Ce soleil qui jette un froid

En 1920, Sir Arthur Eddington décrivait le soleil comme une machine thermonucléaire, mais ne faut-il pas aller plus un peu plus loin en le décrivant comme une « boule » de plasma alimentée en électricité par notre galaxie, dans un énorme champ électromagnétique, l’Univers ?

Lorsque « le courant » augmente, le système solaire se réchauffe, et nous en subissons fatalement les conséquences.

Or l’activité solaire est en pleine agitation actuellement, et les astronomes assistent à de véritables « tempêtes solaires ». lien

La question qui se pose concerne les conséquences de telles tempêtes, car une bonne partie de notre technologie, liée pour bonne part à l’électronique, accepte assez mal, les perturbations magnétiques. lien

De l’ordinateur, aux véhicules automobiles, en passant par tous les réseaux de communication, on imagine sans peine les conséquences qu’auraient des perturbations magnétiques sur toute notre technologie.

Bien sur, de nombreux câbles sont blindés, et des précautions sont prises, mais il reste des points de fragilité. lien

Quid de nos appareils électroniques qui utilisent un ou plusieurs microprocesseurs : TV, montres, GPS, PC, véhicules… ?

Ces microprocesseurs sont basés sur un des éléments les plus simples de l’électronique, le transistor, qui n’est autre qu’une évolution des premières lampes aussi connu sous le nom de tube.

On peut lire les explications de Wikipédia sur ces lien et lien

En gros, un transistor, c’est une sorte de « sandwich semi-conducteur » que l’on polarise avec un courant et une tension.

Le courant est une injection d’électrons, et on se doute des effets qu’auraient des tempêtes solaires, bombardant ces transistors, les mettant hors d’état de fonctionner.

Or la revue « Nature » a mis en évidence une « inhabituelle activité solaire au cours des 6 dernières décennies », et sur une période de 11 000 ans. lien

Bien sur les climato-sceptiques utilisent ces informations pour expliquer le réchauffement planétaire, ce qui manque de crédibilité, car si on ne peut nier l’influence de ce facteur, il parait difficile aujourd’hui d’écarter la responsabilité de l’activité humaine.

Certains scénarios restent optimistes, mais sont-ils crédibles pour autant ? lien

Mais revenons à notre soleil.

Sur cette vidéo, on peut découvrir une importante hausse de l’activité solaire en octobre 2008.

Or le 3 juin 2007 une brèche géante à été découverte dans le champ magnétique terrestre, et comme le dit David Sibeck, du « Goddard Space Flight Center » : « cette découverte modifie fondamentalement notre compréhension de l’interaction vent solaire-magnétosphère ».

Il ajoute : « il pourrait en résulter des orages géomagnétiques plus forts que ceux que nous avons connus durant de nombreuses années ».

«  La brèche était énorme, quatre fois plus large que la Terre elle-même » affirme Li Wenhui, physicien spatial de l’Université du New Hampshire.

La magnétosphère est une « bulle magnétique » qui entoure la Terre et nous protège du vent solaire.

Notre Terre vient donc de se charger en particules solaires, et cela expliquerait les aurores boréales aperçues ici ou là, bien au-delà des pôles. lien

On a pu en photographier de magnifiques, descendant jusqu’au Wisconsin, Minnesota, et Michigan. 12345

C’est une séquence parfaite pour un évènement majeur. lien

Or une double éruption solaire a eu lieu entre le 26 et le 28 janvier 2011. lien

L’une des dernières éruptions solaire a été observée le 7 mars 2011, et comment ne pas être tenté de faire une corrélation avec le séisme japonais.

L’observatoire de la NASA a elle même filmé cette éruption, laquelle a duré plus d’une heure projetant des jets de matière à des milliers de kilomètres d’altitude. lien

Une autre a été photographiée le 11 mars 2011.

Une des sources du changement magnétique terrestre semble être l’interaction du magnétisme terrestre, avec les particules envoyées par les vents solaires, lesquels sont un flux de plasma constitué essentiellement d’ions et d’électrons projetés par le soleil lors des éruptions.

Comme l’ont constatés S.Hazra, AK Sinha, BM Pathan de lIIG (institut indien de géomagnétisme) il y a un changement des pics de résonance, chère à Wilfried Otto Schumann, découvreur de la théorie du même nom. lien

Ces changements semblent être responsables de l’effet géomagnétique, et pourrait être des activateurs de l’activité sismique, 24 h, (ou 48h) après l’impact du vent solaire. lien

Cela explique-t-il tous ces transfos en train de sauter aux quatre coins de la planète ? Ces lumières bleues aperçues ici, où la ? lien

Sur ce lien, c’était un 5 décembre 2010 à Fort Worth, au Texas.

Etrangement, c’est dans cette même commune que dans la nuit du 10 au 11 mai dernier, de nouvelles lumières éclataient dans le ciel et au sol. lien et lien (prise d’un autre point de vue).

Comme on peut s’en douter, ces explosions colorées, décomptées par un météorologiste au nombre de 120, entre 9h et 10 h du soir, ont provoqué de nombreuses pannes d’électricité.

Un témoin choqué de ce qu’il a photographié a déclaré « je ne savais pas si c’était une explosion nucléaire, ou du terrorisme ». lien

Le 15 avril 2011, au Portugal, une série d’explosion de lumières de toutes les couleurs intriguaient les habitants. lien

Impossible d’imaginer un montage malveillant puisque sur ce lien, et pris d’un autre endroit, d’autres images étaient filmées dans le même lieu.

Le 1er mai, un transformateur haute tension explosait à Limoux, célèbre pour sa blanquette.

Le 12 mai dernier, un transformateur était en feu à Georgia Power Station. lien

Et ce n’est pas un cas isolé.

A Morlaix, le 20 mai, un transfo a rendu l’âme, privant d’électricité 5000 foyers. lien

A Pleyben aussi (lien), à Sarreguemines (lien), à Beaulieu, (lien), à Lons le Saunier (lien), à Tourcoing, (lien) et surement ailleurs dans le Monde.

Ces perturbations magnétiques pourraient aussi peut-être expliquer la mort de milliers d’animaux aux quatre coins de la planète (lien), même si d’autres explications restent possibles.

Outre la dispersion volontaire aérienne de produits chimiques toxiques, on peut aussi se pencher sur la technologie HAARP.

Comme on le sait, ce programme est officiellement considéré comme du domaine de la recherche, destiné à permettre de comprendre, simuler et commander des processus ionosphériques, capables de perturber les systèmes de communication, et de surveillance. lien

Mais Michel Chossudovsky, professeur à la faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa est convaincu qu’il s’agit «  d’une arme de destruction massive capable de déstabiliser des systèmes agricoles et écologiques au niveau mondial ». lien

Sur ce lien, on peut voir l’installation de Gakona gérée par les USA, dont nous avons appris en avril 2011 qu’elle avait été fermée par le gouvernement américain, (lien) mais il existe probablement d’autres installations dans le monde.

Un documentaire sur le sujet est sur ce lien.

On le voit les théories ne manquent pas, et la vérité se trouve peut-être un peu partout.

Haarp aurait-il pu « accélérer le mouvement » en dégradant la bulle magnétique qui nous protège ?

Notre redoutable activité humaine n’est-elle peut-être pas au dessous de tous soupçons ?

Des questions, et peu de réponses.

En attendant, ici où là, des volcans se réveillent, à Yellowstone, par exemple, ou ailleurs et l’on ne compte plus le nombre de tremblements de terre aux quatre coins de la planète. lien

Sur cette carte, on peut découvrir les récentes secousses survenues tout autour de la Méditerranée.

Et il ne faudrait pas oublier qu’il y a 75 000 ans, un hyper-volcan, le Toba, à eu des effets si dévastateurs, que, d’après de nombreux scientifiques, il ne serait resté sur la planète que quelques milliers d’êtres humains, dont nous serions, en fin de compte, les descendants. lien

Su ce lien, on peut observer les activités volcaniques dans le monde : elles se multiplient, et concernent même l’Europe, Allemagne y comprise. lien

Le 21 mai 2011, en Islande, un nouveau volcan, le Grimsvötn est entrée en activité. vidéo

Mais pour l’instant les médias préfèrent plutôt se passionner pour l’activité volcanique de l’ancien directeur du FMI et aux revers des concurrents de Roland Garros qu’à ceux de Tepco, ou d’Areva.

Car comme disait un vieil ami africain « le monde sera détruit par ceux qui le regarde péricliter sans ne rien faire ».

A moins que ce ne soit Einstein qui ait dit ça ?

L’image illustrant l’article provient de crashdebug.fr

Merci sincèrement aux nombreux commentateurs grâce à qui cet article a été rendu possible.

2 pensées sur “Ce soleil qui jette un froid

  • avatar
    23 mai 2011 à 14 02 43 05435
    Permalink

    Viliou
    kadhafi, sarko est en train de s’occuper de lui,il essaye peut etre de faire taire des rumeurs, qui voudraient, d’après kadhafi que ce dernier est financé sa dernière campagne présidentielle, en 2007…
    pour le reste, je crois que la réponse est double, mais ce n’est qu’une vague intuition,
    peut etre que notre activité humaine est responsable de cette énorme brèche?
    la suite, on est en train de la vivre en direct
    puisque c’est comme ça , je pars chasser le dahu, a défaut de chasser la viliou
    🙂

    Répondre
    • avatar
      24 mai 2011 à 12 12 14 05145
      Permalink

      viliou
      mon dernier article racontait la dissimulation de tepco, j’avais écris que 6h apres le tsunami, le coeur des 3 réacteurs avaient fondu.
      j’ai écris ça la semaine derniere, et maintenant tous les médias admettent que c’est vrai,
      alors je vais vous dire, si le corium, chargé de plutonium rencontre une masse d’eau, toutes les autres histoires seront des fétus de paille face a cette situation terrible.
      désolé, ça manque d’humour, mais parfois y a de quoi se mettre en boule.
      mettez vous bien à l’abri

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *