mondiale des évèques et non par les cardinaux.  Il suffirait d’une petition en ce sens...  gérée avec habileté et des ressources  par ceux qui y trouveraient leur intérêt.

Le contexte pour le faire serait parfait, car cette petition qui, en d’autres circonstances, aurait pu apparaitre comme un acte d’insubordination, peut aujourd’hui, en s’adressant au conclave pendant le vide d’autorité crée par la démission du pape, prendre la forme d’une respectueuse supplique suggérant aux cardinaux de DÉLÉGUER leur pouvoir aux évêques.

Contexte parfait, car en démissionnant, le pape démissionnaire a créé un vide pour lequel il n’existe pas de précédant … tout en gardant une autorité morale lui permettant au besoin de combler ce vide et de contrôler cette demande de la base  qui, lui mort, aurait pu devenir anarchique et potentiellement multischismatique.

Tous les contextes favorables ne sont pas des complots, mais e pourrait-il que cette vielle roublarde qu’est l’Église ait manipulé ces jeunots que sont encore les banquiers au jeu des complots et qu’il sorte de ce charivari  inédit au Vatican un Église plus puissante ? Une Eglise forte de la confiance renouvelée que lui accorderait son milliard de fidèles sentant qu’on les écoute ? Une Église qui pourrait  introduire un nouveau paradigme moral pour remplacer le mercantilisme actuel  par quelque chose de plus inspirant… et remettre à leur place ces banquiers-usuriers qui commencent à nous faire vomir…

On le saura d’ici quelques semaines. La clef sera la contestation venant des Chrériens eux-mêmes, dont on serait bien naïf alors de  croire qu’elle n’a pas pris sa source et ne s’appuie pas sur ces 5 000 évêques  qui constituent le “middle management”  de l’Église et sa reserve de resources pour un changement.  On verra comment tout ceci évoluera… C’est la derniere chance pour l’Église.

Pierre JC Allard

6 pensées sur “Benoit XVI démissionne. Et si un complot en cachait un autre ?

  • avatar
    18 février 2013 à 5 05 25 02252
    Permalink

    Personnellement, un Pape qui démissionne quelque temps après les Vatileaks fait resurgir plusieurs questionnements.

    Il faut une raison plus que « majeure » pour que cela se produise malgré Vatileaks. Normalement, le Pape, devant la possibilité de faire un lien, serait décédé à son poste s’il n’y avait une raison encore plus importante.

    Reste à savoir la position de Benoit XVI dans toute cette magouille. Est-il chef ou victime?
    Cette question, je la pose simplement pour ménager les opinions.

    André Lefebvre

    Répondre
  • avatar
    18 février 2013 à 11 11 10 02102
    Permalink

    Cette démission de Benoît XVI pour motifs d’âge et de santé cache une réalité qui a déjà commencé à se révéler à travers un certain nombre d’évènements qui ont précédé et suivi cette démission. L’une d’elles est la présence, la veille de cette démission, du Grand Maître de l’Ordre de Malte qui fut suivi, dans les jours qui ont suivi, de la nomination d’un nouveau président de l’Institut des Oeuvres de religions et de la banque du Vatican : «l’Allemand Ernst von Freyberg, un avocat membre de l’Ordre de Malte, a été nommé vendredi à la tête de l’IOR, la banque du Vatican, privée de président depuis le limogeage d’Ettore Gotti Tedeschi en mai 2012, a annoncé le porte-parole du Saint-Siège.»
    Il y a des jeux de pouvoir dans les coulisses. L’argent y est pour quelque chose.

    Quant au mode d’élection, bien des avenues peuvent s’ouvrir, dont celle que vous évoquez. Il n’est pas inutile de rappeler que tout baptisé peut être candidat à la papauté sans qu’il soit prêtre, évêque ou cardinal. Un baptisé, élu pape, serait aussitôt ordonné prêtre et évêque. Je pense qu’un conseil de Grands Électeurs, venant des 5 continents, pourrait être également une alternative.

    Je travaille actuellement sur l’Ordre de Malte dans l’espoir de produire bientôt un texte sur le sujet.

    Répondre
  • avatar
    20 février 2013 à 3 03 17 02172
    Permalink

    Bonjour à tous.

    Certes, il y a eu Vatileaks et plusieurs autres dossiers « embarrassants » pour la papauté, mais n’oublions pas que Ratzinger est entré à reculons dans la fonction. Usé physiquement, et peut-être également frustré de ne pouvoir réformer le fonctionnement de la Curie, peut-être part-il « réellement » de sa propre volonté.

    Répondre
  • avatar
    20 février 2013 à 7 07 24 02242
    Permalink

    @ AL & OF

    Sans oublier une autre hypothese. Il ne part pas pour un goulag. Il se prend un petit meuble discret au Vatican, peut-être avec un couvert de vermeill et quellques Raphaels au mur, d’ou il pourrait jouer les Pere Joseph aupres d’un nouveau pape qui lui devra son élection… C’est aussi ce que j’aurais fait a sa place..

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    20 février 2013 à 7 07 24 02242
    Permalink

    @ AL & OF

    Sans oublier une autre hypothese. Il ne part pas pour un goulag. Il se prend un petit meuble discret au Vatican, peut-être avec un couvert de vermeill et quelques Raphaels au mur, d’ou il pourrait jouer les Pere Joseph aupres d’un nouveau pape qui lui devra son élection… C’est aussi ce que j’aurais fait a sa place..

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    21 février 2013 à 15 03 08 02082
    Permalink

    Cette démission de Benoît XVI pour motifs d’âge et de santé cache une réalité qui a déjà commencé à se révéler à travers un certain nombre d’évènements qui ont précédé et suivi cette démission. L’une d’elles est la présence, la veille de cette démission, du Grand Maître de l’Ordre de Malte qui fut suivi, dans les jours qui ont suivi, de la nomination d’un nouveau président de l’Institut des Oeuvres de religions et de la banque du Vatican : «l’Allemand Ernst von Freyberg, un avocat membre de l’Ordre de Malte, a été nommé vendredi à la tête de l’IOR, la banque du Vatican, privée de président depuis le limogeage d’Ettore Gotti Tedeschi en mai 2012, a annoncé le porte-parole du Saint-Siège.»
    Il y a des jeux de pouvoir dans les coulisses. L’argent y est pour quelque chose.

    Quant au mode d’élection, bien des avenues peuvent s’ouvrir, dont celle que vous évoquez. Il n’est pas inutile de rappeler que tout baptisé peut être candidat à la papauté sans qu’il soit prêtre, évêque ou cardinal. Un baptisé, élu pape, serait aussitôt ordonné prêtre et évêque. Je pense qu’un conseil de Grands Électeurs, venant des 5 continents, pourrait être également une alternative.

    Je travaille actuellement sur l’Ordre de Malte dans l’espoir de produire bientôt un texte sur le sujet.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *