Bienvenue dans les aéroports américains: agression ou dose de radiation?

Image Flickr par Mario Sixtus, gTarded, Pierre-Paul Feyte et 89AKurt

Par François Marginean

Mieux vaut le dire d’entrée de jeu, il serait préférable de cesser de prendre l’avion vers les États-Unis pour les temps à venir. C’est la consternation dans les aéroports américains depuis que la TSA (Transportation Security Administration), l’Agence nationale américaine de sécurité dans les transports qui fut créée après les événements du 11 septembre 2001, a introduit ces fameux scanneurs corporels et surtout, de nouvelles procédures de fouilles corporelles.

Le choix présenté aux voyageurs aériens par la TSA, lorsque vient le temps de passer la sécurité, se résume à peu près à ceci: prendre une dose de radiation par scanner ou bien subir une fouille corporelle qui constitue ni plus ni moins un attentat à la pudeur s’apparentant dans certains cas à une agression sexuelle. Effectivement, on est passé du traditionnel détecteur de métal et occasionnellement de la fouille générale du dos de la main à la surface des vêtements pour détecter une arme, au scanner corporel à ondes millimétriques ionisantes potentiellement mutagènes et cancérigènes qui montre les gens à nu et la fouille corporelle complète avec les mains, incluant entre les jambes jusqu’à ce que l’agent rencontre de la résistance, les seins et les organes génitaux, peu importe le sexe de l’agent de la TSA ou du passager.

La raison évoquée par les autorités américaines, canadiennes et de nombreux autres pays européens est la sécurité. Il faut assurer la sécurité des passagers contre des attentats terroristes. Cela s’est accentué et justifié davantage depuis l’attentat bidon d’un étudiant nigérien de 23 ans, Umar Farouk Abdulmutallab, qui avait supposément tenté de détoner une bombe à bord du vol 253 de Northwest, en partance d’Amsterdam vers Détroit, le 25 décembre 2009.

On se rappellera qu’Umar Farouk Abdulmutallab, un jeune homme provenant d’un pays musulman, voyageant seul et sans bagage, avait apparemment pu monter à bord de l’avion sans passeport alors qu’il était fiché dans la banque de données sur le terrorisme des États-Unis depuis deux ans, tout cela en transportant joyeusement des explosifs attachés à ses sous-vêtements malgré le fait que l’aéroport d’Amsterdam utilisait déjà ces superscanners corporels.

La sécurité et les risques d’être tué dans un attentat terroriste

Au nom de la « sécurité », on demande à la population de se soumettre docilement à des fouilles perverses ou à poser nu pour des agents du gouvernement tout en se prenant une dose de radiation. Il serait alors peut-être bon de mettre les choses en perspective avant de sombrer dans l’hystérie collective et de réclamer plus de ces coûteux scanners dans les aéroports. Pour évaluer le bien-fondé de cette dite « sécurité » qui ne fait que reculer nos droits et libertés, il faut analyser les risques véritables de terrorisme qu’encourent les voyageurs aériens. Pour ce faire, cet article est des plus éloquents: LES CHIFFRES RIDICULES DU TERRORISME.

Voici ce qu’on peut y trouver:

– Ces dix dernières années, aux États-unis, il n’y a eu que six attentats ou tentatives d’attentat terroriste à bord d’un avion : les avions du 11 septembre, la bombe dans la chaussure de Richard Reid en 2001 et enfin la bombe dans le slip sur le vol NWA 253 en décembre dernier.

– Sur la même période, aux Etats-unis toujours, il y a eu 99 320 309 vols commerciaux qui ont atterri ou ont décollé (chiffres TSA). Si on divise par six, cela fait un attentat ou une tentative d’attentat tous les 16 553 385 envols ou atterrissages.

– Mis bout à bout, ces vols ont parcouru environ 69 415 786 000 miles nautiques (111 713 878 704 Km). Il y a donc eu environ un incident terroriste aérien aux Etats-unis tous les 11 569 297 667 miles parcourues. Cela équivaut à environ 1 459 664 fois le tour du monde, 24 218 allers-retours entre la Terre et la Lune ou deux allers-retours vers la planète Neptune.

– Si on estime une vitesse de vol moyenne de 425 miles/h (env. 600 Km/h), nos avions ont donc passé 163 331 261 d’heures en vol. Il y a donc eu environ un incident terroriste aérien aux Etats-unis toutes les 27 221 877 heures de vol. Ou si vous préferez, un incident terroriste tous les 1 134 245 jours de vol. Ou encore, un incident terroriste toutes les 3 105 années de vol.

Il y avait un total de 674 passagers, sans compter l’équipage ou les terroristes, sur les vols où se sont produits ces incidents. Sur la même période, il y a eu 7 015 630 000 passagers de vols commerciaux aux Etats-unis.

Ces dix dernières années, un passager aérien avait donc une chance sur 10 408 947 d’être sur un vol affecté par un attentat terroriste. Par comparaison, aux Etats-unis, vous avez environ une chance sur 500 000 d’être frappé par la foudre. Je ne vois personne se mobiliser pour faire installer des paratonnerres dans tous les lieux publics.

En 2005, le « Center for Disease Control » aux USA a publié les statistiques suivantes:

  • 1 chance sur 126 de mourir d’une crise cardiaque
  • 1 chance sur 169 de mourir d’un cancer
  • 1 chance sur 400 d’avoir une malade cardiaque
  • 1 chance sur 520 d’attraper un cancer
  • 1 chance sur 1 245 de vous faire assassiner si vous viviez dans une grande ville dans les années 1990
  • 1 chance sur 2 900 de mourir dans un accident
  • 1 chance sur 7 000 de mourir dans un accident de voiture
  • 1 chance sur 9 200 de vous suicider
  • 1 chance sur 12 400 d’attraper la maladie d’Alzheimer
  • 1 chance sur 18 100 de mourir assassiné
  • 1 chance sur 21 004 de mourir du SIDA
  • 1 chance sur 43 000 d’attraper une hernie
  • 1 chance sur 88 000 de mourir dans un attentat terroriste
  • 1 chance sur 1 500 00 d’être victime d’un attentat terroriste contre un centre commercial, partant du principe qu’il y aurait un attentat par semaine et que vous consacrez deux heures par semaine à faire vos courses.
  • 1 chance sur 55 000 000 d’être victime d’une attaque terroriste contre un avion de ligne, partant du principe qu’il y aurait une attaque par mois et que vous prenez l’avion une fois par mois.

Voilà qui devrait mettre les choses en perspective. Pas encore convaincu? Voici une autre statistique qui fait réfléchir. Le Wall Street Journal a publié un article, accompagné d’un complément, qui traite de ce sujet en analysant quelques surprenantes statistiques. Depuis l’an 2000, les probabilités de mourir d’un acte de terrorisme à bord d’un vol commercial américain sont de 1 sur 25 millions. Les probabilités d’être frappé par la foudre sont de 1 sur 500 000. C’est bien cela, on a cinquante (50) fois plus de chances d’être frappé par la foudre que de mourir dans une attaque terroriste à bord d’un avion. N’est-ce pas révélateur?

Par conséquent, si les autorités et les médias hallucinent littéralement sur la « menace » terroriste au point de terroriser la population entière et de lui imposer des mesures de sécurité liberticides et criminellement envahissantes, où est le branle-bas de combat pour prévenir et protéger la population de la foudre? Où sont les dispositifs de sécurité et les pages premières de journaux?

De plus, les « terroristes », ils ne sont pas cons. Du moins, pas tous. Même si une sécurité pouvait être efficace à 100% et sans failles, ce qu’il est impossible à atteindre, les terroristes choisiront de faire exploser leurs engins ailleurs! S’ils ne peuvent monter à bord d’un avion, ils les feront exploser dans l’aéroport même, dans un autobus, un centre d’achats ou tout autre endroit public. Le résultat sera le même! Pourquoi prendre le risque de monter à bord d’un avion? Il y a énormément d’endroits encore plus sensibles et stratégiques.

Si une bombe venait qu’à exploser dans un centre d’achats, devra-t-on y installer des scanners corporels et instaurer des fouilles manuelles par des agents du gouvernement ou de compagnies privées de sécurité?

Tout le monde y passe

Cette histoire concerne tous les voyageurs aériens, partout dans le monde. Mais la situation est plutôt explosive et extrême aux États-Unis ces derniers temps. C’est qu’on ne permettrait pas à un étranger de prendre une photo à nu de soi ou encore de se faire toucher partout sur le corps par un inconnu. Seulement que l’idée de voir votre femme, votre jeune enfant ou votre vieille mère se faire palper par un individu inconnu ou de se faire prendre en photo complètement nu pourrait en mener plusieurs à la violence ou à des poursuites judiciaires pour attouchements sexuels ou même pédophilie.

Pourtant, c’est maintenant un fait quotidien dans les aéroports aux États-Unis. De jeunes enfants sont déshabillés par des agents de la TSA et ceux-ci vont jusqu’à mettre leurs mains dans les sous-vêtements des gens. Ceux qui refuseraient le scanner et la fouille risquent d’être mis en état d’arrestation, être poursuivis en justice et même recevoir de lourdes amendes. Pendant ce temps-là, des millions de boites sont acheminées vers les États-Unis à chaque année et seulement 1% de celles-ci sont scannées pour détecter des explosifs.

Les scanners corporels – utilité et effets sur la santé

Ces scanners sont-ils réellement utiles, efficaces et sans danger pour la population? Voici quelques faits intéressants:

Les scanners corporels sont un gaspille d’argent, selon un expert israélien de la sécurité aérienne. Rafi Sela a expliqué au gouvernement canadien qu’il avait perdu des millions de dollars en installant ces machines « inutiles » dans les aéroports à travers le pays. «Je ne sais pas pourquoi tout le monde se précipite pour acheter ces machines coûteuses et inutiles. Je peux surmonter les scanners corporels avec assez d’explosifs pour abattre un Boeing 747», a-t-il déclaré aux parlementaires d’une étude sur l’état de sécurité de l’aviation au Canada. «C’est pourquoi nous ne les avons pas installés dans notre aéroport « , a déclaré Sela, se référant à l’aéroport international David-Ben-Gourion à Tel Aviv, qui est parmi les plus sévères dans le monde au niveau de la sécurité. Sela, ancien chef de la sécurité de la Israel Airport Authority et un vétéran de 30 ans dans la sécurité aéroportuaire et de la technologie de défense, a aidé à concevoir la sécurité à Ben-Gourion.

Les scanners corporels ont «des effets mutagènes». Un professeur en biochimie d’une université californienne a déclaré que l’affirmation de l’administration Obama selon laquelle les scanners corporels ne posent pas de risques pour la santé des voyageurs aériens, est une «erreur».

Les scanners corporels pourraient être dangereux, selon des scientifiques. Ces scientifiques américains ont averti que les scanners à rayons X qui sont utilisés pour contrôler les passagers et les équipages des compagnies aériennes dans les aéroports à travers le pays, peuvent être dangereux: «Ils disent que le risque est minime, mais statistiquement, quelqu’un va développer un cancer de la peau, dû à ces rayons X», a déclaré le Dr. Michael Love, qui dirige un laboratoire de rayons X dans le département de la biophysique et la chimie biophysique à l’Université de médecine de Johns Hopkins University.

Les scanners dans les aéroports sont tout aussi susceptibles de vous tuer qu’un terroriste à la bombe faisant exploser votre avion dans le ciel, un éminent chercheur a révélé. Ces machines controversées ont été installées dans les principaux aéroports à travers le monde, y compris au Royaume-Uni, faisant craindre qu’une exposition accrue aux rayons nocifs pourrait causer le cancer. Maintenant, un professeur de physique des États-Unis a ajouté au débat en affirmant que les scanners sont redondants parce que les gens sont tout aussi susceptibles de développer un cancer suite à l’exposition aux radiations que vous l’êtes de mourir dans un attentat terroriste sur un avion.

Des scientifiques de l’Université de la Californie à San Francisco étaient si inquiets qu’ils ont écrit une lettre à l’Office de la science et la technologie de la Maison Blanche en avril 2010, pour les alerter au sujet des dangers des scanners.

Obama poussent ardemment les gens ordinaires à accepter tout cela sans brocher, alors qu’il se vante de ne pas avoir à passer par ces mesures de « sécurité ». Si les gens doivent se soumettre à cette médecine, Michelle Obama et ses filles devraient elles aussi s’y plier. Il semble aussi que les membres du Congrès n’ont pas à subir ces mesures de sécurité.

Un sergent-major de la US Army, qui sert aujourd’hui en Afghanistan, a écrit à propos de la nouvelle procédure de fouille accrue de la TSA. Le résumé de son message très puissant: dans le but d’éviter d’offenser gravement la population afghane et d’éviter de projeter l’apparence d’un état de sécurité hors de contrôle, l’armée américaine a interdit l’utilisation sur les civils afghans des mêmes pratiques que la TSA est en train de faire subir aux voyageurs civils dans les aéroports des États-Unis.

Qui profite?

Le gouvernement américain a utilisé 25 millions de dollars des fonds de relance économique pour acheter et installer des scanners corporels dans les aéroports dans un effort de renforcer la sécurité et créer des emplois. La TSA a utilisé ces fonds pour l’achat de 150 scanners corporels, selon la porte-parole de la TSA, Sarah Horowitz. Ces scanners qui utilisent les rayons X pour fournir des images détaillées d’objets cachés dans ou sous les vêtements d’une personne, sont fabriqués par Rapiscan, une filiale de Hawthorne (OSIS). Le coût unitaire des scanners est de $150 000 à $180 000, selon la compagnie.

Depuis la tentative d’attentat contre un avion américain le jour de Noël dernier, l’ancien secrétaire du Homeland Security, Michael Chertoff, a donné des dizaines d’entrevues aux médias vantant la nécessité d’acheter plus de scanners corporels pour les aéroports par le gouvernement fédéral. Ce qu’il n’a pas mentionné, c’est que le Groupe Chertoff, son agence de conseil en sécurité, possède un client qui fabrique ces machines. Chertoff divulgué ce lien sur un programme de CNN, en réponse à une question.

Chertoff a commandé ces scanners corporels alors qu’il était toujours à la tête du Homeland Security, avant même l’attentat bidon du vol 253 de Northwest. Maintenant, il en profite.

Tim Carney du Examiner, souligne qu’une société nommée Rapiscan a obtenu un contrat de 165 millions de dollars pour les scanners corporels seulement quatre jours après l’incident du vol 253 de Northwest de Noël dernier. Rapiscan est politiquement connecté, observe Carney, sans surprise. Tel qu’il l’est pour les autres connexions politiques de la compagnie, il apparaît également que nul autre que George Soros, le financier milliardaire, détenait 11 300 parts de OSI Systems Inc, la société qui possède Rapiscan. Le stock d’OSI s’est considérablement apprécié au cours de l’année. Soros est certainement un investisseur avisé.

Le chef de la direction de l’une des deux entreprises autorisées à vendre des scanners corporels à la TSA, a accompagné le président Barack Obama en Inde plus tôt ce mois-ci, un signe clair des liens profonds entre les politiciens de Washington et les entreprises des pressions pour que les scanners corporels soient installés à tous les aéroports américains. Deepak Chopra, président et chef de la direction des systèmes OSI (aucun lien avec le spiritualiste New Age), faisait partie d’un certain nombre de dirigeants qui ont voyagé avec le président lors de son voyage de trois jours en Inde, qui a porté essentiellement sur l’élargissement des liens commerciaux entre les États-Unis et la nouvelle puissance asiatique.

Le fait qu’un fabricant de scanners corporels ait accompagné le président américain lors de son voyage à l’étranger montre l’étendue des liens entre l’industrie et le gouvernement des États-Unis. C’est le fabricant d’un des scanners corporels a accompagné le président américain sur un voyage à l’étranger montre l’étendue des liens entre l’industrie et le gouvernement des États-Unis. De nombreux observateurs ont attiré l’attention sur Michael Chertoff, l’ex-secrétaire de la sécurité intérieure, et le fait que le Groupe Chertoff compte OSI comme client. Mais les dirigeants de la TSA ont affirmé ne pas être au courant des conflits d’intérêts de Chertoff. D’ailleurs, le chef de la TSA, John Pistol, a réitéré que l’administration n’avait absolument aucune intention de changer leurs politiques de surveillance, assurant que la TSA est «la dernière ligne de défense du gouvernement US» et que tous les incidents d’attouchements étaient «appropriés» pour arrêter les terroristes.

Les agents de TSA – fiabilité et crédibilité

Les agents de la TSA avaient une réputation jusqu’à lors d’être ineptes à vraiment prévenir les menaces de retrouver des bombes sur les avions. En effet, les agents manquaient de 60 à 75% des fausses bombes passées sous leur nez par des enquêteurs sous couvert alors que certains d’entre eux se proclamaient être des dieux.

Un agent de la TSA a été arrêté le 3 janvier au Terminal Un à Los Angeles (LAX). Il venait tout juste de terminer son travail et se comportait de façon erratique, en disant: «Je suis Dieu, je suis en charge. » Pendant ce temps, une enquête interne de la TSA a permis de mettre à jour des preuves selon lesquelles des agents de la TSA à LAX avaient utilisé de la drogue lors d’une fête.

Un travailleur de la TSA a fait semblant de trouver de la drogue dans le sac d’un passager à l’aéroport international de Philadelphie en janvier et il avait joué ce tour plus d’une fois. Il aurait dit à une de ses victimes «qu’elle devrait admettre que c’était drôle», selon des documents de la TSA.

Un autre a été arrêté en relation avec l’agression d’une jeune fille, a déclaré le shérif du comté d’Orange. L’homme a dit aux enquêteurs qu’il avait prévus de faire de cette fille son «esclave sexuelle», selon le rapport d’arrestation diffusé par les médias locaux.

Un employé de la TSA a été mis sous arrestation pour avoir volé plus d’une centaine d’articles qu’il sortait des bagages et d’avoir tenté de les revendre sur eBay. Il est accusé d’avoir volé plus de cent objets de valeur, dont 66 caméras, tout en travaillant pour la Transportation Security Administration.

Alors, qu’elle est la véritable menace pour les voyageurs?


L’opposition fuse de toute part

Heureusement, une forte résistance se dresse devant ces mesures tyranniques. Dans ce sondage, plus de 97% des répondants se sont dits contre ces procédures et ont manifesté l’intention de changer leur habitude de voyage et de transport. Un large groupe de citoyens ont démarré une initiative ayant pour but de refuser de prendre l’avion pour se déplacer: WE WON’T FLY!

En ce 24 novembre, une rébellion est organisée pour inviter les gens à ne pas voyager par avion. ?Les gens de tous les horizons rejettent la mise en place de ces machines d’imagerie à radiation dans ?les aéroports et se défendent? contre la brutalité et de tâtonnement auxquels les femmes et les enfants sont soumis de la part des responsables de la TSA. Plusieurs syndicats et associations de pilotes ont conseillé à leurs membres d’éviter les scanners, tout en dénonçant les fouilles sommaires renforcées comme étant humiliantes et sur un pied d’égalité avec le harcèlement sexuel. Dans un coup dur pour les scanners de la TSA, le président de l’Association des pilotes alliés (APA) a publié une lettre demandant instamment à tous les pilotes de ne pas utiliser les scanners corporels, aussi connus sous le nom Advanced Imaging Technology (AIT). «Les dispositifs AIT en cours de déploiement produisent des rayonnements ionisants qui pourraient être nuisibles à votre santé», a écrit le président de l’Allied Pilots Association, Dave Bates. Les agents de bord ont aussi envoyé le même message à la TSA.

Des protestants en Allemagne ont défilé presque nus dans un aéroport pour lutter contre ces scanners. Le sénateur Michael J. Doherty (R-Hunterdon, Warren) et le sénateur James Beach (D-Camden) ont annoncé qu’ils allaient présenter des résolutions au Sénat et à l’Assemblée, demandant au Congrès américain de mettre fin à des procédures de dépistage de la TSA. Leur action vient en réponse aux nombreuses préoccupations sur la vie privée et de radiation, ainsi que les rapports de conduite inappropriée des agents de la TSA au cours du processus de dépistage. L’aéroport international de Sanford à Orlando a décidé de se retirer du dépistage de la TSA. Il est temps de démanteler la TSA.

Vu toute cette opposition, est-ce que l’administration ou autres agents néfastes prépareront un «évènement terroriste» pour qu’Obama et la TSA puissent dire: «nous avons tout essayé de vous protéger, mais vous avez refusé de nous obéïr»?

Conclusion

Terminons avec un peu d’humour provenant d’un grand comédien américain qui savait dire les choses telles qu’elles sont, le tant regretté George Carlin:

George Carlin on Airport Security

Écouter et propager ces vidéos:

Scanners corporels pornographiques – Quand toutes les limites sont dépassées

Partie 1/3

Partie 2/3

Partie 3/3

25 pensées sur “Bienvenue dans les aéroports américains: agression ou dose de radiation?

  • avatar
    24 novembre 2010 à 10 10 30 113011
    Permalink

    La situation prévaut ici aussi, au Canada. On oblige à montrer les soutien-gorges, les prothèses, on palpe la chaire. Les Canadiens sont de plus en plus troublés et fâchés contre ces mesures tyranniques et totalitaires:

    Intrusive airport searches rankled Canadians

    The Canadian Press – OTTAWA – Bras were revealed, artificial joints probed and flesh squeezed, prompting scores of complaints last year from disgruntled Canadians subjected to physical searches at airports across the country.

    A 56-year-old woman travelling with her husband through Calgary in June 2009 objected to the thorough physical search a female screening officer gave her in front of other passengers.

    « I have no doubt the woman knows my cup size and the size of my underwear, » she wrote.

    « She felt my body from top to bottom, running her fingers along the underwire of my bra and feeling my breasts, all in full view of every passenger and employee in the area. And she seemed to take great delight in doing so.

    « It was degrading, embarrassing and humiliating. »

    A man en route to Ottawa early one morning wrote that he’d « never been so humiliated » by his search, which included a check of his collar, belt, waistband, « up and down my legs, my butt and my chest and back. »

    A woman screened at the Regina airport in October 2009 complained of being « mortified by the unexpected exposure of my body. »

    « I was informed that I would be ‘patted down’ and the agent then proceeded to lift my shirt up to the bottom of my bra without warning, exposing my stomach, and bottom of my breasts. »

    A screener at the Montreal airport examined the prosthesis in a man’s left shoe. « But the girl then ran her wand over the stump of my foot — when it was blatantly obvious that something was missing, and no foreign object could be present! »

    The complaints were among 1,520 received in 2009-10 by the Canadian Air Transport Security Authority from passengers annoyed about searches, rude behaviour, confiscation of items, the introduction of full-body scanners and other issues.

    Voici ce que je prédis: ils ne vont pas vouloir s’arrêter là, avec les aéroports. Ils veulent installer ces dispositifs totalitaires à la Big Brother partout dans les lieux publics. Centres d’achats, métros, stations de train et autres endroits tels que les banques, etc.

    Qui sont les suspects? TOUT LE MONDE. Tous de présumés terroristes et coupables; ayant à prouver notre innocence au lieu d’être présumé innocent jusqu’à preuve du contraire.

    On nous pousse à la soumission, à l’obéissance et loyauté envers le gouvernement. On nous déshumanise étape par étape, on nous entraine à être traité comme du bétail.

    Moins de liberté pour avoir plus de sécurité est une fausse équation. Historiquement, moins de liberté a toujours mené à plus de tyrannie. Ceux qui sont prêts à reléguer de leur liberté pour avoir plus de sécurité ne méritent ni un ni l’autre; ils perdront les deux. C’est les paroles d’un des pères fondateurs des États-Unis.

    Répondre
  • avatar
    24 novembre 2010 à 11 11 26 112611
    Permalink

    My Favorite Intrusive Body Scanner Cartoons compiled by Dayrl Cagle


    Those new body scanners that show our naked bodies to TSA security personnel are an embarrassment to most travelers, but they are welcomed by cartoonists. Here’s a sampling of naked scanner cartoons from around the world, starting with my own cartoon which gave me the rare opportunity to draw Lady Liberty’s boobs.

    Cartoonist, Luo Jie, of the China Daily newspaper, sees the scanners as a natural evolution …

    This one by French cartoonist, Frederick Deligne of the Nice-Matin newspaper, made me laugh …

    Cartoonist John Darkow of the Columbia (MO) Daily Tribune may be spending too much time on the internet …

    Cam Cardow, the cartoonist for the Ottawa Citizen in Canada, sees the scanners as especially revealing …

    Cartoonists relish every opportunity to draw naked public officials. Here is Janet Napolitano by Taylor Jones, the Staten Island based cartoonist for Puerto Rico’s El Nuevo Dia newspaper.

    J.D. Crowe of the Mobile (AL) Press-Register sees the romance in the TSA …

    This one is from my buddy, Jimmy Margulies of the New Jersey Record

    … And Joe Heller of the Green Bay (WI) Press-Gazette has some scanner holiday spirit …

    Répondre
  • avatar
    24 novembre 2010 à 16 04 54 115411
    Permalink

    Bon article François, comme à ton habitude.

    Et en lisant, je n’ai pu m’empêcher de fredonner la chanson interdite aux U.S.A. en octobre 2001:

    DG

    Répondre
  • avatar
    24 novembre 2010 à 17 05 38 113811
    Permalink

    Excellent article comme d’habitude. Il est rare de lire un VRAI journaliste !
    Merci !

    Répondre
  • avatar
    24 novembre 2010 à 23 11 19 111911
    Permalink

    Bravo! François,
    Nous vivons dans un monde affolé et ‘contrôlant ».
    J’ai apprécié la partie « statistiques » qui démontre clairement le « trop ».
    POur un monde meilleur, et une santé financière meilleure, il faut savoir juger de la pertinence et des risques qui la plupart du temps ne valent pas les « placements ».
    À se demander si tout n’est pas prétexte pour « activer » encore cette maudite industrie.
    On parle d’imposer le port du casque à vélo. J’adore faire du vélo en « chapeau » … Liberté.
    N’est-ce pas ce qu’un État peut donner à ses citoyens?
    On ne peut plus faire un pas sans se buter à un règlement pour notre « bien commun ».
    Il existe des États aux USA où on peut faire de la moto sans casques. Dans 99% des accidents de moto, les casques ne servent pas à grand chose. À moins de tomber en l’enfourchant…
    Bonne journée!

    Répondre
    • avatar
      25 novembre 2010 à 0 12 26 112611
      Permalink

      Bientôt ils vont nous obliger à porter un casque pour faire l’amour!

      La plus grande menace, c’est le gouvernement! Et il n’existe malheureusement pas de casque pour se protéger d’eux!

      Je constate que vous nous avez gâté avec un nouvel avatar! Vous n’avez pas la tête d’un agent de la TSA, c’est bon!

      Répondre
      • avatar
        25 novembre 2010 à 0 12 35 113511
        Permalink

        🙂
        C’est ce que j’avais écrit dans un billet. Aussitôt que quelqu’un mourra en tombant du lit, on va songer au LHP: Love Helmet Protection.
        L’avatar.
        Je suis à en préparer un « propre ». Celui-là date de l’été dernier. 32 degrés. Caché derrière un buisson.
        Je craignais de me faire assassiner pour « activisme déboussolé ».
        Bonne journée François.

        Répondre
    • avatar
      25 novembre 2010 à 10 10 53 115311
      Permalink

      Pour des raisons de sécurité, des scanners corporels ont été installés dans les aéroports. Cette nouvelle contrainte pour les passagers est-elle justifiée?
      J’ai oublié d’inclure la question…
      56%, oui. Étonnant.

      Répondre
      • avatar
        25 novembre 2010 à 11 11 38 113811
        Permalink

        Ouais, ça me fait penser un sondage d’un des grands médias américains qui prétendait que plus de 80% des Américains se disaient en faveur de ces nouvelles mesures. Bullshit, oui! La grande majorité des Américains sont absolument contre ces nouvelles mesures. Ils essaient de créer un mouvement de moutons de type: « ah, tout le monde pense comme ça, donc je vais penser comme ça moi aussi ».

        Répondre
        • avatar
          25 novembre 2010 à 12 12 10 111011
          Permalink

          En voilà un exemple:

          Body scanners unveiled at JFK Airport; Homeland Security Sect. Janet Napolitano doesn’t volunteer

          Department of Homeland Security Secretary Janet Napolitano yesterday hailed them as an important breakthrough for airport security and the fight against terrorism.

          Yet when it came to testing the devices – which produce chalky, naked X-ray images of passengers – she turned the floor over to some brave volunteers.

          Webmaster’s Commentary:

          Note that the online poll shows 80% oppose the machines, directly contradicting that single CBS « poll » still being plastered all over ABCNNBBCBSFOX trying to sell us the idea that 3/4 of Americans love getting cancer from the naked scanner machines.

          Répondre
  • avatar
    25 novembre 2010 à 21 09 54 115411
    Permalink

    Excellent article. Bonne idée de publier George Carlin! 🙂

    Voici la solution à toute la controverse soulevée par les scanners dans les aéroports :
    Installez une cabine de contrôle où les passagers ne seront pas radiographiés, mais feront détoner n’importe quel engin explosif qu’ils pourraient porter. Gagnant-gagnant pour tout le monde : on évite le fichu profilage racial, et la méthode élimine les longs et coûteux procès. Justice rendue, rapidement et efficacement. C’est tellement simple que c’en est génial. Je peux l’imaginer. Vous êtes au terminal de l’aéroport et vous entendez un bruit d’explosion assourdi. Peu après le système de sonorisation annonce : « Attention passagers en attente, nous avons maintenant une place disponible pour le vol numéro 4665 … Alerte Entretien : Shop Vac requis à la cabine numéro 4. »

    Nous ferions sauter du même coup cette source de pollution radioactive…

    http://situationplanetaire.blogspot.com/2010/08/scanner-aeroport.html

    Répondre
  • avatar
    26 novembre 2010 à 10 10 46 114611
    Permalink

    Une femme dans sa période de menstruation sujette aux tâtonnements de la TSA parce que son protège-slip obscurcissait sa vulve sur le pornoscanner

    Une soi-disante « suiveuse des règles » a passé au travers d’un pornoscanner à l’aéroport alors qu’elle portait un protège-slip (elle avait ses règles). Parce que l’item d’hygiène masquait la vue de l’examinateur au niveau de sa vulve, elle a dû supporter une palpation humiliante, « si envahissante que j’ai pleuré en me remémorant des souvenirs que je pensais être réglés il y a des années, à propos de violences sexuelles que j’ai subie dans le passé ».

    Répondre
  • avatar
    26 novembre 2010 à 10 10 51 115111
    Permalink

    Dans le même veine:

    Woman claims breasts led to airport pat-down

    A Maryland woman says she caught two male Transportation Security Administration workers eyeing her breasts before they pulled her aside for a pat-down at the Orlando International Airport.

    « It was pretty obvious. One of the guys that was staring me up and down was the one who pulled me over, » Eliana Sutherland told Florida television station Click Orlando. « Not a comfortable feeling. »

    Répondre
  • avatar
    27 novembre 2010 à 4 04 01 110111
    Permalink

    Comment les fréquences terahertz des scanners déchirent votre ADN:

    TSA SCANNERS – How Terahertz Waves Tear Apart DNA

    A new model of the way the THz waves interact with DNA explains how the damage is done and why evidence has been so hard to gather.

    The evidence that terahertz radiation damages biological systems is mixed. « Some studies reported significant genetic damage while others, although similar, showed none, » say Boian Alexandrov at the Center for Nonlinear Studies at Los Alamos National Laboratory in New Mexico and a few buddies. Now these guys think they know why.

    Alexandrov and co have created a model to investigate how THz fields interact with double-stranded DNA and what they’ve found is remarkable. They say that although the forces generated are tiny, resonant effects allow THz waves to unzip double-stranded DNA, creating bubbles in the double strand that could significantly interfere with processes such as gene expression and DNA replication. That’s a jaw dropping conclusion.

    And it also explains why the evidence has been so hard to garner. Ordinary resonant effects are not powerful enough to do do this kind of damage but nonlinear resonances can. These nonlinear instabilities are much less likely to form which explains why the character of THz genotoxic
    effects are probabilistic rather than deterministic, say the team.

    This should set the cat among the pigeons. Of course, terahertz waves are a natural part of environment, just like visible and infrared light. But a new generation of cameras are set to appear that not only record terahertz waves but also bombard us with them. And if our exposure is set to increase, the question that urgently needs answering is what level of terahertz exposure is safe.

    Répondre
  • avatar
    27 novembre 2010 à 6 06 06 110611
    Permalink

    @vilistia

    Ça fait très longtemps que non seulement ils ont préparé tout le nécessaire pour une agression de l’Iran, mais aussi une option nucléaire.

    De plus, plusieurs provocations ont été mené contre l’Iran, ainsi que des « false flag attack ».

    Répondre
  • avatar
    27 novembre 2010 à 9 09 12 111211
    Permalink

    Si les américains étaient plus réflexifs et moins crédules, ils pourraient se poser la question de savoir pourquoi focaliser sur les transports quand il y a tant de cibles plus vulnérables alentours. Les centres commerciaux par exemple. S’il y avait suffisamment de terroristes aux États-Unis pour justifier la présence et l’existence même de Homeland Security, des bombes exploseraient sans arrêts dans les plus grands centres commerciaux a travers le pays. L’effet serait même bien plus dévastateur que de faire exploser un avion de ligne commercial.

    De fait, si des terroristes veulent vraiment attaquer les voyageurs aériens, ils n’ont même pas besoin de monter a bord des avions. Tout ce qu’ils auraient a faire est de se mettre au milieu des passagers en attente de passer la sécurité des scanners de la TSA et de faire péter leurs bombes. La TSA leur a mâché le travail en agglomérant les cibles.

    La preuve finale qu’il n’y a pas de terroristes est qu’aucun des néo-conservateurs ou officiels du gouvernement responsables du régime Bush de l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak, ou du régime Obama qui est responsable de massacres de Pakistanais, de Yéménites et de Somaliens, n’ont été assassinés, ni d’ailleurs aucun Américains responsables des mensonges, déceptions et des invasions qui ont détruit les vies d’innombrables musulmans n’ont une sécurité rapprochée. Si des musulmans ont été capables de perpétrer le 11 Septembre, ils sont sûrement capables d’assassiner Rumsfeld, Cheney, Wolfowitz, Perle, Feith, Libby, Rice, Kristol, Bolton, Goldberg et bien d’autres, de maniere coordonnée dans la même journée.

    Si Al Qaida était vraiment ce que le gouvernement affirme qu’il est, il ne se focaliserait pas sur des cibles futiles comme les passagers de vols commerciaux. L’organisation, si elle existe, focaliserait sur ses vrais ennemis. Essayez d’imaginer la valeur propagandiste pour des terroristes d’annihiler les néo-conservateurs d’un coup, suivi par un communiqué déclarant que tous les membres du gouvernement fédéral, jusqu’au dernier de ses fonctionnaires, chaque membre du parlement et du sénat, et chaque gouverneur d’état, seront les prochains sur la liste.

    Ceci serait le vrai terrorisme au lieu de cette mascarade associée avec une bombe chaussure qui ne marche pas, un sous-vêtement bombe que des experts indépendants affirment ne pourrait pas fonctionner et des bouteilles d’eau ou de shampoing « bombes » que les experts dissent impossibles a activer dans les toilette d’un avion de ligne.

    Pensez-y. Une organisation terroriste capable de se moquer des 16 agences de renseignement états-uniennes, des services de renseignement de tous ses alliés, y compris le Mossad israélien, le conseil national a la sécurité, le NORAD, le contrôle aérien, le pentagone et la sécurité des aéroports, quatre fois en une heure, mettrait-elle son prestige sans tâche a risque avec des « bombes » chaussure, sous-vêtements ou shampoing ?

    Paul Craig Roberts sur http://www.informationclearinghouse.info/article26902.htm

    Répondre
    • avatar
      27 novembre 2010 à 14 02 48 114811
      Permalink

      Entièrement d’accord avec Paul Craig Roberts, le plus difficile est d’ouvrir les yeux du peuple (au pays du créationisme, bonne chance) qui s’abreuve au Letterman & Oprah Winfrey’s Show & Co. et toute la propagande mise en oeuvre pour l’isoler dans la médiocrité et la facilité.

      Le Confort et l’Indifférence.

      En attendant on prend soin de la sécurité, ce qui ne veut en aucun cas dire… de la nôtre.

      DG

      Répondre
  • avatar
    28 novembre 2010 à 7 07 31 113111
    Permalink

    Voici une solution de loin meilleure que les scanners pornographiques. En Irak, l’armée US s’est débarrassé des scanners corporels parce qu’ils les ont jugé INUTILES! Ils ont recours aux chiens pisteurs d’explosifs.

    Voilà une solution qui préserve la dignité humaine tout en élevant considérablement le niveau de sécurité.

    Le coût d’un scanner est de $150 000 alors qu’un chien entrainé coute $8500!

    Pensez-y!

    The airport security solution government crooks don’t want you to know about

    This video busts down their wall of lies

    Répondre
  • avatar
    29 novembre 2010 à 8 08 20 112011
    Permalink

    Excellent article :

    [img]http://medias.lepost.fr/ill/2010/02/23/h-20-1955639-1266926022.jpg[/img]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *