Bonnes vacances Monsieur Trichet !


L’euphorie relative aux stress tests des Banques Européennes se poursuit. Après Mario Draghi, Président du Fonds de Stabilité Européen, qui déclare que ces « résultats démontrent la transparence du secteur bancaire Européen… et représentent une contribution importante au renforcement de la résilience de son système financier ».

Après Jean-Claude Trichet qui vient d’affirmer en fin de semaine dernière – sur un ton enjoué et jovial – qu’ils ont marqué une « étape importante dans la restauration de la confiance » tout en prédisant une croissance  » vraiment exceptionnelle » (ce sont ses termes !) au second trimestre… Effectivement, les Bourses du continent ont applaudi chaleureusement à ces tests même s’il faut reconnaître qu’ils n’ont rien modifié fondamentalement.

Ces tests avaient-ils d’autre but que de prouver que le système bancaire Européen n’avait pas besoin d’être recapitalisé et que ceux des établissements qui étaient en mauvaise posture n’étaient en manque que de peu de liquidités? Pour solde, une précieuse occasion a été ratée de modifier structurellement un système entièrement  focalisé sur le court terme et qui ne vit que d’expédients. Au final, certains pays ont ainsi pu gagner un peu de temps pour mettre en place des mesures d’austérité mais nulle trace d’une quelconque décision permettant de remédier à la croissance anémique dont est chroniquement malade l’Union ni à soulager sur le long terme ses déficits.

Avec l’Euro qui remonte et la mise en place d’une rigueur plus ou moins massive en fonction des Etats, avec l’impossibilité pour certaines nations – qui en auraient pourtant bien besoin – de maintenir une politique monétaire flexible, le mieux à espérer est une croissance mièvre sur 2010 et 2011, le pire étant l’installation de l’insidieuse déflation.

Car – et c’est la Commission Européenne elle-même qui nous le dit – c’est principalement à l’excellente santé Allemande que l’on doit l’amélioration du climat de confiance dans le monde de la finance et des affaires Européennes. En réalité, c’est les superbes statistiques économiques Allemandes qui permettent à M. Trichet en ce mois d’Août de partir sereinement en vacances dans son fief de Saint-Malo. Et tant pis si le reste de l’Europe – évidemment à la traîne – contraint ses citoyens à se serrer la ceinture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *