Ça se dit « FUK… » en japonais…

 

ATTENTION À TOUS. CECI EST LE TEXTE PUBLIÉ HIER LE 30 OCTOBRE.  IL N’Y A PAS DE NOUVEAU TEXTE CE MATIN DAN CETTE SECTION.

À DEMAIN 

Nous citons simplement ici France Presse. Une fois n’est pas coutume. RIEN aujourd’hui ne nous semble plus important que cette nouvelle, chuchotée discrètement, et qui rappelle ce qu’on a entendu a Fukushima…

http://www.lapresse.ca/international/dossiers/la-tempete-sandy/201210/30/01-4588367-new-jersey-deux-reacteurs-nucleaires-a-larret-une-digue-cede.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4e_ouragan-sandy_1806578_accueil_POS4

» Deux réacteurs nucléaires ont été mis à l’arrêt dans l’est des États-Unis en raison du passage de l’ouragan Sandyqui a privé des millions de foyers d’électricité dans le pays. La crue d’une rivière dans le New Jersey a aussi provoqué la rupture d’une digue dans le comté de Bergen, à quelques kilomètres de la ville de New York.

Situé au bord de la rivière Delaware, à Hancocks Bridge (New Jersey), le réacteur Salem 1 a été fermé quand quatre de ses six pompes de circulation d’eau ont cessé de fonctionner, a indiqué la société Public Service Electric and Gas (PSEG).

Ces pompes, qui servent à condenser la vapeur du réacteur, font partie du circuit non-nucléaire de cette centrale, dont l’autre réacteur est hors service depuis la mi-octobre pour des opérations de maintenance.

«La centrale reste stable», a indiqué à l’AFP un porte-parole de PSEG, ajoutant ne pas disposer d’estimations sur une date de remise en service.

Installée sur le même site, la centrale de Hope Creek fonctionnait normalement, a annoncé PSEG dans un communiqué.

À elles seules, Hope Creek et Salem produisent 49% de l’électricité consommée dans le New Jersey, qui compte plus de 8,7 millions d’habitants et a été un des États les plus durement frappés par Sandy.

Dans ce même État, une alerte avait été déclarée lundi en début de soirée dans la centrale d’Oyster Creek, qui doit définitivement fermer ses portes en 2019, selon son opérateur Exelon.

Un autre réacteur situé à une cinquantaine de kilomètres au nord de New York, au bord de la rivière Hudson, a également été mis à l’arrêt dans la nuit de lundi à mardi, a indiqué son exploitant sur son compte twitter, citant des «problèmes sur le réseau électrique externe».

Il n’y aucun «risque pour le public» ou pour les employés, a précisé la société Entergy, qui gère la centrale d’Indian Point. »

Il n’y aucun «risque pour le public» ou pour les employés, a précisé la société Entergy, qui gère la centrale d’Indian Point.

Il n’y aucun «risque pour le public» ou pour les employés…

Pierre JC Allard

 

 

 

4 pensées sur “Ça se dit « FUK… » en japonais…

  • avatar
    30 octobre 2012 à 12 12 58 105810
    Permalink

    Je dirais même plus:

    Il n’y a aucun risque pour le public…

    Evidemment cette déclaration sent la traduction mot à mot de celle dont elle s’est inspirée dans les circonstances:

    Fuk encore du riz dans le réacteur.

    Souhaitons que nos grands penseurs qui cogitent jusqu’à l’épuisement, ne poussent pas la blague jusqu’à assister temporairement (of course) la demande électrique aux Etats-Unis en réveillant grand-papa Gentilly.

    Répondre
  • avatar
    30 octobre 2012 à 20 08 21 102110
    Permalink

    Si les normes de radiations qui s’appliquaient n’avant l’Incident de Fukushima n’avaient pas été « corrigées », Tokyo serait sur le point de devoir être évacué. A côte de ça, déplacer les New-yorkias vers les Upstate apparait presque anodin..

    Pierre JC

    Répondre
  • avatar
    31 octobre 2012 à 7 07 14 101410
    Permalink

    Le peuple japonais fait les frais des mensonges et des omissions. Nous aussi d’ailleurs. Du déjà vu.

    Fukushima c’est la catastrophe qui confirme la tendance mondiale: le monde est ailleurs, comme si un pauvre fou criait dans le désert.

    Apparemment nous serions tous devenus des aspirants fous qui crient dans le désert. Il nous suffit d’une catastrophe ou de quelques soubresauts d’humanisme pour en être convaincus. Forts de ce constat, c’est ici que cela devient intéressant.

    Peut-être qu’un jour nous refuserons de nous laisser conduire à l’abattoir, ce qui me fait penser… par hasard… à ce savoureux moment présent, après l’annonce d’une augmentation de taxes pour Montréal pendant le déversement puant des corruptions, qu’il serait à propos de sortir la batterie de cuisine et les manches à balai (Halloween oblige). Il n’y a aucun risque pour le public. 😉

    Il y a la préparation du mensonge, la perpétration du mensonge et l’acceptation du mensonge. A quelque part il faut pouvoir se réveiller.

    Répondre
  • avatar
    31 octobre 2012 à 8 08 51 105110
    Permalink

    @ Elyan

    « Peut-être qu’un jour nous refuserons de nous laisser conduire à l’abattoir »

    Peut-être. L’humanité est bien jeune… Mais, objectivement, ce n’est pas le scénario le plus probable et, de toute façon, ca ne changerait tien à la condition humaine. Il y a la dénonciation du mensonge, puis la compréhension que le mensonge est une distraction et que se réveiller n’est que rêver à autre chose.

    Il y a un aspect génial à la lucidité, mais voir « plus de lumière » rend-il plus heureux ? Goethe en a-t-il vécu plus longtemps et son Faust mieux éclairé ? N’y a-t-il pas bien des petits matins où l’homme donne une tape sur le réveil-matin, pense a Fernande, retourne au rêve paradoxal dans lequel il peut voler comme une oiseau et se dit que son chat est bien chanceux qui somnole seize heures par jour ? Est-ce que ce n’est pas là « sa part » comme dit l’Ecclésiaste ?

    Ce moment de divagation vous est offert par votre commanditaire, un rameur du bon côté de la galère, qui vous souhaite bon vent en ce jour d’ouragan :-))

    pjca

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *